Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Mohamed Bouazizi, l’ivrogne qui a mis le feu à la Tunisie


17 Décembre 2014

Aujourd’hui, quatre années jour pour jour se sont écoulées sur le 17 décembre 2010, lorsqu’un jeune homme de Sidi Bouzid s’est immolé, mettant ainsi le feu à la Tunisie, qui a servi de mèche à la poudrière arabe. Au bout de quatre semaines d’émeutes, de désinformation intense et de trahison de certains hauts gradés de l’armée et du ministère de l’Intérieur, l’Etat tunisien est tombé, ouvrant ainsi la voie à sa mise sous tutelle américaine et à la déflagration des Etats-Nations arabes. Retour sur un fait divers qui a fait basculer le destin de la Tunisie, de la défunte Libye, de l’Egypte, du Yémen et de la pauvre Syrie.


Du nom du suicidé à la raison de son acte, en passant par son niveau scolaire, tout était faux dès le début de ce qu’on allait bientôt appeler la « révolution du jasmin ». Le marchand de légumes ne s’appelait pas Mohamed mais Tarek Bouazizi, né le 24 mars 1984 à Sidi Bouzid. Fayda Hamdi, l’agente de la mairie, et non pas policière, ne l’a jamais giflé. C’est plutôt ce jeune alcoolique sans éducation qui l’avait bousculé et traité de tous les noms parce qu’elle a voulu faire respecter la loi. Tarek Bouazizi n’était pas un bac plus quatre mais un bac moins trois.

Tarek Bouazizi n’appartenait pas à une famille extrêmement pauvre de Sidi Bouzid mais à une famille moyenne, comme 50% des Tunisiens, les pauvres, les vrais pauvres, représentants 17% de la population tunisienne. Il ne faisait pas le marchand ambulant pour nourrir sa famille mais pour se saouler tous les soirs avec des rebuts comme lui. Après chaque beuverie, il battait sa mère Mannoubia, que rien n’intéressait plus que l’argent et avec laquelle il avait un compte psychologique à solder et un lourd contentieux psychiatrique à régler : après le décès de son mari Taïeb avec lequel elle a eu trois enfants dont Tarek, elle a épousé son beau-frère, c’est-à-dire l’oncle paternel de Tarek, avec lequel elle a eu quatre autres enfants.

Fayda Hamdi, le bouc-émissaire parfait

Le 17 décembre 2010, Fayda Hamdi (47 ans), une agente municipale Bac plus trois et ex-secrétaire au gouvernorat de Sidi Bouzid rétrogradée pour laisser son poste à un candidat pistonné, contrôle Tarek Bouazizi, qui est un marchand de légumes ambulants et sans patente. « Tu dois faire comme tous les marchands ici, obtenir une autorisation pour exercer en toute légalité », lui dit-elle. Vulgaire et violent, celui-ci lui répond, « Vas te faire… » ! Elle fait alors semblant de lui confisquer sa balance et lui rétorque, « avec quoi tu vas peser maintenant ? » Toujours violent et menaçant, il lui répond : « avec tes seins de pu… ».

Fayda Hamdi raconte : « Je lui ai dit de partir. Il a commencé à crier. Il m'a bousculée. J'ai voulu confisquer sa balance et sa marchandise. Il a résisté, me blessant à la main. Il m'a insultée, dit de très gros mots. Il a essayé d'arracher les épaulettes de mon uniforme. Des renforts sont arrivés… ». C’est  alors que tout le matériel de cet ivrogne a été confisqué par d’autres agents municipaux arrivés à la rescousse. Après une soûlerie de trois heures, Tarek Bouazizi se rend au gouvernorat où personne n’a voulu le recevoir. Moins d’une heure plus tard, il s’immole par le feu devant le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid.

Le 19 avril 2011, après quatre mois de détention arbitraire à la prison de Gafsa, le tribunal de première instance de Sidi Bouzid a ordonné un non lieu qui innocente totalement Fayda Hamdi. Comme beaucoup d'autres femmes tunisiennes autrefois émancipées et sans complexe grâce au Code du Statut Personnel de Bourguiba, elle a mis le voile et intégrée un poste de secrétaire dans une ville loin de Sidi Bouzid.

Selon Farhat Rajhi, Bouazizi « était un clochard, un moins que rien »

Contrairement aux cybers-collabos qui ont gardé l’omerta, Lamine al-Bouazizi, un syndicaliste vendu à l’ambassade des Etats-Unis à Tunis et en contact permanent avec la cellule noire d’Al-Jazeera, a eu l’imprudence de tout avouer à un journaliste de Libération. Ce mercenaire raconte: « En fait, on a tout inventé moins d'une heure après sa mort. On a dit qu'il était diplômé chômeur pour toucher ce public, alors qu'il n'avait que le niveau bac et travaillait comme marchand des quatre-saisons. Pour faire bouger ceux qui ne sont pas éduqués, on a inventé la claque de Fayda Hamdi. Ici, c'est une région rurale et traditionnelle, ça choque les gens (…) Il a suffi de quelques coups de fil pour répandre la rumeur. De toute façon, pour nous, c'était un détail, cette claque. Si Bouazizi s'est immolé, c'est parce qu'on ne voulait pas le recevoir, ni à la mairie ni au gouvernorat » (article de Christophe Ayad, « La révolution de la gifle », Libération du‎ 11 juin 2011). Ce syndicaliste vendu aux USA et au Qatar a oublié seulement de dire que cette opération de désinformation n’était pas un produit du terroir mais venait d’Outre-Atlantique !

Mohamed Bouazizi, le tunisien qui a mis le feu dans le monde arabe, ne travaillait pas pour sa famille, qui n’en avait pas besoin, contrairement aux milliers d’autres familles démunies de cette région et d’autres encore plus paupérisées, mais pour se saouler la gueule tous les soirs avec la racaille de son espèce. De la bouche même de Farhat Rajhi, ministre de l’Intérieur du premier gouvernement postrévolutionnaire, Tarek Bouazizi « est un clochard, un moins que rien, le genre de type à éviter quand tu te promènes dans la rue avec ta femme ou ta sœur » (« Tunisie, grandeur et décadence de Mohamed Bouazizi », Kapitalis du 23 juin 2011).

Selon Adnène Mansar, Bouazizi « n’était pas la victime mais le contraire »

Historien de formation, le conseiller de Moncef Marzouki  et porte-parole de la Présidence a eu la sincérité et le courage de dire la vérité aux Tunisiens. Dans une interview accordée au quotidien jordanien Al-Doustour, le 11 mars 2014, Adnène Mansar, a fini par reconnaitre que « l’affaire Bouazizi est une pure légende, et il n’y a pas de révolution sans légendes ». Pour lui, « cette affaire n’était pas inédite. Six ou sept mois auparavant, un citoyen de Monastir, un vendeur ambulant, s’est immolé par le feu parce que les autorités locales l’empêchaient de travailler. Il ne s’est rien passé alors. De même que lors des événements du bassin minier  de Gafsa, où il y a eu des morts par balles…Seulement, avec l’affaire Bouazizi, il y a eu des jeunes qui ont fait de lui une légende. On lui a alors attribué un niveau d’étude supérieur, ce qui était totalement faux : Bouazizi n’avait même pas le baccalauréat, il n’était pas la victime dans e qui s’est passé mais le contraire. C’est lui qui avait tort, c’est lui qui a agressé l’agente municipale et l’a humilié verbalement et physiquement. Mais les jeunes ont construit cette légende grâce à facebook et aux vidéos envoyées à Al-Jazeera…Même sa photo qui a été diffusée était trafiquée…Cet incident a pris de telles proportions en raison du tribalisme et du clanisme qui sont encore très forts à Sidi Bouzid…Après six ou sept mois, plus personne en Tunisie ne parlait de Mohamed Bouazizi. Bien au contraire, sa famille est devenue détestée…Certains membres de la famille Bouazizi ont profité de cette image et de cette propagande, mais les habitants de Sidi Bouzid savent que c’est une légende mensongère que la famille a exploité pour réaliser des profits. Certains émirs ont invité la mère de Bouazizi et lui ont donné de l’argent. Elle a fini par quitter son village pour acheter une maison dans la banlieue chic de Tunis… ».

’auteur de ce témoignage capital n’est pas un nostalgique de Ben Ali, ni un « suppôt » de l’ancien régime, mais un historien devenu conseiller politique de Moncef Marzouki et porte-parole de la présidence.

Le rôle des cybers-collabos à la solde des USA

Tout ce qu’a dit Adnène Mansar est parfaitement vrai, et nous le savions depuis le début. Les jeunes dont il parle et qui ont fabriqué le mythe Bouazizi sont la quinzaine de cybers-collabos dont nous avons dévoilé le véritable visage de traitres et de mercenaires, qui ont été formé par Freedom House par Open Society de George Soros et par l’organisation américano-serbe Otpor, pour déstabiliser la Tunisie et anéantir le monde arabe. Formatés, équipés et payés par leurs commanditaires, ils ont désinformé et induit en erreur des milliers de jeunes Tunisiens les transformant ainsi en soldats de l’impérialisme américain.

C’est à partir du suicide de Tarek Bouazizi que la machine de désinformation et de propagande s’est mise en branle. En relation directe avec des officines étrangères (américaines et européennes), un ramassis de cybers-collabos va créer une fiction tragique qui ne laissera pas indifférent la jeunesse tunisienne : l’histoire de « Mohamed » Bouazizi, un jeune chômeur bac plus quatre, humilié et giflé par une policière de Ben Ali. Le soir même, la chaîne de télévision islamo-sioniste, Al-Jazeera, relayait en boucle cette fiction tragique. Parmi ce ramassis de cybers-collabos initiés aux méthodes de l’organisation serbe OTPOR, une officine de la CIA, et financièrement soutenu par Freedom House, il y avait ceux qui étaient parfaitement conscients de travailler pour des puissances étrangères et ceux qui suivaient comme des moutons. Ces cybers-collabos sont connu de tous et il n’est pas nécessaire de rappeler ici leurs noms.

Initiés par leurs maîtres instructeurs aux techniques américaines les plus sophistiquées de la subversion et de la propagande, ces cybers-collabos tunisiens ont parfaitement bien rempli leur mission. Le changement de prénom (de Tarek à Mohamed Bouazizi ) était un clin d’œil à l’islamisme mobilisateur. Le bac plus 4 était une captation de la colère légitime des milliers de jeunes chômeurs diplômés. Le changement du statut professionnel de Fayda Hamdi, d’agente municipale à « flic de Ben Ali », était un moyen pour galvaniser les citoyens contre leur police nationale. L’armée, dont les cybers-collabos connaissaient le rôle « salvateur » le jour J, devait être épargnée. Consigne américaine oblige.    

La nouvelle « sainte » Manoubia, mère du « martyr » Mohamed Bouazizi  

Il n’y avait pas que des émirs du Golfe à récompenser la mère de la « révolution du jasmin », la nouvelle « sainte » Manoubia, à laquelle John McCain avait rendu visite pour lui rendre l’hommage qu’elle mérite, tout comme Jared Cohen, l’instructeur en chef des cybers-collabos Tunisiens et Arabes en général, que Samy Ben Gharbia appelait dans ses correspondances « Mon cher frère ». A la suite de la sortie de son livre, coécrit avec Eric Schmidt, « The New Digital Age », Jullian Assange, le créateur de Wikileaks, les avait publiquement accusés d’être des agents de la CIA au service de l’impérialisme.

Alors qu’elle avait été reçue en janvier 2011 par Ben Ali et perçu 80 000 dinars de « compensation », Manoubia Bouazizi a fait de son fils d’un premier mariage une marque de fabrique. « Jamais sans doute suicide n’aura été plus fécond que celui du fils de Manoubia Bouazizi », écrit Jeune Afrique dans son édition du 3 janvier 2012. La charrette de son fils « martyr » a été vendue à 160 000 dinars à un « philanthrope » qatari !
 
Contre argent, la chaine des Frères musulmans, Al-Jazeera a consacré deux reportages à cette femme vulgaire et agressive, qui a été d’ailleurs condamné en juillet 2012 à 4 mois de prison pour outrage à magistrat. Le premier reportage a été tarifé à 100 000 dinars, et le second, avec « l’option » larmes, à 250000 dinars. Avant de se raviser, le célèbre homme d’affaire Tarek Ben Ammar avait même l’intention de réaliser un film sur la vie du « martyr » Mohamed Bouazizi, dont sa sœur Hélé Ben Ammar, épouse Béji, avait fait un saint dans son article très révolutionnaire du 10 janvier 2011, dans le Nouvel Observateur.

Quatre ans après, plus personne ne parle de Tarek Bouazizi
 
Du 17 décembre 2010 au 17 décembre 2014, que de chemin parcouru dans la décadence politique, dans la ruine économique et dans la désolation sociale. Personne n’a célébré le quatrième anniversaire de la mort du « martyr », ni les ONG, ni les médias locaux, ni les partis politiques, à l'exception du microscopique CPR dont le fondateur Moncef Marzouki s'est rendu aujourd'hui à Sidi Bouzid pour entretenir la flamme éteinte de la "révolution" islamo-atlantiste. Populiste et imposteur, le mercenaire No 1 du Qatar a dit aux quelques habitants de cette ville venus le soutenir que " Sidi Bouzid doit être fière du héro qu'elle a donné à l'humanité entière et qu'elle n'est pas uniquement le berceau de la révolution tunisienne mais aussi l'origine du printemps arabe". En d'autres termes, que Sidi Bouzid est la cause de la mort de 320 000 Syriens, Irakiens, Egyptiens, Libyens, Yémenites et Tunisiens, et des 600 milliards de dollars que ce "printemps arabe" a coûté.     

La « sainte » Manoubia n'a pas assisté au meeting de Moncef Marzouki. Voisine des bourgeois de La Marsa, elle n’ose plus se rendre à Sidi Bouzid où sa côte de popularité est encore plus inférieur à celle du mercenaire No 1 du Qatar. Depuis déjà deux ans, la plaque honorant la mémoire de son fils à Sidi Bouzid même, a été détruite par les enfants du pays, des diplômés au chômage, des gens humbles, des personnes honnêtes et dignes, malgré la pauvreté et l’injustice sociale.
           
Tarek Bouazizi n’était pour rien dans la destruction de la Tunisie. Ce jeune paumé et ivrogne, comme il y en a des milliers en Tunisie, dont certains se sont d’ailleurs recyclés depuis dans le terrorisme local et international, notamment en Syrie et en Irak, n’a pas prémédité son acte suicidaire, encore moins la déstabilisation, l’occupation et l’islamisation de la Tunisie. Ceux qui en assument la responsabilité devant l’Histoire sont le ramassis de cybers-collabos activés par la CIA, sous le parapluie d’Alec Ross, le conseiller spécial d’Hillary Clinton, et Jared Cohen, l’organisateur de l’Alliance for Youth Movement (AYM), qui s’est tenue en décembre 2008 à Washington et qui a réunie tous les petits rats tunisiens, égyptiens, libyens, yéménites, syriens, algériens, marocains, du futur « printemps arabe ».

Ceux qui en assument la responsabilité devant l’Histoire c’est également l’armée virtuelle (facebook et tweeter) de renégats involontaires qui ont été trompés par les cybers-collabos et qui ont été galvanisés par la télévision islamo-atlantiste, Al-Jazeera. C’est aussi le général qui aurait dit Non à Ben Ali et Oui à Barack Hussein Obama, ainsi que l’autre général qui a trahi son Président en le persuadant de monter dans l’avion de la honte et de la félonie qui devait le conduire en Arabie Saoudite. 
 
Karim Zmerli      

Janvier 2011, Ben Ali recevant Manoubia Bouazizi et sa fille Leila.
Janvier 2011, Ben Ali recevant Manoubia Bouazizi et sa fille Leila.

La "sainte" Manoubia en compagnie du "libérateur" Jared Cohen.
La "sainte" Manoubia en compagnie du "libérateur" Jared Cohen.

Manoubia Bouazizi et sa fille Leila Bouazizi.
Manoubia Bouazizi et sa fille Leila Bouazizi.


           


1.Posté par Louey Amri le 17/12/2014 18:56
il y a de cela quatre ans un plouc pouilleux, inculte et impoli a agressé violemment un agent municipal en uniforme.Après s'être transformé en une torche humaine suite à la réaction légitime de cet agent, une pseudo révolte, des pillages et des attaques contre les symboles de l'état (postes de police) commis par des hordes de racailles font ressurgir le démon islamiste.Ce fachisme vert qui a infecté le pays un certain 14 janvier a mis à genoux l'économie.Avec ces obscurantistes nos exportations se résument désormais à des milliers de terroristes fous de dieu et dont le but ultime était d'avoir les 72 vierges tant promises.
En ce jour maudit je dédie cette chanson à la personne responsable de cette malédiction qui s'est abattue sur le pays.

https://www.youtube.com/watch?v=WbAqWA-dxvw

2.Posté par lilo le 18/12/2014 00:30
je suis révolutionnée en pensant qu'à Paris dans le 14eme une place porte son nom.

3.Posté par محمد الحمّار le 18/12/2014 01:00
الشباب الوطني عندو خدمة كبيرة قدامو: يفسّخ الأسطورة "الثورية" اللي خلقتها الساي اي اي بقيادة Alec Ross مستشار هلاري كلنتن وبتدريب Jared Cohen واللي تكفلو بيها 15 بيّوع تونسي خلاو تونس تعاني من الكذب والوهم والفوضى. هذه المهمة هي الثورة الحقيقية.

4.Posté par wacoufic le 18/12/2014 13:45
Quoique vous dites cela n'enlève rien à cette icône que l'histoire a enregistré dans ses nobles pages. Ne nier pas au moins qu'il est à l'origine de la démocratie en Tunisie! même si le chaos règne ailleurs. Tout ce qui a été dit est probablement juste mais cela ne change rien! L'Histoire est têtue elle ne se laisse pas influencer.

5.Posté par Hellboy le 18/12/2014 15:13
article qui m'a bien fait rire

https://fr.news.yahoo.com/plombier-texan-vend-pick-up-d%C3%A9couvre-mains-jihadistes-131624825.html
Jamais dans ma vie, je n'ai pu penser une chose pareille." Jeff Oberholtzer, un plombier du Texas, est sous le choc. Il a découvert que son ancien pick-up, vendu chez un concessionnaire de Houston puis mis aux enchères, est désormais aux mains de jihadistes en Syrie, rapporte l'édition britannique du site Business Insider, jeudi 18 décembre.
L'artisan a reconnu son vieux Ford F-250 dans un tweet des combattants du Jaish Al-Muhajireen wal-Ansar, un groupe de jihadistes qui participent à la guerre civile en Syrie, car les portières portent toujours les inscriptions commerciales de son entreprise.
Chechen Jaish al Muhajireen wal Ansar using plumbing truck against regime in #Aleppo pic.twitter.com/QQwJuIfV7F
— Caleb Weiss (@Weissenberg7) 15 Décembre 2014
Problème : il y a également ses coordonnées. Du coup, l'entreprise croule sous les appels menaçants d'Américains pensant que l'entreprise est complice des jihadistes. Ce que réfute totalement Jeff Oberholtzer. "Nous pensions vendre ce véhicule pour tirer des remorques. Et il est maintenant utilisé pour semer la terreur."
Il précise que le personnel de son entreprise est terrifié. "Nous avons une secrétaire ici, elle est morte de peur. Nous avons tous des familles. Nous ne voulons aucun problème."

6.Posté par Ridha le 18/12/2014 16:38
Il y a peu-têtre des vérités dans cet article, mais le fait que l'auteur traite le Présidenr Marzouki de "mercenaire No 1" du Qatar, trahie l'intention de l'auteur et enlève toute crédibilité à l'article qui n'est au fond qu'un support électoral pour l'adversaire de Marzouki au 2eme tour des présidentielles. Soyons sérieux et ne prenez pas les gens pour des incréducles.

TS- Nous avons pris l'habitude de nommer les choses par leurs noms. Si pour certains, Moncef Marzouki est président, pour nous, il a été restera toujours le Mercenaire No 1 de Qatraël.

7.Posté par abakricha le 18/12/2014 20:12
que tous ceux qui ont trouve la mort reposent en paix! mais dites moi pourquoi tous ceux qui se sont immoles par le feu apres bouazizi n'ont fait aucun remous du temps de jbali ou laarayedh ou ce fameux jomaa.?le discours d'obama au caire etait tres clair:les arabes veulent la democratie ?ils l'auront par l'intermediaire de nos fideles serviteurs-traitres moyennant les milliards que payera qatar.le monde civilise sauvera la vie a ses enfants et les pleurnicheurs droits-de-l'hommiste ghannouchi,jbali,ben jaafar,bensedrine,et autres feront le sale boulot en tant que mercenaires serviteurs reconnaissants.la tunisie est bien plus noble que ces traitres ,que la honte poursuivra a l'infini.

8.Posté par Hatem le 19/12/2014 08:22
un Bac moins 3 a détroné un Bac moins 3 ! est ce une pure coincidence ? Ce qui m'intrigue vraiment dans toute cette affaire c'est que notre histoire moderne et les grands détours de notre destin sont l'oeuvre des Bac moins 3 !! comme si on n'a rien investi dans notre dispositif éducatif depuis 50 ans d'indépendance!!! bizarrrrrrrrrrrrrre !!!

9.Posté par hamadi khammar le 19/12/2014 17:00
Ben Ali, "bac-3" et, ^par surcroît, "renvoyé du lycée (de Sousse), tel que l'affirme l'immeeeeeeense sa3déddine zmerli ??? Le contraire serait on ne peut plus vérifiable pour peu qu'on prit la peine de faire la recherche, idoine, en consultant les journaux de l'époque (1956), dont la Dépêche Tunisienne, qui publiaient les "Palmarès des Collèges et Lycées", auprès des "archives nationales" ou du "Centre National de Documentation", et là, on sera si-dé-ré par le parcours de ce même Ben Ali, en classe de seconde, celle précédant l'année du Bac, et dont il était "Prix d'excellence", précédant son camarade de classe, Sauveur Cacchia (prix d'honneur), et ayant obtenu, outre cela SIX PRIX........;merci pour le peu !!! hamadi khammar

10.Posté par Martine Maçon-Costa le 21/12/2014 13:01
La mère de ce pauvre garçon, devrait être condamnée! Flouss, flouss, flouss et encore flouss. Dans certaines famille, ça va même jusqu'à la prostitution, pour les robes de la mama (la marâtre!).
Ce qui a tué ce garçon, n'est pas la municipalité et encore moins le gouvernement, mais la pression familiale, la tyrannie d'une mère bête comme ses pieds et qui chaque jour oppressait son fils.
La goutte d'eau, pour ne pas dire l'étincelle, a été, qu'on lui refuse de vendre ses fruits, mais ce sont les années de dictature, sous le régne de sa mère qui l'ont irrémédiablement condamné!
J'ai vu un jour un reportage où on voit cette femme, se mettre à pleurer, dès que la caméra tourne, puis, pose et là elle est normale, puis on reprend et là elle pleure... Quelle honte!

11.Posté par Gharbi le 04/02/2015 23:16
C'est une honte pour celui qui écrit ce commentaire , c'est privé de naïveté et d'ignorance pleine de mépris et d'humiliation, pour un mort , vous savez parfaitement on insulte pas les morts que ils soient même si on suppose ce vous racontez est vraie .

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter