Connectez-vous S'inscrire
Tunisie Secret

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Khalifa Haftar : La France soutient politiquement des acteurs qui n’ont aucun pouvoir (vidéo).


17 Février 2017

Pour la première fois, le général libyen Khalifa Haftar (73 ans) s’exprime dans un hebdomadaire français, le Journal du Dimanche (JDD). Résolument engagé dans l’éradication des islamistes et des terroristes dans son pays détruit par Sarkozy, il reproche à l’ONU de très mal connaître la situation libyenne, et à la France, de soutenir des pantins, notamment Fayez El-Sarraj, qui n’ont aucun pouvoir sur la Libye. Il a oublié de dire qu’à l’instar de la Syrie où elle aide des islamo-terroristes, le pays des droits de l’homme soutient également l’ancien d’Al-Qaïda Abdelhakim Belhadj, qui a été reçu plusieurs fois au Quai d’Orsay ! Il évoque en revanche sa bonne coopération avec les Russes et se dit prêt à une coopération active avec le nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump. « Nous étions très contents lorsque nous avons appris que le parti Républicain était déterminé à combattre le terrorisme. Si les États-Unis et la Russie se rapprochent de nous pour éradiquer le terrorisme, nous serrerons la main à ces deux pays », a précisé Khalifa Haftar. NBY pour TS.


Le général de l'armée libyenne soutenu par la Russie, l'Egypte et les Emirats Arabes Unis, et le terroriste d'Al-Qaïda.soutenu par le Qatar, la Turquie et la France.
Le général de l'armée libyenne soutenu par la Russie, l'Egypte et les Emirats Arabes Unis, et le terroriste d'Al-Qaïda.soutenu par le Qatar, la Turquie et la France.
Dans son nouveau QG installé sur les hauteurs de Benghazi, le maréchal Khalifa Haftar est entouré de ses gardes du corps. Au loin, l’aviation pilonne les dernières positions djihadistes. À 73 ans, l’ancien opposant de Khadafi s’affiche aujourd’hui comme l’homme fort de la Libye. Alors que le gouvernement d’union nationale de Fayez El-Sarraj, adoubé par l’ONU, perd chaque jour de sa crédibilité, Haftar se pose comme le garant de la sécurité du pays. Il a reçu en exclusivité pour le JDD  Roumiana Ougartchinska.

JDD- Après Benghazi, quelle sera la prochaine bataille?

Khalifa Haftar- Nous ne voulons absolument pas frapper une ville libyenne, que ce soit Misrata ou une autre. Nous ne voulons pas dévier de notre but principal, combattre Al-Qaida, l’État islamique et les anciens du GICL (Groupe islamique combattant en Libye), que contrôle toujours Abdelhakim Belhadj. Nous allons poursuivre ces groupes extrémistes qui veulent porter préjudice à l’avenir du peuple libyen. Après, s’ils quittent le pays, nous les laisserons tranquilles.

JDD- La France vous aide-t-elle?

Khalifa Haftar- Nous entretenons de bonnes relations avec la France, que nous considérons comme un partenaire dans la lutte contre le terrorisme. Elle nous soutient moralement et d’un point de vue sécuritaire. Mais il faudrait que ce soutien soit équivalent à celui qui est apporté, sur le plan politique, au gouvernement d’union nationale. La France soutient politiquement des acteurs qui n’ont aucun pouvoir. Mais ça nous va si nous recevons de l’aide en termes d’information et de renseignement. Ces informations sont très importantes sur les personnes qui, la France le sait, sont des ennemis communs.

JDD- La Libye est divisée depuis plus de deux ans, la communauté internationale tente de vous aider à trouver une solution. Pourquoi cela ne fonctionne-t-il pas?

Khalifa Haftar- La communauté internationale ne comprend pas la réalité de notre situation. Elle dispose d’informations erronées et s’appuie là-dessus pour prendre des décisions inapplicables, mauvaises, qui par conséquent, sont refusées par certains et acceptées par d’autres. Pourquoi s’engouffrer dans ce tunnel sombre qui nous détourne de la vérité? Il n’en résulte que de la souffrance pour le pays. Nous, ce que nous souhaitons, c’est voir la lumière au bout du tunnel. C’est aux Libyens de décider ce qui est bon pour eux. La communauté internationale ne devrait que soutenir nos décisions. Alors, nous serons très heureux…
Interview en vidéo :



           

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 22 Octobre 2017 - 21:11 Les biens de Ben Ali proposés à des Saoudiens

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter