Connectez-vous S'inscrire
Tunisie Secret

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Béji Caïd Essebsi entre la vie et la mort après son empoisonnement par ses amis Frères musulmans


28 Juin 2019

Pour certains, le président Béji Caïd Essebsi serait bel et bien décédé jeudi matin à la suite d’un empoisonnement la semaine dernière. Soigné à l’hôpital militaire, il n’aurait pas survécu à cet empoisonnement compte tenu de sa santé déjà fragile. Pour d’autres, il serait toujours dans un état grave et sous soins intensifs à l’hôpital militaire de Tunis. Comme un « malheur » n’arrive jamais seul, la Tunisie a connu aujourd’hui une vague d’attentats parfaitement synchronisés.


Selon Aljanoubiya-TV et certains médias arabes dont Radio Sawt Beirut, Béji Caïd Essebsi serait mort depuis ce jeudi matin, si ce n’est bien avant. Depuis sa sortie de l’hôpital militaire il y a quelques jours, on le savait déjà condamné. Le lundi 24 juin, certaines chaines de télévisions tunisiennes ont montré Béji assistant à un événement sportif. La manipulation aurait pu réussir si les images ne remontaient pas à l’hiver dernier. Beaucoup de téléspectateurs tunisiens ont remarqué la grossière désinformation.

Que s’est-il passé ces quinze derniers jours ?

En compagnie de certains membres de sa famille, BCE est arrivé à Paris le lundi 17 juin pour des analyses et quelques examens « de routine ». Il est rentré à Tunis le jeudi 20 juin ; le lendemain 21, il est subitement victime d'une « infection ». On l’emmène d’urgence à l'hôpital militaire de Tunis, qu’il quitte le 23 juin après « la stabilisation de l'infection ». Hier 26 juin, il était incapable de reprendre ses activités et paraissait très fatigué.  De sources proches de l’hôpital militaire, il y a une sérieuse suspicion d'empoisonnement, du fait que, sur les sept membres de sa famille qui l’accompagnaient, BCE était le seul à être atteint !

Le jeudi 27 juin, à 10 heures, il fait une convulsion, donnant l'impression d'une infection septicémique. Il a été transporté inconscient à l'hôpital militaire après avoir été « stabilisé » par le Docteur Mounir Ghariani. Mais à l'hôpital, le scanner identifie un hématome dans le cerveau d’une taille d’un centimètre. Jeudi 27 juin, Docteur Ghariani est arrivé à Paris à 17 heures avec des échantillons pour des analyses complémentaires dans un grand laboratoire parisien. Actuellement, le Général médecin Mustapha Ferjani est au chevet de BCE, qui est toujours en soins intensifs. Selon des sources autres que militaires, BCE serait décédé dans la journée du jeudi à la suite d’un empoisonnement.

Qu'il soit déjà décédé ou en agonie, à qui profiterait le crime ? Toujours selon de sources fiables, BCE serait revenu sur son accord avec Ghannouchi de reporter les élections législatives (octobre) et présidentielles (novembre), ce qui arrangerait les Frères musulmans locaux. Le revirement de BCE serait dû à des pressions étrangères, notamment à la suite de la visite de la grande copine des islamistes dits "modérés", Madeleine Albright Albright lors de sa visite le 21 juin. Cité dans un communiqué de la présidence du gouvernement, Albright a déclaré que sa rencontre avec Béji Caïd Essebsi puis Youssef Chahed a "porté sur le processus démocratique en Tunisie et l’importance des prochaines échéances électorales".

C’est à la suite de ce revirement de BCE qu’a été prise la décision, au plus haut de la hiérarchie de la secte islamiste, d’éliminer BCE et de le faire remplacer par leur jeune serviteur, Youssef Chahed…ou par le Frère musulman Abdelfattah Mourou, premier vice-président de l’ARP.

Coup d’Etat islamiste en cours

Pourquoi tout ce mystère autour de l’état de santé de BCE ou de son probable décès ? La réponse est dans la nouvelle constitution post-coup d’Etat de janvier 2011. Plus exactement dans les articles 84 et 85 et 86. Selon cet article, « En cas de vacance excédant les soixante jours ou en cas de présentation par le Président de la République de sa démission écrite au Président de la Cour constitutionnelle ou en cas de décès ou d'incapacité permanente ou pour toute autre cause de vacance définitive, la Cour constitutionnelle se réunit immédiatement et constate la vacance définitive. Elle adresse une déclaration à ce sujet au Président de l’Assemblée des représentants du peuple qui est immédiatement investi des fonctions de la présidence de l’État, provisoirement, pour une période allant de quarante-cinq jours au moins à quatre-vingt-dix jours au plus ».

Mais le plus important, c’est la suite de cet article : « En cas de vacance provisoire de la Présidence de la République pour des raisons qui rendent la délégation des pouvoirs impossible, la Cour constitutionnelle se réunit immédiatement et constate la vacance provisoire. Le Chef du gouvernement est alors immédiatement investi des fonctions de la présidence de la République, sans que la période de vacance provisoire ne puisse dépasser soixante jours ».

Ainsi, l'article 84 dispose que c'est la Cour Constitutionnelle qui constate et déclare la vacance provisoire de la présidence, et c'est le président du gouvernement qui assure " le remplacement du président pour une période de soixante jours ". Ce délai dépassé, ou en cas de décès ou démission du président ou vacance définitive c'est le président de L'ARP qui assure par intérim les fonctions du président, privé de quelques prérogatives énoncées dans les articles 85 et 86 qui régularisent le déroulement de cette phase transitoire et les nouvelles élections.

Ce qui s'est passé jeudi entre 13 et 17 heures était une manœuvre politicienne pour contourner la Constitution. En effet, avec la vague d'informations concernant la mort de BCE, et l'état de santé dégradé de Mohamed Ennaceur, président de l'ARP, les présidents des blocs parlementaires se sont précipités vers le parlement pour déclarer la vacance provisoire à la présidence. Cette vacance à la présidence, mènerait Youssef Chahed à Carthage pour 60 jours et après lui, suivant l'annonce de vacance définitive, le frère musulman Abdelfattah Mourou , premier vice-président de l'ARP, prendrait le relais, puisque le président de l’ARP, Mohamed Ennaceur, est lui-même cloué chez lui à la suite d’une longue maladie. L'effervescence des députés hier, ainsi que d'autres facteurs, dont la précipitation du Docteur Mounir Ghariani à Paris, ont conduit à une déclaration officielle de l'ARP « Pas de vacance à la présidence et on souhaite bonne santé et bon rétablissement pour le président ». La situation du président est critique a indiqué son conseiller Firas Guefrech sur son compte twitter, en précisant que "l'état du président est stable", pour démentir les rumeurs insistantes faisant état de sa mort.

En revanche, côté famille, aucune réaction n'a filtré. Pour la ramification des Frères musulmans en Tunisie, Ennahdha, silence radio ! Beaucoup de mystère, trop de points d'ombre, inquiétude des affairistes proches de BCE, agitation et bras de fer au sein de l'ARP, manoeuvres sournoises des conseillers de l'ombre de Youssef Chahed... Autant d'indices indiquant la fin de règne d'un régime sénescent,  incompétent, corrompu et gangréné par les Frères musulmans, qui feront tout pour conserver leur influence sur le pouvoir; pis encore, pour l'accaparer totalement.  

Nebil Ben Yahmed    


           


1.Posté par Léon le 02/07/2019 18:06
Des choses obscures et confuses se passaient hier sans que l'on ne nous dise quoi que ce soit.
De mon côté si j'arrive à mes conclusions c'est toujours par des simples déductions logiques en mettant les faits les uns derrière les autres. Déformation professionnelle oblige.
Mais pourrait-on en vouloir à nos hommes politiques. Certainement pas! Parce que comme vous ils ne savent rien.
La mère Albright qui se déplace à 82 ans dans un voyage d'une douzaine d'heures, pour venir s'enquérir de la santé "démocratique" du pays; moi j'y crois moyen. Je laisse aux imbéciles qui composent la majeure partie du peuple qui a dit "dégage" à Ben Ali, d'avaler ce qu'on leur raconte dans les télévisions putschistes. Moi, ma ligne de conduite souverainiste ne me le permet pas.
Après deux essais non transformés contre Abir Moussi, le troisième essai a manqué d'imagination; puisqu'il fut en réalité un mix entre le 7 novembre 87 et le 14 janvier 2011 afin de faire barrage à la première dame dans les sondages (sondages déjà bien truqués par les traitres). Il est difficile d'expliquer au monde qu'une dame qui gouverne dans un pays arabe est un danger ou une potentielle dictatrice (se sera une première mondiale, ce mot n'existant pas encore). Il lui manquera toujours la petite moustache et peut-être une tenue militaire. Ils ont fait croire au monde entier que Ben Ali qui, ceci dit au passage, n'a jamais tué quiconque, ni apposé son effigie sur les pièces et billets, ni donné son nom ne serait qu'à une petite rue de son village natal, était un Hitler en puissance. Franchement, en termes de dictature, ont a fait bien mieux. Et le peuple d'imbéciles a souscrit à cela sans broncher.
Mais faire croire que Abir, la fille reconnaissante de Bourguiba, est une mauvaise donne dans un monde arabe machiste est un peu trop fort pour les occidentaux. Ni la France, ni les états unis, ni l'Espagne, ni l'Italie.. n'ont eu une femme au pouvoir.
Alors après deux tentatives avortées que je vous rappellerai plus bas, on en a essayé une troisième. Celle de mettre d'autorité une personnalité après un attentat, prétextant le fait que le pays est en danger et qu'il faille arrêter tout cela.
Il va de soi que ce qui est visé c'est la souveraineté du pays qui "risque" de revenir à ses citoyens si les dirigeants à la solde des atlantistes partaient et que Abir prenait les rênes.
Alors après avoir essayé de lui barrer la route en la "diluant" dans des nouveaux candidats créés de toutes pièces et médiatiquement connus (Karoui et Saïd), tentative qui a eu un seul mérite, celui de diluer leurs propres candidats (les Jomaa, Chahed, Marzougui..), puis après avoir essayé de lui barrer une deuxième fois la route de manière constitutionnelle, tentative encore une fois avortée, ils ont cru tenir la solution en déclarant BCE hors d'état de gouverner. Mascarade qui n'arrêtera pas la Marche pour la Libération du protectorat tunisien et son indépendance totale.
Ni Mc Cain, ni Kissinger, ni Albright, ne pourront arrêter la fille de Bourguiba, fruit de la graine souverainiste, et de l'Amour de la Tunisie. La Albright pourra pleurer comme une Madeleine sa tentative avortée.
Abir a sonné le glas des marionnettes qui vous gouvernent et qui ne sont même pas capables de vous expliquer ce qui se passe chez eux. Vous eûtes hier la confirmation de cela et à la place des tunisiens merdolutionnaires j'aurais honte jusqu'à la fin de mes jours. Des chancelleries occidentales ferment leurs portes chez Vous hier sans que vos politiques ne savent pourquoi. Un crime et une atteinte à Votre souveraineté; peuple de gueux, atteinte que ces chancelleries de se seraient certainement pas permises sous Ben Ali.
Vous avez préféré la Démocratie de façade, celle des chiens qui aboient, à la vraie Démocratie, celle des droits des peuples à disposer d'eux-mêmes; droit bientôt effacé par les bienpensants de l'alliance atlantique nord.
Léon, a lui seul, gouvernerait le pays, mieux que tous vos clochards à hauts diplômes réunis. Ces imbéciles qui se débattent entre Science sans conscience et projets foireux, voulant fructifier l'argent qatari de la honte. Ils essaient de racheter leur trahison contre leur pays comme ils peuvent.
Ils ont compris au bout d'une décennie ce que leur haine a fait et ce que leur intelligence avec les tiers a apporté comme misères.
Aujourd'hui, la priorité n'est ni scientifique, ni sécuritaire, ni la prestance de l'état. La priorité aujourd'hui est l'état lui-même. L'Université tunisienne, dernier rempart contre la colonisation, est tombée. J'ai appris que les amphis de la fac des sciences dans les sections qui comptaient jadis des centaines d'étudiants, n'en comptent aujourd'hui que quelques dizaines, souvent des filles. Que les profs eux-mêmes immigraient, et que la fac se nécrosait à grande vitesse.
L'état ne peut exister que par la souveraineté qu'il va falloir recouvrer. Et Abir dérange; en effet, elle risque de mettre à plat leurs plans et projets de retour au moyen âge.
Je vois aujourd'hui la grandeur de l'oeuvre bourguibienne. Il ne pouvait pas vous l'expliquer, vos parents n'y auraient rien compris. Vous, il aura fallu que vous viviez la colonisation pour la comprendre.

VIVE BEN ALI; VIVE ABIR MOUSSI;

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant depuis le 14 maudit.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

2.Posté par Un tunisien le 30/07/2019 14:53
Bonjour, j'ai une question concernant les médias d'information dans notre pays, je cherche a comprendre le double visage des médias d'information grand publique les plus fréquenté et surtout ceux indéxer en première page par google, c'est a dire, kapitalis, tunisie numérique, business news, leaders, etc ...
Ces médias semblent pratiquer une double direction, et semblent tous synchronisé sur un même comportement et une même propagande.
Quand ils ont diffusé la propagande anti BCE après son empoisonnement (qu'ils ont fait passer pour un malaise) ils ont voulu faire croire que beji est un vieux fini a l'age de 92 ans s'accrochant a son siège et que dans cette situation la Tunisie est en vacance momentané du pouvoir qu'il faudrait donc appliquer l'article 85 sur la vacance momentané du pouvoir pour faire monter Chahed, cette propagande a tourné dans tous les ces médias qui sont clairement aligné sur Chahed et l'union européenne, en même temps, quand le président est mort, les louanges et les éloges envers lui ont fusé en même temps en contradiction totale avec leurs critiques intense et leurs appelles incessante a un coup d'état contre le président donc contre la république tunisienne.
Ces médias qui durant maintenant des années nous font un tapage médiatique pro Chahed, des fois en le disant clairement, d'autres fois en critiquant ses opposants pour qu'o devine que c'est Chahed qui est celui qui ''va nous sauver'' a comprendre entre les lignes.
Cette propagande pro Chahed est synchronisé dans tous les médias, certains articles se ressemblent même tellement qu'on dirait qu'ils ont été écrits dans le même bureau.
Nous savons que Chahed est corrempu et vendu aux USA vous le dites et d'autres le disent et on l'a compris sans même s'informer. Ces médias travaillent donc pour les USA ? et en générale pour l'occident, dans se cas a quoi rime leurs articles patriotiques qu'ils nous servent ? est ce pour cacher leurs véritables intentions ? est ce qu'ils sont tout simplement manipulés ? est ce qu'ils jouent sur tous les tableaux ? exécutant les ordres pour garder leurs jobs mais faisant leurs devoir envers leurs pays quand ils ont la possibilité ?

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 12 Octobre 2019 - 10:34 L’irrésistible crépuscule tunisien

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube


Infos


Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter