Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Portrait de Rached Ghannouchi par lui-même


26 Octobre 2012

Nous avons fait ce que tout journaliste français aurait dû faire avant d’induire involontairement en erreur l’opinion publique, en lui présentant le roman à l’eau de rose d’un « islamiste modéré », qui a fait ses études à la Sorbonne, qui « veut marier islam et modernité » (Isabelle Mandraud, Le Monde du 29 octobre 2011), et qui n’a jamais appelé à la violence, à l’inverse « des barbus algériens du FIS » (Arielle Thedrel, Le Figaro du 17 janvier 2011).


Portrait de Rached Ghannouchi par lui-même
Sur la Charia comme source principale de législation :
Dans son livre Les libertés publiques dans l’Etat islamique, Centre d’Etudes de l’Unité Arabe, Beyrouth 1993, p. 54, Rached Ghannouchi écrit : « Comment ne pas stipuler l’islamité d’un chef de l’Etat, dont la tache essentielle est d’accomplir la religion, d’orienter la politique de l’Etat dans les limites de l’islam, d’éduquer la Oumma selon l’islam, d’être son imam pour la prière, de la prêcher ex cathedra…et d’être pour elle l’exemple à imiter ?Le Coran a tranché en stipulant que la souveraineté appartient à Dieu (sourate6, verset 59). Il est absurde et cela revient à demander l’impossible, de demander à un no-musulman d’assumer la magistrature suprême, de veiller sur la religion et la gestion des affaires ici-bas –ce qui est la fonction du chef de l’Etat- et, nous dit Ghannouchi, pour la clarification théorique, nous affirmons l’islamité du chef de l’Etat. Car au niveau pratique, le pouvoir islamique que nous réclamons se trouve dans les pays islamiques, et la majorité de ceux qui y habitent sont des musulmans. Ghannouchi précise dans une note en bas de page : « Il est à noter que la plupart des constitutions arabes, y compris la constitution tunisienne, ont stipulé l’islamité du chef de l’Etat. Il s’agit en effet d’une stipulation trompeuse et vide de contenu, tant que ces constitutions ne cautionnent pas d’articles imposant la charia comme source principale de toute législation, et tant qu’elles ne contrôlent pas la constitutionalité et l’islamité des lois ».
Sur la laïcité :
Interview de Ghannouchi accordée au quotidien algérien Algérie Actualités, le 12 octobre 1989, No1252. A la question quelle est la place de la laïcité dans la société islamique ? il répond : « La société islamique est fondée sur l’interprétation des valeurs organisant la vie des individus et des communautés. De plus, elle organise le côté spirituel de ces derniers. C’est pourquoi, on ne saurait concevoir de société islamique laïque, ou de musulman laïc que si ce n’est en renonçant à ce qui est fondamental en Islam. Car la foi en Dieu n’est pas essentielle en Islam ; l’essentiel, c’est la foi en l’unicité de Dieu. Par conséquent, toute législation qui s’inspire d’autres sources pourrait porter atteinte à cette unicité. Une société ne saurait être islamique qu’à condition de ne pas être laïque et d’accepter l’unicité de Dieu ».
Sur l’apostasie :
Ghannouchi dans Les libertés publiques dans l’Etat islamique, p. 48, écrit : « L’apostasie est le reniement de l’islam après l’avoir embrassé de plein grès ; un reniement, ou les formes lui ressemblant, des constantes de l’islam, tels ses dogmes, sa charia et ses rituels…Comme porter atteinte à la dignité de Dieu ou à la dignité du prophète, la permission de braver les interdits de la charia ou la négation des devoirs religieux…etc. Des versets du Coran ont énoncé à plusieurs endroits le caractère affreux de ce crime et menacé quiconque s’en rend coupable du plus atroce des supplices. Quant à la tradition, la sunna, elle a exigé la mise à mort, conformément au hadith « Tuez quiconque change de religion ».
Sur les Juifs et les Chrétiens :
En réaction à la visite du pape Jean-Paul II en Tunisie, en avril 1996, Ghannouchi a déclaré dans l’hebdomadaire islamiste marocain, Arraya, du 23 avril 1996 : « Ce qui me traverse le cœur ainsi que le cœur de tout tunisien, c’est que la visite du chef de l’Eglise coïncide avec la réception du représentant commercial de l’entité sioniste à Tunis ; que comprennent les tunisiens de tout cela ? Peuvent-ils chasser de leurs esprits qu’il y a une invasion croisée et sioniste de leur pays ? ». Dans son allocution lors du 1er congrès islamique tenu à Téhéran du 4 au 6 décembre 1990, il a déclaré que "les premières lueurs de l'islam apparaissent, ainsi que les promesses d'un islam victorieux, avec un Etat islamique international...un islam qui réglera leur compte aux armées juives criminelles qui poursuivent leur croisade contre notre Oumma...L'adversité est de nature à éveiller notre nation, et à l'inciter au Djihad, à l'union et au combat contre ces régimes traîtres qui nous oppriment...(Revue de l'Islam et la Palestine, 6 février 1991). Autre citation: "Ce qu'il y a de plus dangereux dans la conciliation avec l'Etat Juif, c'est son influence sur ce qui reste des barrières psychologiques de notre communauté, ces barrières constituées par le dégoûts à l'égard des juifs en qui il faut voir des ennemis de Dieu et de l'humanité faisant du mal partout où ils vont..." (son livre en arabe Maqâlat haraqat al ittijaah al-islami fii Tounis, Articles du mouvement islamique en Tunisie, édité à Paris par D.A.K, 1984). Dernière citation, la conférence de Ghannouchi à Khartoum, lors du congrès de l'Internationale islamiste, tenu au Soudan du 25 au 28 avril 1991 : "Notre incitation à combattre les nations impies dirigées par les Juifs, les américains, les occidentaux, doit se poursuivre...Nous les combattrons, nous inciterons à les combattre et nous transmettrons à nos générations futures un sentiment de haine à leur égard, nous les menacerons de vengeance..." (Revue Al-Insân, éditée en France et dirigée par Habib Mokni, No 5, juillet 1991, p.20).   
Ghannouchi et l’hitlérien Qaradaoui.
Le prédicateur d’Al-Jazeera et conseiller spirituel de cheikh Hamad, le copain de Sarkozy, déclare sur cette chaine intégriste, le 28 janvier 2009 : « Tout au long de l’histoire, Allah a imposé aux Juifs des personnes qui les châtieraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler. Avec tout ce qu’il leur a fait –et bien que les Juifs aient exagéré les faits- il a réussi à les remettre à leur place. C’était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des musulmans…Pour conclure mon discours, je voudrai dire que la seule chose que j’espère et qu’à l’approche de la fin de mes jours, Allah me donne l’occasion d’aller sur la terre du djihad et de la résistance, même sur une chaise roulante. Je tirerai sur les ennemis d’Allah, les Juifs, et ils me lanceront une bombe dessus, je finirai ma vie en martyr. Loué soit Allah, roi de l’univers ».
Maintenant, ce que Ghannouchi déclare dans une interview au site d’information Ashihab, menée par Ala-Iddine Al-Rachi, le 5 octobre 2005 : « Cheikh Qaradaoui est un éminent savant. C’est mon maitre, l’exemple que j’ai suivi dans la recherche de la vérité et dans mon combat pour réaliser l’Etat islamique. Il dit ce que l’islam ordonne ». A rappeler que Ghannouchi est membre du Conseil européen de la Fatwa et de la recherche, dont Qaradaoui est le président. C’est une institution de production juridique de l’Union des organisations islamiques d’Europe, dont l’UOIF est la section française.
Chronologie sommaire des méfaits et forfaits des islamistes tunisiens :
Avril, mai, juin 1986 : manifestations et actions violentes des étudiants islamistes (UGTE) au sein de l’université.
Octobre 1987 : un imam de la banlieue nord de Tunis (Ibrahim Ouergui) est vitriolé. Il décède un mois plus tard.
Décembre 1987 : un gardien de la paix à Jendouba (Salah el-Manaï) subira le même sort.
Le 2 août 1987 : attentats à la bombe dans 4 hôtels à Sousse et à Monastir. Plusieurs touristes européens gravement blessés, dont une allemande qui décèdera une année après. Cerveaux de l’opération, Salah Karkar et Hammadi Jebali, actuel premier ministre !
Le 8 novembre 1987 : projet de coup d’Etat décidé par Salah Karkar et Rached Ghannouchi. Le fameux « Groupe Sécuritaire », constitué de policiers et de militaires islamistes. Le coup d’Etat du 7 novembre 1987 de Ben Ali les prendra de court.
Le 17 février 1991 : action terroriste contre un local du RCD à Bab Souika. Un mort, brulé vif par des islamistes.
Avril 1991, affaire Stinger : tentative d’assassinat de Ben Ali en abattant son avion avec un missile portable de type Stinger entré clandestinement par les frontières algériennes.
Les auteurs de l'attentat suicide contre le commandant Massoud, le 9 septembre 2001, étaient tous les deux membres du MTI (rebaptisé Ennahda) : Abdessatar Dahmane, né à Gabès le 27 août 1962 et Bouraoui el-Ouaer, né à Sousse le 22 octobre 1972.
Celui qui les a recruté à Bruxelles est Tarek Maaroufi, originaire de Jendouba, militant d'Ennahda et coordinateur du GSPC, une filiale d'Al-Qaïda, qui projetait aussi des attentats contre l'ambassade des Etats-Unis à Paris (LIbération du 3 octobre 2001), contre la Cathédrale et le marché de Noël à Strasbourg (Le Monde du 22 décembre 2001). Après la "révolution du jasmin", Tarek Maaroufi a été accueilli à Tunis en héros.
L'auteur de l'attentat (19 morts) contre la synagogue la Ghriba à Djerba, le 11 avril 2002, est Nizar Naouar, un franco-tunisien originaire de Ben Gardane. Dans son testament découvert par les Américains dans la cache d'un membre d'Al-Qaïda à Karachi, il dit sa "haine pour les Juifs et son adoration pour Khomeini, Ben Laden et Ghannouchi"...
Et pour finir, les deux terroristes récemment arrêtés à l'aéroport Ataturk d'Istanbul et impliqués dans l'attaque contre le consulat US à Benghazi, sont des islamistes Tunisiens, qui ne militent plus au sein d'Ennahda mais qui travaillent en free lance !.        
Conclusion :
Il faudrait que certains médias en France arrêtent de jouer la mélodie de l'islamisme "modéré", notamment celui d'Ennahda. S'ils ont un faible pour cette islamisme là, qu'ils l'appliquent dans leur pays qui compte six millions de musulmans. Quelques barbus au Sénat et quelques voilées à l'Assemblée Nationale, ne feraient pas de mal à la sainte République !
Rached Ghannouchi n’a jamais fait d’études à la Sorbonne, jamais été réformiste de l’islam, a toujours appelé et pratiqué la violence et le terrorisme. Toute sa vie, il a eu 4 discours : l’un pour les tunisiens, un second pour les médias français, un troisième pour la presse du Golfe et un quatrième pour l’administration américaine.    

Tunisie-secret.com
Nebil B.Y

 
 


           


1.Posté par Peu_Importe le 03/11/2012 00:29
Petit rectif: Les étudiants islamistes sont organisés au sein de l'UGTE, l'union Générale Tunisienne des Etudiants, à ne pas confondre avec, l'UGET, Union Générale des Etudiants de Tunisie, syndicat de gauche et ennemi juré de l'UGET :))

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter