Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Libye : Comment Tony Blair a profité du plus grand hold up du siècle ?


19 Août 2014

Plus les mois passent, plus remontent en surface les motivations crapuleuses de la destruction de la Libye, décidée par Nicolas Sarkozy pour « éviter un bain de sang à Benghazi », selon la légende BHlienne ! Sous le titre de « How Libya Blew Billions and Its Best Chance at Democracy”, le journal américain Businessweek a publié un long et édifiant rapport de David Samuels sur l’évaporation des milliards d’avoirs de l’Etat libyen. Pour ses lecteurs, TS traduit et publie ces quelques extraits qui démontrent combien certains donneurs de leçons occidentaux detestent l'argent et la corruption !


Tony Blair, qui s'était déjà bien engraissé de la destruction de l'Irak, avec le colonel Kadhafi, dont on avait ordonné l'exécution pour le faire taire à jamais.
Tony Blair, qui s'était déjà bien engraissé de la destruction de l'Irak, avec le colonel Kadhafi, dont on avait ordonné l'exécution pour le faire taire à jamais.
L'avenir économique de la Libye, autrefois présenté comme le plus brillant en Afrique, semble tout aussi sombre. Les sources de presse occidentales à l'époque de la mort de Kadhafi ont déclaré que le dictateur avait caché des dizaines de milliards de dollars dans des comptes à l'étranger et que le pays en avait désespérément besoin pour payer ses factures. Après le renversement du dictateur, la recherche a commencé pour sa fortune personnelle, un El Dorado d'or imaginé qui a été construit en partie sur la confusion entre les biens personnels de Kadhafi et les actifs contrôlés par l'État, tels que la Libyan Investment Authority (LIA). Cette fortune a été estimée dans diverses publications à entre 70 milliards de $ et 100 milliards de $, et a rapidement donné naissance à une industrie artisanale dans laquelle les chercheurs de fortune ont conclu des accords avec les représentants du conseil national de transition de la Libye pour localiser des biens manquants en échange de 10 pour cent par  prise.

Ces efforts n’ont pas tous été vains. A Londres, il s’est avéré qu’une maison appartenant à Saad Kadhafi, son fils, a été acheté  à 10 millions de livres (17 millions $) avec des fonds de l'Etat libyen détournés par une compagnie appelée Capitana Seas et considérée comme la propriété de l'Etat libyen. Une partie d'une agence immobilière Londres, Chesterton Humberts, a été accusé d'avoir été acheté en 2011 par la famille d'Ali Dabaiba, un membre de longue date de l'entourage du dictateur. Peut-être les plus grandes découvertes étaient deux comptes bancaires contenant près de 100 millions € (134 millions) appartenant au fils de Kadhafi Mutassim, qui a été tué pendant le soulèvement. Les comptes ont été situés à Malte, une maison commune en mer pour les comptes bancaires cachés et les sociétés fictives. Jusqu'à présent, le gouvernement libyen a réussi à obtenir de Malte de débloquer les fonds, et les transcriptions des procès sont une amorce hilarante dans l'art de ne pas poser des questions qui dérangent lorsque de grandes quantités d'argent sont tracées à partir d'endroits étranges (…)

Lorsque les comptes ont été découverts, la personne théoriquement en charge du recouvrement des avoirs de la Libye était Abdallah Kablan, un mathématicien de 27 ans dont l'expérience dans la finance internationale était avec une société appelée Exante. Basé à Malte, il est un courtier pour, entre autres devises, Bitcoin, la monnaie virtuelle favorisée par les trafiquants de drogue et blanchiment d'argent. Kablan est aussi un citoyen maltais, qui fait de lui soit un être très intelligent, soit un choix hautement improbable pour représenter la Libye dans une procédure contradictoire avec ce pays. Sa nomination aurait été favorisée par le fait d’être le neveu de l'actuel ministre de la Libye de Affaires étrangères, Mohammed Abdelaziz (…)

Selon l’économiste libyen Hafed al-Ghwell, un membre de recherches pour le développement du Groupe de la Banque mondiale, " en termes de réserves de change, la Libye comptait près de 125 milliards $ à 130 milliards $ jusqu'à la fin de l'année dernière. Ces chiffres sont vérifiables. "
 
En plus des réserves en devises du pays, l'économiste estime que la LIA possédait entre 55 et 60 milliards de dollars dans divers portefeuilles. « Ils ne savent pas ce qu'ils ont comme actifs», dit-il. Des dizaines de milliards de dollars, a t-il ajouté, ont été investis dans les hôtels, les entreprises de télécommunications et autres actifs en Afrique qui peuvent ne pas être traçables. Pourtant, une lecture attentive des livres de LIA, qui ont été divulgués à une organisation non gouvernementale et sont maintenant disponibles en ligne, révèle que si les contes de la fortune cachée de Kadhafi se sont révélés être un mythe, les rumeurs selon lesquelles des dizaines de milliards de dollars ont été pillés de comptes libyens sont tout à fait réel. Et ce pillage n'a pas commencé avec l'effondrement du pays. Tar, un dimanche après-midi de mars 2003, trois officiers de la Secret Intelligence Service, service de renseignement étranger de la Grande-Bretagne (communément appelé MI6), sont arrivés dans un hôtel du quartier de Mayfair à Londres pour une rencontre avec Seif al-Islam Kadhafi, un autre fils du dictateur. Éduqué en Occident et promu comme un réformateur modéré, Seif était un visage familier à Londres, où il a aidé à négocier un accord qui a levé les sanctions occidentales, conséquences de l’affaire de l'attentat de la Pan Am Flight 103 1988.

A la veille de l'invasion américaine de l'Irak, Seif a offert aux espions britanniques un nouveau deal: en échange des mesures de levées des sanctions, son père serait prêt à dire la vérité sur les armes libyennes de destruction massive qui, contrairement aux programmes de Saddam Hussein en Irak, se sont avérées plus avancées que ce que l'Occident pouvait l’imaginer.

En plus des installations ADM secrètes et cachées dans le Sahara, Kadhafi avait d'autre choses intéressantes : des milliards de dollars accumulés des richesses pétrolières que le régime était désespéré d'investir dans les banques, les actions, les fonds spéculatifs, les marchés de l'immobilier, les projets d'infrastructure, les avions de combat avancés, et presque tout ce que les gouvernements occidentaux et les sociétés ont à offrir. La ruée vers l'or résultante était si follement lucrative, obscène et sans scrupules, qu'elle continue de se faire sentir au plus haut niveau de la finance mondiale et de la politique, une décennie plus tard.

Après avoir quitté ses fonctions en 2007, le Premier ministre britannique Tony Blair a rejoint JP. Morgan Chase ( JPM ) de l'unité de banque d'investissement à Londres, et il est devenu un visiteur fréquent de la Libye. Selon des documents mis à disposition par Global Witness, Blair, accompagné par la police britannique, s’est rendu à Tripoli à bord d’un Bombardier Challenger 300 loué par l’aîné des fils de Kadhafi. De l’aéroport à l'ambassade britannique à Tripoli, il a été considéré comme un chef d’Etat en visite officielle. Il a séjourné à la résidence de l'ambassadeur britannique et il se réunissait régulièrement avec Seif, qui a supervisé les activités de la LIA, 70 milliards de dollars ainsi qu'avec un ami proche de Seif, Mustafa Zarti, le chef adjoint de la LIA. Alors que Blair a déclaré que ses voyages à Tripoli n'impliquaient pas les activités de la LIA, un haut diplomate britannique, cité dans  un article du Sunday Telegraph du 17 septembre 2011, a affirmé que les visites de Blair en Libye s’effectuaient dans le cadre du lobbying pour JP Morgan, l'unité de banque d'investissement de JPMorgan Chase.

Des emails Internes de JP Morgan obtenus par Global Witness donnent un peu la texture et la couleur  de la diplomatie ! Un email, envoyé le 28 décembre 2008, du vice-président de JP Morgan,  Lord Robin Renwick à Mustapha Zarti, alors vice-président de la LIA, révèle : «Au nom de JP Morgan, nous aimerions vous inviter à Londres dans la semaine à partir du 12 Janvier pour finaliser les termes du mandat relatif à Rusal avant la visite de M. Blair à Tripoli, qui devrait avoir lieu aux environs du 22 Janvier ». Rusal est une société d'aluminium appartenant à Oleg Deripaska, milliardaire russe qui était proche de Blair, ainsi que de Peter Mandelson (ancien secrétaire d’Etat britannique et ex-commissaire européen au commerce au sein de la Commission européenne, un ami des Rothschild); JP Morgan a été en lice pour faire flamber les actions de Rusal sur le London Stock Exchange. Selon le Daily Telegraph, Tony Blair a effectué six visites en Libye, dont aucune n'est affichée sur son site officiel, qui publie régulièrement les détails de ses voyages à l'étranger.

Le 7 Avril 2009, le cabinet de Tony Blair a écrit à l'ambassade britannique à Tripoli décrivant une visite où il espérait rencontrer Kadhafi et Zarti. Rusal finirait par prendre son offre publique initiale à Hong Kong, avec la LIA et à acheter 300 millions de dollars d’actions de la société. JP Morgan et le bureau de Tony Blair n'ont pas répondu aux demandes d’explication qui leur ont été adressé.

En France, un scandale grandissant, qui a conduit les magistrats en Avril 2013 d'ouvrir une enquête sur les allégations selon lesquelles l'ancien président Nicolas Sarkozy a accepté des dizaines de millions d'euros des fonds de l'Etat libyen pour financer sa campagne victorieuse en 2007, a fait de nouveau fait la une des journaux le 30 Juin 2014, lorsque la police a mis l'avocat de Sarkozy en garde à vue et l'a détenu pendant 48 heures. Des accusations criminelles ont jusqu'ici été déposées contre 10 personnes, dont l'ancien directeur de campagne de Sarkozy (…)

Tony Blair, Nicolas Sarkozy, et les efforts de JPMorgan Chase à tirer profit d'une association avec la Qaddafis ont peut-être été inconvenant, mais ils ne semblent pas avoir violé la loi américaine. D'autres institutions financières ont franchi une ligne juridique: la LIA poursuit Goldman Sachs et la Société Générale à Londres, tandis que le ministère américain de la Justice et la Securities and Exchange Commission enquêtent sur plusieurs sociétés américaines, y compris les fonds spéculatifs Och-Ziff Capital Management ( OZM ) et le cabinet de conseil de l'actif Blackstone Group ( BX ) , pour violation de la Foreign Corrupt Practices Act. Cotée en bourse, Och-Ziff a averti ses actionnaires que ses résultats futurs peuvent être affectés par l’investigation du ministère de la Justice. Goldman Sachs, Och-Ziff, Société Générale, et Blackstone ont refusé de commenter.

Les neuf entreprises dont la LIA confié ses 70 000 000 000 de $, apparaissent presque toutes comme ayant perdu des quantités incroyables d'argent dans des charges de frais exorbitants. Selon un audit réalisé par KPMG, la Société Générale a réussi à perdre plus de la moitié d'un investissement de 1,8 milliards de dollars, alors qu’elle a facturé des dizaines de millions Libyens pour son expertise financière. Société de gestion d'investissement basée à Londres Permal Group, qui a reçu 300 millions de dollars de LIA, a perdu 40 pour cent de ce montant en gagnant 27 millions de dollars de frais. BNP Paribas a perdu 23 pour cent: « Les frais élevés ont été directement responsables des mauvais résultats », a noté l'enquêteur. Credit Suisse ( CS ) a perdu 29 pour cent des fonds qu'il gérait. Millennium Global Investments, basée à Londres, a apparemment perdu tout d'un investissement de 100 millions de dollars dans son fonds de crédit émergents, tandis qu'un investissement de 300 millions de dollars à la banque Lehman Brothers a disparu des livres, après l’effondrement de Lehman Brothers en 2008, Credit Suisse et Permal n'ont pas répondu à une demande pour commentaire. Millénaire n'a pas pu être joint.
Mais le cas unique et exceptionnel était Goldman Sachs, qui a facturé 350 millions de dollars de frais pour une série de services qui a fait perdre aux Libyens 98 pour cent de leur $ 1,3 milliards l'investissement (….)

David Samuels, Businessweek (Global Economics), le 7 août 2014

Pour lire l’original de l’article en anglais :
http://www.businessweek.com/articles/2014-08-07/libya-waste-fraud-erase-billions-in-national-wealth


           


1.Posté par Les Pacifistes de Tunis le 19/08/2014 23:07
COMMME LES "MALLES REMPLIES D'OR" du HARPAGON "DICTATEUR" BEN ALI

En effet, un article de propagande très intéressant dont l'auteur (DAVID SAMUELS), de manière surréaliste, fait, en bon US "American Patriot":

- comme si les USA n'avaient pas ravagé l'Irak pendant plus de 20 ans (entre 1,5 et 3 millions de mort) et continuent de le faire à l'heure d'écrire ces lignes.

- comme si l'OTAN n'avait pas bombardé la Jamahiriya libyenne pendant 7 mois (200 000 morts)….

La cerise sur ce gâteau de la mort se trouve là: "son père serait prêt à dire la vérité sur les armes libyennes de destruction massive qui, contrairement aux programmes de Saddam Hussein en Irak, se sont avérées plus avancées que ce que l'Occident pouvait l’imaginer."

Peut-on tomber plus bas?

Tous les chiffres sont complètement bidons ou bidonnés. C'est visiblement la raison pour laquelle ce SAMUELS emploie systématiquement le mot "dictateur"…

Pour ceux qui ont encore un peu de mémoire, puisque on parle d'argent ici, rappelez vous des "malles remplies d'or" que le Harpagon "dictateur" Ben Ali et sa femme Harpagonne Leyla pous-saient sur un aéroport vide, la sueur au front, une certaine nuit de janvier 2010… pendant que le pauvre peuple tunisien scandait un slogan bien lisse et bien préparé à l'avance dans les studios d'AL-JAZEERA: "Ach-cha'b Yurid Isqat Annizam… "Ach-cha'b Yurid Isqat Annizam" (LE-PEUPLE-VEUT-LA-CHUTE-DU-REGIME), et qui ferait le tour du monde arabe…

On est encore, avec cet article, dans la fantasmagorie AL-JAZEERA. Décidément, le "grand public" est encore un grand enfant…

Inutile de perdre son temps à pulvériser, un à un, ce tissu de mensonges.
Pour ceux qui s'intéressent vraiment à l'argent du Guide de la Révolution Libyenne, nous avons-nous-même, à l'époque, traduit un article de source libyenne informée:

Révélations in situ sur le compte bancaire de Gaddafi. 27 janvier 2012
http://www.alterinfo.net/REVELATIONS-sur-le-COMPTE-BANCAIRE-de-GADDAFI_a70463.html

Il faut bien croire que, même mort, le Guide de la Révolution Libyenne (celle de 1969 et dont l'une des premières mesures fut de fermer définitivement les bases militaires US-américaines et britanniques) fait encore trembler l'Empire et ses médias comme ce Businessweek.


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter