Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Comment l’Egypte a fait capoter le complot d’Ayman Zawahiri, Mohamed Morsi et Rached Ghannouchi ?


3 Novembre 2013

Les communications téléphoniques interceptées par les services égyptiens (vidéo) montrent l’ampleur du complot des Frères musulmans et de leur bras terroriste, Al-Qaïda, dans ce qu’on appelle le « printemps arabe ». L’alliance stratégique entre Mohamed Morsi et Ayman Zawahiri est exactement la même que le chef d’Al-Qaïda a pu établir avec Rached Ghannouchi, via Ansar al-Charia. Ce qui devait se passer en Egypte explique ce qui va se passer en Tunisie. Révélations des quotidiens Al-Ahram et Al-Nahar.


Comment l’Egypte a fait capoter le complot d’Ayman Zawahiri, Mohamed Morsi et Rached Ghannouchi ?
Selon les deux grands quotidiens égyptiens Al-Ahram et Al-Nahar, dans les accusations qui pèsent sur Mohamed Morsi et que le gouvernement actuel n’ose pas encore révéler, il y a bien plus grave que ce qu’on lui a reproché jusqu’à présent. Il y a quatre communications téléphoniques que Morsi a eues, directement ou indirectement, avec le chef d’Al-Qaïda, le tristement célèbre Ayman Zawahiri. Cette affaire nous permet de comprendre le degré d’implication d’Al-Qaïda dans le « printemps arabe » et de déduire, à partir du cas égyptien, ce qui se trame pour la Tunisie.

Ayman Zawahiri est le successeur d’Oussama Ben Laden à la tête d’Al-Qaïda. Très jeune activiste, ce médecin a adhéré à la secte des Frères musulmans en 1966. En 1979, il fonde le Jihad islamique, l’organisation terroriste responsable de l’assassinat de Sadate le 6 octobre 1981. Condamné puis relâché après trois ans de prison, il part au Soudan et rejoint par la suite les djihadistes en Afghanistan pour « saigner l’armée rouge soviétique ». Selon l’imam Sayyed, ancien guide spirituel du Jihad islamique, dans son livre « La honte de l’exonération » (2008), Ayman Zawahiri travaillait pour un service étranger pour monter des opérations contre l’Egypte. Sur son compte, la tentative d’assassinat du Premier ministre égyptien Atef Sidqui (1993) et le massacre de Louxor (62 morts), qui lui a valu la condamnation à mort en 1999. Dans son livre coécrit avec Ben Laden, « Le Front islamique mondial contre les Juifs et les Croisés »(1998), il prône le djihad à l’échelle planétaire et la destruction des régimes arabes. C’est à partir de cette date que le Jihad islamique a officiellement fusionné avec Al-Qaïda. Après la liquidation bien programmée de Ben Laden, Ayman Zawahiri devient le No1 d’Al-Qaïda en juin 2011. Pour les Anglo-Américains, il fallait bien un nouveau « partenaire » dans cette nouvelle phase du « printemps arabe » ! Dès son intronisation, il intervient à deux reprises par vidéo pour féliciter les Tunisiens de leur « révolution divine ».
        
Assurés que leur pouvoir était irréversible et que personne n’osera plus remettre en cause le soutien américain à leur projet théocratique, Mohamed Morsi ne craignait pas de discuter avec Ayman Zawahiri et Rached Ghannouchi ne dissimulait plus son appartenance à l’Internationale islamiste des Frères musulmans. Ces deux larbins de l’impérialisme se sentaient d’autant plus invulnérables que leur petit Frère, Barack Hussein Obama, avec l’appui financier du Qatar, venait d’accorder au premier (Mohamed Morsi) 8 milliard de dollars, et au second (Rached Ghannouchi), 3 milliards de dollars, pour que ces deux Frères musulmans usurpent « démocratiquement » le pouvoir en Egypte et en Tunisie.

Dans ce gentleman agreement, Mohamed Morsi devait céder près de la moitié du Sinaï aux autorités islamistes de Gaza, à savoir les terroristes du Hamas, une aubaine pour Israël ; et Rached Ghannouchi devait accorder aux Américains une immense base dans le sud tunisien, dont nous avons révélé l’existence et dont la construction est pratiquement achevée aujourd’hui. Cette base sera opérationnelle début janvier 2014.

La première communication téléphonique enregistrée par les services égyptiens indique l’accord de collaboration étroite entre les Frères musulmans et Al-Qaïda, par le biais de Mohamed Khairat al-Chater, richissime affairiste et premier adjoint du guide suprême des Frères musulmans, et Mohamed Zawahiri, le frère d’Ayman Zawahiri, No1 de l’islamo-terrorisme dans le monde.

La deuxième communication entre Mohamed Morsi Mohamed Zawahiri relate le début de la collaboration entre la présidence égyptienne et les frères musulmans d’une part, et celle des Frères musulmans et d’Al-Qaïda d’autre part, « pour créer des cellules à l’intérieur du pays en vue de protéger le nouveau pouvoir ». En contrepartie, Morsi s’est engagé à faire « appliquer la charia en précisant que les Frères musulmans sont encore dans la phase de prise du pouvoir », qu’ils « ont besoin du soutien de tous, qu’ils ne vont pas pouvoir réaliser tout de suite le modèle afghan » et qu’ils vont « procéder de manière progressive » (penser aux confidences faites par Rached hannouchi aux salafistes d’Ansar al-Charia).

On apprend aussi que c’est à la demande d’Ayman Zawahiri que Mohamed Morsi a libéré les membres d’Al-Qaïda qui étaient emprisonnés depuis l’ère Moubarak. La liste des amnistiés a été préparé par Mohamed Zawahiri et son frère Ayman, ensuite soumise à la présidence de la République égyptienne qui l’a validé. La même chose s’est produite en Tunisie. Les terroristes qui ont perpétré l’attentat contre la Griba de Djerba en 2002 et mené l’opération de Slimane en 2006, ont été amnistié par Moncef Marzouki à la demande de Rached Ghannouchi et sous les ordres d’Ayman Zawahiri.

Dans la troisième communication téléphonique, Mohamed Morsi s’est engagé que sous son règne, il ne mettra jamais en prison des membres d’Al-Qaïda. Les deux partis –Frères musulmans et Al-Qaïda- sont tombés d’accord pour créer des camps d’entrainement de djihadistes dans le Sinaï, une demande « impérative » d’Ayman Zawahiri. Mohamed Morsi a dit que c’est possible d’autant plus qu’il « comptait de toute façon constituer des troupes paramilitaires pour faire face à toute tentative de coup d’Etat ». Morsi a effectivement fourni aux djihadistes quatre camps d’entrainement dans le Sinaï. Même chose en Tunisie, sous prétexte que les djihadistes sont des volontaires pour la guerre en Syrie.

La quatrième communication téléphonique a été enregistrée le 30 juin 2013, le jour même de son investiture à la présidence égyptienne. Elle s’est déroulée en présence d’Assad Cheikha et Refaa Tahtaoui. Morsi a demandé à Zawahiri de « commencer le harcèlement de l’armée dans le Sinaï, de défendre sa légitimité parce qu’il y a déjà des éléments qui veulent renverser le régime ». Dans l’après-midi, Mohamed Khairat al-Chater a rencontré une délégation de djihadistes en présence de Mohamed Zawahiri et leur a demandé de protéger les frères musulmans ainsi que la présidence de tout coup d’Etat. On connait la suite.

Tunisie-Secret n’a pas attendu la note analytique d’Aaron Y. Zellin, du « The Washington Institute for Near East Policy », publiée le 25 octobre dernier, pour dévoiler à l’opinion tunisienne les accointances structurelles entre Ennahda et Ansar al-Charia et les relations « fraternelles » entre Rached Ghannouchi et Seifallah Ben Hassine, le mercenaire d’Al-Qaïda en Tunisie. Mais Aaron Y. Zllin, dont la publication de la note n’est pas fortuite ( !), a oublié de dire que Mohamed Zawahiri s’est rendu en Tunisie pour rencontrer, dans le secret le plus absolu, Rached Ghannouchi. C’étaient en janvier 2012, avec une fausse identité et un passeport soudanais. Il l’a encore rencontré à Doha début juin de la même année, en présence de Youssef Qaradaoui.

Ce qui est vrai pour l’Egypte l’est tout aussi bien pour la Tunisie. A la demande de la CIA, les suppôts de l’impérialisme et du sionisme, Mohamed Badie et Mohamed Morsi en Egypte, Rached Ghannouchi et Moncef Marzouki en Tunisie, ont voulu intégrer Al-Qaïda dans le jeu « démocratique » post-révolutionnaire. D’une part, cette stratégie mettait de leurs côtés des alliés aussi redoutables qu’encombrants, et d’autre part, les Américains faisaient une concession capitale à Al-Qaïda, qui devient par ailleurs un exécutant efficace et précieux de leur plan en Syrie, en Irak et en Iran. C’est le général Abdelfattah al-Sissi qui a fait avorter ce plan diabolique. D’où la phobie de Ghannouchi et Marzouki de voir le scénario égyptien se reproduire en Tunisie.

Karim Zmerli     

 
 


           

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter