Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Adnène Mansar détruit la « légende mensongère » de Mohamed Bouazizi


12 Mars 2014

Le « martyr » de la « révolution du jasmin » n’était pas un innocent mais l’agresseur, et toute cette « légende mensongère » a été construite par des jeunes qui ont utilisé facebook et Al-Jazeera pour exploiter cet événement. Ce n’est pas un un contre-révolutionnaire ou un suppôt de l’ancien régime qui le dit, mais le directeur du cabinet de Moncef Marzouki et le porte-parole de la Présidence, Adnène Mansar !Tunisie :


Adnène Mansar détruit la « légende mensongère » de Mohamed Bouazizi
Dans l’interview qu’il a accordée au quotidien jordanien Al-Doustour, le 11 mars 2014, Adnène Mansar a dit beaucoup d’autres vérités, au sujet du « printemps arabe », des erreurs de l’ancien régime, de la gauche tunisienne, du rôle trouble que joue l’UGTT, de la situation économique du pays, de la tragédie en Syrie, des pressions que certains pays arabes « frères » ont exercé sur la Tunisie pour armer l’opposition syrienne, du retournement de situation en Egypte…Mais au-delà de cette franchise intellectuelle, ce qui nous intéresse le plus ici, c’est le cas de Mohamed Bouazizi, le « martyr » de la « révolution » qui a mis la Tunisie plus bas que terre et qui lui a fait perdre ce qu’il y a de plus cher chez les nations : sa Souveraineté.

Parce qu’il est d’abord un intellectuel et pas un politicien, Adnène Mansar n’est pas le premier homme de confiance de Moncef Marzouki à porter un coup dur à l’imposture de la « révolution » tunisienne. On se souvient tous de la déclaration d’Aziz Krichène, le conseiller politique de Marzouki, le 17 juin 2013, lorsqu’il a affirmé que « le soulèvement populaire a été brisé le 14 janvier 2011 par un coup d’Etat ». Cet autre intellectuel, qui s’est « opposé » très silencieusement au régime de Ben Ali 23 ans durant, a précisé que «Le 14 janvier a été un complot contre la révolution, ce ne sont pas les protestataires qui ont poussé Ben Ali à l’exil, ce sont ceux qui l’entouraient qui l’on évincé, car il devenait gênant et menaçait leurs intérêts, du jour au lendemain. Nous avons eu Mohamed Ghannouchi aux commandes qui nous parle au nom de la révolution. La révolution n’est pas parvenue à son terme, le 14 janvier elle ne s’est pas encore structurée pour porter un réel projet pour l’avenir. Les protestataires s’étaient contentés de demander la chute du régime».

Quant à Adnène Mansar, il a eu la sincérité de reconnaitre que « l’affaire Bouazizi est une pure légende, et il n’y a pas de révolution sans légendes". Pour cet historien de formation, « cette affaire n’était pas inédite. Six ou sept mois auparavant, un citoyen de Monastir, un vendeur ambulant, s’est immolé par le feu parce que les autorités locales l’empêchaient de travailler. Il ne s’est rien passé alors. De même que lors des événements du bassin minier  de Gafsa, où il y a eu des morts par balles…Seulement, avec l’affaire Bouazizi, il y a eu des jeunes qui ont fait de lui une légende. On lui a alors attribué un niveau d’étude supérieur, ce qui était totalement faux : Bouazizi n’avait même pas le baccalauréat, il n’était pas la victime dans e qui s’est passé mais le contraire. C’est lui qui avait tort, c’est lui qui a agressé l’agente municipale et l’a humilié verbalement et physiquement. Mais les jeunes ont construit cette légende grâce à facebook et aux vidéos envoyées à Al-Jazeera…Même sa photo qui a été diffusée était trafiquée…Cet incident a pris de telles proportions en raison du tribalisme et du clanisme qui sont encore très forts à Sidi Bouzid…Après six ou sept mois, plus personne en Tunisie ne parlait de Mohamed Bouazizi. Bien au contraire, sa famille est devenue détestée…Certains membres de la famille Bouazizi ont profité de cette image et de cette propagande, mais les habitants de Sidi Bouzid savent que c’est une légende mensongère que la famille a exploité pour réaliser des profits. Certains émirs ont invité la mère de Bouazizi et lui ont donné de l’argent. Elle a fini par quitter son village pour acheter une maison dans la banlieue chic de Tunis… ».

Tout ce qu’a dit Adnène Mansar est parfaitement vrai, et nous le savions depuis le début. Les jeunes dont il parle et qui ont fabriqué le mythe Bouazizi sont la quinzaine de cybers-collabos dont nous avons dévoilé le véritable visage de traitres et de mercenaires, qui ont été formé par Freedom House et l’organisation américano-serbe Otpor, pour déstabiliser la Tunisie. Formatés et payés par leurs commanditaires, ils ont désinformé et induit en erreur des milliers de jeunes Tunisiens les transformant ainsi en soldats de l’impérialisme américain.

Il n’y avait pas que des émirs du Golfe à récompenser la mère du « martyr » à laquelle John McCain a rendu visite et rendu un hommage vibrant. Contre argent, la chaine des Frères musulmans, Al-Jazeera a consacré deux reportages à cette femme. Le premier a été tarifé à 100 000 dinars, et le second, avec « l’option » larmes, à 250000 dinars. Le célèbre homme d’affaire Tarek Ben Ammar avait même l’intention de réaliser un film sur la vie du « martyr » Mohamed Bouazizi, dont sa sœur Hélé Ben Ammar, épouse Béji, avait fait un saint dans son article très révolutionnaire du 10 janvier 2011, dans le Nouvel Observateur.
  
Même s’il a le mérite de le reconnaître, contrairement à certains gauchistes qui continuent d’entretenir le mythe Bouazizi, Adnène Mansar n’a fait qu’authentifier une vérité que la majorité des Tunisiens a découvert quelques mois après la destruction de la Tunisie. Le premier à avoir brisé l’icône est Farhat Rajhi, le ministre éphémère de l’Intérieur après le coup d’Etat du 14 janvier 2011. Il avait déclaré à l’époque que « Bouazizi est un clochard, un moins-que-rien, le genre de type à éviter quand tu te promènes avec ta femme ou ta sœur » (journal online Kapitalis du 23 juin 2011).

Malgré la fin du mythe, des élus Français du groupe communistes et Europe-Ecologie-Les Verts ont fait pression sur Bertrand Delanoë, lors du Conseil de Paris le 7 février 2011, pour rendre hommage au « martyr » Mohamed Bouazizi en donnant son nom à un lieu parisien. « C’est déjà apprécié en Tunisie, c’est ressenti comme un vrai moment de fraternité du peuple de Paris pour le peuple tunisien. Il faut aller vite pour trouver une rue ou une place à Paris » , avait fini par déclarer le Maire de Paris.

Même si la côte de Bouazizi a nettement baissé à la bourse de la "révolution", Bertrand Delanoë s’est quand même plié aux exigences martyrologiques et à la démagogie ambiante : Mohamed Bouazizi a eu sa place à Paris, dans le XIVeme arrondissement, non loin du parc Montsouris. A l’instar de Mahmoud Darwich en 2010 ! Jan Palach, l’étudiant Tchèque qui s’est immolé par le feu à Prague, en janvier 1969, pour protester contre l’envahisseur soviétique, n’a toujours pas une place à Paris qui porte son nom. Et pour cause : pour les élus communistes et écologistes, il ne doit pas être le bon exemple du martyr. Les Soviétiques n’étaient pas des occupants mais des libérateurs ! 

La légende Bouazizi est désormais détruite, mais ses conséquences désastreuses sur la Tunisie et sur le reste du monde arabe sont encore là…et pour longtemps !

Lilia Ben Rejeb 

 
 


           


1.Posté par Béchir le 12/03/2014 17:14
C'est à lui que je m'adresse, à Adnène Mansar. PAUVRE TYPE ! Où étais tu pendant la révolution ? Planqué à l'étranger, comme ton guignol de président touristique, comme Gannouchi et son équipe de branquignols. Quoi qu'il a fait, Bouazizi était là, parmi les siens.

On sait tous que c'est une légende et on l'a accepté. Mais au delà de la légende, il y a le symbole. C'est ce qui reste quand il n'y a plus rien. Quel sera ton symbole à toi quand tu seras éjecté en même temps que celui qui nous fait honte. Le pire, c'est que son nom sera dans les livres d'histoire. J'espère que la vérité sera dite sur ce triste individu et sur toi.

2.Posté par Mestiri le 12/03/2014 19:28
l’imposture de la « révolution » tunisienne.? Comme quoi même les intellectuels sortent des énormités qui les écrasent. La colère contre l'humiliation et la misère dans lesquels sont plongés les petites gens et ce qui reste de la classe moyenne, c'est à dire du plus grand nombre de Tunisien est bien réel , s'attaquer à un symbole de cette colère n'est pas à l'honneur de la prétendue "élite" tunisienne.

3.Posté par Sadok Kenani le 13/03/2014 08:59
Tiens ...tiens,on jubilie à Tunisie secret..on le disait,on ne voulait pas nous croire et voilà que la vérité toute la vérité sort enfin de la bouche du plus illustre d'entre nous...pardon ,du plus abruti d'entre nous,l'Historien Adnene Mansar..on est fier a Tunis Secret,enfin un poid lourd de l'histoire contemporaine nous conforte de notre analyse..cependant vous oubliez de nous rappeler que ce Monsieur a répertorié Ali Belhaouane comme Martyr de la Nation et que ses bourdes et déclarations à l'emporte pièce ont discrédité a jamais cette institution dont on était fier du temps de Bourguiba et aussi de Ben Ali...une dernière chose,l'épicier du coin de mon Quartier s'était fait une idée sur Bouaziziz depuis fort longtemps,il n'avait pas attendu le témoignage de Mansar,encore moins le Scoop de Tunisie Secret,pour s'en convaincre...

4.Posté par aziz23 le 13/03/2014 09:35
Triste vérité la famille s'est fait plein d'argent le quatar l'a eut dans l'oeil et c'est la Tunisie qui va payer les frais avec nahda et ghanouch pour longtemps bjr les dégâts si la Tunisie veut sortir de ce bourbier extrémistes il faut chasser tous les dirigeants nahdiste de la Tunisie et en faire cadeau au quatar tiens mahrzia trouvera ses compétences de danseuse à doha

5.Posté par Léon le 13/03/2014 10:10
Les tunisiens ne voulaient entendre qu'un seul discours: Celui qui satisfaisait leur prétention et leur haine. Et certainement pas celui de la vérité.
Ils ont sauté comme un la vérole sur le bas clergé, sur les fausses nouvelles véhiculées par les traîtres et cyber-collabos.
Par conséquent, ils ont trahi leur pays et sont aussi responsables que leurs manipulateurs. Cela fait trois années que nous les rappelons à la vérité mais ils ne voulaient en aucun cas entendre raison. La haine, souvent motivée par des sentiments régionalistes de basse facture, a fini par avoir raison d'eux et de leur pays. Ils ont eu la leçon de leur vie et sont aujourd'hui déprimés et moroses.
En plus, ils ont eu exactement l'inverse de ce qu'ils espéraient: Le bon Peuple(la "masse silencieuse") regrette les anciens au vu des résultats économiques catastrophiques des faiseurs de révolution. Les parties et régions qui, jadis, se prévalaient d'être à l'origine de la révolution (à qui mieux mieux) sont aujourd'hui vues comme étant à l'origine de la catastrophe de leur pays et de la fin de sa souveraineté.
Léon.
VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

6.Posté par el mannouch le 13/03/2014 17:21
En même temps, c'est grâce à la révolution bouazizienne que ce professeur d'histoire raté qu'est Manser, est devenu conseiller d'un président tartour donc en d'autres termes, Manser profite directement d'une révolution madh'rouba.

7.Posté par BATTAL le 13/03/2014 23:20
depuis une année ,j'ai informé les tunisiens ,tout en leur disant que le vrai plan du soulevement en tunisie est fabrique en toute pièce par APTOR ET GOOGLE ,ils ont formé des cyber-soldats pour mettre KO la tunisie tout en donnant à ce coup d'etat le printemps arabe .dieu merci ,voila un professeur d'histoire qui relate la chronologie du complot contre la tunisie .malheureusement ,ils m'ont traité de malade ,de traitre et pire encore .

8.Posté par Ataturk le 14/03/2014 11:36
Pour une fois, malgré ses bourdes nombreuses Adnène Mansar a raison: Bouazizi est un mythe créé par les médias, d'ailleurs son vrai prénom est Tarek, en plus c'est une personne sans niveau ou qualification quelconque et qu'on a prétendu diplômé de l'éducation supérieure.

9.Posté par aziza le 15/03/2014 20:32
la seule et unique solution " VOTER" si on est responsable .........
il est inutile de critiquer ou pleurer quand on émet pas son opinion lors du vote...
la démocratie commence par ce seul geste

10.Posté par Observateur en Tunisie le 15/03/2014 20:37
Bravo pour ce bon article car c'est l'information juste au moment juste.

Juste pour que le réveil tunisien soit conséquent face aux manipulations éhontées du cabinet Obama sur les peuples du Maghreb et les autres démunies qu'ils allèchent par la "générosité" des ses prêts et des lobbys européens. Et si il a y des exceptions, comme Monsieur Füle l'illustre par un don sans remboursement de 300 millions d'Euros, c'est qu'il faut simplement admirer comment dans sa déclaration du 14 mars, il n'a pas cité une seul fois le mot démagogique de "révolution". (*)

Juste pour qu'on boycotte sut toute la ligne les initiatives de colonisation poussée de l'émirat terroriste et voyou du Qatar, qui ne fait que sponsoriser les bombes et les suicidaires patho-salafistes en Syrie, au Liban, en Egypte, en Libye et -ainsi voudraient-ils- même en Tunisie ! Cet émirat de l'ignorance théologique et du business religieux qui a sponsorisé, organisé, et continue à le faire (malgré leur offensive médiatique de DÉSINFORMATION et PROPAGANDE d'Etat sur logo al-Jazeera), le JIHAD-al-Nikah et la PROSTITUTION ISLAMIQUEMENT CORRECTE.

Tunisiens, si la LIBERTÉ doit être votre juste objectif, elle est encore lointaine, car il n'y a pas de liberté démocratique ni de croissance sans liberté d'esprit !

N.G.M. blogueur et militant des D.H.


(*) Business-News, déclaration du commissaire UE Stephan Füle

-liens http://www.businessnews.com.tn/une-nouvelle-aide-macro-financiere-de-300-millions-deuros-octroyee-par-lue,520,44937,3

11.Posté par Morched le 17/03/2014 17:35
Bouazizi n’avait même pas le baccalauréat, il n’était pas la victime dans e qui s’est passé mais le contraire
mère de Bouazizi et lui ont donné de l’argent. Elle a fini par quitter son village pour acheter une maison dans la banlieue chic de Tunis… ».
C’est lui qui avait tort, c’est lui qui a agressé l’agente municipale et l’a humilié verbalement et physiquement. Mais les jeunes ont construit cette légende grâce à facebook et aux vidéos envoyées à Al-Jazeera…Même sa photo qui a été diffusée était trafiquée…
Un Gros Clochard cette putain Bouazizi je pise sur sa tombe

12.Posté par Béchir le 18/03/2014 15:42
Vous les donneurs de leçon et les "fou la M...E", qu'elle empreinte allez vous laisser dans l'histoire ?
Aucune! Pourtant, vous avez profité de cette légende, l'ANC également, Ennahdha aussi, tout ce petit monde d'élus que vous avez tous plébiscités, bande d'imbéciles. Inutile d'aboyer maintenant que le mal est fait et qu'il n'est plus là. On vous a vu a l'œuvre, tous, face aux LPR, des lâches et rien d'autre.
Ce n'est pas Zizi qui a construit son image, il en aurait été bien incapable. Ce sont les niais et les nigauds qui ont cru que le travail était fait et qu'ils allaient pouvoir récolter les fruits de la révolte des pauvre. Rien qu'à vous lire, vous me donnez envie de vomir. N'oubliez pas que rien n'est gagné, gardez vos forces et votre verve pour plus tard, vous en aurez besoin.

13.Posté par aghilas-koseila le 19/03/2014 22:28
azull fellawen,
notre pauvre chere tunisie. n'est pas encore de l'auberge le pauvre bouazizi n'est plus la pour se defendre (assifk aguellidh talwith) que dieu le garde dans ses elyssées des cieux... en algerie lorsque on a provoqué massinissa guermah par les gendarmes. aussitot le ministre de l'interieur l'a traité de voyons en direct sur la t.v. de l'etat. pares s'est averré tout est faux...un ministre qui ment comme il respere...
- peut-etre pareil pour ce pauvre bouazizi,a tous les cas j'accorde plus de credit a bouazizi que merzouki ,khanouchi,adnane mansar certainement un historien du dimanche... ou des diplomés ronflants qui ruiné les pays du maghreb..ont tous un fil a la patte. les hyenes a l'affut. pendant la revolution se tapis ailleurs et a la fin ils reviennent non seulement pour partager le gateau et encore pour insulter les memoires fraiches des martyrs...ce n'est pas juste.le peuple demandera un jour des comptes pour les acteurs de cette offense grave...encore bouazizi n'ait-ifren fils du peuple noble repose en paix...
tanmirt ar timlillit.

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter