Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


De Moncef Trabelsi à BCE : Affaire Hachemi Lahdhiri/Rachid Azouz, suite et pas fin


10 Août 2014

Nous avons publié il y a quelque temps un article sur Hachemi Lahdhiri, avocat affairiste qui a bien profité de l’ancien régime et qui s’est recyclé dans la grande lessiveuse qu'est devenue Nidaa Tounes. Après nous avoir adressé un droit de réponse, il s’est rétracté en nous demandant de ne pas le publier ! Nous revenons aujourd’hui sur les faits, méfaits et forfaits de cet avocat pas comme les autres.


De Moncef Trabelsi à BCE : Affaire Hachemi Lahdhiri/Rachid Azouz, suite et pas fin
En faisant évader Mohamed Mzali, alors menacé de procès et de condamnation à mort, Rachid Azouz savait-il qu’il allait tout perdre et qu’il devait subir, 23 ans durant (1987-2011), les pires exactions d’un régime mafieux et particulièrement hargneux avec tous ceux qui ont gardé des relations avec l’ancien premier ministre de Bourguiba désormais contraint à l’exil ? Mohamed Mzali méritait-il un tel sacrifice ? Sans regret ni rancune, Rachid Azouz a répondu à cette question et à bien d’autres, dans son livre « Des déboires avec Mohamed Mzali aux désillusions avec le régime défunt », publié aux éditions Arabesques en 2011.

Rachid Azouz a tout perdu, mais pas son honneur et sa bravoure. Des biens de ce monde, il ne lui restait plus en 1987 que sa maison de la Soukra, « le tombeau de la vie », comme on dit en Tunisie. Mais, même cette maison, les requins de l’ancien régime ne vont pas la lui laisser. Comme nous l’écrivions dans un précédent article, « N’ayant pas d’autres choix, Rachid Azouz brade une maison d’une superficie totale de 5000 m2, avec 742 m2 couvert, à 400 000 dinars. Dans le contrat de vente en date du 19 août 1994, il était explicitement mentionné que Hachemi Lahdhiri avait pour obligation de régler à la banque (BIAT) le reliquat du crédit que M.Azouz devait encore, à savoir 50 000 dinars, porté à 170 000 avec les pénalités de retard et les agios… Hachemi Lahdhiri devait bien évidemment payer au vendeur la somme restante du prix convenu. Non seulement l’avocat "escroc" n’a pas honoré son engagement auprès de la banque avec la complicité de celle-ci, mais il n’a daigné verser à Rachid Azouz que la modique somme de 170 000 dinars ».

Renseignements pris auprès de la victime, Rachid Azouz, il s’avère que ce dernier n’a eu en mains que 20 000 dinars. Conformément à l’acte de vente, 110 000 dinars ont été aussi réglés par Hachemi Lahdhiri à une certaine Aziza, une acheteuse précédente de la maison qui n’a pas pu conclure l’affaire avec Rachid Azouz et que ce dernier devait rembourser. Tout compte fait, le montant total que Hachemi Lahdhiri a déboursé pour s’approprier une maison qui coutait à l’époque (1994) près de 950 000 dinars, ce n’est même pas 170 000, comme nous l’avions écrit précédemment, mais 130 000 dinars.

Second engagement que Hachemi Lahdhiri n’a pas honoré est la somme de 170 000 dinars que Rachid Azouz devait à la BIAT, et qui était mentionné dans l’acte de vente (voir document joint). Ce n’est que récemment, c’est-à-dire le 27 janvier 2014, qu’il a finalement consenti à le faire. Et pour cause : primo, il craint un jugement du tribunal de Tunis d’autant plus qu’il ne bénéficie plus de la protection de certains juges corrompus de l’ancien régime, notamment une certaine Samira Gabsi, qui, a été « réquisitionnée » pour remplacer pendant une semaine un autre juge pas « fiable », spécialement dans le but de prononcer un verdict favorable à Hachemi Lahdhiri et déboutant Rachid Azouz (Arrêt de la Cour d’Appel No 18969, en date du 18 mai 2005), invalidant ainsi le jugement No 33352, en date du 4 mars 2004, prononcé par le tribunal de première instance de Tunis ; secundo, il compte se débarrasser rapidement de cette maison dont il jouit depuis 20 ans, en la mettant en vente. Ainsi, Hachemi Lahdhiri a attendu 20 ans avant d’honorer les termes de son contrat avec Rachid Azouz, à savoir le paiement des 170 000 dinars réclamés par la BIAT. Mais il laisse sur le dos de sa victime (Rachid Azouz), la somme de 350 000 dinars, représentants les agios et les intérêts cumulés sur une période de 20 ans.

Venons-en maintenant au contrat de vente lui-même. Si Hachemi Lahdhiri n’avait pas corrompu la justice facilement corruptible de Ben Ali, il y a longtemps que Rachid Azouz aurait gagné ses procès contre son arnaqueur. Pour la simple raison que cet acte de vente établi en 1994 entre Hachemi Lahdhiri (acquéreur) et Rachid Azouz (vendeur) est illégal, nul et non avenu. Pourquoi ? Parce que Hachemi Lahdhiri ne peut pas être à la fois l’acquéreur et le rédacteur de l’acte de vente. Ce qui est le cas de cet acte de vente établi en 1994 (voir document joint), et ce qui est la preuve tangible que notre avocat véreux ne craignait ni Dieu ni, encore moins, cette justice sous l’emprise des Trabelsi, notamment son ami Moncef Trabelsi.

Cliquez sur le document  pour l'agrandir

     

Photos prises par notre correspondant à Tunis de la propriété spoliée de Rachid Azouz à La Soukra
Photos prises par notre correspondant à Tunis de la propriété spoliée de Rachid Azouz à La Soukra
Nous avons déjà dit que Rachid Azouz n’a pas été la seule victime de Hachemi Lahdhiri. Stimulé par l’impunité et l’enrichissement illicite, ce dernier a abusé de la confiance de beaucoup d’autres personnes et escroqué un certain nombre de ses clients. Rien qu’à titre d’exemple, cette requête adressée au Procureur général de la cour d’Appel de Tunis, relative à la plainte No 2032/2008, affaire No 22018 auprès du tribunal de première instance de Tunis, pour falsification, faux et usage de faux, et escroquerie (voir documents joints).

Les plaignants sont Hassan Ayari, Omar Ayari et Mustapha Ayari. Ils ont fait confiance à leur « avocat », Hachemi Lahdhiri. Ils y ont laissé leurs larmes et le pactole de 2 milliards 500 000 dinars. Selon le document dont nous avons pu obtenir une copie (6 doc. ci-joints), Hachemi Lahdhiri n’était pas à son premier coup. Profitant de son statut d’avocat, bénéficiant d’un réseau quasi-mafieux de juges, greffiers, agents de municipalité et huissiers, il s’est accaparé les biens immobiliers (maisons, boutiques et terrains) de plusieurs de ses clients naïfs ou tout simplement illettrés, comme c’est le cas des frères Ayari.

Hachemi Lahdhiri, rcédiste invétéré et ancien homme de main de Moncef Trabelsi, s’est recyclé dans Nidaa Tounes, qui lave plus blanc qu’Ennahda ! Il n’est pas simple militant, mais l'un des 500 membre du conseil national de Nidaa Tounes, dont Kamel Eltaïef a été l’architecte. Béji Caïd Essebsi, qui a accueilli Hachemi Lahdhiri à bras ouverts comme beaucoup d’autres corrompus, ne pouvait pas ignorer le parcours pas très catholique de cet avocat d’affaire… comme lui ! A moins d’une amnésie sélective, il ne pouvait pas non plus oublier le nom de Rachid Azouz, un « ami » de plus de quarante ans !
    
Lotfi Khélil  

Cliquez sur le document pour l'agrandir




   

La rédaction vous conseille :


 Hachemi Lahdhiri, grand escroc de Tunisie et membre de Nidaa Tounes !

Sa victime a sauvé la vie de Mohamed Mzali, puis vécu les affres de l’exil, ensuite subi la basse vengeance de Ben Ali, puis souffert des pratiques mafieuses des Trabelsi. Il s’appelle Rachid Azouz, il fut commandant dans l’armée de l’air, ensuite patron de l’un des plus grands bureaux d’études... Lire la suite

 



           


1.Posté par Belwafa Dhekra//TOUNSSIA HOURRA le 10/08/2014 23:19
Il est important que NIDA TOUNIS ou AL Moubadra ou tout les autres parties crachent ce genre de personne.La route n'a pas été facile pour certains destouriens ceux qui ont contribuer à construire ont été écarté d’emblée .Voir un partie dirigé par un père et guidé par son fils me donne les nausées nostalgiques à Bin Ali ou toute autre mouvement du genre et pour quoi pas le fameux DA3ICH -ona un proverbe tunisien qui dit "illi chin3it itkamil lilitha " cad celle quia gaffé qu'elle continue sa nuit au point ou on est avec ce partie politique peu sérieux dans ces nominations et qui ouvre la porte grande ouverte à la dispersion des voix !d'autres parties de jeunes ont vu le jour la vie ne s’arrête pas à une bande de jungleur politique père ou fils et sa court ils restera que les clowns et junglleur de leur court et bouffon à y croire en leur partie fondé sur le faux ,la bêtise et la super tricherie!les gens qui se respectent ont vite compris de qui il s'agit surtout que les disputes pour les postes ne cesse depuis 2 ans au sein de ce nid à crabes!

2.Posté par Belhassen ben Younes le 11/08/2014 12:32
c'est pas croyable ce que peut acceullir nidaa tounes, des avocats pareils qui au lieu de défendre des causes nobles non ils abusent de leurs pouvoirs et du confance que les gens leurs donnent en tant qu'avocats pour les éscroquer, en se cachant derrière un régime mafieux dirigé par le clan trabelsi et maintenant ces gens comme hachemi lahdhiri, on le voit de retour sous le drapeau de la grande lessiveuse qu'est devenue nidaa tounes.

3.Posté par Sophia le 11/08/2014 22:16
Une pensée pour Mr Azouz et sa famille quoi vous dire a part que vous êtes un homme d'une grande loyauté qui mérite le respect de chaque être humain sur cette terre. Vous avez sauver la vie d'un homme en mettant en danger la votre et par la même occasion votre famille a elle aussi souffert.
J'ai connu votre histoire grâce à Tunisie secret et je doit avouer que je n'ai pu retenir mes larmes vous êtes unique en plus d'être loyale vous êtes aussi extrêmement courageux, comment tenir toutes ces années sans soif de vengeance?
Au contraire égale à vous même vous avez saisie la pseudo justice du passé afin de récupérer votre bien contrairement a cette .....de lahdhiri qui lui n'ayant aucune valeur a fait ce qu'il sait faire des Faux et Usages de Faux.
Je souhaite de tout coeur que vous obteniez gain de cause vis a vis de la justice et que Nidaa Tounes sorte de l'ombre et reconnaisse qu'il est tant de faire le Ménage de Printemps à l'intérieur du parti.
Mr Azouz que Dieu soit avec vous et votre famille.

4.Posté par Tanekra le 26/08/2014 17:46
C'est un brave Monsieur ce Rachid Azouz, mais un peu naif pour avoir été aussi loyal à une crapule et bête politique comme Mzali, qui en bon politichien s'essuie les chaussures sur les cadavres de ses amis pour monter plus en grade.
Quand à cette maison de la Soukra, je crains que c'est terminé. Beaucoup d'injustices criardes n'ont pu être rectifiées après la révolution. J'espère juste que cet avocat arnaqueur soit jugé et emprisonné, ça serait un moindre réconfort pour Rachid Azouz.
Peut-être aussi qu'Allah lui réserve une demeure dans l'au-delà meilleure que ce qu'il a perdu dans cette vie ici-bas, ou que ses enfants pourront un jour avoir une compensation.
En tout cas, ils peuvent être fiers de leur père. .

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter