Connectez-vous S'inscrire
Tunisie Secret

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Une Députée française révèle le plan européen de ruiner la Tunisie


21 Avril 2014

Marie-Christine Vergiat, députée européenne appartenant au Front de gauche, a dénoncé les mesures d’étranglement de l’économie tunisienne, imposées par l’Union européenne. Dans un texte titré « Prêt toxique à la Tunisie : le bal des Tartuffes », publié sur son blog le 17 avril 2014, elle a plaidé pour la transformation en don du dernier prêt que la Tunisie sollicite pour faire face à sa situation économique très critique. Voici son texte.


Marie-Christine Vergiat, Députée européenne qui craint pour la Tunisie le même sort que la Grèce.
Marie-Christine Vergiat, Députée européenne qui craint pour la Tunisie le même sort que la Grèce.
La Tunisie connaît actuellement des difficultés économiques, sociales et budgétaires. Elle a sollicité de l'aide. Hier, le Parlement européen lui a répondu : l'Union lui versera 300 millions d'euros, sous la forme d'un prêt, et à des conditions qui font de cette "aide" un véritable prêt toxique. Qu'on en juge : si la Tunisie veut toucher l'intégralité de la somme, elle devra entre autres,  mettre fin aux subventions aux produits de base pour les plus démunis, privatiser ses banques publiques, flexibiliser son Code du travail... Bref, les habituelles recettes austéritaires qui font des ravages y compris sur le sol de l’Union Européenne et notamment en Grèce.

La nature de cette "aide" (prêt) creusera un peu plus la dette tunisienne qui s'est déjà envolée de 20% en trois ans. Or, l'UE et ses Etats-membres portent une lourde responsabilité en la matière : la BEI est son second créancier et la France se classe en troisième position. Le remboursement de cette dette représente chaque année six fois le budget de la santé et trois fois celui de l'éducation ; la Tunisie a déjà remboursé à ses créanciers 2,5 milliards d'euros de plus que le capital prêté; et 85% des emprunts contractés par la Tunisie depuis la Révolution ont servi au remboursement de la dette.

Avec le soutien de mon groupe de la GUE-NGL et en particulier de mon collègue et ami Paul Murphy, député irlandais, j'avais donc déposé plusieurs amendements  pour transformer le prêt en don et le monter à 500 millions d’euros. Ces amendements, n’ont reçu qu’un faible soutien. Le détail des votes, qui est public, est révélateur :

- l’amendement appelant à l'annulation de la dette tunisienne n’a recueilli que 43 votes positifs ;
- l’amendement condamnant les conditionnalités austéritaires du prêt n'a recueilli que 95 votes favorables, et pas un socialiste n'a cru bon de nous soutenir 
- le texte final a obtenu un soutien massif, avec 488 voix pour (dont l'intégralité des Verts et des socialistes), 51 contre et 17 abstentions.

La Tunisie et les Tunisiens sauront désormais ce que valent les belles paroles et les grandes déclarations. Je continuerai à appeler à la suspension du paiement de la dette tunisienne et à l'audit de celle-ci, seul moyen de donner une chance d’accompagner la Tunisie vers la transition démocratique.

Marie-Christine Vergiat, dans son blog eurocitoyenne, le 17 avril 2014.


           

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

5.Posté par Momo le 21/04/2014 22:50
Il faut d'urgence déclarer la dette illégitime ! Toute la dette !

C'est au Qatar, à la Saoudie, à la Hollandie de payer la dette !

De plus la France doit payer tous vols faits pendant la répugnante péride de l'ignoble protectorat !

4.Posté par gharbi le 21/04/2014 22:16
Merci Marie-christine et bravo pour la lucidité

3.Posté par gharbi le 21/04/2014 22:12
Tout le respect pour les 51 voix pour et même pour les abstentionnistes, quand aux autres.....

2.Posté par Ben Arab le 21/04/2014 18:57
C'est la raison du plus fort qui est toujours la meilleure. Il faudrait que les arabes en généralet la tunisie en particulier sachent définitivement que que la seule voie pour réussir est de compter sur son potentiel humain. C'est de façon endogène que la richesse se crée dans le monde arabe et jamais l'occident ne permettra le transfert des technologies pour réaliser l'indépépendance et le développement tant attendus . L'Occident a besoin des pays du Tiers Monde pour exister. Le receptacle que représente les pays du Tiers Monde est une nécessité pour écouler le surplus de production de l'occident. Les crédits alloués aux pays du Ties Monde coûtent tellement chers et contrairement à ce que l'on pense c'est plutôt un frein au développement qu'un moyen pour induire un décollage économique. L'aide de tout genre de l'Occident est un moyen efficace pour la suprémacie de l'occident et ce, depuis le XVIème siècle lorsque les grands pays européens ont décidé de démanteler l'empire ottoman.
c'est pour cela que le seul moyen de réussir pour les pays du monde arabe est d'apprendre à compter sur ses propres potentialités et surtout d'apprendre aux citoyens l'amour de leurs pays et du travail.

1.Posté par Boutabba Mohamed Tahar le 21/04/2014 16:52
Aide toi et le ciel t'aidera .....il ne faut compter sur personne,, une Tunisie forte économiquement n'arrange pas les intérêts des européens.il ne faut pas être naïf.

1 2
Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube


Infos


Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter