Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Au diable les droits de l’homme si le droit à la vie n’est plus assuré, par Mezri Haddad


30 Juillet 2016

C’est ce que vient de déclarer notre philosophe national dans une longue interview accordée au Figaro et dans laquelle il n’a pas mâché ses mots. Mezri Haddad, le seul et le premier penseur à avoir compris, dès janvier 2011, la finalité « islamo-atlantiste » du « printemps arabe » et qui a tout fait pour alerter ses compatriotes, est revenu sur les causes objectives et occultées de la vague terroriste qui frappe la France. Celui qui a eu la clairvoyance de déclarer aux Français, le 13 janvier 2011, sur BFM-TV et au micro de Jean-Jacques Bourdin, que « Si vous continuez à galvaniser la jeunesse tunisienne contre son propre pays, c’est chez vous que vous finirez par avoir le printemps arabe » ! Tunisiens comme Français l’avaient pris à l’époque pour un fou. Ils rient beaucoup moins aujourd’hui.


Mezri Haddad fustigeant le "printemps arabe" chez Jean-Jacques Bourdin, le 13 janvier 2011. L'Histoire lui a donné raison.
Mezri Haddad fustigeant le "printemps arabe" chez Jean-Jacques Bourdin, le 13 janvier 2011. L'Histoire lui a donné raison.
FIGAROVOX. - En tant que philosophe de culture musulmane, que vous inspire ce dernier acte terroriste qui a visé une Eglise et lors duquel le père Jacques Hamel a été atrocement assassiné ?

Mezri HADDAD. - Cela m'inspire de la compassion pour les victimes, du dégout à l'égard d'une religion sclérosée et souillée et un profond sentiment de haine - comme disent les enfants chéris de la diversité - vis-à-vis des auteurs de cet acte barbare et de leurs nombreux semblables qui peuvent à tout moment basculer dans le terrorisme islamiste parce qu'ils y sont psychologiquement et idéologiquement prédisposés. Cela me renvoie aussi à tous les crimes commis au nom d'Allah et pour la gloire affligeante de son prophète, des moines de Tibhirine aux victimes de Nice, en passant par les nombreux prêtres et pasteurs en Syrie et en Irak dont nul n'évoque le supplice. L'assassinat d'un prêtre chrétien dans son Eglise ajoute à cette barbarie humaine une réalité irréductible que certains anesthésiés par l'islamophilie, ou dissuadés par l'islamophobie, refusent de voir: le choc des civilisations est bien là et il est loin d'avoir atteint son stade paroxystique.

Comment expliquez-vous un tel enchainement d'événements terroristes, les uns aussi violents que les autres ?

Un tel emballement ne s'explique pas, mais il se décline et se raconte! En France et dans le monde occidental en général, on est incapable de rationaliser un phénomène qui échappe par définition même à la rationalité cartésienne, d'où les concepts ineptes qu'on invente tous les jours sur les plateaux de télévisions comme pour conjurer un mal faute de le supprimer: radicalisation, auto-radicalisation, déradicalisation, loup solitaire… Si certains candides ou cyniques n'osent plus justifier l'abomination terroriste par l'injustice sociale et la ghettoïsation, il y a aujourd'hui des «spécialistes» qui convoquent la psychanalyse pour expliquer l'attitude de l'homo islamicus. Ainsi, le criminel de Nice serait en instance de divorce et c'est pour cette raison qu'il a pris la vie à 84 innocents ; idem pour les quatre auteurs d'attaques terroristes en une semaine en Allemagne qui souffriraient de troubles mentaux.

Et votre explication de ces événements ?

Cette accélération d'actes islamo-terroristes a une histoire dont certaines élites intellectuelles, politiques et médiatiques devraient avoir honte. C'est l'histoire, au nom de la sacro-sainte laïcité, de la déchristianisation du pays qui fut jadis et naguère la fille aînée de l'Eglise. L'histoire des belles églises qu'on a remplacées par des mosquées sous le prétexte fallacieux qu'elles n'avaient plus de fidèles, alors qu'on n'a pas cessé, depuis trois siècles, de culpabiliser les catholiques et d'enseigner aux chrétiens que leur foi était strictement intérieure et qu'elle n'avait pas besoin de temples ni d'églises pour être vécue et partagée. C'est ainsi qu'est née chez certains intégristes musulmans le phantasme de la conversion de la France à la religion de Saïd Qutb, d'Abdelwahab, de Qaradaoui et de Ben Laden. C'est l'histoire de la sempiternelle idéologie des droits de l'homme qui a ouvert la voix au fondamentalisme et qui tétanise encore aujourd'hui les rares responsables politiques qui voudraient extirper par ses racines l'islamo-fascisme. L'histoire de l'école dite laïque qu'on croit sauver par des réformettes cosmétiques. L'histoire de l'université aujourd'hui envahie par les voilées et les enturbannés. L'histoire des territoires perdus de la République et conquis par les délinquants et les trafiquants de drogue recyclés dans le djihadisme et rédempteur pour certains et expiatoire pour d'autres. L'histoire des relations avec certaines monarchies du Golfe qu'on a autorisé à subvertir l'islam en France avant de lui réexpédier ses hordes fanatisées. L'histoire de l'antisémitisme qu'on a laissé couver jusque dans les écoles, les universités et les mosquées pour sauvegarder un semblant de paix sociale… Ajoutez à toutes ces causes endogènes les méfaits du «printemps arabe» que le monde occidental a soutenu et exalté, et vous aurez l'histoire exhaustive de l'islamo-terrorisme en France.

En quoi le printemps arabe serait-il responsable de ce qui se passe aujourd'hui en France et en Europe ?

En janvier 2011, j'avais déclaré sur une grande chaîne de télévision française que si vous continuez à applaudir le printemps arabe, vous finirez par l'avoir chez vous. Il existe sans l'ombre d'un doute un lien de causalité entre ce printemps dit arabe et la prolifération du terrorisme islamiste partout dans le monde et notamment en France. Sous les régimes de Saddam Hussein, de Kadhafi, de Bachar Al-Assad et de Ben Ali, il n'y avait sans doute pas de démocratie mais il n'y avait pas non plus ce type de terrorisme systématique, global et aveugle. Al-Qaïda existait mais elle était beaucoup plus un ramassis de wahhabites et de Frères musulmans qu'une organisation planétaire et à plus forte raison un «Etat islamique», avec un territoire, une armée active sur le terrain conquis, une autre, celle de l'ombre et qui est délocalisée eu Europe, une bannière, une idéologie théocratique et totalitaire, des gisements de pétrole sous son contrôle et une stratégie de guerre pour soumettre le monde civilisé à ses exigences obscurantistes. Les liens de causes à effets entre «printemps arabe», islamisme et terrorisme sont multiples. Je n'en prendrais ici qu'un seul exemple, celui de la Tunisie dont certains continuent à louer l'exemplarité par cécité ou par cynisme. De pays fournisseurs jusqu'en 2011 de cadres scientifiques et de mains d'œuvre qualifiés, elle est devenue le premier pays exportateur de terroristes, avec près de 13000 djihadistes éparpillés entre la Syrie, l'Irak, la Libye et certaines capitales européennes.

Que faire devant une telle situation où la France, la Belgique, l'Allemagne et également la Tunisie, indistinctement, subissent les assauts du terrorisme ?

Pour le leur avoir dit et réitéré, les gouvernants de Nidaa Ennahda en Tunisie savent ce qu'ils ont à faire pour éradiquer un mal à l'implantation duquel ils avaient largement contribué. Quant à la France, il va falloir que l'on prenne les choses bien au sérieux, en commençant par réaliser que le terrorisme islamiste n'est pas un épiphénomène conjoncturel qui finira par se résorber, mais un fléau qui s'inscrit dans la durée, qui est appelé à s'amplifier et qui va frapper encore plus cruellement pour faire imploser la société française et provoquer une guerre civile consubstantiellement liée au conflit des religions. L'heure n'est plus à l'allumage de bougies, aux oraisons funèbres et aux discours martiaux. Il ne suffit pas de répéter ce que les Français savent et subissent dans leur chaire et dans leur esprit, à savoir que la France est en guerre. Il s'agit désormais d'agir et d'appliquer les impératifs catégoriques en temps de guerre.

Comment, puisque cette guerre est non-conventionnelle et que l'ennemi est insaisissable, qu'il peut surgir de partout et frapper où il veut ?

D'abord par la prévention et l'anticipation en mettant hors d'état de nuire toute personne susceptible de basculer dans le terrorisme. Ces personnes, et a fortiori les djihadistes de retour de Syrie et d'Irak, doivent être isolés de la société quitte à leur construire un Guantanamo après leur avoir retiré la nationalité française. Les milliers d'immigrants qui ont afflué ces cinq dernières années doivent bénéficier d'un billet sans retour chez eux, lorsque certains gouvernants occidentaux qui ont contribué à la destruction de leurs pays y auraient réinstauré la paix civile et la sécurité. Les frontières nationales doivent redevenir hermétiques en dépit des dogmes suicidaires des européistes. Les réseaux sociaux doivent être strictement surveillés et leurs fournisseurs poursuivis en justice pour apologie du terrorisme. Les relations diplomatiques avec les pays musulmans complices idéologique ou financier ou logistique de l'islamisme daéchien doivent être rompues. Ne s'est-ont pas interrogé comment la Turquie à qui on a confié la sécurité des frontières de l'Europe est-elle devenue exportatrice de pétrole?

Ensuite par les mesures stratégiques à tous les niveaux, à commencer par une révision globale de la politique pénale, par une véritable réforme scolaire intransigeante sur les valeurs républicaines, ainsi que par la réorganisation totale de l'islam en France en revoyant à la baisse ses revendication communautaristes, prosélytes et intrinsèquement islamistes. L'islam de France doit ressembler à la France et il doit être parfaitement compatible avec les idéaux éthiques et philosophiques de ce pays. L'islam wahhabite, l'islam des Frères musulmans, l'islam des talibans ne doivent plus se sentir chez eux en France. Il faut libérer l'islam du carcan islamiste.

Cela nécessite aussi un effort de la part des musulmans qui vivent paisiblement en France et qui ne se reconnaissent point en cet islam des burkas et des attentats !

C'est d'autant plus exact qu'une lourde responsabilité pèse sur la majorité des musulmans quiétistes en France et qui aspirent à vivre en paix avec leurs compatriotes catholiques, protestants, juifs, bouddhistes ou athées. Amalgame ou pas, les criminels qui massacrent au nom d'Allah n'ont pas émergé du néant mais ils viennent des entrailles mêmes de l'islam coranique. C'est à eux et à eux seuls que revient la tâche historique d'expurger l'islam de ses scories et de ses nécroses.

Un aggiornamento n'est plus souhaitable mais il est urgent, vital et décisif. Nonobstant la sacralité pathologique du corpus coranique, la sécularisation de l'islam est tout à fait possible à condition de se libérer des dogmes éculés, de se libérer de la «tradition déviante» et de renouer avec ce qu'Olivier Carré appelait la «Grande tradition», c'est-à-dire l'islam d'Averroès, celui d'Ibn Arabi, de Tawhidi et de Miskawayh qui ont opéré voilà des siècles la disjonction du temporel et du spirituel dont la confusion constituait et constitue toujours l'un des dogmes fondateurs de l'islam.

En attendant l'émergence de ce que certains appellent l'islam des Lumières, les mesures «préventives» et «stratégiques» que vous préconisez ne risquent-elles pas d'indigner les militants des droits de l'homme et, plus grave encore, d'accréditer la thèse selon laquelle si nous reculons en termes de liberté, c'est que les terroristes ont déjà vaincus ?

Au diable les droits de l'homme si le droit à la vie n'est plus assuré. Primo, la sécurité est également un droit de l'homme des plus précieux, que tous les philosophes contractualistes comme Hobbes, Locke, Kant ou même Rousseau mettent au cœur du contrat social et au-dessus même de la liberté. C'est que la liberté n'a aucun sens dans l'insécurité. Secundo, le premier devoir de l'Etat, c'est d'assurer la liberté de chacun dans la sécurité de tous. Un Etat qui n'est plus en mesure d'assurer la sécurité à ses citoyens perd ipso facto sa légitimité. La violence légitime chère à Max Weber est le monopole exclusif de l'Etat. Il doit en faire usage sans tergiversation et sans état d'âme. C'est le prix à payer si l'on veut éviter ce qui peut arriver de pire dans une société, la guerre civile.

Les musulmans doivent comprendre qu'il y va aujourd'hui et dans les années à venir de la survie de l'islam en tant que religion, et les dirigeants français doivent réaliser qu'il y va de la pérennité de la France en tant qu'Etat, en tant que civilisation, en tant que modèle de société basé sur la tolérance, sur l'humanisme des Lumières, sur l'altérité et sur le vivre ensemble.

Interview réalisée par Alexandre Devecchio et publiée dans Le Figaro du 27 juillet 2016. 


           


1.Posté par gerhard weinberger le 31/07/2016 16:37 (depuis mobile)
Excellente analyse

2.Posté par MOMO le 31/07/2016 19:01
le s responsabilités dans l apparition de ce phénomène sont bien cernées mais Mr mezli a omis de parler des russes et des américains en Afghanistan et surtout d israel et du Lobby sioniste qui ont mis l' Europe a leur service en jouant sur la victimisation en humiliant le monde musulman
BHL FINKELCRAUT LE CRIF ont rempli leur mission
qui tue qui disaient ils pour l algerie qui a combattu seul le cancer islamiste

3.Posté par oth75 le 01/08/2016 20:40
Bravo pour cet article !

4.Posté par kimdee le 02/08/2016 23:39
@MOMO: le but final est d'avoir tellement le bordel dans tous les nations arabes apres leur destruction par la pandemie islamiste pour que l'occident et Israel aient le droit d'aneantir ce qui en restera au nom d'une valeur ethique et morale violee des millions de fois.

5.Posté par Aghir le 19/08/2016 22:37
Analyse clairvoyante qui nous change des philosophes-parigos-bobos gauchos!"Au diable les droits de l'homme si le droit à la vie n'est plus assuré", vous avez tout dit en une seule phrase. Merci..

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter