Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Les démolisseurs du tourisme tunisien continuent leur sale besogne


14 Novembre 2014

Les hôtels endettés sont un festin pour lequel de nombreuses personnes et institutions s’aiguisent les dents depuis un moment. Un dossier dans lequel le ministère du Tourisme et le gouvernement semblent avoir manqué de vigilance.


Amel Karboul, la ministre qui a achevé le tourisme tunisien et qui continue à brader les meilleurs hôtels aux requins de la finance internationale.
Amel Karboul, la ministre qui a achevé le tourisme tunisien et qui continue à brader les meilleurs hôtels aux requins de la finance internationale.
« Je ne suis pas la ministre des hôteliers et des agents de voyages », déclarait récemment Amel Karboul, ministre du Tourisme. Elle vient de joindre l’acte à la parole en mettant son administration au service du fonds d’investissement Siyaha Capital, créé par son ami Kamel Lazaar, patron de Swicorp (lire notre article).

En effet, le ministère du Tourisme se prépare à organiser le 14 de ce mois une « table ronde Workshop projets touristiques » dont les « principaux acteurs », selon un PV de réunion interne que nous avons pu consulter (voir document 1), seront « la Caisse des Dépôts et Consignations/ Swicorp/ Action Stream » à côté de (ou, devrait-on dire, avant) les investisseurs du secteur et les fédérations professionnelles.

Le même document précise que la liste des bailleurs de fonds à inviter est « à préparer par Mme Safia Hachicha » qui n’est autre que la DG de Siyaha Capital. De surcroît, le premier projet qui sera présenté à ces bailleurs de fonds est bien entendu celui de Siyaha Capital que dirige cette même S. Hachicha.

Last but not least, les conclusions de cette table ronde doivent préparer un voyage dans les pays du Golfe pour rencontrer des investisseurs durant « la dernière semaine de novembre ou la première semaine de décembre », précise le document. Pour ce voyage, c’est encore Swicorp qui « identifiera les investisseurs » à inviter lors du workshop et à visiter lors du déplacement dans les pays du Golfe. Le ministère se contentera pour sa part des tâches de secrétariat au profit de Swicorp puisqu’il est précisé que « le ministère se charge de contacter les ambassades tunisiennes (…) et lancera les invitations ».

Gestion privée d’argent public

Ce document éclaire d’un jour nouveau les inquiétudes à l’encontre de Mme Karboul quant à un conflit d’intérêts entre ses fonctions de Ministre et sa proximité avec le patron de Swicorp. En effet, comment Mme Karboul peut-elle prétendre à la promotion de l’investissement direct dans des projets comme celui de Kerkennah Founkhal, par exemple, en confiant cette promotion à un fonds spéculatif qui peine à recruter des bailleurs de fonds pour son seul et unique projet déclaré, qui est de reprendre une douzaine d’hôtels endettés ?

Ce document nous interpelle aussi quant à la déviation de la Caisse des Dépôts et Consignations de son rôle d’investisseur public. La création de CDC Gestion en est peut-être une illustration.

La CDC est un organisme public, que son DG Jamel Bel Hadj Abdallah définit sur son site internet comme « un investisseur avisé de long terme ayant pour objectif le financement durable au service de l’intérêt général ». Comment un tel organisme peut-il investir dans la dette des hôtels et, qui plus est, en cédant la majorité de sa société de gestion (CDC Gestion) à des privés, à savoir IMBank et le cabinet Action Stream ?

Quel hasard a fait que ce “bras financier de l’Etat”, censé investir dans des secteurs stratégiques et dans les régions défavorisées de l’intérieur, cède la majorité de sa société de gestion à une banque privée à capitaux étrangers et à un cabinet dont le patron est un expert italien transfuge de la Banque Mondiale, tous deux propulsés par Amel Karboul comme « acteurs » de sa table ronde sur l’investissement ?

La CDC aurait-elle pu agir ainsi si son “fondateur”, l’ex-ministre des Finances Jalloul Ayed, l’avait soumise au contrôle parlementaire, comme c’est le cas de son homologue en France par exemple ? Est-ce un hasard si les actuels dirigeants du CDC et de Siyaha Capital sont tous les deux issus du cabinet de Jalloul Ayed ? Est-ce aussi un hasard si, parmi tout ce beau monde se penchant sur la carcasse des hôtels endettés, on retrouve d’ex ou actuels dirigeants d’un parti politique libéral qu’on dit proche de Kamel Lazaar ? En prônant le principe cher à ces ultra-libéraux de “partenariats entre le secteur public et le secteur privé”, le ministère du Tourisme signifierait-il son engagement au service des fonds spéculatifs et banques d’affaires privées ?

Enfin, par quelle logique Amel Karboul tente-elle aujourd’hui, à quelques semaines de son départ du ministère du Tourisme, de s’occuper de mener une action qu’elle sait pertinemment inefficiente, ne serait-ce que par l’échec du gouvernement à faire voter la loi controversée sur l’AMC ? Une loi qui ne verra certainement pas le jour, du moins sous sa forme actuelle.

Autant de questions qu’il ne serait pas vain d’élucider dès l’installation du futur ministre du Tourisme.

Lotfi Mansour, publié le 13 novembre 2014 dans le magazine Le Tourisme, sous le titre de "Tourisme : le ministère des copains et des coquins". 

Tunisie-Secret a été le premier site d'information à révéler les magouilles de Swicorp :
http://www.tunisie-secret.com/Tunisie-Explosif-politique-et-magouilles-ou-va-l-argent-des-Tunisiens_a699.html
 


           


1.Posté par lotfi le 14/11/2014 15:47
Il n y a pas de hasard en Tunisie. Toutes ces personnes placées ici ou là par l'ex ministre jalloul ayad, à savoir belhaj à l"époque considéré au ministere des finances comme son bras droit qui lui même a placé beaucoup de personnes à la tête des banques publiques dont SG à la tête de la STB et dégagée plus tard pour mauvaise gestion de cette banque en 2013 ainsi que d'autres personnes qui n'ont fait qu'accentuer les déficits au niveau des établissements qu'ils ont eu à gerer. Si vous étudiez de prés les parcours de ces personnages, vous constaterez qu'il n y a point de hasard et que les amitiés dont on souffrait du temps de ben ali perdurent encore de nos jours. A quand cette société anti corruption financée par les coréens et à quand un gouvernement integre qui ne placera des personnes au sein de grandes institutions qu'en fonction de leurs diplômes et compétences?

2.Posté par kimdee le 14/11/2014 20:41
cette amel karboul n'a-t-elle donc rien compris à ce qui se passe dans le pays depuis le fameux 14 janvier? que le pays est VENDU??? bordel de merde!

3.Posté par el manchou le 15/11/2014 15:03
Amel Kabboul fait partie de la même charrette qui nous a amené Mehdi Jomaa, le cadre de chez total dont la mission est de garantir au clan Bouchemaoui sa mainmise sur le pétrole Tunisien ballouchi !

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter