Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Elections tunisiennes : le syndrome ivoirien, par Mohsen Toumi


17 Novembre 2014

Ce scénario est tout à fait plausible en Tunisie, avec la différence que les élections ivoiriennes ne se sont pas déroulées comme certains médias l’ont prétendu, et que Laurent Gbagbo a été « délogé par la force de l’armée »…. Française ! Il serait utile de rappeler à cet égard les témoignages de Roland Dumas et Jacques Vergès.


Elections tunisiennes : le syndrome ivoirien, par Mohsen Toumi
A la longue, on peut se demander pourquoi le dément Marzouki multiplie les apparitions avec la lie de la société tunisienne: terroristes, agents de l'étranger et autres criminels. Cela se passe soit à Carthage soit sur les estrades de ses calamiteux meetings électoraux. Ce n'est ni une inadvertance de sa part ni un oubli. C'est voulu. Ces gens là viennent du même milieu que lui : collabos et fils de collabos des années 1950, nervis d'Ennahdha , corrompus et corrupteurs à l'argent sale, outils des médias européens et d'El Jazira..

Ce n'est pas tout: assuré d'une défaite annoncée, il ne compte pas respecter le résultat des urnes et va refuser de s'en aller en transformant le palais de Carthage en bunker tenu par les hors-la-loi loi, les voyous et les mercenaires que nous évoquons.

J'ai vécu de très prés les évènements de la Côte d’Ivoire, en 2012.Désavoué par les urnes, au lieu de quitter le palais présidentiel et de le remettre à l'élu Mr, Alassane Ouattara lequel attendait dans un hôtel, l'Hôtel du Golfe à Abidjan, Laurent Gbagbo avait refusé de quitter la place, retranché avec son douteux entourage. Il a fallu l'en déloger par la force armée.

Dernièrement, au cours d'une réunion avec des amis ivoiriens, nous avons tous trouvé une similitude ente le personnage Gbagbo (actuellement jugé à La Haye par la CPI) et Moncef Marzouki.

Cela m'avait inspiré l'article suivant, déjà publié, le 5novembre et repris sur les réseaux sociaux. Il n'est pas inutile d'y revenir en espérant que l'hypothèse qu'il soulève demeure ........une simple spéculation analogique.

Moncef Marzouki maintient sa candidature aux élections présidentielles du 23 novembre 2014 et il ne sera pas élu comme on peut le prévoir. Le candidat d’Ennahdha n’est pas connu encore.

Dans l’hypothèse, par exemple, où le dirigeant de Nida Tounes, monsieur Beji Caïd Essebsi (BCE) serait élu, un scénario néfaste tenterait peut-être les perdants.

Un Marzouki, par exemple, même arrivé en quatrième ou cinquième position, pourrait s’inspirer de ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire en 2012, en niant le verdict des urnes, comme l’a fait Laurent Gbagbo .Il s’autoproclamerait « Président » avec l’appui d’Ennahdha, et d’autres , quitte à plonger la Tunisie dans un nouveau chaos , après celui de 2011.

Ni moi ni aucun citoyen respectueux de la légalité ne souhaite une telle forfaiture, bien entendu et le désastre qu’elle entraînera. Mais, en politique, on ne perd rien à tout prévoir, même le pire, afin de s’y préparer.

Mohsen Toumi, repris sur sa page facebook.


           


1.Posté par ghanouchi.m le 18/11/2014 14:32
Sans le soutien inconditionnel et tacite d'ennahdha, le tartour national n'osera rien tenter. C'est avec ses complices et amis de longue date les islamistes qu'il tentera le tout pour le tout quitte à se barricader dans le palais de carthage envers et contre tout et advienne que pourra dirat il . Mais n'est pas gbagbo qui veut. Toutefois, on est en Tunisie ici et tout reste possible en effet.

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter