Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Nidaa Tounes était né pour mourir, par Ali Gannoun


23 Décembre 2015

Cette formule vient d’être reprise par le mercenaire No1 du Qatar, Moncef Marzouki, qui vient de lancer un nouveau parti crypto-islamiste. Pour Ali Gannoun, le remue-ménage ou plutôt méningite au sein de Nidaa Tounes peut aboutir à la naissance d’un « parti d’avenir », à condition de…


Le fils légitime et l'enfant adopté se disputent l'héritage du père.
Le fils légitime et l'enfant adopté se disputent l'héritage du père.
Nida Tounes était né pour mourir. Il avait un seul programme: celui de battre Ennahdha et Moncef Marzouki. Sa mission était terminée le lendemain de l'élection de BCE à la tête du pays. Personne n'était dupe quant à sa non pérennité due essentiellement à son hétérogénéité. Sa réussite aux élections ne s'explique que par un ras-le-bol massif de la gouvernance nahdhaoui.

Son agonie a trop duré jusqu'à la délivrance d'aujourd'hui. Mais, derrière certaine mort, il peut y avoir une renaissance à partir de bases solides et de principes clairs et solidement ancrées dans l'intelligence, la démocratie et la liberté. La branche CPRiste et Nahdhaoui va rejoindre logiquement le duo BCE Rached El Ghannouchi. L'autre peut donner une vraie alternative à l'association des deux vieux.

Mohsen Marzouk part avec un handicap de taille: la présence à ses cotés de Akremi et Haj Ali, deux boulets avec qui il ne peut construire un vrai parti avec de vraies idées et un authentique programme. Il faudrait qu'il limite l'influence de ces deux personnes jusqu'à l'organisation d'élection pour élire une direction sans leur présence.

Marzouk aura du monde avec lui car ceux qui ont fait gagner le Nida.0 sont toujours anti-Nahdha et ne s'aligneront jamais derrière la bande à Sebsi Junior, Jarraya et Ghannouchi.

Ceux qui pivotent autour de cette bande sont des opportunistes et des lèches-bottes qui se vendent et qui s’achètent comme de la roba vecchia. Au premier succès du Nida.1, ils offriront leur service. Ils faudrait donc les éviter comme la gale.

Je ne vais pas jusqu'à dire que le nouveau Nida est une chance pour la Tunisie, mais je me contente de dire qu'il a aujourd'hui les ingrédients pour bâtir un parti d'avenir à condition qu'il trace d'emblée ses contours et qu'il précise ses objectifs. Il n'a pas à vendre du rêve ni à investir dans l'illusion. Il faudrait qu'il prenne le temps de se construire avec des énergies nouvelles et convaincues sans chercher le compromis pour ne pas tomber dans la compromission.

Il est clair que l'association des vieux va être difficile à déloger, mais, avec du sérieux, de l'abnégation, de l'intelligence et surtout beaucoup d'amour pour ce pays, il serait tout à fait possible de venir à bout dans un temps raisonnable. On en parlera.

Ali Gannoun, professeur à l’université de Montpellier


           


1.Posté par sofiane le 01/01/2016 17:51
notre nation se trouve entre les mains d'une petite caste!!lorsque la guerre se terminera en Syrie,l'évolution prendra une tournure différente en Tunisie!!cette petite caste disparaîtra aussi vite qu'elle est arrivé!!seul la patience nous permettra d'arriver à nos fins!!

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter