Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Après trois ans d’exil en France, Mondher Zenaïdi rentre en Tunisie


11 Septembre 2014

C’est ce dimanche 14 septembre que M.Zenaïdi retrouvera son pays, après plus de trois ans d’exil forcé, injuste et cruel. C’est une bonne nouvelle pour ses très nombreux amis et supporters, mais pas pour ceux qui ont contribué à la cabale pour vider la Tunisie de ses meilleures compétences et éliminer les concurrents sérieux et susceptibles de contrarier leurs ambitions sénescentes.


Enarque et centralien, déjà haut responsable à l'époque de Bourguiba, plusieurs fois ministre sous la présidence de Ben Ali, Mondher Zenaïdi est sans doute l'homme d'Etat que les Tunisiens attendent aujourd'hui.
Enarque et centralien, déjà haut responsable à l'époque de Bourguiba, plusieurs fois ministre sous la présidence de Ben Ali, Mondher Zenaïdi est sans doute l'homme d'Etat que les Tunisiens attendent aujourd'hui.
Même si l’homme est d’une discrétion totale et parfois exagérée, le bruit courait depuis déjà trois mois sur le retour de Mondher Zenaïdi en Tunisie. Il y avait des signes qui ne trompent pas. Condition sine qua non de son retour, le processus devait nécessairement commencer par la levée du blocus judiciaire. Les affaires montées de toutes pièces et cousues de fil blanc durant la phase de purgatoire et de chasse aux sorcières lancée, non guère par les islamistes ou les gauchistes, mais par Béji Caïd Essebsi et ses barbouzes, devaient forcément disparaitre. Pas par une intervention des hommes de l’ombre, ou le paiement d’une rançon, comme cela a été le cas pour certains, mais par révision et décision d’une justice finalement « autorisée » à être souveraine pour corriger ses iniquités commises sur ordonnance.

Le mysticisme, ce n’est pas sa tasse de thé

Désormais innocenté et lavé de tout soupçon, plus rien ne pouvait empêcher Mondher Zenaïdi de rompre un exil qui lui a été infligé par les Torquemada de l’ère post-bouazizienne. C’était l’époque des listes noires, celle des politiques, des hauts fonctionnaires et des hommes d’affaire, établies à la hâte, soit  pour se débarrasser de témoins gênants, soit pour disqualifier de redoutables concurrents politiques, soit par racket, soit par vengeance, soit encore par pure méchanceté. Aujourd’hui, pour s’en laver les mains, Béji Caïd Essebsi accuse Kamel Eltaïef de l’avoir induit en erreur, un classique de l’ère Bourguiba et Ben Ali, et Kamel Eltaïef jure avoir agi sur instruction de celui qui se prenait déjà pour le grand Bey de Tunisie, et en étroite collaboration avec son fils, héritier du trône et grand Receveur du gouvernement de l’ombre !

Mondher Zenaïdi sera à Tunis dimanche prochain, 14 septembre 2014. On suppose qu’il ne va pas vivre en ermite ou se consacrer à la culture de son jardin. Le mysticisme, ce n’est pas sa tasse de thé, encore moins le jardinage. Enarque et centralien au parcours professionnel et politique exemplaire, très populaire en Tunisie et pas seulement dans sa région de Kasserine et Sidi Bouzid, très apprécié par le milieu des affaires mais aussi par nombreux syndicalistes de l’UGTT, bénéficiant de solides amitiés en Occident et dans les pays arabes, admiré par les destouriens qui n’ont toujours pas trouvé qui les rassembler et qui attendent un leader charismatique à la Bourguiba, fédérateur, consensuel  et homme de compromis sans compromission, Mondher Zenaïdi a tous les atouts pour se présenter aux prochaines élections.

Recompositions et nouvelles alliances en perspective

Son atterrissage à l’aéroport de Tunis-Carthage est aussi un atterrissage brutal au bon moment de la campagne électorale et au milieu d’une scène politique assez médiocre et parasitée par des candidatures aussi burlesques que carnavalesques. Par son retour, il brouille en tout cas toutes les cartes, remet en question le partage du gâteau entre les amis gloutons et voraces des antichambres et « ennemis » apparents des plateaux de télévisions, et oblige tous les protagonistes à de nouvelles alliances… et désalliances. Les  partis politiques qui vont devoir reconsidérer leurs positions, reconfigurer leurs alliances et remettre à jour leurs stratégies sont principalement ceux qui se revendiquent de la continuité bourguibienne et de la légitimité destourienne, et qui piochent dans la même assiette électorale, à savoir Nida Tounes de Béji Caïd Essebsi, Al-Moubadara de Kamel Morjane, le Mouvement Destourien de Hamed Karoui, Al-Watan de Mohamed Jegham et le Parti du Néo-Destour d'Ahmed Mansour. Qu’en sera-t-il d’Ennahda, ennemi irréductible du bourguibisme ? Toute la question est là.
   
Selon nos confrères de Direct Info qui voient en lui « l’homme providentiel », Mondher Zenaïdi aurait déjà obtenu les 10000 signatures lui permettant de briguer un mandat présidentiel. Relèvera t-il ce défi majeur qui est également celui de toute une nation consciente de la dégradation vertigineuse de son pays en moins de quatre ans et, surtout, des périls qui la guettent ? Sera-t-il à la hauteur du moment historique et décisif par lequel passe la Tunisie, et de l’espoir qu’il suscite chez les très nombreux Tunisiens revenus de l’euphorie « révolutionnaire » ?

Avec deux autres acteurs politiques, il pourrait constituer le tiercé gagnant

Un tel Challenge est tout à fait possible et même probable. Mondher Zeanaïdi a toutes les qualités que requiert ce moment historique. C’est l’homme de la situation. Mais il va devoir s’entourer des vraies compétences, d'authentiques patriotes et d'alliés souhaitables et incontournables. Nous révèlerons bientôt les deux autres personnalités politiques avec lesquelles Mondher Zenaïdi pourrait constituer le tiercé gagnant. Car, seul, il ne pourra pas gagner.

Il va aussi devoir avoir les reins bien solides, car les adversaires politiques, qui tenteront d’abord de le rallier à leurs causeries, essayeront par la suite de démolir sa Cause en recourant à tous les moyens pour se débarrasser d’un concurrent extrêmement gênant. Des basses calomnies aux plus viles désinformations, tous les moyens seront employés pour discréditer ce fédérateur de toutes les forces vives du pays. Qu’importe ! C’est dans l’adversité et les épreuves que se forgent et se révèlent les chefs charismatiques incarnant les aspirations de leurs peuples.

L’accueil populaire qui lui sera probablement réservé à son arrivée dimanche 14 septembre 2014, à 13h heure locale, sera une revanche pour ses innombrables amis…et une défiance pour ses insignifiants ennemis.

Nebil Ben Yahmed                 

 
 


           


1.Posté par Amira Ben Youssef le 11/09/2014 12:31
inchalah ya rabbi on a marre des guignols, des mafieux et des oportunistes. Mondher znaidi est l'homme qu'il faut pour la Tunisie que nous voulons. Rabbi inchalah est avec lui.

2.Posté par Basma Swiden le 11/09/2014 12:32
Un homme classe qui ressemble aux tunisiens et qui saura les représenter et incarner leurs aspirations.

3.Posté par Moncef Khélil le 11/09/2014 12:34
Enfin, Tunisie-Secret dévoile son plan machiavélique !!!!!!!!!!!!! Trop fort!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

4.Posté par Mohsen Abdeljawad le 11/09/2014 12:38
Nebil Ben Yahmed, Je vous critique souvent mais là vous avez parfaitement raison. Vous faites une excellente analyse de la situation et le meilleur choix possible du moment. Ce monsieur présente le bon profil du politique, du gestionnaire, du communiquant et surtout du patriote qui aime son pays. Adopté, je vous suis.

5.Posté par Mehdi qui sait tout le 11/09/2014 12:47
c'est qui les deux autres alliés ? Taïeb Baccouche et Samir Bettaïeb, ou Kamel Morjane et Ayachi Ajroudi, ou Hamed Karoui et Hammadi Jebali ? répondez à ma question SVP.

6.Posté par Ghazi Benzarti le 11/09/2014 12:53
Plan machiavélique ou pas tunisie secret a raison de soutenir Mondher Zenaidi comme elle a eu raison de défendre récemment Mohamed Ayachi Ajroudi. La Tunisie a besoin de ses compétences nationalistes et des hommes d'affaires qui ont de l'influence à l'étrangers. Si tunisie secret complote pour aider au sauvetage de notre triste pays, je l'encourage et je la soutien.

7.Posté par Mounir Atallah le 11/09/2014 13:03
Mehdi puisque tu sait tout, pourquoi tu n'a pas de réponse à la question que tu pose? Tu crois que ces diables de tunisie-secret vont te répondre? t'inquiète, tu veux que je te dise? le tiercé gagnant pour eux c'est Mondher Znaidi, John Wayne, et Ali Seriati. je t'assure que c'est vrai.

8.Posté par Saber Lamouri le 11/09/2014 14:44
Tu divagues Mounir Fathallah. Un peu de sérieux SVP. Pour ceux qui lisent régulièrement Tunisie secret et qui ont un peu de jujotte politique, le tiercé gagnant est Zneidi-Morjane-Ajroudi. Je te parie tout ce que tu veux. Je suis d'ailleurs certain qu'ils ne vont pas publier mon commentaire.

9.Posté par Fatma MEDHAFFAR le 11/09/2014 15:45
Merci si Mondher oui c'est le meilleure cadeau pour mon annivérsaire (dit sur Face.12/8). mais en ce qui concerne le tièrcé : c'est Si Mondher, Si El Béji (l'homme de la situation : Casba 1 et 2 et enfin Si Kamel Nébli le grand conseiller financier, une troyka capable de sauver la situation

10.Posté par Adnan Belkhiria le 11/09/2014 17:45
nous respecttons beaucoup monsieur Mondher Znéidi mais c'est Mezri Hadad que nous attendons pour l'accueillir et le porter aux élections présidentiels. c'est lui qui a démissionné avant la fuite de Zaba, il n'était pas au RCD, il a dévoilé le complot, il n'a pas ménagé les Nahdaoui, il a été le premier à lancer le mouvement néo-bourguiibiste en février 2011 et il a surtout mené une guerre totale contre Qatar. Tout ce qu'il a fait montre que c'est un Bourguiba Bis. voilà pourquoi on l'aime. Mondher Znéidi est un bon patriote, compétent, honnête, modeste et populaire. nous le soutiendrons.

11.Posté par Myriam Belkhodja le 11/09/2014 17:56
Mondher Zenaïdi PRESIDENT. Presto, vite, on ne peux plus, Ayuto. Notre Tunisie du paradis d'avant est devenu un enfer. Et toi Adnan t'a raison, le monsieur haddad est un Grand Homme, je comprend pas pourquoi il n'a pas voulu se présenter. Bon on a notre candidat maintenant, il faut qu'on fonse tous.

12.Posté par Karim Allouche le 11/09/2014 21:25
Après avoir perdu beaucoup de men temps et de mon argent, j'ai fini par quitter Nida Tounès en qui j'ai vraiment cru. Je me suis juré d'arrêter la politique et de m'occuper de ma petite entreprise. J'ai entendu beacoup de bien sur cet homme qui est en plus centralien et énarque. Je lui fais confiance et je reviens à la politique pour le soutenir et motiver tous mes amis.

13.Posté par Ghanouchi M. le 11/09/2014 22:30
Mondher Zneidi est l'homme de la situation par excellence. Diplômé des grandes écoles, expérimenté, issu d'une bonne famille, humble... Et surtout un grand patriote intègre. Qui rêver de mieux pour diriger la Tuinisie et la faire de nouveau revenir à son niveau tant apprécié d'antan: pays stable, équilibré et ou il fait bon vivre. Espérons le.

14.Posté par Hannibal le 14/09/2014 12:20
Ni compétence ,ni expérience en matière politique ,les gueux tunisiens privilégient plutôt les charlatans et les propagandistes de l'islam aux détriment de l'intérêt général de la nation. Je suis persuadé que les enturbannés et dopés aux anabolisants coraniques et hadhitiques vont l'emporter aux prochaines élections car le tunisien n'a jamais fait preuve de maturité et logique politique et a toujours craint dieu ;alors que ce dernier n'en a cure de la chose publique .

15.Posté par kimm hwimdi le 19/09/2014 13:33
la partie basse qui a fait scandale en fin de règne il faut profiter avant tous de voir l'autre face du carton si j me suis pas encore décidée à qui donner mon vote cé à dire lui donner ma tunisie pour la gouverner en tant qu'homme et de se placer comme un sauveteur et mener les grand réformes comme je peux voir les sentiments ne compte pour rien que les malheurs tout un arsenal d'homme doivent etre honete pour sauver le pays si il y'a un programme avec des plans des stratégies et des avant goût avec des cultivés et des planificateurs et ayant des appuies de toute sorte et surtout l'UGTT il peut valoir si non il fauderai un nouveau system l'actuel system mene une navire à un seule moteur avec beaucoup de marche arrière notre probleme en tunisie cé la fuite des malfaiteurs et la non poursuite si un jour qui aide à la fuite et par non respect des règles de bonne gérance incombe à notre tunisie des dommages qu'il paye et cette loi doit etre applique dés qu'un homme politique enfreindre la loi

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter