Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Exclusif : qui était vraiment Moncef Ben Salem (vidéo) ?


26 Mars 2015

A la suite de son décès le 24 mars 2015, Ennahdha lui a rendu un hommage digne de son passé ! Mathématicien de formation, Moncef Ben Salem est considéré par les islamistes comme un « savant de renommée mondiale… que le régime de Ben Ali a empêché d’accomplir sa mission scientifique ». C’était effectivement un « grand savant » en matière de terrorisme et d’antisémitisme !


Moncef Ben Salem, siégeant à l'Assemblée (anti) Nationale Constituante, vendue au Qatar et aux Etats-Unis.
Moncef Ben Salem, siégeant à l'Assemblée (anti) Nationale Constituante, vendue au Qatar et aux Etats-Unis.
Décédé le mardi dernier à la l’âge de 62 ans et à la suite d’une longue maladie, Moncef Ben Salem a été inhumé hier, 25 mars 2015, au cimetière de Bir Salah de la délégation d'el Hancha à Sfax, sa ville natale. Avant le départ du cortège funèbre vers Sfax, une cérémonie d’hommage lui a été dédiée sous la direction de Rached Ghannouchi, au siège du parti islamiste Ennahdha à Montplaisir (Tunis).

Si nos valeurs islamiques nous interdisent de dire du mal d’un disparu, nos valeurs patriotiques nous y autorisent vivement. Qu’Allah lui accorde son pardon –il en aura bien besoin- mais que les Tunisiens sachent qui était cet homme.

La carrière terroriste de Moncef Ben Salem

Né le 1er avril 1953 dans le gouvernorat de Sfax, Moncef Ben Salem adhère au Mouvement de la Tendance Islamique (MTI) quasiment dès sa naissance clandestine en juin 1981. A l’époque et jusqu’à ce jour, beaucoup de scientifiques (physiciens, ingénieurs, médecins…) et jamais de littéraires (historiens, philosophes, sociologues…), trouvent dans l’islamisme l’idéologie idéale pour redresser le monde arabe et le hisser à la tête des nations. Un rêve d’imbéciles qui dénote les limites intellectuelles de ces « savants » islamistes.

Comme « l’ingénieur » Hamadi Jebali, notre « savant de renommée mondiale » a été impliqué dans le double attentat qui a visé le 3 août 1987, date anniversaire du Président Bourguiba, un hôtel à Sousse et un autre à Monastir. A l’époque mercenaires de l’Iran Khomeyniste, les islamistes Tunisiens travaillaient à la déstabilisation de l’Etat bourguibien, avec l’aval implicite des Etats-Unis. L’arrivée au pouvoir de Ben Ali, le 7 novembre 1987, avait mis fin aux complots islamistes, non sans leur proposer un nouveau deal avec le pouvoir, toujours sous la pression de nos « amis » Américains !

C’est ainsi que tous les détenus islamistes ont été libéré par Ben Ali. Les Ghannouchi, Jebali, Chourou, Larayedh, Harouni, Ben Salem…, ont été relaxé au nom de la « réconciliation nationale ». Contrairement à ce qui a été dit et écrit, Moncef Ben Salem a pu réintégrer à l’époque son poste de professeur à l’Ecole nationale d’ingénieur à Sfax, avec le versement rétroactif de deux années de salaire (1986-1988). Il y restera jusqu’en 1991, l’année de reprise du bras de fer entre le pouvoir et la secte islamiste. Observant jalousement ce qui se passait en Algérie où le FIS triomphait, les dirigeants d’Ennahdha étaient impatients de gouverner la Tunisie. Leur violence avait donc repris de plus belle particulièrement au sein de l’université, mais pas seulement.

Comme a fini par le reconnaître Salah Karkar avant son décès, Ennahdha a tenté à deux reprises d’assassiner Ben Ali, en 1991 à Sidi Bou Saïd, et en 1992, en ciblant son avion avec un lance-missile sol-air de marque Stinger, que la secte terroriste a pu obtenir grâce à ses amis Algériens de retour d’Afghanistan. Telle est la raison principale du retournement de Ben Ali contre Ennahdha et de sa décision d’éradiquer impitoyablement les islamistes (1992-1995).

Les recherches « scientifiques » de Moncef Ben Salem

 Moncef Ben Salem était un « grand savant » qui a passé une bonne partie de sa vie à vouloir démontrer « mathématiquement » que la mère d’Habib Bourguiba était de confession juive ! Parce que les islamistes considèrent qu’être de mère juive est en soi une abjection, ils ont de tout temps jeté sur leurs adversaires cette « accusation » très grave à leurs yeux : Mustapha Kamel Ataturk, Nasser, Sadate, Khadafi, Saddam, Hafedh al-Assad, Hussein de Jordanie, Bourguiba… étaient tous de mères juives ! Les islamistes savaient très bien à quel point l’impact d’une telle filiation sur la conscience de la populace arabe était déterminant dans leur combat contre les régimes.

Cinq mois après le coup d’Etat islamo-atlantiste du 14 janvier 2011, Moncef Ben Salem déclarait devant une foule d’incultes venus l’écouter à Sfax que « Le juif Mendès France a dicté à Bourguiba les conditions de l’indépendance, à savoir la libération de la femme, la fermeture de la mosquée Al-Zitouna… Bourguiba était un vendu à Israël et à la France » (voir vidéo ci-dessous).

Il a par la suite fait une révélation « historique » capitale ! Un proche de Moufida Bourguiba (la première épouse du président), qu’il aurait rencontré en 1981 en Arabie Saoudite, lui aurait confié que, selon Moufida Bourguiba, son époux était un juif originaire de Tripoli, qu’il détestait l’islam et l’arabité… Dans son hystérie antisémite, Moncef Ben Salem disait que le Monsieur rencontré en Arabie Saoudite devait lui remettre la preuve écrite signée de la main même de Moufida Bourguiba, malheureusement il est mort avant !!!

Du terrorisme islamiste à l’affairisme véreux

Bombardé ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, la première décision de Moncef Ben Salem, mentionnée dans le JORT du 3 décembre 2011, a été de s’octroyer le titre de professeur des universités avec effet rétroactif de 25 ans. Il a ainsi empoché près de 600 000 dinars, considérant qu’il s’agit là que de justice rendue !

Sa boulimie ne s’est pas arrêtée à ce montant « dérisoire ». Il a également encaissé 720000 dinars comme compensation des années de prison et de privation, à l’instar des islamistes et des gauchistes qui ont eu droit aux mêmes compensations. Il a obtenu un prêt d’1,5 milliard pour l’un de ses fils pour créer une télévision. Il a obtenu un autre crédit de 800000 dinars pour un autre de ses fils pour lancer une entreprise d’export-import. Sans compter ce que Rached Ghannouchi lui a donné à titre personnel. Et pour cause !

Depuis son départ en exil en 1991, Rached Ghannouchi est devenu l’un des tunisiens les plus richissimes. Ses agents sillonnaient les pays arabes et musulmans à la recherche d’argent. L’Arabie Saoudite, l’Iran, le Koweït, le Qatar, le Soudan, l’Indonésie… les dollars coulaient à flot dans le coffre de Rached Ghannouchi. Cet argent quémandé était soi-disant pour les familles des « martyrs » et des « prisonniers » d’Ennahdha en Tunisie. Grace à des conflits internes entre Rached Ghannouchi, Salah Karkar et Habib Mokni, on a su par la suite que ces montants colossaux allaient sur le compte personnel du chef de la secte, Rached Ghannouchi et de sa fille Soumaya.

Les larmes de crocodiles de Rached Ghannouchi

C’est pour cette raison qu’après son retour en Tunisie, Rached Ghannouchi s’est senti obligé de faire preuve de « générosité » à l’égard de ses compagnons, notamment Hamadi Jebali, Ali Larayedh, Sadok Chourou et Moncef Ben Salem. Quant à Habib Mokni et Hechmi Hamdi, ils avaient déjà, à l’époque de l’exil doré, coupé à la source la part du pactole qui leur revenait !              
Avant le départ de sa dépouille à El-Hancha dans le gouvernorat de Sfax, la secte islamo-mafieuse d’Ennahdha a rendu à Moncef Ben Salem l’hommage qu’il mérite. Les larmes aux yeux, c’est Rached Ghannouchi qui a conduit la prière pour les morts au siège même de son parti.

Dans un post publié sur son site, le parti Ennahdha s’est dit très affecté par la disparition de Moncef Ben Salem, « ce cavaliers d’Ennahdha et de ses dirigeants qui ont combattu la tyrannie et l’oppression sans jamais faiblir ». Ecrivant l’histoire à leur manière, les islamistes d’Ennahdha ont prétendu que Moncef Ben Salem « a combattu la dictature en tant que savant de renommée mondiale. Le régime déchu l'a empêché d’accomplir sa mission scientifique au sein de l’Université. Il l’a combattu en tant que militant, ce qui lui a valu de nombreuses années en prison. Il l’a combattu en contribuant à la réalisation des objectifs de la révolution et l’édification de la 2ème République en dirigeant le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique au sein du premier gouvernement élu après la révolution ».

Cette « deuxième république » restera dans l’histoire comme la période de la collaboration, de la trahison, de la corruption, du règne du Proconsul américain Jacob Walles, de la vente de la Tunisie au Qatar et à la Turquie, des visites répétitives de John McCain en Tunisie, de la collaboration dans la destruction de la Syrie,… et des conférences de Rached Ghannouchi à l’AIPAC, lors desquelles il avait oublié de dire devant ses maîtres « juifs » que son ministre de l’Enseignement supérieur était un misérable antisémite ! Qu’Allah lui pardonne !!!

Karim Zmerli  

Vidéo de Moncef Ben Salem à Sfax, en 2011 :
 


L'anti-impérialiste et antisémite Moncef Ben Salem, avec le proconsul "musulman" Jacob Walles!

L'anti-impérialiste et antisémite Moncef Ben Salem, avec le proconsul "musulman" Jacob Walles!


           


1.Posté par hamadi khammar le 26/03/2015 19:54
Brobbi, s'agissant des "juifs", quelle était, en fait, la religion d'Abraham, de Moïse, d'Isaac (Es'haq), David (Daoud), Ismaël, Ilyas, et les dix autres dont le Très-Haut, Allah (pour ceux qui y croient, encore), en parle dans le Saint-Coran, les qualifiant de "Prophètes d'Allan", sinon le "JUDAISME", que les tunisiens, l'ignorance aidant rejettent, ferme.......allant, par déduction, jusqu'à rejeter ce qu'il en dit dans Sourate "El Méïda"
SOURATE -él méîda : ﴾إِنَّ ٱلَّذِينَ ءَامَنُوا۟ وَٱلَّذِينَ هَادُوا۟ وَٱلصَّٰبِـُٔونَ وَٱلنَّصَٰرَىٰ مَنْ ءَامَنَ بِٱللَّهِ وَٱلْيَوْمِ ٱلْءَاخِرِ وَعَمِلَ صَٰلِحًۭا فَلَا خَوْفٌ عَلَيْهِمْ وَلَا هُمْ يَحْزَنُونَ ﴿٦٩﴾
(69) Ceux qui ont cru, ceux qui se sont judaïsés, les Sabéens, et les Chrétiens, ceux parmi eux qui croient en Allah, au Jour dernier et qui accomplissent les bonnes ouvres, pas de crainte sur eux, et ils ne seront point affligés............SEULS LES BLASPHÉMATEURS SONT CAPABLES DE PAREIL COMPORTEMENT !!!!! hamadi khammar

2.Posté par TFOU_ALYKOUM le 27/03/2015 19:30
@celui qui a fait cet article "karim zmerli"
: va te faire foutre espèce de chien toi et celui qui t'a autorisé de publier ton article de merde sur ce site merdique sale monteur !!!!!!!

3.Posté par Heyoua le 28/03/2015 08:16
@celui qui vient de commenter si brillamment cet article.
Tes arguments volent vraiment haut. Du coup tu es à la hauteur de celui que tu cherches à défendre.
Tu te trouves à commenter cet article. Il faut donc croire que tu accordes du crédit à ce site ainsi qu'à ses articles.
En tout cas, quelqu'un a autorisé que ton "commentaire de merde" soit publié.
C'est aussi ça la démocratie. Permettre également aux imbéciles de s'exprimer.
A bon entendeur... ;-)

4.Posté par Abdou le 28/03/2015 11:41
En tant observateur impartial patriote, on se perd dans le jugement des valeurs et l'appréciation des évènements. L'expérience fulgurante, intempestive et douloureuse par laquelle passe le pays après le soulèvement provoqué du 14 janvier, qui a secoué le monde Arabe et par conséquent le monde musulman, dont on ne peut échapper, nous sommes perplexe à l'égard de certaines positions qui sont à la limite de la déontologie du métier et des valeurs humaines que doivent nos tous partagées. Ces mêmes valeurs qui sont à la base de la stabilité et de l'espoir, s'amenuisent de jours en jours laissant place à la haine et l'antinomie du bien et du mal . Le tournant événementiel dangereux que court le pays aujourd'hui par le passage d'un terrorisme de maquis à un terrorisme urbain suppose une cohésion sociale pour endiguer toute dérive irréversible. Les éditorialistes, les chroniqueurs et les journalistes de toute couleurs, opiniâtres qu'ils soient sont des éminents esprits respectables clairvoyants des circonstances pour en juger d'eux même de l’impact de leurs éditions sur l'ensemble de la populace. Nous ne pouvons douter de la sincérité du journalisme contemporain pour éclairer l'opinion publique sur certaines réalités mais nous ne pouvons aussi douter de leurs capacités d'apaiser le climat et d'éviter l'embrasement. Nous sommes tous égaux envers la mort notre prosternation est de laisser le temps de panser les plaies et de sursoir tout jugement aux moments opportuns. Avec mes respects au détenteur de l'article et à TS.

5.Posté par Mohamed Jemal le 28/03/2015 13:17
Les ténors d'Ennahdha prétendent que Moncef Ben Salem était un grand scientifique. Mais un grand scientifique se distingue par le nombre et la qualité des articles qu'il a publiés dans des revues internationales et par le nombre de thèses qu'il a dirigées. Si l'on fait une recherche bibliographique, on s'aperçoit que la plus importante banque de données scientifiques ne connait pas MBS. Son actvité scientifique se résume à la publication de 4 articles dans des revues secondaires, dont le denier date de 1982. De plus il n'a assuré l'encadrement d'aucune thèse de Doctorat. Arrêtez ce mensonge.

6.Posté par Zaarour le 28/03/2015 14:26
Scientifique de renommée Internationale.....hahahahha

Mallakhwanjiya, 3amlou il 3ar bissirka oul ham illi jabouh liblad.

Tout comme Tfou Alykoum, ils finiront tous a la potence.

7.Posté par Mohamed Jemal le 28/03/2015 21:43
On veut nous faire croire qu'il était un scientifique de renom, mais quand on fait une recherche bibliographique, on s'aperçoit qu'il ne figure pas en tant qu'auteur d'articles dans la plus importante base de données scientifiqu (sciendirect). Son dossier scientifique se résume à la publication de 4 articles dans des revues secondires (le dernier date de 1982) et l'encadrement de zéro thèse de Doctorat. Ce dossier n'est pas plus riche que delui d'un jeune étudiant-chercheur candidat à un poste d'assistant ou maitre-assistant. Du reste quand on est versé dans la politique autant que lui, on n'a ni le temps ni le tournure d'esprit pour faire de la Science.

8.Posté par Lakhdar Ahmed le 10/04/2015 00:43
Bon franchement si vous voulez vous archarnez sur quelqu'un aite le sans bavures mais que cela soit juste et vrai, d'autre part qu'est ce que cela va apporter au peuple Tunisien que ce soit vrai ou faut que Moncef Ben Salem est un ripou ou un homme bien scientifique de grand valeur ou un mini scientifique, stop, nous avons besoin d'autres choses pour relancer le pays de cette situation merdique, donc donnez nous un autre sujet de valeur (humaine).

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter