Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Le scénario tunisien, entre adaptation iranienne et mise en scène algérienne


12 Mai 2013

Article de Seif Ben Kheder, qui analyse la situation tunisienne en dehors des sentiers battus et des apparences médiatiques. La comparaison entre le processus révolutionnaire iranien à l’époque de Khomeiny et le processus réactionnaire tunisien sous Ghannouchi est pertinente. Ce ne serait donc pas dans le précédent algérien qu’il faudrait chercher l’avenir immédiat de la Tunisie, mais dans l’exemple iranien.


Le scénario tunisien, entre adaptation iranienne et mise en scène algérienne
Le militantisme politique n’est il pas désuet là où la résistance civile s’impose ? Un questionnement d’autant plus légitime qu’au lendemain du 23 octobre dernier, et au terme d’un mandat électoral pourtant sans équivoque, nous assistâmes à la naissance de l’illégitimité juridique et morale d’une assemblée de personnes, que certains qualifient du bout des lèvres de coup de force institutionnel. Un «faute de mieux… »  qu’il faudra décortiquer à partir de l’action de l’opposition d’une part, et celle du pouvoir, d’autre part.

Un « faute de mieux… » qui nous ramène au statut de témoins impuissants d’un contrôle de l’appareil de l’Etat et de l’espace public par le pouvoir à un rythme proportionnel à la passivité de l’opposition et à la stérilité de son discours. Un « faute de mieux … » qui dans un passé pas si lointain a contribué à asseoir la dictature des mollahs dont notre processus transitionnel semble suivre fidèlement ses traces.

Un « faute de mieux… » enfin, qui en l’absence de similitude religieuse, représente aux yeux de nos Tartuffes la recette miracle, l’équation « du tout ». Hypnotiser les masses, berner l’Occident, dans sa composante intellectuelle qui fait le plus de bruit, s’approprier du butin constitué par les richesses du pays, rabaisser l’élément humain au rang de sujet. Mais là où nos Tartuffes diffèrent des mollahs, c’est lorsqu’ils ont entrepris de trahir la nation, de la vendre comme un vulgaire lopin de terre oubliant par la même que les sujets, contrairement aux esclaves, y sont profondément enracinés. Ce fatal oubli, signera leur perte programmée car si les peuples se sacrifient volontiers pour une cause, ils ne se soumettront jamais à une félonie ….Là encore il y a beaucoup à apprendre de l’histoire de l’humanité.

Saison Une

Au lendemain de l’investiture du gouvernement d’Ennahdha, (pour ceux qui veulent croire à une troïka, le père noël aurait été plus indiqué et certainement plus vraisemblable), deux événements révélateurs et comparables à ce qui se produisit en 1979 à Téhéran eurent lieu.
1-l’apparition d’une milice vêtue de dossards au logo officiel du parti de Dieu, comme ils se plaisent à le faire croire, lors d’un conseil ministériel à la Kasbah.
2-le recours dans l’enceinte de la constituante, par une figure emblématique du monde carcéral tout autant que celui de la dévotion, à un verset promettant crucifixion et autres exécutions sanguinaires à l’égard des « forces contre révolutionnaires » et «corrupteurs sur terre », la nouvelle terminologie réservée aux manifestants et à l’opposition. Khomeiny a eu recours au même verset pour justifier les répressions contre les révoltes socio-ethniques déclenchées un peu partout dans le pays.

L’opposition, déjà responsable pour avoir servi de caution faussement laïque et fictivement progressiste aux Tartuffes londoniens en inventant le concept d’islam d’Etat modéré, n’a pas réagi à ces signes précurseurs et avant coureurs d’un islam politique qui ne dit ni son nom, ni sa vocation en tout cas à des années lumière d’une divine spiritualité. Pourtant, en son temps, Mehdi Bazargan, l’équivalent de notre machin, avait déclaré « Notre future république ne sera en rien comparable aux régimes de Libye ou d’Arabie Saoudite. Elle sera juste et tolérante, elle sera un modèle pour le monde ». Aux faiblesses manifestes dans l’art de la stratégie et de la communication politique, l’opposition a fait montre de graves lacunes en Histoire des nations !

Les milices ont proliféré sous deux casquettes distinctes, mais au service d’un même Tartuffe suprême. L’une officielle sous le nom de LPR, l’autre clandestine « Ansar Chariâa » , et leur faits d’armes de s’étaler, d’un premier assassinat politique à Tataouine, un deuxième à Tunis, en passant par les évènements de Abdelliah, Cheikh Idriss, Meeting de Kélibia, Meeting de Djerba, de Sousse, de Sfax, de Gafsa, 9 Avril, 4 décembre…et la liste est longue.

Saison Deux

L’opposition, toute tendance confondue, se contentait d’un aller retour sur l’avenue Bourguiba aux allures de kermesse, quand le ministère de l’intérieur le permettait bien sur. Khomeiny leur avait pourtant dit en 1979 : « la révolution n’est pas un diner gala ! ». A ce qui est justement perçu comme étant un amateurisme, la nébuleuse accélère le noyautage de l’Etat dans tous ses rayons, infiltre la police, administre les services secrets militaires, manipule les chiffres officiels, agresse les journalistes, accentue l’islamisation de la société et répand les prémices de la terreur. A ce stade, Khomeiny rappelait que « Les gardiens de la révolution ne peuvent plus permettre à une petite minorité (les zéros virgule… tiens tiens ! la même image …inconscient lorsque tu ressurgis !) de bafouer les libertés de l’immense majorité », au point où il considérait mécréante toute personne qui ne croyait pas à cette théocratie détentrice de la vérité absolue à travers la Chariâa du Guide Suprême ou de son Conseil islamique.

Exécuter les mécréants devient par conséquent un devoir dicté par la foi en Allah. Cela nous ramène à une déclaration identique faite par notre Tartuffe local, filmée à deux reprises, dont la première a été timidement contestée et la deuxième habilement détournée en dehors des projecteurs.

Khomeiny aborda dès lors la phase de l’élimination physique de tous ses serviteurs de Sadegh Ghotbzadeh, Abbas Ali Khalatbari, Mohamed Taqi Madjidi, Manouchehr Azmoun, et même Hassan Pakravan qui l’avait pourtant sauvé d’une condamnation à mort par le Shah. Le 23 Avril 1979, il fit exécuter Mohamed Guarani, ancien chef d’état major interarmées, un militaire….. !
L’opposition, la notre…..dans son infinie grandeur et néanmoins candeur, prend position et…..propose une conférence nationale du dialogue. Faut-il en rire ? L’islamisation de la société et sa fanatisation est de toute évidence un impératif pour manipuler et basculer d’un statut de sujet à celui de chose selon le genre. Pour ce faire, les Mollahs chargés de mission, passent à 180.000 en l’espace de quelques mois, une véritable armée loyale et dévouée à la cause de Dieu et de son serviteur. Notre Tartuffe en chef, conscient de l’insuffisance du vivier national, aura recours à la seule alternative qui se présente: L’importation.

L’opposition suggère de s’orienter vers les oulémas de la Zeytouna, ignorant ou feignant d’ignorer la portée de la mission. Qu’à cela ne tienne, le message est reçu ! Assaut est donc donné dans les montagnes de Châambi et dans les rues de Kasserine, Kef, Jbel Jloud et Cité El Khadhra. Et lorsque Khomeiny répliquait par : « l’ennemi, ce n’est pas le fusil, mais la plume ! ». Etrangement notre ministre en charge de l’enseignement semble avoir fait sienne cette déclaration, par les faits.

Dernier épisode

Beaucoup d’observateurs évoquent la similitude de notre situation avec celle de l’Algérie voisine sur le double plan de l’islam politique avec ses branches terroristes et de l’armée. Je dirais que c’est peut être le cas en terme d’idéologie, inscrivant l’islam politique sunnite dans l’esprit libéral de l’union euro-atlantique et que son frère ennemi chiite obtempère aux exigences géopolitiques de l’axe sino-soviétique. Mais en terme d’organisation et de processus, l’Iran est bien le modèle de référence duquel s’inspirent indiscutablement les nôtres.
La constitution islamique de 1979 l’atteste, même s’ils n’ont pu éviter l’écueil de l’assemblée constituante, lui préférant certainement une réunion d’une choura à l’image de cette assemblée d’expert théologiens transcrivant fidèlement le fruit d’une réflexion de l’ayatollah de son exil à Neauphle le château, où le fruit des élucubrations d’un Tartuffe de son exil des faubourgs de Londres seraient retranscrits. Si la résistance civile ne s’organise pas, l’épisode final pourrait s’adapter toutefois au scénario de nos voisins, avec un coma artificiellement prolongé de l’opposition.Tunisie-Secret.com

Seif Ben Kheder 

 
 


           


1.Posté par younsi djamel Algerien le 16/05/2013 12:06
Il faut utiliser les mêmes lois qu'en Algérie :SÉPARER le Culte de Notre Islam et leurs Revendications politiques Sous couvert de l'Islam ! En leur interdisant les mosquées qui sont et resteront les lieux du culte et NON de Propagande Politique ! Celui qui n'est pas avec EUX EST et RESTERA Musulman avec un Avis différant d'Eux ! il faut en parler dans les Mosquées, Radios ,TV et Partout ... Ne leur laisser pas le champs libre ! infiltrez les dés maintenant RÉGLEZ les problèmes quotidiens du peuple comme boulot, éducation, eaux ,route,santé et logement ! !

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter