Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Projet TuNur en Tunisie, la grosse arnaque !


12 Novembre 2013

Ce dimanche, c'est la journée consacrée à l'économie et à ce qu'elle draine comme corruption, clientélisme, népotisme et trafic d'influence dans une Tunisie déjà exsangue. Politiciens, médias et analystes ne s'y intéressent pas beaucoup. On amuse le bon peuple avec la constitution toujours en rédaction, avec le dialogue national toujours en gestation , et avec le choix du prochain gouvernement toujours en tractation. Ce n'est pas le cas de Seif Ben Kheder, qui a eu l'amabilité de nous adresser cet article à lire absolument.


Projet TuNur en Tunisie, la grosse arnaque !
A l’occasion de la campagne de promotion, du projet TuNur de production d’énergie photovoltaïque dans le sud de la Tunisie, lancée récemment par le gouvernement illégitime, aux frais du contribuable comme toujours, nous nous sommes trouvés contraints d’alerter l’opinion publique à travers l’étude de l’un des meilleurs experts en la matière, Mr Mohamed CHEIKH-KHELIFA, démontrant la grosse arnaque de cette affaire, qui confisquerait nos terres et l’avenir de toute une génération future sans la moindre contre partie significative, et dont voici le contenu :

Le Méga-projet, promu par la Société offshore TuNur ( tounes nour !), dont l’autorisation vient d’être octroyé-en catimini- en juillet dernier dans le domaine de l’exploitation de notre énergie solaire se présente comme suit :

A- Le gisement concédé par la Tunisie :

a) Terrain à régime Ma3toug - Kébili- : 100 000 000 m²
b)Energie solaire /an sur le lieu d’implantation :
- Rayonnement solaire direct : 1983 kWh/m²
- Rayonnement solaire indirect : 1918 kWh/m²
c) couloir d’enfouissement du câble de transport :
- une bande de l’ordre de 1 000 km d’une largeur de 12 m, soit 12 000 000 m²
d) Eau utilisée :
- 1 million de m3 /an = 1000 000 m3= 1 000 000 000 litres
- Le choix du site a été fait non pas parce qu’il est le plus ensoleillé, car il y en a d’autres plus fournis par le soleil tel que par exemple : Tataouine avec un rayonnement supérieur de 30 % pour le direct de 2293 kWh/m², et indirect de 2053 kWh/m² . Le choix est justifié uniquement par la disponibilité de l’eau douce fossile et qui équivaut aux besoins de 50 000 citoyens/an
e) Le potentiel de production d’électricité et son corollaire d’évitement de CO2 :
-Sur la base des données précitées et en tenant compte d’un équipement au sol occupant 75 % du terrain, et d’une technique employée pouvant exploiter seulement 25 % du rayonnement disponible direct et indirect ainsi que d’un travail en continue de la centrale par le recours au stockage de la chaleur. Ce potentiel se chiffre comme suit :
- électricité productible : (100 000 000 m²x 0,75 ) x ( 1983 kWh/m²+ 1918 kWh/m²) x 0,25=75 000 000 m²x 975 kwh/m² = 73 125 000 000 Kwh / an .
A titre de comparaison notre consommation annuelle est de l’ordre de 15000000000 Kwh/an soit le 1/5 de la production potentielle du méga-projet !
- Le CO2 évité :

Pour approcher ce sujet je vais me baser sur le choix qui devrait être prioritaire en la matière, à savoir : la bonne électricité verte, solaire tel que la Notre, produite à zéro émission de CO2, est sensée éliminer la mauvaise qui est produite par le charbon et qui dégage en moyenne 1 kg de CO2 / kw produit.
Ainsi, on peut estimer la quantité de CO2/an, évitée pour l’espèce humaine, à 73,125 million de Tonne/an !

B - Les recettes annuelles du projet :

Le méga-projet sera érigé en quatre années à compter de 2014 pour entrer en exploitation partielle en 2016 .
La durée d’exploitation est prévue pour 25 ans.
Compte tenu d’un prix de cession en gros, de l’électricité sur le marché européen de 10 ¢ d’Euro le KWh et de 30 € la tonne de CO2 évitée, le chiffre d’affaire potentielle sera de l’ordre de :
a)Electricité :
-Productible : 73,125 milliards de kWh
-Cessible :
Compte tenue de la consommation sur place pour faire tourner les installations ainsi que de la freinte de route inhérente au mode de transport, on peut estimer la quantité cessible du courant à 90 % du productible soit : 65,812 milliards de KWH arrondi à 66 milliards de kWh/an
b)Recettes électricités = 68 milliards de KWH à 10 ¢ = 6,6 milliards d’ €
c)Recettes CO2 évités= 73,125 T à 30 € = 2,2 milliards d’ €
d)Ainsi les recettes annuelles estimées s’élèvent 8,8 milliards d’€ pour un investissement amortissable sur 25 ans de cet ordre !

C- La part de la partie tunisienne :

Rien n’a filtré à ce sujet et les supputations, n’ayant donc aucun support matériel, risquent d’être vaines !
Mais ceci ne peut nous empêcher de poser certaines questions afin de comprendre les tenants et les aboutissants de cette affaire !
- Pourquoi un projet similaire comptant s’ériger au Maroc a été capoté par l’Espagne, pourtant pays membre de l’U E, et ce par le fait du transit du fameux câble de 3m de diamètre sur ses terres ?
- Tous les spécialistes de la question s’accordent à confirmer que la production d’électricité solaire peut s’accoupler dans la région MENA, à la production d’eau dessalée, en affirmant que le rendement d’une centrale solaire érigée sur 1 km² de nos terres , baignées d’un minimum de rayonnement direct de 2000 kW/m²/an, produirait par année d’exploitation 60 millions de m3 d’eau, à zéro gramme de sel, ainsi que 250 millions de kW !
-Sachant le manque d’eau asphyxiant pour notre économie, dont les besoins en la matière s’élèvent à pas moins de 575 m3/s, pourquoi nos gouvernants poste- révolutionnaires n’ont pas eu la volonté d’intégrer ce paramètre dans leur négociation d’avec les investisseurs et leur lobby local ?
-Les promoteurs et leurs lobbies d’outre-mer pensaient- ils- agir dans un no man’s land ? Nos gouvernants n’ont pas eu écho des objectifs de la révolution de la dignité ? Ou bien ont-ils sacrifié les dits objectifs pour d’autres non encore élucidés ?
-Pourquoi permettre le transport de l’énergie par ce fameux câble charcutant le pays sur une bande de 1000 km SUR 12 m, alors qu’il pouvait l’être par mer à partir du golfe de Gabes ?
-Comment un gouvernement provisoire pourrait -il prendre des engagements sur 30 ans hypothéquant ainsi l’avenir de toute une génération ?
-L’ANC détentrice ultime de la légitimité pendant cette période a-t’elle agrée le dit projet et dont ses techniciens ont commencé déjà à arpenter nos terres ?
-Les 1500 emplois promit peuvent -t’ils nous empêcher de voir les 300 000 emplois potentiels pour l’usage des 6 milliards de m3 d’eau issu de la technique de cogénération, boudée par les promoteurs et leur lobby local ? Cette eau garantirait notre autosuffisance en céréales primaires et permettrait à la SONEDE de fournir tout le pays en eau suffisante et de qualité répondant aux normes de l’OMS !
-Le CO2 évité serait-il comptabilisé pour la Tunisie ?

Il est indécent de voir un projet amortir en deux ans son investissement sans exiger au moins une partition équitable 50/50 de ses bénéfices issus à 100% de nos terres !

Seif Ben Kheder


           


1.Posté par Twingo le 14/11/2013 14:10
A l'auteur,
L'analyse économique est incorrecte: vous oubliez l'investissement initial et son amortissement!!!
Le prix de la tonne CO2 est aussi très optimiste, aujourd'hui ça tourne autour de 8€.

2.Posté par Zors Zinsmann le 24/12/2013 19:44
Cette analyse est minimaliste :
-Les rendements des centrales CSP sont de 65% à 85% et ce avec le stockage de la chaleur et le travail en continue: le potentiel de production pourrait atteindre 150 TW
-L'eau pompée de la nappe fossile satisferait, étancherait la soif d'aux moins 50 milles indigènes !
-Vérifications faites cette société dénommée TuNur , apparaît comme une véritable baudruche : sont capital est de 1,6 millions d'Euro pour un investissement projeté de 8 à 10 Milliards d'Euros, ce qui relève d'une tromperie flagrante! En outre elle se présente comme un partenariat 50/50 entre indigènes tunisiens et autochtones européens alors que les indigènes n'ont que 10 % du capital !
-Le seul échange équitable serait la cogénération eau dessalée de la mer versus électricité exportée : et ce au taux de 1 m3 pour les indigène locaux livré à destination, troqué contre 3 kWh exportés pour les autochtones de la rive nord méditerranée !.

3.Posté par zoubeir Messaoud le 23/04/2014 22:41
le csp avec le stockage peut assurer le fonctionnement des turbines jusqu'à 16 voir 18 heures par jour ce qui ramène sa production annuelle à un peu plus que 11 000 GWh/an soit environ 290 TWh en 25 ans ce qui ramène la recette de production Electricité totale à 29 Milliard d'euro

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter