Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Isabelle Mandraud, journaliste au Monde ou chargée de la communication d’Abdelhakim Belhadj ?


2 Mai 2014

Son militantisme pro-islamiste n’est plus un secret pour personne, même si ses articles publiés dans Le Monde sont écrits dans la plus impure tradition jésuite. Alors qu’il ne parle pas un mot de français, elle a eu l’outrecuidance de décerner à Rached Ghannouchi un doctorat de philosophie obtenu de la Sorbonne ! En parfaite synchronie avec la propagande qatarie, elle a défendu la secte des Frères musulmans en Tunisie, en Egypte, en Syrie, en Algérie et en Turquie. De là à faire la promotion d’un ancien lieutenant de Ben Laden, dans une opération de communication (vidéo ci-dessous), il y a un pas qu’Isabelle Mandraud a osé franchir, sans craindre le ridicule, encore moins l’appel à l’ordre de sa rédaction, qui est la pépinière du plus puissant lobby islamo-atlantiste en France. Dans la petite salle où s’est déroulée la rencontre promotionnelle du sinistre Abdelhakim Belhadj, il y avait aussi François Burgat, qui ne résiste pas non plus au charme des islamo-terroristes. Il ne manquait plus que BHL, co-libérateur de Libye, avec Sarkozy, Hamad et Belhadj! Notre ami Jacques-Marie Bourget, qui est un vrai journaliste, a assisté à la dernière conférence du couple détonnant Belhadj-Mandraud. Voici son article décapant.


Isabelle Mandraud, journaliste du Monde et biographe de l'ex-terroriste d'Al-Qaïda, Abdelhakim Belhadj, dans son nouveau accoutrement costume, cravate, lunettes.
Isabelle Mandraud, journaliste du Monde et biographe de l'ex-terroriste d'Al-Qaïda, Abdelhakim Belhadj, dans son nouveau accoutrement costume, cravate, lunettes.
L'homme fort de la Libye post révolutionnaire, l'islamiste Abdelhakim Belhadj, était venu à Paris, le mercredi 30 avril, pour donner un prêche sur l'avenir de son pays. Avec dans le rôle de l'attachée de presse, la journaliste du Monde et petite soeur des Frères Musulmans, Isabelle Mandraud, auteur d'une biographie à sa gloire. Hélas, le dernier carré des fidèles de Kadhafi est venu perturber la réunion.

Dans une rue de Paris, si courte que pour peu elle n’existait pas, assis au fond d’une salle avare de mètres carré, coincé entre un mur et une journaliste du Monde, Isabelle Mandraud, qui joue la meneuse de revue, on sent qu’Abdelhakim Belhadj n’est pas à sa place dans ces coulisses de l’éditeur l’Harmattan. Belhadj, vous le savez, c’est le sphinx libyen, l’avenir du pays, le héros promis par l’Amérique à devenir calife à la place du Colonel, à remplacer Kadhafi sur son trône vert.

Voilà le sauveur d’une nation en lambeaux, héros d’une comédie du bonheur écrite au fil des jours par des journalistes, politologues, hommes d’affaires et politiques. Voilà un barbu appelé au zénith de la destinée et qui s’exprime dans un endroit si minable. Devant un parterre quelconque fait de quelques fans en espérance de scoops, ou prébendes, et de chaisières que l’orientalisme émoustille.

Salut Belhadj, welcome to Paris

On attendait mieux de vous, le "De Gaulle" de Tripoli, pour une première visite dans cette France qui, par la grâce de Nicolas Sarkozy, a « libéré » votre terre. A "Mondafrique", il y a longtemps que nous avons observé ce Napoléon pousser sous Bonaparte. Résumons quelques chapitres d’une vie bien plus agitée qu’un roman russe. Né Barbu, ou presque, Belhadj a 24 ans en 1980, quand en Afghanistan, avec ses amis du jihad, comme Ben Laden, il se bat contre l’empire soviétique avec la bénédiction de la CIA. Les enfants de Marx disparus, Belhadj reste dans le chemin divin, celui du jihad. En Pakistan, en Turquie, au Soudan il occupe des postes stratégiques dans la stratégie des guerriers d’Allah.

Son baroud d’honneur est en Irak où il se bat aux côtés d’Abou Moussa Al-Zarkaoui, le patron de la succursale locale d’Al-Qaïda. La guerre perdue, c’est le repli stratégique vers l’Asie où des millions de paisibles musulmans, en Indonésie et Malaisie par exemple, ont bien besoin que des prêcheurs comme l’imam Belhadj les éclairent sur la nécessité du jihad.

Accroc fatal, en 2003 c’est en Malaisie qu’Abdelhakim est arrêté par la CIA. Transféré, et torturé à Bangkok par des supplétifs de la Central américaine qui n’hésite pas à faire confiance à la sous-traitance, Belhadj soufre mille morts. Mais ne dit rien. Finalement, comme on jette un corps aux chiens, l’imam est renvoyé chez lui, en Libye où une exécution annoncée l’attend. On mesure ici le degré d’humanité de l’exemplaire Amérique, celle du distingué Georges Bush.

A Tripoli, Belhadj change de tortionnaires ce qui ne change pas sa douleur. Finalement les coups et sévices se calment le joueur d’échecs Kadhafi s’imagine que, le jour venu et sa dictature fragilisée, Belhadj peut être un fer au feu pour amadouer les islamistes. Fait incroyable l’imam est rendu à la liberté.

Quand ses frères religieux de Benghazi déclenchent le « printemps libyen », Belhadj est le premier à sauter dans ses rangers. Il a son plan.
Son destin  (celui du moment) est devenir le pion, l’homme clé et lige du Qatar. Avec des dollars de Doha plein les poches, avec des hommes et des fusils, avec l’aide d’officiers français et de stratèges de la DGSE, Abdelhakim devient Leclercq, le libérateur de Paris. Bien connu ici, surtout dans la région du Fezzan dont il a arpenté les sables en 1943. Belhadj prend une envergure de généralissime. Selon un scénario imposé par le Qatar, il sera sacré le « libérateur de Tripoli ». La « Révolution » faite, il a la puissance, avec des centaines de miliciens sous les ordres, des armes à plus soif et de l’argent à pleins coffres.

Des fous de Dieu et des fous tout court

Installé dans sa forteresse, c’est maintenant à Belhadj de jouer, à lui de mener à bien le programme dessiné  à Washington : devenir le maître. Pas facile. La Libye est un chaos avec un mélange de miliciens cruels et de fous de Dieu. Où les gens raisonnable, et amoureux de la liberté, sont priés d’aller vivre ailleurs ou de ne parler qu’à voix basse. Dans ce contexte, où le Parlement se retrouve régulièrement sous la mitraille avec des Premier ministres kleenex, le malin Belhadj n’a pas une vie politique facile. Il n’est pas seul à vouloir la plus belle part du gâteau libyen. Intelligent et bien conseillé, Abdelhakim a donc jeté la bure du jihadiste pour le costume-cravate et le discours de violence pour celui de raison. D’où l’intérêt de l’entendre à Paris, dans celle salle qui n’est pas à la taille de ses ambitions.

Le discours est parfait. Belhadj a toutes les qualités requises pour diriger un État. Il ment avec l’assurance que réclame le job, il répond aux questions avec calme et intelligence dans une langue de chêne. Cet homme est un roc impossible à dynamiter. Il a, dit-il dans sa besace de chef militaire de Tripoli et de patron du partie Al Watan (le Pays), tous les outils pour réparer la Libye : intégration des miliciens dans l’armée ou la police, et mise en route d’un « dialogue national » qui tienne compte des « toutes les opinions et différences ». Ce Belhdaj, prince de la charia, c’est à la fois, s’il faut le croire, une synthèse du Dalaï Lama et de Gandhi.

Boules puantes

Son calme, nous en sommes les témoins quand deux hommes en colère, des libyens, se lèvent pour hurler leur rage : « Cet homme que vous avez devant vous est un criminel contre l’humanité, un bourreau tortionnaire qui à régné sur un abattoir humain installé dans un hôtel désaffecté lors de la chute de Kadhafi. Assassin ! Assassin ! Criminel ! ». Belhadj, habitué à la mitraille, ne bouge pas un cil, mais on sent qu’il aurait souhaité un autre accueil. En fin de compte les contestateurs du héros quittent la salle. En faisant part de leurs regrets de Kadhafi et en laissant sous leurs chaises un paquet fumant.

Une dame hurle « Attention, ils ont lancé des gaz. » Plein de sang froid, moi aussi, je fais remarquer à quelques voisins que nous ne risquons rien puisqu’une journaliste du Monde est dans la salle et que les collaborateurs de ce quotidien ont été formés au dépistage du sarin… Dans la panique je ne fais rire personne… même si, en fait de gaz, il ne s’agit que de boules puantes ? Puis, honte pour les démocrates, les libyens chahuteurs sont confiés à la police, tels de simples jihadistes. Cette fois la visite du héros tourne à la farce, mais l’acteur reprend son rôle, répond aux dernières questions lancées par la consœur du Monde qui, fait bizarre, joue les attachées de presse du stoïque barbu.

Avec Abdelhakim, la Libye va bientôt gagner l’obscur de l’hiver sans avoir même connu les lumières du printemps.

Jacques-Marie Bourget, publié le 2 mai 2014 dans Mondafrique, sous le titre de « Le jihadiste libyen Belhadj tombe dans une embuscade à Paris »

Extrait vidéo de la conférence tenue par le couple Isabelle Mandraud d'Al-Monde/Abdelhakim Belhadj d'Al-Qaïda :  
http://www.youtube.com/watch?v=h-Y-FznNDik
     


           


1.Posté par Jigoud le 02/05/2014 22:59
Nous assistons ici au double jeu très dangereux des services secrets français .En Libye ,ils font la promotion d'un terroriste "repenti ", mais développent ailleurs un discours anti-djihadiste et serrent le contrôle aux frontières des partants/revenants des massacres en Syrie .La France ,en trouvant plaisir ,à s'amuser avec le feu de l'Islam politique et militaire finira par se brûler à ses futurs incendies qu'il tentera de mettre en ligne sur l'Hexagone .La France ,en ce domaine ,ne pourra pas être plus experte que l'Arabie Saoudite .On ne s'amuse pas avec le Diable .Paris a osé ce défi .Qu'elle en assume l'entière responsabilité..

Mais alors là ,vraiment ,les politiques français n'ont rien compris .Ils sont venus tard au jeu nauséabond des services américains .Cela risque de leur coûter cher .Je ne comprends alors pas du tout pourquoi ils payent des rançons juteuses aux kidnappeurs de leurs journalistes .Alors que les services de Belhadj ,et de Mandraud (?), pourraient leur éviter le ridicule ...

2.Posté par Observateur en Tunisie le 04/05/2014 08:38
Le Monde a soutenu les revendications de l'opposition contre Ennhada pendant une longue période, puis progressivement les articles du journal ont été mis sous censure et la ligne éditoriale a changé complètement. Les qataris, les richissimes bédouins collaborateurs dans les plans saugrenus et criminels de la CIA, ont acheté des larges pans des actions du journal. Leurs attaques sur l'immobilier de luxe, villas et résidences de prestiges sont même facilités fiscalement : deux responsables sans concurrence idéologique ni morale, la hyène politique Sarkozy et le dromadaire de la corruption qatarie Hollande peuvent même vivre ensemble.

Le Monde ÉTAIT un bon journal, il faut exploiter ses archives, pour le reste une voix de propagande atlantiste, comme a bien dit la rédaction T.S. Isabelle Mandraud doit suivre, si non elle perde son poste et ses sous et c'est difficile lorsqu'on a une famille et la crise bat son plein en France. Je lui souhaite de changer de journal et de verser du café sur la cravate de ce criminel et boucher terroriste qu'elle accompagne en tant qu'attachée. Cela lui rappellera le sang du Guide Mouammar et du Dr.

Dernier exemple, le journal franco-qatari a fait descendre Edgar Morin pour décrire Vladimir Poutine comme un homme "rusé et habile". De quoi, nous comprendrons que les actionnaires qataris du Monde aimeraient que le chef de la Fédération Russe, qui s'étend sur deux continents, devrait selon eux être conduite par un Président bête et incapable... pour faire main basse comme dans le "printemps arabes" et les "jasmins fanés"... !

Mais je voudrais dire à M. Bourget, qui nous a plut pour son ironie, de faire confiance au "dernier carré des fidèles de Kadhafi" ; car d'ici à quelques mois une opération fabuleuse pourra être lancée en Libye qui fera avaler beaucoup de sable à ces infâmes émirs de la terreur. Je ne peux pas en dire davantage, mais attendez et vous verrez!

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter