Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Pourquoi le Qatar soutient les islamistes radicaux dans le monde arabe


23 Mars 2013

Le Qatar dépense des milliards de dollars dans le financement des mouvements islamistes et salafistes qui sont actuellement au cœur des problèmes que vivent des pays comme la Tunisie, l’Egypte et la Libye .


Pourquoi le Qatar soutient les islamistes radicaux dans le monde arabe
Haoues Seniguer, grand spécialiste de l’islamisme et du monde arabe, est catégorique : le Qatar finance les mouvements islamistes dans le monde arabe. Dans un entretien accordé au site Oumma, ce chercheur, qui est sur le point d’éditer un nouveau livre sur l’islamisme politique, a clairement expliqué les raisons pour lesquelles le minuscule émirat féodal dépense annuellement des milliards de dollars dans le financement des mouvements islamistes et salafistes qui sont actuellement au cœur des problèmes que vivent des pays comme la Tunisie, l’Egypte, la Libye et la Syrie. Selon lui, il y a au moins «deux stratégies derrière ce soutien du Qatar aux mouvements de l'islam politique.

La première est directement liée à la nature de l'appareil étatique qatari, «écartelé entre une tendance salafiste et une tendance plutôt islamiste». Cela est le reflet direct «d’une société elle-même très conservatrice qui penche davantage pour l'islamisme issu de la matrice des Frères musulmans, le courant le mieux structuré et implanté aussi bien dans les sociétés majoritairement musulmanes que non-musulmanes», ajoute-t-il.

La seconde est son statut de sous-traitant indéfectible d’Israël et des Etats-Unis, deux Etats qui manipulent à outrance les mouvements islamistes de par le monde pour déstabiliser les régimes qui leur sont hostiles.
«En soutenant financièrement les partis islamistes, en les maintenant sous perfusion économique grandissante, l'émirat sous-traite en quelque sorte leur domestication au profit des grandes puissances (États-Unis et Europe notamment), en s'assurant principalement de leur loyalisme essentiellement libre-échangiste ou néo-libérale», précise ce chercheur qui revient sur la nature du régime qatari qualifié d’«autoritaire et de néo-patrimonial». Cet enseignant de science politique à l'IEP de Lyon insiste ainsi sur le caractère «oligarchique» du régime du Qatar «très marqué et empreint d'un stigmate familialiste, puisqu'il est dominé par quelques personnalités, mais celles-ci ont la particularité d'évoluer autour de la famille Al-Thani, à partir de laquelle s'organise précisément la hiérarchisation des différentes strates du pouvoir central». «Pour s'enquérir ne serait-ce que de la nature foncièrement autocratique du régime en question, nul besoin d'être grand clerc et de procéder, pour ce faire, à une quelconque exégèse constitutionnelle poussée», a encore relevé ce chercheur qui rappelle dans ce sillage la manière «forte» par laquelle l'actuel émir est arrivé au pouvoir en juin 1995, à savoir un coup d'État contre son propre père.

Haoues Seniguer a souligné que cette monarchie est profondément trempée dans la charia qui est exploitée politiquement comme un courant exportable vers les pays arabes pour, notamment, faire face à l’élite militaire qui reste la hantise des monarchies de ce type. Pour ce spécialiste de l’islamisme, la Constitution permanente de l'État du Qatar émise le 8 juin 2004, confirme la nature du régime, notamment dans l'article I qui stipule : «Le Qatar est un pays arabe indépendant. L'islam est sa religion et la charia est la source principale de sa législation. Le chef d'État du Qatar est l'émir et sa position est héréditaire. Il est responsable de la ratification et de la promulgation des lois.» Il évoque également la discrimination pratiquée à grande échelle contre les citoyens naturalisés qui n’ont absolument aucun droit, ni social ni économique, encore moins politique. Tout cela montre le vrai visage du Qatar qui est très loin d’être un exemple de démocratie comme il le prétend à travers son bras médiatique propagandiste qu’est la chaîne Al Jazeera.Tunisie-Secret.com

Algeriepatriotique

Sonia Baker

 
 


           


1.Posté par khmais le 23/03/2013 14:50
Laurence .ARABESQUE

2.Posté par marekchi le 26/03/2013 13:07
Il se croit au dessus des lois et des peuples. Le jour où il recevera la première gifle, il se blottira comme un chien. Il est temps de faire la peau à cette bête. Ton argent ne te sauvera pas eternellement

3.Posté par Adam le 01/04/2013 13:44
Ya cheikh , ton heure a sonné. Les russes par le biais des tchétchenes vont te faire la peau.

4.Posté par mourad le 03/04/2013 04:09
il me fait penser a bokassa giscard lui a vendu de la pacotille a prix d'or et par derrierre il se foutait de sagueule a la fin quand bokassa etait devenu trop encombrant ils l'ont jeter comme un chien et le chien Althani ton tour viendra inchallah ce jour approche plus vite que prevu j'en suis persuader car les comploteurs ne gagne jamais alors bokassa et althani c'est la meme merde au service de leur maitre

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter