Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Moncef Marzouki amnistie les terroristes et enterre leurs victimes


17 Juillet 2014

Excellente analyse rétrospective de Khaled Boumiza, journaliste de l’ancienne école et de l’ancien peuple ! A lire et à méditer en se rappelant que les Rachid Ammar, Farhat Rajhi, Sihem Bensedrine, Mohamed Abbou, Hamma Hammami et d'autres mercenaires des droits de l'homme assument une responsabilité majeure dans la libération des terroristes et la métastase de cette gangrène.


Ce sont eux les vrais martyrs et non guère les casseurs et les incendiaires de janvier 2011.
Ce sont eux les vrais martyrs et non guère les casseurs et les incendiaires de janvier 2011.
Quelque 60 personnes au moins, parmi les agents de l’ordre et l’armée tunisiens, ont payé de leurs vies les trois années de pouvoir d’Ennahdha (parti de Rached Ghannouchi) et du CPR (parti du président Moncef Marzouki) en Tunisie. Il n’est pas sûr que ce décompte macabre s’arrête enfin là.

L’affaire du mont Chambi n’en finit plus. Du Général Rachid Ammar qui affirmait au seuil de sa retraite que c’était fini, à l’actuel ministre de l’intérieur qui affirmait, il n’y a pas longtemps, qu’il maîtrisait désormais la situation, personne ne semble pouvoir venir à bout de ce monticule où se cache une horde de meurtriers.

Après s’être un temps éparpillés entre Rouhia (mai 2011), Bir Ali Ben Khalifa (février 2012), Fernana et le Kef (décembre 2012), le terrorisme s’installe enfin au Djebel Chambi. Les premiers affrontements auront lieu en avril 2013 et le premier gros attentat, le 20 Ramadan de cette même année 2013. Une année plus tard, presque jour pour jour (18 Ramadan 2014), ce sont 14 nouveaux tués et des dizaines de blessés.

Pendant quatre ans, politiciens et experts de tout acabit, ont essayé d’expliquer et d’analyser ce phénomène meurtrier. Il est maintenant temps, à notre sens, de se demander, pour pouvoir mieux l’affronter, qui est réellement derrière ce nouveau cancer qui ronge la Tunisie.

De Mbazaa à Marzouki, ceux qui ont ouvert la boîte de Pandore.

Sans aucune chance de se tromper, on pourrait presqu’affirmer que les deux présidents qui ont signé les différents actes d’amnistie (Foued Mbazaa et Moncef Marzouki), figurent au premier rang des responsables de la gangrène terroriste. A plusieurs reprises, comme pour le cas des amnistiés de Soliman, ceux qui ont été sortis de prison ont été vite retrouvés à la tête ou dans des groupes terroristes qui s’étaient par la suite illustrés par de sanglants faits d’armes. Il est clair que Moncef Marzouki a libéré plus d’anciens-nouveaux terroristes que le premier chef d’Etat de l’après Ben Ali. Il développe même, sur les réseaux sociaux, l’image de celui qui amnistie les terroristes et enterre leurs victimes.

Président, Moncef Marzouki entamera par la suite une opération de surexposition de la Tunisie, d’habitude à l’abri de tous les conflits régionaux, à tout ce qui se passe dans la région. Il prendra ainsi position contre l’intervention française au Mali qui était une opération anti-terroriste. Il prendra position contre le régime syrien et invitera toute l’opposition qui se fera par la suite complètement dépasser par ses propres terroristes religieux. Il prendra fait et cause pour les religieux radicaux qui ont trucidé le Colonel Mouammar Kadhafi et ira jusqu’à leur livrer, pieds et poings liés, un des piliers de son régime. Il prendra position contre l’Egypte d’Abdelfattah Sissi, en faveur des Frères musulmans. Jamais la politique étrangère tunisienne n’avait été si tranchée dans des conflits internes d’autres pays, et cela ne pouvait pas passer sans suite pour la Tunisie qui n’a pas les moyens de ses positions. Jamais la politique étrangère n’aura été aussi dangereuse pour la Tunisie que du temps de Moncef Marzouki.

… De Rached Ghannouchi à Ali Larayedh, ceux qui ont dorloté le bébé-terrorisme.
 
Remis en liberté, les anciens terroristes que Ben Ali avait mis [à juste titre peut-on maintenant le dire] en prison, se retrouvent alors dans la meilleure des couveuses pour reprendre des forces, mieux s’organiser et repartir au Djihad.

Pendant de longs mois, les dirigeants du parti Ennahdha qui avait pris le pouvoir, abreuvaient la population d’explications fallacieuses sur les premiers mouvements de leurs protégés. Ils sont d’abord pris sous l’aile protectrice de Rached Ghannouchi qui en parle comme de «ses enfants». Ils sont ensuite publiquement disculpés de toute velléité terroriste par l’explication d’Ennahdha que «la Tunisie est un territoire de transit et une terre de prêche et non une terre de Djihad». L’actuel SG d’Ennahdha, ancien ministre de l’intérieur et ancien chef de gouvernement Ali Larayedh, qui serait allé jusqu’à ordonner l’interdiction d’arrêter Abou-Yadh. Ce terroriste notoire, deviendra par la suite la tête pensante de touts les malheurs la Tunisie.

Jusqu’au citoyen vorace et qui vendrait sa mère pour mille DT, et les députés qui refusent d’adopter la loi anti-terroriste.

Vient ensuite la responsabilité du citoyen tunisien. Devenu vorace après la Révolution, il se lance dans tout ce qui pourrait lui rapporter de l’argent. Approvisionner les groupes terroristes qu’il laisse faire contre un Etat où il ne se reconnait plus, fait désormais partie de l’arsenal de la débrouille à la tunisienne. Le déni de patriotisme pousse même à cultiver l’amalgame entre délation et devoir civique. Première sentinelle de son Etat, le citoyen tunisien baisse les bras et nourrit même le ver dans le fruit.

Il faut aussi pointer, même si la conjoncture ne s’y prête guère, la grave défaillance en matière de stratégie de lutte contre ce terrorisme particulier, celui de la foi. Jusqu’ici très peu d’opérations préventives ont été faites contre les terroristes du Chambi. L’Etat ne dispose plus de ses anciens moyens de renseignement. Son appareil sécuritaire est même noyauté et il cafouille, semant son chemin de croix des cadavres de ses propres soldats.

Il reste enfin à pointer, d’un doigt tout aussi accusateur, les députés de l’ANC. Depuis le début de cette année, ces députés avaient entre les mains le projet de loi anti-terroriste. Une loi qui devait notamment arrêter l’effusion des relaxes de terroristes, parfois pris en Flag. Une épidémie tant de fois décriée par les forces de sécurité intérieure. Cela fait plus de cinq mois, que ces chers députés discutent et bavassent sur la signification à donner au mot terroriste. Aux dernières nouvelles, certains députés auraient refusé de considérer le trafic d’armes comme un acte terroristes.

C’est en définitive, toutes ces personnes, physiques et morales, qui sont responsables au second degré de la soixantaine de morts des différents actes terroristes qui secouent la Tunisie depuis la chute de Ben Ali. C’est à se demander comment faisait-il pour qu’il n’y ait eu aucun acte terroriste sur le territoire en 23 années ?!

Khaled Boumiza, African Manager, le 17 juillet 2014.


           


1.Posté par Alexis Sourdel le 18/07/2014 01:05
Somptueux, mes respects Monsieur l'Ambassadeur. Je vous ai découvert à la télévision au début des émeutes dans votre beau pays en 2011, et j'ai été impressionné par votre courage politique et votre charisme intellectuel. Je vois que vous n'avez pas baissé les bras depuis, ce qui force encore plus mon estime à votre égard. Les grands de ce monde sont toujours incompris. Bon courage Monsieur l'Ambassadeur. AS, un vieux diplomate à la retraite.

2.Posté par azouz.bachouche le 18/07/2014 02:35
Azouz Bachouche via Shems FM (page officielle)
36 min ·
نقابة قوات الامن الداخلي_Syndicat FSI
عزوز بشوش عالم تونسي .مصمم طائرة النسناس بدون طيار منذ سنة 1997
هذا العالم تجاهلته حكومة بن علي و يتواصل لحد الآن تجاهله من قبل الحكومات ما بعد الثورة .
علاش الناس هذي ما نستفادوش من خبراتهم ؟؟ الناس هذي قالت نجي و نخدم بلادي بلاش بدون مقابل بلوشي .......
علاش عنا امكانية متاع صناعة طائرات بدون طيار نراقب بها جبل الشعانبي 24/24 و نتجنبوا مثل كارثة ليلة أمس ؟؟
تي شكون يحط العصا في العجلة في البلاد هذي ؟؟؟؟؟؟؟؟؟؟؟؟؟؟؟؟؟؟

القصرين : من المنتظر إحالة 9 جثامين محروقة لشهداء الوطن للعاصمة للتعرف على هوياتهم
أفاد مصدر عسكري لمراسلنا في ولاية القصرين أنه ستتم إحالة 9 جثامين محروقة...
SHEMSFM.NET

3.Posté par Hannibal Genseric le 18/07/2014 09:41
L'Etat tunisien est-il complice du terrorisme en Syrie

Il est de notoriété publique que la majorité des djihadistes tunisiens en Syrie sont recrutés, formés idéologiquement et psychologiquement dans les prisons, avec l’aide d’associations caritatives islamistes « tolérées », sinon encouragées, par l’Etat. Une fois cette formation achevée, ces associations dressent la liste des récipiendaires à gracier. A la première occasion, le président Marzouki, fantoche des islamistes, n’a plus qu’à signer cette grâce. Dès leur sortie de prison, les plus intelligents prennent la poudre d’escampette pour essayer de gagner l’Europe. Les autres sont fermement « orientés » vers la Syrie, via la Libye et la Turquie, moyennant une poignée de pétrodollars versée à leur famille. Parmi eux, certains arrivent à convaincre leurs sœurs ou leurs jeunes épouses de les accompagner en Syrie pour le djihad sexuel. Ainsi s’explique la proportion anormalement élevée des Tunisiens et de Tunisiennes parmi les terroristes en Syrie.

Avec une communauté estimée à 3000 djihadistes, les Tunisiens constituent le premier contingent étranger suivi des 2500 Saoudiens, 1500 Marocains, 800 Russes et 700 Français.

Ce qui est encore plus significatif, c'est le nombre de terroristes par millions d'habitants du pays d'origine. On obtient le tableau suivant, dans lequel la Tunisie est la super championne avec 300 terroristes par million d'habitants, suivie par l'Arabie Saoudite et par la Kosovo, encore un pays "libéré" par l'OTAN....

http://numidia-liberum.blogspot.com/2014/06/syrie-cest-la-tunisie-qui-fournit-les.html

4.Posté par GentilTun le 18/07/2014 10:38
Ben Ali est présenté par les médias comme un "flic et en plus un flic con" comme avait dit Hubert Vedrine.
Mais en réalité cet homme est simplement un génie et un homme d'état hors paire.
- Aujourd'hui, 60 terroristes s'infiltrent depuis la frontière algérienne alors que l'Algérie ne compte plus que 300 terroristes à tout casser, et dispose d'une armée impressionnante.
- Pendant les années 90, ZERO terroriste s'est infiltré depuis l'Algérie qui grouillait de dizaines de millier de terroristes et alors que son armée était aux abois.
L'explication : le génie de Ben Ali et de ces hommes

5.Posté par Observateur en Tunisie le 20/07/2014 05:59
Tout d'abord, c'est bien didactique de souligner que Moncef Marzouki est un mercenaire, et agit sous l'emprise de son contrat, non plus doué de sa propre volonté ni de son propre agenda, mais soumis aux impératifs coloniaux du Qatar et à la surveillance idéologique et les ordres de l'ayatollah Rached Ghannouchi alias Kheriji. Ses états d'âme peri-pathétiques et ses sornettes médiatiques s'ajoutent à la pantomime démocratique annoncée en janvier 2011 par Al-Jazira et appuyé par l'approbation du président-esclave de la CIA, Barack Obama et son consensus hilare après la réussite du coup des civils massacrés par les snipers du Qatar, le tout encadré par le MI6 britannique.

En commentaire à l'info publiée le 30/6/2014 par Business News: "Tunisie – Terrorisme : Mohamed Ali Aroui revient sur l’affaire de Jendouba",

j'avais posté un commentaire portant le titre "affaire à suivre" (Observateur en Tunisie |01-07-2014 03:41), [http://www.businessnews.com.tn/tunisie--terrorisme--mohamed-ali-aroui-revient-sur-laffaire-de-jendouba-audio,520,47532,3 ] dont j'aime proposer à nouveau le contenu:

--- La suite est imprévisible. Mais puisque "prévenir est mieux que guérir", nous pouvons postuler le scénario suivant.

Avant tout, le spectre d'une agression terroriste à grande échelle plane assurément sur la Tunisie, avec une masse endormie avec les feuilletons ramadanesques, gavée dans la perspective de 30 nuits de bouffe suivies par un merguez au matin du aïd, et trop distraite par le football, pour ne pas se réveiller brusquement sidérée aux premières têtes coupées, crucifixions et autres exécutions brutales dont vous voyez les images depuis l'Irak...et qui pourraient se déclencher dans un peu de temps chez vous. Ce qui se passe en Irak donne l'exemple de la tragédie.

Selon un scénario tactique prévisible, par une série de provocations frontalières dans le ouest (Algérie) et dans le sud (Libye) avec des engagements militaires ici et là, l'attaque soudain d'un important commando djihadiste avec des éléments suicidaires dans son corps, serait menée en suivant la conformation orographique depuis djebel Zaghouan jusqu'à djebel Trozza vers Kairouan, où des cellules dormantes terroristes hyper-équipées en armes sophistiquées et lance-roquettes et entraînées par Abou Yahd (rappelez-vous les parades y effectuées il y 2 ans), avec la
bénédiction du cheikh-moukhabarat Ghannouchi, les attendent...

La "qatiba Okba Ibnou Nefaa" est un nom et tout un symbole : la ville tomberait ainsi facilement et quasi sans combats, laissant les force de l'ordre fugitives, massacrées ou dispersées, dans les mains des insurgés djihadistes, qui la déclarerons alors "capitale du califat djihadiste", après des exécutions abominables et sadiques des laïques et de tous les résistants, dans l'euphorie stimulée par la "zattla" distribuée aux sympathisants islamopathes dont hélas cette ville est bien remplie... Ce serait un "carnaval ramadanesque" sanglant qui laisserait Mehdi Jomâa stupéfié et consterné de voir enfin l'indifférence d'Obama.

Comme dans le cas de l'Irak, ce dernier, un hypocrite anti-chrétien, pro-avortement et diffuseur du virus anti-famille du "mariage gay", membre secret de la Confrérie islamiste et esclave noir de la CIA, n'enverra qu'un manipule de marines pour "sauver" les personnels de son ambassade et déclarera le califat tunisien un "fait accompli", en disant simplement qu'on ne peut pas bombarder une ville sainte et faire des victimes inutiles... Il faudra alors "chercher un compromis" avec l'aide du "cheikh moukhabarat" Ghannouchi et du terroriste ordurier Abou Yadh... que cela plaise aux Tunisiens ou pas...! ---

J'aimerai de me tromper et en tout cas, je l'avais dit pour confondre l'ennemi. Mais il faudra bien être vigilant à ce scénario, car les djihadistes ne sont pas là pour conquérir le Djebel seulement. Ils ont un programme, et ce programme est contenu dans le "Velihat-i Faqee" (iranien, le "gouvernement du préposé") écrit et rassemblé par Khomeini avant sa révolution : autrement dit le programme du gouvernement islamique du Califat, que Rached Ghannouchi connait par coeur....

6.Posté par Dordghane le 13/12/2014 19:29
l'amnistie des terroristes est régie par des lois et des critères, et l'enterrement des victimes est un honorable devoir.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Septembre 2014 - 07:02 Présidentielles : Candidatures d’outre-tombe

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter