Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


La moitié des bureaux de vote à l’étranger sont contrôlés par Ennahdha et le CPR


26 Octobre 2014

De fortes suspicions pesaient sur l’indépendance des chefs de bureaux de vote aussi bien à l’étranger qu’à l’intérieur du pays. Deux jours après l’ouverture des votes à l’étranger, les choses se précisent : plus de la moitié des chefs de bureaux n’ont rien d’indépendants. Ils sont majoritairement membres d’Ennahdha, du CPR et d’Ettakatol. Plusieurs citoyens ont été empêchés de voter pour des raisons aussi rocambolesques qu’absurdes.


Les ghannouchistes et les marzoukistes auraient dû garder Kamel Jendoubi à la tête de l’ISIE. Lui, au moins, savait faire en matière de fraude électorale. Il leur aurait assuré des élections parfaitement « démocratiques » et « transparentes », comme celles d’octobre 2011 ! Avec  trente mille dinars par mois, Kamel Jendoubi avait bien accompli sa mission.

Chahrazade Ben Mbarek, une islamiste épouse d’un marzoukiste

Même s’il est nettement plus diplômé, plus qualifié et plus honnête que son prédécesseur à la tête de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), Chafik Sarsar n’a pas échappé à l’influence d’Ennahdha et du CPR. En tout cas, il n’a pas fait preuve d’une grande vigilance dans le choix des chefs de bureaux de vote, que ce soit en Tunisie ou à l’étranger. Alors qu’ils sont censés être indépendants, à 90%, ces derniers sont des militants dans les partis politiques. Plus de la moitié sont membres d’Ennahdha et de sa vitrine « laïque », le CPR. Les autres appartiennent à Ettakatol, à Al-Joumhouri et à Nidaa Tounes.

C’est précisément un membre influent de Nidaa Tounes, Hafedh Caïd Essebsi, qui vient de faire cet appel inquiétant sur sa page facebook : « Attention, les anciens membres des ligues de protection de la révolution " LPR " ont été tous incorporés dans l'ISIE et l'IRIE, comme chefs de bureaux et contrôleurs... ». Cela est parfaitement exact. Pour ne prendre que cet exemple, à Besançon, la chef du bureau de vote s’appelle Chahrazade Ben Mbarek (ci-dessous photo), qui n’est rien d’autre que l’épouse de l’islamiste recyclé dans le CPR, Khaled Ben Mbarek, qui a été embauché par le Tartour national comme conseiller.

Dès le premier jour des élections législatives à l’étranger, le 24 octobre, plusieurs témoins et observateurs ont relevé un certains nombre d’irrégularités, de défaillances et de problèmes troublants. Que ce soit en France, en Italie, en Allemagne, en Belgique, en Espagne, au Canada ou en Australie, plusieurs électeurs ont dû rebrousser chemin parce qu’ils n’étaient pas inscrits, alors qu’ils ont déjà voté en octobre 2011.

Des élections entachées de magouilles

Trois cents observateurs du réseau national d’observation électorale Mourakiboun ont été déployés en France, en Italie, en Allemagne et d’autres pays. D’après leur rapport préliminaire, plusieurs dépassements ont été enregistrés en France et en Allemagne dont :

 - Des électeurs inscrits dans plusieurs bureaux de vote différents, ou dans un bureau autre que celui de leur inscription, en France.
- Des différences significatives entre le nombre  d’inscrits sur les listes publiées par l’ISIE sur son site internet et le nombre d’inscrits réels sur les listes d’électeurs utilisés dans les bureaux de vote.
-Des électeurs munis de leurs reçus d’inscription affirmant être inscrits n’ont pas trouvé leurs noms dans les registres.
- L’ajout d’inscription manuelle d’électeurs au registre électoral. A Montpellier, 6 numéros de CIN sans mention de nom ont été ajoutés, à 17h30, juste avant la fermeture de bureau.
-Des électeurs fortement intimidés par des personnes partisanes. Ces derniers ont, par ailleurs, accompagné des électeurs jusqu’aux bureaux de vote.
- Regroupement de militants de certains partis ou listes candidates, tentant d’influencer les électeurs
- Pressions exercées sur deux présidentes de bureau (Munich, et Bonn), les poussant à envisager de renoncer à leur rôle.
- Accompagnement d’électeurs analphabètes dans l’isoloir (Bordeaux, Botzaris, Lubeck), consignes de votes et ingérences de certains délégués de listes à l’intérieur même des bureaux de vote.
- Tamponnage anticipé de plusieurs bulletins de vote (Aubervilliers, Pantin, Boulogne, Francfort).
- Transport collectif d’électeurs jusqu’aux bureaux de vote (en Allemagne Bonn).

Selon nos confrères de Business News, « Au consulat de Paris, on dénonce des « magouilles » et le « bordel ». Des gens ne retrouvent pas leurs noms sur les listes, alors qu’ils s’étaient inscrits, d’autres qui ont constaté que leurs noms ont été transformés, plusieurs n’ont pu voter. Toujours en France, des électeurs témoignent que les bureaux de vote où ils étaient assignés au préalable ont été changés à la dernière minute. Un étudiant déclare qu’il s’est enregistré en ligne pour voter en France, mais qu’on lui a signifié qu’il est inscrit en Tunisie, il affirme que d’autres se sont retrouvés dans le même cas que lui. Certains Tunisiens à Paris considèrent qu’il s’agit là de manœuvres pour dissuader les gens de voter, alors qu’il y a parmi eux des personnes qui ont pris des congés pour aller aux urnes ».

Taïeb Baccouche met en garde

Ces multiples infractions et entraves ont été dénoncées par l’Union pour la Tunisie (UPT). Dans un communiqué publié le 24 octobre, l’UPT a appelé les responsables de l’ISIE à réagir immédiatement, en indiquant que « Des informations alarmantes nous parviennent de quasiment l'ensemble des centres et bureaux de vote sur la circonscription France Nord (comme ailleurs),  sur les graves dysfonctionnements dans le déroulement des opérations de vote ». L’UPT a relevé les disfonctionnements suivants : « Des personnes qui se sont réinscrites volontairement en 2014 et qui ne sont plus sur les listes électorales pour des raisons inexpliquées ; des personnes inscrites volontairement en 2011  découvrent qu'elles ne le sont plus à ce jour; plusieurs adresses de bureaux de vote ont été modifiées à la dernière minute (voire même supprimées à l'instar du bureau de Brest) ». L’UPT conclue son communiqué par cette mise en garde : « La multiplicité des dysfonctionnements qui touchent différents aspects des missions confiées par le peuple  à l’ISIE risquent d’entacher la sérénité et la sincérité du scrutin. Il y va de l’avenir de l’expression démocratique chèrement acquise ».

De son côté, le secrétaire général de Nida Tounes, M. Taïeb Baccouche, intervenant lors d'un meeting organisé par son parti dans la délégation de Zriba, le mardi 21 octobre 2014, a indiqué que son parti détenait des informations sur l'appartenance de plusieurs membres des Instances régionales pour les élections (IRIEs) et des bureaux de vote, à l'intérieur et à l'extérieur du pays, à des partis politiques, par allusion à Ennahdha. Taïeb Baccouche a par ailleurs affirmé que « la plateforme informatique qui sera utilisée pour la collecte des voix n’est pas infaillible et qu’elle pourrait être piratée, ce qui porterait atteinte à l'intégrité et à la transparence des élections», et que son parti a informé le Quartette, parrainant le Dialogue national, « de toutes ces appréhensions, qui ont d’ailleurs été transmises à Chafik Sarsar », le président de l’ISIE.

A l’aune de toutes ces données, on peut d’ores et déjà annoncer que la section des Frères musulmans en Tunisie, Ennahdha, sera en tête dans quasiment toutes les capitales européennes ainsi qu’à l’intérieur du pays.

Lilia Ben Rejeb
 


Chahrazade Ben Mbarek, l'épouse de l'islamiste recyclé dans le CPR, Khaled Ben Mbarek.
Chahrazade Ben Mbarek, l'épouse de l'islamiste recyclé dans le CPR, Khaled Ben Mbarek.

Le bureau de vote de Besançon, le 24 octobre 2014. Photo exclusive de Tunisie-Secret.
Le bureau de vote de Besançon, le 24 octobre 2014. Photo exclusive de Tunisie-Secret.


           


1.Posté par bayoudh najet le 26/10/2014 17:01
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=4758840945600&set=a.1019874953787.2980.1732582608&type=1&theater

2.Posté par bayoudh najet le 26/10/2014 17:02
Je vais vous raconter ce qui se passe en ce moment devant le consulat de Tunisie à Paris: La moitié des gens se sont trouvés refoulés dans d'autres centres ou carrément refusés pour non inscription et n'ont même pas été mentionnés dans le site de l'IRIE. Pour ainsi dire; ils n'existent pas, alors qu'ils ont leur bulletin d'inscription au consulat général.
On a même essayé d'envoyer une handicapée qui est venue voter aidée par sa mère illettrée, au bureau de Boulogne Billancourt et sa mère devait rester voter sur place!! Saida sfar s'est exposée expressément devant la camera pour dénoncer ces faits .
UN CITOYEN QUI VOULAIT UTILISER SON PROPRE STYLO POUR SIGNER DANS LE
REGISTRE, s'est trouvé agressé par UN MEMBRE DU BUREAU car son stylo portait le signe de NIDA !! ALORS QUE LES SIGNES DU FOULARD ETC.... NE DÉRANGENT PERSONNE!!
Ce citoyen est libre de voter comme il l'entend !! Ce sont les membres du bureau qui n'ont pas le droit d'influencer les votes ou d'exposer des signes.
Vu que j'ai pris la défense de ces cas, on a essayé de m'enlever du bureau ils m'ont agressé à plusieurs reprises afin que je ne continue pas ma dernière journée comme ils avaient déjà essayé de me radier dès le premier jour déjà , afin que je n'assiste pas au dépouillement.
ils font exprès de renvoyer les gens ailleurs en récupérant pou récupérer leur voix sachant pertinemment qu'ils n'auront pas le temps ni la possibilité de se déplacer de nouveau si loin. ma cousine Naima Karboul a du le faire. elle a passé toute la matinée à se déplacer.
Juste après le président de l'IRIE m'a sommé d'arrêter ma propagande en criant dans la rue et en me malmenant, sous prétexte que j'ai essayé de défendre le point de vue d'un citoyen ( libre de ses opinions).
Et maintenant voici que la président du centre Mr Mohamed Krir qui me prive de rester à l'accueil et de monter au bureau !!

3.Posté par Tunisienne de France le 26/10/2014 20:57
Je suis révoltée ce soir de ne pas avoir voté, nous sommes des milliers de tunisiens à l'étranger a nous avoir confisqués ce droit de vote. Qu'on ne vienne pas me parler de taux de participation ou qu'on dise que les électeurs se sont abstenues d'aller voter, parque ça serai faux et archie faux, on nous a tout bonnement exclus de nos droits en tant que citoyens tunisiens vivant à l'étranger.

4.Posté par HBA le 27/10/2014 13:38
Il faut punir et sans se faire attendre les commanditaires et les responsables de ces fraudes électorales connus le 26 octobre 2014 en Tunisie qu’à l’étranger. Je peux citer en particulier ceux qui siègent et cohabitent dans le consulat général de Paris. Ces terroristes ont empêchés un grand nombre de nos citoyens de faire leur devoir à savoir d'effectuer simplement leur vote de base qui est relatif aux élections législatives d’un pays qui doit être respecté par tout le monde. Demain, le nouveau gouvernement pour qu'il puisse réussir dans sa mission, il doit être efficace et rigoureux depuis le premier instant avec ces malades détraqués.

5.Posté par Varete Ivan le 28/10/2014 15:36
J'avais suggéré, il y a quelques jours, cette main mise de Ennahdha sur les bureaux de vote, scrutateurs et services de sécurité, et sans pousser le bouchon trop loin, j'avais émis quelques doutes sur l'intégrité de l'ISIE . Des exemples sont venus confirmer mes doutes . Par chance, la démocratie l'a emporté sur la pieuvre" , ajoutant au mérite des électeurs ....

6.Posté par Hannibal le 29/10/2014 18:52
Déçu pour les démocrates ,les libéraux , les progressistes ,les épris de liberté ,les défenseurs des droits de l'homme que les gueux sans dents incultes et dopés aux anabolisants coraniques ont ignoré pour se reporter sur les rats barbus croyant bêtement accéder au paradis perverti de ....... Honte à vous populace aux culs souillés qui croyaient que dieu va vous inonder de billets de banque pour vous sortir de la merde dans laquelle vous êtes et vous y resterez inchallah .Ceux qui ont baissé leur froc à ghannouchie et compagnie me dégouttent et auxquels-elles je n'ai que mépris et dédain .Au diable la démocratie islamiste

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter