Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


BHL raconte toute la « vérité » sur son voyage mouvementé en Tunisie


2 Novembre 2014

Dès son retour à Paris, BHL a mis en branle sa machine médiatique pour clarifier les raisons de son déplacement à Tunis et répondre aux « exilés kadhafistes », aux « obscurantistes et les nostalgiques de la dictature tunisienne » et aux « conspirationnistes », qui se sont déchainés contre lui sur la Toile, ainsi qu’aux manifestants de l’aéroport de Tunis-Carthage, qui ne lui ont pas réservé un accueil digne de son rang « diplomatique » et de son poids « philosophique ». Il a accordé une interview à son journal Le Point dont voici le texte intégral.


La vérité d'un homme, c'est d'abord ce qu'il cache, disait André Malraux.
La vérité d'un homme, c'est d'abord ce qu'il cache, disait André Malraux.
Comment un simple aller-retour de Bernard-Henri Lévy à Tunis devient une véritable affaire d'État... Venu pour rencontrer des personnalités libyennes à l'hôtel La Résidence, le philosophe s'est retrouvé au centre d'un maelström où la rumeur et la malveillance ont pris le pas sur la vérité et la diplomatie. On a dit tout et son contraire sur ce voyage éclair... BHL rétablit la vérité et s'étonne d'une telle désinformation...

Le Point.fr. : Vous rentrez de Tunisie. On a lu des choses folles dans la presse. Que s'est-il vraiment passé ?

BHL : Factuellement, pas grand-chose. Quelques dizaines d'islamistes ou, peut-être d'exilés kadhafistes, qui m'attendaient à l'aéroport et s'indignaient de voir un "sioniste" (sic) poser son sale pied sur le sol du pays. Mais l'événement, s'il y en a un, c'est ce qui a suivi. Et c'est ce vent de haine et de folie qui s'est mis à souffler dans les rédactions, sur la Toile, sur les réseaux sociaux. En quelques heures, j'étais devenu, dans le meilleur des cas, je veux dire dans les journaux convenables, un "intellectuel juif", ou un "agent sioniste", venu semer le désordre et déstabiliser, à moi tout seul, la jeune démocratie tunisienne. Dans le pire des cas, c'est-à-dire sur certains blogs, j'étais un "chien", une "vermine", un "vampire qui se nourrit du sang arabe", un type qu'il fallait "lyncher" si on le rencontrait - j'en passe et des meilleures...

Quel était le but de votre séjour en Tunisie ?

Une chose très simple. Rencontrer, dans un hôtel, au vu et au su de tous, dans la plus parfaite transparence, des amis libyens sortis exprès de Tripoli, Benghazi, les villes du Djebel Nefousa, Misrata, Zaouia, afin de poursuivre en terrain neutre, et avec moi, le dialogue de réconciliation nationale. Mais, d'un seul coup, dans cette opinion devenue folle et biberonnée au conspirationnisme le plus débile j'avais un agenda secret qui était, pour les uns, de rencontrer les islamistes d'Ennadha ; pour les autres de participer, en compagnie, si j'ai bien compris, d'un des pires islamistes radicaux de la région, à une conférence dont je n'avais, évidemment, jamais entendu parler ; pour les troisièmes de comploter contre le régime issu des élections de la semaine dernière et, pourquoi pas, de le renverser. J'étais le complot sioniste à moi tout seul. L'incarnation des noirs desseins de l'étranger. J'étais, non plus un écrivain, mais un agitateur professionnel sur les "agissements" de qui des groupes de crétins se mettaient à réclamer l'ouverture d'une enquête judiciaire. Tout ça est à se tordre de rire. Mais, en même temps, je n'ai pas tellement envie de rire. Car ce qui se passe en Tunisie est, par ailleurs, tellement important - tellement beau et tellement important - qu'on est triste de voir des braillards, ou des gens sérieux, mais devenus dingues, partir dans ce genre de délires et salir ce que les démocrates tunisiens ont tant de peine à construire.

On dit que vous avez fini par être expulsé...

Vous plaisantez ! Vous imaginez un citoyen français expulsé comme ça, sans raison, par un pays ami et, de surcroît, démocratique ? Et où en serions-nous si les autorités tunisiennes, sorties victorieuses de leur bataille électorale contre les obscurantistes et les nostalgiques de la dictature, cédaient à la pression, je ne dis même pas de la rue, mais de quelques poignées de fanatiques drogués à l'antisémitisme le plus enragé ? Non. Tout cela est grotesque. Je suis parti quand ma réunion libyenne s'est terminée. Et les autorités tunisiennes, pour ce que j'en ai vu et su, se sont comportées de façon parfaitement normale.

Dans les réactions hostiles à votre venue, il y avait aussi l'extrême gauche...

Sans doute oui. Mais l'extrême gauche a le même problème partout. En Tunisie, elle a eu son époque où elle soutenait les islamistes. Puis, celle où la dictature Kadhafi lui semblait un moindre mal. Puis, maintenant, elle a des indulgences pour Bachar el-Assad. Et quant au complotisme antisémite... Allons. On ne va pas mettre de l'huile sur le feu. Je dirais juste qu'il y a, dans cette extrême gauche, un vrai problème de culture politique, juste de culture politique et de niveau. Mais comment faire autrement quand on sort assommé de décennies de tyrannie et de bourrage de crâne?

Comment expliquez-vous qu'une telle polémique soit née ?

On vit une époque folle. Plus personne ne vérifie quoi que ce soit. Les gens écrivent, de plus en plus, n'importe quoi. Y compris en France où un site comme Rue 89 a quand même réussi à écrire, sans prendre la peine de checker leur information en téléphonant, par exemple, à l'intéressé, que BHL "serait en Tunisie pour voir le Libyen Abdelhakim Belhadj et l'islamiste tunisien Rached Ghannouchi" - c'est-à-dire, si je peux me permettre, ce qu'il y a de moins fréquentable sur les scènes politiques libyenne d'un côté, tunisienne de l'autre.

Un incident comme celui-ci vous paraît-il infirmer l'idée que la Tunisie est le premier pays des révolutions arabes à avoir réussi sa transition démocratique ?

Bien sûr que non. J'ai été parmi les premiers, en janvier 2011, à saluer l'héroïsme de ce peuple, qui, en solidarité avec un petit marchand de Sidi Bouzid immolé par le feu, s'insurgeait contre un pouvoir que l'on pensait invincible. Et je me souviens avoir relayé, à l'époque, les appels à "hacker" les sites officiels de Ben Ali ! Tout cela, je ne le regrette pas une seconde. Et la Tunisie, encore une fois, va dans le bon sens. Simplement, on constate une fois de plus qu'une démocratie ce n'est pas seulement des élections. C'est aussi une culture. Une révolution lente des mentalités. Des digues contre la boue qui, elle aussi, profite de la liberté pour remonter à la surface. Et il reste en Tunisie, comme dans le reste du monde arabe, beaucoup à faire de ce point de vue.

Propos recueillis par Jérôme Béglé, dans Le Point du 2 novembre 2014.


           


1.Posté par mohamed-ali le 02/11/2014 19:53
mais que vient faire ce philosophe de pacotille a tunis quelle est la relation entre ce qu il est et ce qu il fait aucune c est un agent du mossad sous couverture francaise pour semer la discorde au maghreb pricipalement il le dit quel rang de diplomate vous avez mr bhl c est une couverture offerte gracieusement par sarkosy alors sachez que vous n etes pas le bienvenu au maghreb et bravo a nos freres tunisiens surtout l accueil de carthage

2.Posté par FARID le 02/11/2014 20:15

MDR ILS ONT VRAIMENT HONTE DE RIEN

VIVE LA TUNISIE VIVE LES TUNISIENS !!

un algerien de tout coeur avec vous mes freres tunisiens , plus je vous connais plus je vous admire vous avez degage votre voleur a la tete de l etat et avez une sociéte civile cultivé et libre

3.Posté par ds sam le 02/11/2014 20:51
Une chose très simple. Rencontrer, dans un hôtel, au vu et au su de tous, dans la plus parfaite transparence, des amis libyens sortis exprès de Tripoli, Benghazi, les villes du Djebel Nefousa, Misrata, Zaouia, afin de poursuivre en terrain neutre, et avec moi, le dialogue de réconciliation nationale.Euh pardon vous êtes qui Monsieur BHL.

4.Posté par meehdî le 02/11/2014 22:02
Vous désirez Mr que vous avez cru a ce peuple pour une certaine ppériode ehh bain je vous informe Mr que ce modeste peuple tunisien a su survivre a des événementqque je crois que vous avez une main la dedant mais la moindre a dire a ce modeste peuple qu'il a su survivre malgré tout l'intégrisme que vous avez semé la cohabitation tunisiens c'est ce qu'on est et fière de l'être musulmans extrémistes juifs tunisiens chrétiens a la fin on est tous des tunisiens on a survécut et on survivra unis des tunisiens unis tel que soit se qui se passera et pour plus d'amples informations demandez ça a nos frères les juifs tunisiens ou plutot aux tunisiens de religion juve

5.Posté par Stern le 02/11/2014 22:31
Je vois pas comment on peut faire le lien entre ses convictions de liberté et les islamistes.

Qu'on l'apprécie ou pas il a toujours eu pour conviction que la tunisie devait vivre librement.

Mais il est bien conscient que certains tunisiens voient la main d'un complot sioniste partout.
Cela s'appelle l'antisémitisme.

Cela aveugle tant certains de vous.
Cela crée une paranoïa délirante dans ses propos.

Nous avons trop d'amitié pour la Tunisie et son peuple pour la voir sombrer dans cet obscurantisme.

6.Posté par Gestin le 02/11/2014 23:21
Pour qui se prend il? Depuis quand un soit disant philosophe s'abroge le droit d'intervenir dans des affaires politiques, qui plus est dans un pays étranger au sien? Cet homme est indésirable en Tunisie, qu'il retourne conseiller Sarkosy!!!

7.Posté par folla le 03/11/2014 01:28
Qui êtes vous donc Mr ? Un philosophe ???!! Allons donc vous êtes un rigolo sans foi ni loi ! Un immense philosophe Vrai et prestigieux celui là- Mr IBNOU KHOLDOUN - ne souffrirait pas votre mascarade! Notre Tunisie pullulent de grands intellectuels et philosophes qui vous feraient pâlir de jalousie ! Si vous êtes un homme avec un minimum d 'amour propre vous ne viendrez plus souiller le sol sacré se notre pays bien aimé!
Allez donc au diable et surtout restez y !

8.Posté par Gourine le 03/11/2014 09:16
Ce que je ne comprends pas, pourquoi Bhl ou Dhl, ne parle pas de ""sa"" vraie mission qui était en fait de rencontrer des activistes algériens comme le rapportait l'article diffusé et qui est à l'origine de cette levée de boucliers. Combien même, que représente cette personnalité pour s'arroger le droit de s'ingérer dans des regions et de s'imiscier dans leurs affaires internes. Il veut tout simplent, à mon sens, parachever l'oeuvre de destruction de Sarkosy. L'histoire lui en sera comptable.

9.Posté par RAQMDANI Aziz le 03/11/2014 11:35
Mr B.HL. gardez vos salades pour vous et essayez de les vendre ailleurs que chez nous. "Nous vous avons compris". Ne ne sommes toujours pas accessibles à votre "savantissime philosophie". Au cas où vous ne l'auriez encore compris, nous sommes et nous restons toujours des fellagas.

10.Posté par Mahmoudi B le 03/11/2014 12:24
Mr BHL vous avez dit qu'il reste beaucoup de de chose à faire dans les pays arabes. Nous vous avons bien compris et c'est les générations des jeunes qui ont vont faire et ils vont pas vous laisser faire ce que vous voulez r faire pour détruire toute un civilisation arabo-musulmane. On a bien compris vos paroles Mr qui lutte contre l"antisémitisme"!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

11.Posté par Jacqueline Bahri le 03/11/2014 16:14
Plutôt que de dire et de publier n'importe quoi, contentez-vous de cette réponse magistrale du philosophe tunisien Mezri Haddad à BHLn dans Le Figaro

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2014/09/05/31002-20140905ARTFIG00185-non-bernard-henri-levy-ce-n-est-pas-le-djihadisme-qui-est-un-fascisme-mais-l-islamisme.php

12.Posté par Massimo le 04/11/2014 20:40
Beaucoup de BRUIT et toujours les médias pour mettre le feu!! Que m importe que BHL vienne en Tunisie , que m importe les raisons de son voyage !! Le plus important et le SEUL sujet qui m importe aujourd hui , c est l amélioration générale de la situation et que le peuple tunisien confirme le magnifique élan de solidarité et maturité dont il fait preuve !! Vive la Tunisie vive les tunisiens réunis

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter