Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Ben Ali est-il de retour ?


6 Novembre 2013

C’est ce que laisse entendre Abdel Bari Atwan, qui dit avoir lu un rapport diplomatique dans ce sens. Depuis déjà un mois, une information circulait, suivant laquelle Ben Ali s’est mis au service de l’Arabie Saoudite en matière de lutte contre le terrorisme. Il y a une semaine, nous avons-nous même publié une brève titrée « Un émissaire américain rencontre Ben Ali à Jeddah ». Que peut-on retenir de vrai dans toutes ces informations ?


Ben Ali est-il de retour ?
Voici d’abord intégralement la brève que nous avons publiée dans notre édition du 31 octobre dernier.

« Lundi 28 octobre 2013, Ben Ali a reçu dans la résidence d’un émir saoudien un émissaire américain qui avait un « message très important » à lui transmettre. La rencontre a eu lieu dans le secret le plus total. Nous n’avons ni le nom de l’émissaire américain, ni celui de l’émir saoudien, ni encore moins l’objet de cette rencontre. C’est un membre très proche de la famille Ben Ali qui nous a communiqué l’information. Ce dernier nous a affirmé que la rencontre s’est déroulée le lundi 28 octobre, dans la soirée, qu’elle devait avoir lieu depuis déjà quelques semaines et qu’elle a été reportée plusieurs fois. Selon notre informateur, la rencontre s’est déroulée en présence de l’émir en question et d’un éminent représentant du cabinet royal. Dès que nous en saurons plus, nous reviendrons sur cette surprenante rencontre qui annonce peut-être un changement stratégique américain en Tunisie ».

Comme par hasard, quatre jours après, sur son site nouvellement crée, « Raï al-Yawm » (L’opinion du jour), Abdel Bari Atwan publie la nouvelle dont voici l’essentiel traduit de l’arabe par nos soins :

« L’ancien président Ben Ali a commencé à bouger politiquement et ce, avec l’accord implicite des autorités saoudiennes qui ont levé l’obligation de réserve ». Atwane cite « un rapport diplomatique autorisé, qui indique que le chef des services saoudiens, Bandar Ben Soltane, a récemment constitué une cellule de travail et de crise avec une base de renseignement à Tunis, pour avoir de l’influence sur les événements dans ce pays, particulièrement au sujet d’Ennahda. Celui qui préside cette cellule est Ben Ali ».

Abdel Bari Atwan, toujours selon le rapport diplomatique en question, précise que « Ben Ali a déjà commencé à fournir des consultations de terrain et à contacter plusieurs personnes en Tunisie. Il semble donc que Ben Ali a été autorisé à exercer quelques activités, levant ainsi sur lui les interdits qu’exigeaient les conditions de son exil. Il a déjà participé à deux réunions avec une institution politique saoudienne, sous le thème de Pourparlers, coordination et évaluation des positions sur le terrain en Tunisie. Il est clair que la scène politique tunisienne est devenue logistiquement préoccupante et primordiale pour les services saoudiens, d’autant plus que les bureaux des services saoudiens de coordination avec la Turquie viennent d’être fermés ».

Certains milieux diplomatiques, ajoute Abdel Bari Atwan, « relient les activités de cette cellule de crise saoudienne à certains événements récents en Tunisie, d’autant plus que Ben Ali auraient eu des contacts avec certains anciens et actuels responsables au sein de l’organe sécuritaire tunisien ». Et de conclure : « Nous publions cette information telle que nous l’avons reçue et avec réserve, car, précédemment, il a été dit que Ben Ali est conseiller d’Arabie Saoudite en matière de lutte contre le terrorisme et que par la suite, cette information s’est avérée inexacte ».

En effet, cette information qui a été reprise par plusieurs journaux tunisiens, était fausse, et c’est pour cette raison que nous n’avons pas voulu la relayer dans Tunisie-Secret. Mais celle qu’Abdel Bari Atwan vient de publier sur son site « Raï al-Yawm », est-elle pour autant crédible et sérieuse ? Notre réponse est non. Pire encore, nous avons toutes les raisons de penser qu’il s’agit d’une désinformation volontaire et grassement rétribuée par Rached Ghannouchi.

Pour ceux qui ne le savent pas encore, le chef des Frères musulmans tunisiens et l’ancien patron du quotidien londonien de langue arabe « Al Qods Al Arabi » sont de vieux complices. Leur relation remonte au début des années 90, en Grande Bretagne. A partir de ces années là jusqu’en 2009, outre ses interviews fréquentes dans ce journal, Rached Ghannouchi publiait quasiment toutes les semaines des articles sous un pseudonyme. Ce n’était évidemment pas gratuit ! Tout ce que Ghannouchi ne pouvait pas dire publiquement (sa défense de Ben Laden, ces charges contre les USA et la France…), il le faisait passer sus un pseudonyme, avec la complicité bien intéressée d’Abdel Bari Atwan. C’est le penseur tunisien Lafif Lakhdar, décédé il y a peu, qui avait découvert cette astuce ghannouchienne. Formé à la Zitouna, ayant fréquenté Rached Ghannouchi, Lafif Lakhdar avait le don de reconnaître le style du chef de la secte islamiste, et à plusieurs reprises, il lui répliquait dans d’autres journaux arabes en dévoilant son vrai nom, ce qui excédait Ghannouchi.

Abdel Bari Atwan, qui passe pour un intellectuel « courageux » et « honnête », savait bien entretenir la crédibilité de son journal pour servir des causes douteuses. Exactement la même technique et les mêmes procédés que la chaîne de télévision de l’International Islamiste, Al-Jazeera, à laquelle il était d’ailleurs intimement lié et où il était régulièrement invité avant de se faire détrôner, ces deux dernières années, par Azmi Bechara, l’honorable correspondant du Mossad . De plus, Al Qods Al Arabi et Al-Jazeera avaient le même financier, l’émir du Qatar.
C’est après le limogeage de Hamad Ben Jassim et Hamed Ben Khalifa par les Américains qu’Abdel Bari Atwan a été viré du Qods Al Arabi. Contrairement donc à son éditorial très émouvant du 9 juillet 2013, il n’a pas démissionné mais il a été gentiment renvoyé avec une bonne compensation financière. Un mois plus tard, il a lancé son site « Raï al-Yawm », dont il se sert pour drainer quelque argent, moyennant service.

C’est le cas de « l’information » relative à Ben Ali. Car, si on la décrypte bien, on en déduit que l’ancien président tunisien collabore avec les Saoudiens, qu’il complote contre son pays, et qu’il est en relation avec certains anciens cadres du ministère de l’Intérieur. Des informations qui arrangent bien la stratégie de Rached Ghannouchi, pour des raisons faciles à deviner. Mieux encore, Abdel Bari Atwan, qui cite un « rapport diplomatique » fictif -à moins que ce soit une note du Secret Intelligence Service (SIS)- laisse entendre que Ben Ali et les Saoudiens auraient quelque chose à avoir avec « certains événements récents en Tunisie ». Autrement dit, avec les derniers attentats islamistes. Une suggestion qui arrange aussi Rached Ghannouchi et sa secte.

Si l’on ajoute à ces éléments l’animosité historique d’Abdel Bari Atwan à l’égard de l’Arabie Saoudite, d’où d’ailleurs son aliénation, encore à ce jour, vis-à-vis du Qatar, nous avons alors toutes les pièces du puzzle. Nos lecteurs concluront d’eux-mêmes que le billet d’Atwan a été minutieusement préparé et opportunément publié à des fins politiques qui servent les intérêts convergents d’Ennahda et du Qatar.

Reste la brève que nous avons publiée au sujet de l’émissaire américain qui a rencontré Ben Ali à Jeddah le 28 octobre dernier. Même si nous n’avons plus aucun doute quant à sa crédibilité, compte tenu de notre source, nous ne connaissons toujours pas les raisons de cette rencontre bien mystérieuse !

Karim Zmerli      

 
 


           


1.Posté par Donquixote Doflamingo le 07/11/2013 14:21
Enfin Ben Ali est de retour, les tunisiens sont moins cons que je ne le pensais !

2.Posté par Mourad le 08/11/2013 18:28
Les américains nous ont mis dans ce bourbier, c'est à eux de nous en sortir. Ne soyons pas naifs, ce ne sont pas des élections truquées qui nous sauveront, ni le courage et le patriotisme de certains tunisiens. La chose est beaucoup plus complexe. Ce complot, si on n'y met pas fin rapidement nous entrainera mille ans en arriere en l'espace de seulement trois ans.

3.Posté par Jessica le 09/11/2013 19:33
Je suis en vacances en Tunisie, et j ai lu votre article sur le retour de Ben Ali sr la scène politique,
Alors j ai parle avec beaucoup beacoup d amis Tunisiens et des Tunisiens rencontres au gré de mes promenades, qu'elle ne fut pas ma surprise d entendre l espoir des tous ces gens pour n retor de BenAli !!!!! Stupéfiant ! Ils implorent Dieu tous les jours pour son retour. Hallucinant tos leur regret de l avor dégagé, maintenant, sans être naïve y a t'il une possibilité qu'il revienne en Tnisie et qu il reprenne les Rennes de ce pays ou règne n grand chaos et dégagé tous ces incapables !!!!

Une amie qui aime la Tunise et.les Tunisiens

4.Posté par dragon le 13/11/2013 17:06
oui pour ben ali, revenez stp , en a marrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrreeeeeee

moi je tai pas degage :) mais le people illitre qui la fait , et qui va payer chere ce degage .



allez Ben Ali retourner s'il vous plait . on t'attend .

VIVE BEN ALI VIVE BEN ALI

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter