Connectez-vous S'inscrire
Tunisie Secret

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Les djihadistes revenants de Syrie frappent la Tunisie


28 Juin 2019

En une seule journée, trois attaques terroristes ont plongé les Tunisiens dans la stupeur, comme si leur pays n'était pas devenu depuis le coup d'Etat de janvier 2011 le premier pays exportateur de djihadistes en Syrie, en Irak et en Libye, et l'unique pays arabe gouverné de fait par les Frères musulmans, une secte politico-mafieuse classée par les Etats-Unis d'Amérique et un certain nombre de pays arabes, organisation terroristes.


Les djihadistes Tunisiens qu'Ennahdha et Marzouki ont expédié en Syrie.
Les djihadistes Tunisiens qu'Ennahdha et Marzouki ont expédié en Syrie.
Le jeudi 27, la Tunisie a connu, non pas un double mais un triple attentat d'abord « non-revendiqués », puis validés par l'état dit islamique, Daech ! Le premier attentat, de routine, s’est produit très tôt le matin contre une patrouille de la gendarmerie nationale au djebel « Orbata », dans la région de Gafsa. Ils ont été attaqué à l’intérieur-même de la station de transmission du sommet de la montagne « Orbaté ». Cette attaque terroriste a fait plusieurs blessés légers. On n’en parle pas parce que c’est la routine : toutes les semaines, dans les montagnes et l'arrière pays, l’armée et la gendarmerie nationale subissent des attaques de groupes armés islamistes.

Deux attentats à forte résonance médiatique

Le second attentat s’est produit à 11h50 heure locale, rue Charles de Gaulle, à 200 m de l’Ambassade de France en Tunisie ! Tout un symbole lorsqu'on sait que les stratèges du terrorisme islamiste cherchent toujours à faire passer plusieurs messages d'un seul coup. Celui adressé à la France répond à une haine entretenue jusqu'au sein de l'ARP, sans parler du discours vindicatif de la patronne de l'IVD, Sihem Ben Sedrine, dont la France entretenait autrefois les campagnes anti-bénalienne.

L’auteure de l'attenta en question serait une femme. L’attaque visait une patrouille de la police municipale. L'engin explosif qu'elle portait en ceinture est de fabrication artisanale renforcée par des projectiles durs, 4 agents et 3 citoyens blessés, un agent est décèdé, un autre reste dans un état grave. 

Le troisième attentat s’est produit à 12h20mn, un kamikaze sur un vélo portant un paquet en carton a essayé d'entrer dans la caserne de " Gorjani", le complexe sécuritaire qui abrite surtout la direction de lutte contre le terrorisme. Échouant à pénétrer dans l'édifice, il a jeté avec le carton qui a explosé en entraînant la blessure de quatre agents dont deux sont dans un état grave. Le terroriste en vélo n'a rien eu et il a même réussi à prendre la fuite.
 
Avant même la revendication de ces attaques terroristes par l'EI, tout portait à croire qu'il en était le commanditaire. Après sa quasi-élimination d’Irak et de Syrie, le plus gros de ses « djihadistes » s’est  déplacé en Libye et en Tunisie. On rappelle qu’en nombre et sur une soixantaine de nationalités, les Tunisiens étaient les premiers avec près de 7600 terroristes. Ce chiffre effarant s’explique par la complicité du gouvernement tunisien de l’époque qui a organisé le transfert de ces terroristes vers la Turquie, selon les exigences du Qatar et l’aval implicite de certains pays occidentaux qui voulait la peau au "régime de Bachar" comme ils disent.

Les auteurs, des "revenants" de Syrie et d'Irak

Conséquences de cet aveuglement occidental, la République arabe syrienne a survécu à cette guerre mondiale qui lui a été livré par islamo-terroristes interposés. Cette victoire, la Syrie la doit d'abord à elle-même. Au courage et au patriotisme de sa direction politique; à la résistance héroïque de son armée nationale; au soutien logistique et militaire de la Russie. Conséquence funeste de cette guerre, les djihadistes expédiés en Syrie et armés par l'Occident sont de retour "chez eux" en Europe où toutes les alertes sont au rouge pour les repérer et les mettre hors d'état de nuire.

Ce n'est pas du tout le cas en Tunisie où près d'un millier de djihadistes, sur 7600, sont déjà revenus comme ils sont partis : en toute discrétion, avec le soutien logistique d'Ennahdha et le silence complice du gouvernement actuel. On rappelle que sous la présidence provisoire de l'usurpateur Moncef Marzouki et la gouvernance des Frères musulmans, une compagnie aérienne, Syphax Airlines, a été spécialement crée par Mohamed Frikha avec des fonds qataris pour transporter des candidats au djihad vers la Turquie, d'où ils sont par la suite acheminé en Syrie.  Dès 2016, à la suite de la défaite de Daech en Syrie et en Irak, 1680 djihadistes sont revenus en Tunisie; ils sont ainsi dans la nature. Sur ces 1680 terroristes, seulement près de 200 sont en détention provisoire, pour faire croire aux pays alliés que la Tunisie fait son devoir vis-à-vis de ces terroristes incurables. Selon nos sources sécuritaires, les auteurs des attentats de jeudi sont tous d'anciens djihadistes de Daech.

Déstabiliser le "seul pays démocratique" de la région, un leitmotiv des médias occidentaux

Tous les médias européens, toutes les télévisions occidentales répétaient hier que la Tunisie a été ciblée parce qu'elle est le seul pays à avoir "réussi" son "printemps arabe". Une ineptie que des analystes amateurs ont ressassé à longueur de journée. En vérité, la Tunisie a été ciblée parce qu'elle est le seul pays arabe gouvernée par les Frères musulmans, la secte politico-mafieuse que les Etats Unis d'Amérique et certains pays arabes ont classé organisation terroriste. C'est aussi le seul pays arabe où des centaines de terroristes ont été libéré dès janvier 2011 après le départ forcé du président Ben Ali et la réussite, grâce au général félon Rachid Ammar, du coup d'Etat islamo-atlantiste déguisé en "révolution du jasmin". C'est également le seul pays arabe qui a expédié en Syrie le plus grand nombre de djihadistes. C'est enfin le seul pays arabe où 1480 djihadistes revenus au bercail se promènent librement. Telles sont les vérités que l'Europe ne veut pas entendre et que les Tunisiens commencent aujourd'hui à comprendre, après avoir participé à la destruction de leur propre pays.    

Karim Zmerli    


           

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 12 Octobre 2019 - 10:34 L’irrésistible crépuscule tunisien

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube


Infos


Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter