Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Après le djihad terroriste, voici venu le temps du djihad par la prostitution halal


1 Avril 2013

Ayant usurpé le pouvoir avec la bénédiction américaine, Ennahda et ses deux complices, le CPR et Ettakatol, ne se sont pas contentés de démolir la Tunisie. Ils complotent contre l’Algérie et expédient en Syrie de jeunes tunisiens et tunisiennes pour faire le djihad. Les uns avec une Fatwa légitimant l’égorgement du frère syrien, les autres avec une Fatwa ordonnant la prostitution halal. Précurseurs du « printemps arabe », les Tunisiens ont inventé le djihad par la prostitution.


Après le djihad terroriste, voici venu le temps du djihad par la prostitution halal
Pour le père de l’indépendance, Habib Bourguiba, le grand djihad était celui qu’on doit livrer contre le sous développement et l’ignorance. Pour les islamistes et leur idiot utile Moncef Marzouki, le djihad des hommes consiste à aller égorger les syriens, et celui des femmes, à offrir leur corps aux mercenaires de l’OTAN, de l’Arabie Saoudite et du Qatar (voir vidéo). Ainsi, tous les moyens sont bons pour anéantir la Syrie, le pays qui résiste héroïquement depuis deux ans à l’invasion barbare de l’internationale islamo-terroriste, activement soutenue par les « démocraties » occidentales.

L’opinion publique savait déjà que la jeunesse tunisienne, endoctrinée par les wahhabites et les Frères musulmans, était enrôlée dans des réseaux terroristes, entrainée dans le sud tunisien et en Libye, puis envoyée en Syrie. Leur nombre est aujourd’hui estimé à 6500 individus et leur âge est compris entre 18 et 35 ans. Jusqu’au plus haut niveau, le gouvernement provisoire est impliqué dans ce trafic de chaire à canon. Interrogé sur ce scandale qui a ternie l’image de la Tunisie et des Tunisiens dans le monde, Rafik Bouchlakha, alors ministre des Affaires étrangères, a eu l’insolence et le cynisme de déclarer en janvier dernier que « le gouvernement ne peut pas interdire la libre circulation des personnes » !
  
Ancien membre de la Commission des Observateurs Arabes en Syrie, Ahmed Manaï vient de relancer cette affaire. Dans une récente interview au quotidien La Presse, il a confirmé –si besoin en était- l’implication d’Ennahda dans l’endoctrinement et l’expédition de jeunes désœuvrés vers la Syrie. Selon M.Manaï, tout a commencé par une rencontre à Tripoli, le 11 décembre 2012, qui a réuni le Mufti de l’OTAN Youssef Qaradaoui, l’agent des Services britanniques Rached Ghannouchi, le numéro deux des Frères musulmans en Syrie, le premier ministre du Qatar ainsi que l’ancien lieutenant de Ben Laden, le libyen Abdelhakim Belhadj. C’est lors de cette réunion qu’a été conclu l’accord secret Bourhane Ghalioun/Abdelhakim Belhadj, consistant à armer des mercenaires tunisiens, libyens et égyptiens et à les envoyer combattre en Syrie.

Ces mercenaires volontaires ou manipulés n’y vont pas gratuitement. Grace à un budget consacré par le Qatar et l’Arabie Saoudite, chaque terroriste ou sa famille peut toucher une somme d’argent estimée entre 2000 et 5000 dinars. C’est un grand business dont profitent les agents recruteurs (des salafistes et des membres d’Ennahda) ainsi que des associations locales qui agissent pour le compte d’agences de renseignement occidentales, installées en Tunisie depuis janvier 2011,  avec la couverture du gouvernement actuel. Le principal agent recruteur s'appelle Abdelaziz Nejib, un mafiosi qui fume le cigarre et séjourne dans les meilleurs palaces tunsiens depuis février 2011. Selon Youssef Oueslati, ancien rédacteur en chef de l'hebdomadaire tunisien "Erraya", ce mafiosi et membre d'Ennahda touche 4000 dollars pour chaque djihadiste recruté en Tunisie et envoyé en Syrie. Son nom ayant été révélé par certains médias tunisien, ce criminel a été interpellé à l'aéroport de Tunis-Carthage il y a deux mois, mais sur ordre du ministre de l'Intérieur, il a été autorisé d'embarquer dans un avion en destination de la Turquie d'où il est arrivé. 

L’ignominie ne s’arrête pas là. Depuis sept mois, ce sont de jeunes filles tunisiennes, vierges de préférence, que l’on expédie en Syrie. Leur mission fixée par des prédicateurs wahhabites : satisfaire les désirs sexuels des terroristes qui combattent le peuple syrien. Il y a même des tunisiens qui sont parti avec leur épouse et leur propre progéniture féminine pour accomplir leur « devoir » de bon musulman.
                    
Il y a deux ans, les Tunisiens se targuaient d’avoir réalisé la révolution de la dignité. Ou sont l’honneur et la dignité des Tunisiens aujourd’hui ? 
Tunisie-Secret.com

Karim Zmerli

 
 


           


1.Posté par Brahim Haddou le 02/04/2013 18:08
Malheuresement, il s'agit encore d'une similitude, sinon d'une copie conforme de ce qui prevalait en Algerie pendant la décennie d'affres du terrorisme islamiste subversif. Quand les islamistes perpetraient leurs boucheries dans les quartiers, villages, les filles et femmes, celles qui n'etaient pas égorgées, étaient kidnappés, leurs foeutus crucifiées, elles servaient d'esclaves sexuels dans les maquis, où elles étaient bonnes à tout faire, rares sont les miraculées qui sont parvenus à s'échapper et retrouver leurs familles. antar zouabri "l'emir" du gia, avait emis des fatwas ordonnant le massacres d'enfants, ce décérébré avait inventé suivant sa vision erronée de l'islam, que "les bébés doivent être égorgés pour qu'ils aillent au paradis, evitant qu'ils soient corrompus par la société". les fatwas contre les civilis autorisant les massacres, etaient aussi lancés dans les mosquées de londres et egalement par le mufti de l"otan, le diable karadaoui qui avait ovationné les crimes du terrorisme wahabite. aujourd'hui c'est malheuresement en tunisie que sont emis des fatwas à l'encontre du peuple syrien, que des mercennaires "djihadistes" sont envoyés par le gvt terroriste tunisien soumis aux injonctions americano-qataris,la tunisie est malheuresement devenu le berceau de l'hydre terroriste.

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter