Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Moncef Marzouki porte plainte contre son ex-ami Mezri Haddad


19 Juillet 2013

L’information a fait la une des médias tunisiens hier, la présidence a porté plainte « contre tous ceux qui appellent à renverser l’Etat par l’armée ». Deux personnalités sont nominalement désignées : Tahar Ben Hassine, directeur de la chaîne TV Al-Hiwar, et Mezri Haddad, ancien ambassadeur de la Tunisie auprès de l’UNESCO. Si le premier a immédiatement réagi hier jeudi 18 juillet, le second n’a fait aucune déclaration jusqu’à présent.


Moncef Marzouki porte plainte contre son ex-ami Mezri Haddad
A l’exception de Tunisie Press, du HuffPost Maghreb, hier, et d’Assabah News ce matin, les autres sites d’information ont fait état de cette information en zappant volontairement le nom de Mezri Haddad, qui avait clairement appelé à « renverser l’Etat par l’armée », il y a de cela une année. Plus grave encore, selon Afrique-Asie et Algérie-Patriotique, il aurait rencontré il y a quelques mois deux officiers de l’armée tunisienne  http://afrique-asie.fr/component/content/article/68-afrique-asie-confidentiel/5848-rencontre-secrete-entre-mezri-haddad-et-deux-officiers-de-l-armee-tunisienne.html  L'ancien diplomate est donc doublement concerné par cette affaire qui a surpris la classe politique tunisienne. 
 
Selon le HuffPost Maghreb, « La présidence précise néanmoins que la plainte n'a aucun rapport avec les évènements récents en Égypte, ni avec le mouvement "Tamarrod" en Tunisie. Le chargé de communication ajoute que le dépôt de la plainte date du 10 mai 2013 et que les principaux concernés sont ceux qui ont appelé à un "renversement de l'État, par l'armée", dont Tahar Ben Hassine, directeur de la chaîne de télévision "Al Hiwar attounsi" et Mezri Haddad, ancien ambassadeur de la Tunisie auprès de l'Unesco ». Selon nos informations et contrairement à ce qui a été rapporté par certains sites, il n'y a pas quatre personnalités à être visées par ces plaintes, sur la base de l’article 68 du Code pénal tunisien, mais deux seulement : Mezri Haddad et Tahar Ben Hassine. 

Si cette démarche judiciaire du président provisoire n’a aucun lien avec « les événements en Egypte, ni avec le mouvement Tamarrod », pourquoi alors Tahar Ben Hassine n'a t-il pas été poursuivi lorsqu'il a demandé à l'armée d'établir l'état d'urgence, le lendemain de l'assassinat de Chokri Belaïd ? Pourquoi l’ancien diplomate tunisien n’a-t-il pas été poursuivi en justice il y a une année, lorsqu’il a fait son « Appel en 7 points », le 13 juin 2012, dans lequel il avait écrit :

« Maintenant que notre pays est entré dans une nouvelle phase de sa destruction programmée et amorcée dès décembre 2010, j’appelle nos forces armées et notre police nationale, deux institutions patriotiques que les traîtres et les comploteurs ont cherché à culpabiliser et à diviser, à :
1. prendre le contrôle du pays,
2. instaurer l’État d’urgence et rétablir l’ordre républicain,
3. déclarer illégitime le gouvernement de la trinité antipatriotique (Ghannouchi, Marzouki, Ben Jafaar),
4. dissoudre et déclarer illégale l’Assemblée constituante, compte tenu de son inutilité et des nombreuses irrégularités au moment des élections du 23 octobre dernier, et revenir à la Constitution de 1959,
5. sévir contre les hordes fanatisées et remettre en prison tous les terroristes qui ont été libérés ou amnistiés par un gouvernement incompétent et irresponsable,
6. rompre toutes relations avec le Qatar et renvoyer immédiatement l’ambassadeur de cet émirat.
7. former un gouvernement provisoire d’unité nationale en attendant d’organiser, dans les six mois, des élections authentiquement démocratiques, sans ingérence étrangère, sans le financement occulte de certains partis par les monarchies du Golfe et sous le contrôle exclusif des Nations Unies » ?
 
Il y a une année, cet appel n’a suscité aucune réaction au sein de la classe politique opposée au gouvernement provisoire. Maintenant que cette « recette » semble avoir été appliquée mot pour mot par l’armée égyptienne, elle suscite l’adhésion des uns et l’inquiétude des autres. C’est pour cette raison que Moncef Marzouki s’est plié aux exigences de Rached Ghannouchi de poursuivre en justice les « comploteurs ».
 
Comme la politique est changeante et cruelle ! Mezri Haddad, qui est aujourd’hui poursuivi en justice par Moncef Marzouki, a été « le seul ami sur lequel je peux compter et auquel je dois beaucoup », selon les propres aveux de l'actuel locataire de Carthage, dans son livre « La deuxième indépendance », publié en arabe, à Beyrouth en 1992. Le 26 novembre 2011, lorsque notre journal était encore un blog, nous avons demandé à Mezri Haddad de commenter les photos qu’il venait de publier sur sa page facebook, parmi lesquelles ses photos avec Moncef Marzouki. Voici ce qu’il avait dit : 

Moncef Marzouki porte plainte contre son ex-ami Mezri Haddad
« Cette photo, c’était en 1994, à Gif sur Yvette, où j’habitais à l’époque, dans la forêt juste derrière chez moi. C’était au moment des élections présidentielles en Tunisie. Moncef Marzouki s’était porté candidat contre Ben Ali, tout comme Ahmed Manaï. Ma maison était son quartier général. Je l’avais activement soutenu en mettant à sa disposition mes relations avec les médias, les ONG et un certain nombre d’hommes politiques français. J’avais signé à l’époque un article dans Libération titré « L’élection du roi de Tunisie », qui a excité Ben Ali. Dès son retour en Tunisie, Moncef a été arrêté et mis en prison. L’un de ses proches compagnons au sein de la LTDH avait déclaré, " Il est bien là où il est " (Khmaïes Chammari). Je me suis mobilisé en France pour le défendre et pour faire pression sur le gouvernement tunisien. Il a été rapidement relâché. Depuis, nous sommes devenus des inséparables. Je relayais en France tout ce qu’il faisait en Tunisie. J’ai publié chez un ami éditeur libanais son livre « Al-Istiqlâl Al-Thaani », comme d’ailleurs à la même époque, le livre de mon ami Ahmed Talib Ibrahimi, « La crise algérienne » (en arabe)…Les choses ont changé à partir de 1997, lorsque les anciens collabos du régime, les progressistes et les droits-de-l’hommistes, ont rejoint l’opposition. Pour plusieurs raisons, leur arrivée a provoqué mon retrait de l’opposition. Je n’ai gardé de relations qu’avec Marzouki, Ben Jafar, Manaï et Mzali, que Dieu ait son âme. Il y avait un projet en élaboration et j’ai décidé d’attendre sa naissance pour reprendre du service dans la lutte contre Ben Ali. C’était le CNLT, un projet de Moncef lui-même. Il m’avait promis que j’en serais le représentant en France. Lorsqu’on a annoncé la naissance de CNLT en 1998, c’est Kamel Jendoubi, ex-zélateur de Ben Ali, qui a été choisi ! Ce fut un choc pour moi, une grande blessure morale. Je m’en souviens encore, j’avais appris la nouvelle à mon retour de Bagdad. C’est à partir de cette trahison que j’ai décidé de rompre l’exil, ce que j’ai fait deux ans plus tard, en 2000. Sur les raisons de leur décision, je préfère encore me taire. C’est pas très beau ! » http://tunisie-secret.over-blog.com/article-tunisie-exclusif-mezri-haddad-parle-de-ses-relations-avec-rached-ghannouchi-moncef-marzouki-et-must-90009112.html
          
En matière de trahison, les Tunisiens en savent quelque chose depuis que Moncef Marzouki est leur président provisoire !!! Tunisie-Secret.com 

Tunisie-Secret  

 
 


           


1.Posté par Ali le 19/07/2013 22:55
Le plouc Moncef Marzougui , le papa doc tunisien est un épicier des droits humains est un opportuniste né et un affamé et avide qui a clochardisé la fonction présidentielle et toute l'institution présidentielle .
Cependant la question qui se pose et qui me taraude l'esprit depuis des mois : pourquoi Mezri Haddad ne critique jamais et ne dit presque rien à propos de moncef marzougui alors qu'il critique d'une manière acerbe les islamistes et prononce des propos durs à leur encontre ?? Il ne critique jamais de manière acerbe marzougui et n'émet aucun propos dur à son encontre . Je trouve que Dr Haddad , pour lequel j'ai le plus grand respect , très tendre à l'égard du papa doc tunisien . Si El Mezri , il ne faut pas être deux poids deux mesures , acerbe avec les islamistes et tendre avec leur esclave marzougui .

2.Posté par Sami mehdi le 20/07/2013 00:25
C'était du temps où Marzouki troquait une cravate et mezri n'en mettait pas! Maintenant, c'est l'inverse. Et puis, pour certaines gens: que faire d'un ami dont il n'y a plus rien à tirer; il vaut mieux l'enterrer.

3.Posté par Ali le 20/07/2013 01:54
La racaille au pouvoir veut la tête de Si Taher Ben Hassine , ils veulent le mettre en prison comme Sami Fehri et lui fermer sa chaîne car ils les dérange , de même que le bilou karoui et le slim riahi mr magouille font partie de ce stratagème car si la chaîne de Taher ferme , ettounisya ne pourra plus diffuser sur sa fréquence et karoui se débarrassera de la chaîne concurrente et riahi aura la peau de Ben Hassine qu'il déteste plus que tout .

4.Posté par Ali le 20/07/2013 04:20
@ cadeau pour Karim Zmerli , cher Karim :

Le cyber-collabo yassine ayari va animer une nouvelle émission télé parait-il :
en tout cas la photo est sympatrique
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=490143497730292&set=pb.240218602722784.-2207520000.1374286582.&type=3&theater

Il se croit vraiment important ce minus inculte et ignare . Les cyber-collabos ont pour religion la traîtrise .

5.Posté par Saba Belhadj le 20/07/2013 09:28
Il a pris goût au palais de Carthage il a peur pour sa place et le statut quil a ça chauffe

6.Posté par Mahmoud Sayhi le 20/07/2013 09:29
كلامك هدا حكمة ولكن انت في بلاد المعتوهين الطماعين المنافقين بلاد ثورة صاحب الحمار ذهبت الثورة وبقي الحمار.on n'a pas de Nelson Mandela .on a des crapeaux arabes menteurs et égoïstes

7.Posté par Khaled Gabsi le 20/07/2013 09:30
la liberté d'expression en tunisie est devenue un crime pasible d'emprisonnement et cela grace à la nouvelle démocratie des nouveaux musulmans venus du moyen age et de leurs alliés plus que tunisiens et patriotiques ( le cpr et ettakhatol) .

8.Posté par Manou Bouzid le 20/07/2013 09:31
il porte plainte contre tous les tunisiens

9.Posté par Saida Chtioui le 20/07/2013 09:31
En politique,une absurdité n'est pas un obstacle

10.Posté par Kamal Ben Ghorbal le 20/07/2013 12:36
Mezri Haddad charref Tounis fi quadhiyet Alkhinzeera ...

11.Posté par Triki A le 21/07/2013 01:41
marzouki n'a aucun ami , son seul ami est le palais de carthage , c'est un arriviste en bon et du forme

12.Posté par ben ammar salem le 21/07/2013 21:33
un enfoiré guignolesque voilà c qu'il est j attends vivement qu'il me fasse l'honneur d'une plainte par solidarité avec mon ami dans la vie, un homme hors pair Mezri Haddaf

13.Posté par Rached Mahbouli le 23/07/2013 14:23
J'avais salué parmi mes amis l'apparition de Tunisie-Secret sur la scène médiatique. Avec ses articles instructifs et son franc parler il me semblait voir un nouvel audacieux support qui milite entre autres pour la vérité et la démocratie. Cependant, après mon deuxième commentaire censuré il y a quarante huit heures, je me pose la question de la sincérité de ce journal concernant son point de vue sur la liberté d'expression et sur le modèle de la Tunisie délivrée de la censure et de l'oppression qu'il entreprend de véhiculer. Si j'ai commenté deux de vos articles en exprimant sincèrement et librement mon point de vue, pourquoi-donc me déniez-vous le droit de partager avec vos lecteurs mon opinion? Je ne parle qu'en mon nom et je ne représente aucun courant. Pourquoi donc m'estimez-vous si dangereux pour les idées que vous exposez?
Pour faire vite, je vous exprime en termes bien polis ma déception. Votre politique du dialogue semble se rattacher à l'époque du " Changement " dont les ravages sont en grande partie la cause de nos malheurs actuels. Êtes-vous réellement moins néfaste que ceux que vous dénoncez depuis votre apparition? Si vous êtes le modèle de la probité et un guide sain, laissez-donc le simple citoyen que je suis s'exprimer librement. D'autant plus que ce que je veux livrer n'est pas bien plus dangereux que certaines assertions qu'il vous arrive de nous présenter. Si je suis dans l'erreur laissez-moi donc m'exprimer et vos lecteurs jugeront. Ils ne sont pas aussi infantiles que vous le croyez. Car censurer un lecteur, c'est infantiliser tous les autres. Réfléchissez bien avant de me répondre ou, ce qui est très probable, avant d'entreprendre de vous taire.

14.Posté par Rached Mahbouli le 23/07/2013 22:24
Voilà, c'est dit de ma part et vous avez bien réagi de la votre. Les lecteurs apprécieront. Cependant, je pense que ceux-ci seraient très satisfaits si vous aviez le courage et l'honnêteté de publier les deux commentaires en question. Mais je doute fort que vous le ferez si les pressions sur vous dépassent votre conscience professionnelle!

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter