Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Qatar, le Club Med des terroristes, par Andrew Gilligan


1 Octobre 2014

Le Qatar n’est plus en odeur de sainteté. Après le monde arabe, l’Occident découvre à peine le véritable visage de cet émirat-voyou, protecteur des Frères musulmans et financier de l’islamo-terrorisme mondial. Mais pour que la nouvelle attitude du monde occidental soit crédible, Hamad Bin Khalifa et Hamad Bin Jassim doivent être jugés par la Cour pénale internationale, pour soutien au terrorisme et crimes contre l’humanité en Irak et en Syrie. Et aussi pour briser définitivement l'union sacrée entre Al-Qaïda et Al-Qatar.


Après le limogeage du plus grand financier des islamo-terroristes, Hamad Bin Khalifa, son fils l'a remplacé, mais le Qatar a t-il changé de politique , Pas si sûr, puisque Mozza, épouse de l'ex et mère de l'actuel émir gouverne toujours !
Après le limogeage du plus grand financier des islamo-terroristes, Hamad Bin Khalifa, son fils l'a remplacé, mais le Qatar a t-il changé de politique , Pas si sûr, puisque Mozza, épouse de l'ex et mère de l'actuel émir gouverne toujours !
Alors que le Qatar affirme combattre l'extrémisme et avoir rejoint la coalition contre l'Etat islamique, différents rapports sur le terrorisme du département d'Etat américain montrent que des Qataris financent, avec l'aval de l'émirat, le mouvement djihadiste en Irak et en Syrie.

Alors que le Royaume-Uni va intervenir en Irak, Alastair Campbell, le grand manitou de la communication de la précédente guerre en Irak [et ancien directeur de la communication de Tony Blair], s'est trouvé un nouveau boulot. Lui et son fils Rory écrivent désormais pour un blog sur le football, The Pressing Game, qui se targue d'être "vraiment indépendant" mais qui passe la majeure partie de son temps à réfuter les critiques concernant l'organisation par le Qatar de la prochaine Coupe du monde.

Malheureusement, comme Channel 4 l'a révélé le 26 septembre, The Pressing Game est un fait financé en secret par des lobbys qui travaillent pour le gouvernement qatari. Ce n'est pas la première fois que le minuscule royaume du Golf fait preuve d'un tel manque de transparence.

La semaine dernière par exemple, le cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, émir du Qatar, a donné sa première interview depuis son accession au trône en 2013. "Nous ne finançons pas les extrémistes, a-t-il déclaré sur CNN. "Si vous voulez parler de certains mouvements, notamment en Syrie et en Irak, sachez que nous les considérons tous comme des mouvements terroristes." Le Qatar, qui accueille une importante base aérienne américaine, a d'ailleurs rejoint la coalition internationale contre l'Etat islamique (EI).

Les preuves de l'action du Qatar

La vérité est que, sans les financements importants que l'EI a reçus de certains individus au Qatar, il n'y aurait pas eu de guerre au départ. Au Royaume-Uni, Djihad John, l'homme avec un fort accent britannique présent sur les trois vidéos où sont assassinés les otages, incarne désormais aux yeux de l'opinion publique britannique la menace de l'EI.

La semaine dernière, alors même que l'émir du Qatar jurait ses grands dieux que le pays n'avait jamais financé l'EI, le Trésor américain a apporté la première preuve que l'argent du Qatar avait bien permis à Djihad John et à d'autres Britanniques de rejoindre la Syrie.

Dans ce document est ainsi révélé l'identité d'un terroriste du nom de Tariq Al-Harzi, se décrivant comme "l'émir pour la région frontalière entre la Syrie et la Turquie, chargé par l'EI d'accueillir les nouveaux combattants étrangers et de les équiper d'armes légères avant de les envoyer en Syrie". Il était d'ailleurs "responsable des combattants étrangers venus du Royaume-Uni".

La vigilance du Qatar est "inexistante"

En septembre, selon le Trésor américain, Tariq  Al-Harzi "a permis à l'EI de recevoir 2 millions de dollars d'un intermédiaire financier de l'EI basé au Qatar, à condition que cet argent soit affecté uniquement à des opérations militaires. L'intermédiaire financier basé au Qatar avait également recruté Al-Harzi pour lever des fonds au Qatar."
 
Doha rétorquera qu'il s'agit d'individus privés et non du gouvernement. Mais tout Etat, et encore plus une autocratie du Golfe, a les moyens d'empêcher ce genre de chose, à condition de le vouloir.

Or, à en croire les derniers rapports sur le terrorisme du département d'Etat américain, la vigilance du Qatar à ce sujet est "inexistante". Certes, il existe des lois réprimant le blanchiment d'argent et le financement des organisations terroristes mais leur mise en application est "aléatoire" et marquée par de "graves carences".

Par ailleurs, les preuves des liens du gouvernement qatari avec les extrémistes (dont certains ont réussi à lever des fonds alloués par la suite à l'EI) sont irréfutables. "Entre huit et douze personnalités éminentes au Qatar ont récolté des millions de dollars pour les djihadistes, a déclaré un diplomate occidental local. Et ils ne s'en cachaient guère."

Des juteuses fusions

La plupart de ces personnalités récoltaient au départ de l'argent pour le Front Al-Nosra, une filiale d'Al-Qaida en Syrie. L'argent a coulé à flots l'année dernière quand Al-Nosra et l'EI ont officiellement fusionné et mis en commun leurs combattants et leur matériel. Mais ce partenariat fut de courte durée et a pris fin en début d'année. Une partie du financement et des armes envoyés par le Qatar à Al-Nosra entre avril 2013 et févier 2014 a alors échu à l'EI.

En décembre 2013, le gouvernement américain a ajouté un homme du nom de Abd Al-Rahman ben Umayr Al-Nuaymi à sa liste de terroristes officiellement recherchés par ses services. Selon des sources officielles, Nuaymi aurait "ordonné le transfert de près de 600 000 dollars à Al-Qaida par l'intermédiaire des représentants du groupe terroriste en Syrie".

Nuaymi était encore récemment conseiller pour le gouvernement du Qatar et membre fondateur d'une grande organisation caritative liée à la famille royale, la Fondation caritative du cheik Eid ben Mohammed Al-Thani. Depuis 2012, un homme répondant au nom de Hajjaj Al-Ajmi, qui vit au Koweit, vient également régulièrement au Qatar.

Sur des vidéos en ligne, on peut voir Ajmi en train de déclarer devant un public qatari que l'aide humanitaire en Syrie est "importante" mais que la priorité est de soutenir les djihadistes et de les armer... Donnez votre argent à ceux qui vont le dépenser pour la guerre sainte plutôt que dans l'humanitaire."

Le dangereux jeu des alliances

Il y a aussi Mohammed Al-Arifi, imam aujourd'hui interdit de séjour au Royaume-Uni pour avoir préparé deux jeunes Gallois au djihad. Cet homme a été invité deux fois par le gouvernement qatari : en mars 2012 et en janvier de cette année.

Arifi est encore revenu au Qatar cet été, après son expulsion du Royaume-Uni, lors d'une fête du ramadan où étaient présents un grand nombre d'extrémistes. L'un des intervenants de cette fête était un autre homme interdit de séjour au Royaume-Uni, Wagdy Ghoneim, qui considère Oussama Ben Laden comme un "héros" et un "martyr" et a été enregistré en train de faire chanter à un public des chansons antisémites ayant comme refrain : "Non aux Juifs, descendants du singe !"

L'engagement du Qatar auprès des extrémistes est sans doute un moyen d'assurer ses arrières en Syrie. Le Qatar est un pays qui a toujours cherché à multiplier les alliances : des talibans à Israël, avec qui il était un temps le seul pays du Golfe à entretenir des relations commerciales. Le Qatar accueille le Hamas, les milices islamistes libyennes et les Frères musulmans de toute la région. Mais cette stratégie ne fonctionne guère. Et ce numéro d'équilibrisme pourrait coûter très cher à Doha.

Andrew Gilligan, The Daily Telegraph du 30 septembre 2014, repris par Le Courrier International.


           


1.Posté par Béchir le 02/10/2014 17:08
Ce serait peut être l'occasion pour la communauté internationale profitant de la haine du monde musulman pour ces fauteurs de troubles à l'origine de tous leurs soucis, de s'occuper de ce petit pays malfaisant et fourbe.

C'est facile, un bombardier en détresse, un écart de trajectoire, un compas de navigation déréglé, et quelques bombes lâchées au bon endroit et s'en sera fini des Qataris. Adieu le PSG, la coupe du monde de Football et les grands projets les plus fous et les plus faramineux alors qu'il y a tant de pauvreté dans ce monde. Personne n'a plus besoin d'eux. Le monde retrouvera le calme.

Pour ceux qui connaissent cette fable de Lafontaine "la grenouille qui voulait devenir plus grosse que le bœuf". Elle enfla tellement qu'à la fin elle éclate. C'est ce que je prédis au Qatar, ça lui pend au nez.

2.Posté par Khaled KHOUINI le 02/10/2014 19:07
"Je dirais même plus", dixit Dupond et Dupont via Tintin comme me le rappelle souvent mon Fils.
C pathétique Wallah. Ces bédouins Qataris, aux ordres de leurs maitres sionistes, tels des esclaves automates, doivent être traduits en justice ! Moindre mal, ils en ont tellement fait...Mais de quelle justice on parle? Celle des hommes ou celle des FM qui dirigent tout (skulls-illuminati & Cie) ! Le peuple se prononcera bientôt ! Et méfions nous des contrefaçons !

3.Posté par frédéric le 07/10/2014 23:53
Et en France, a part Marine le Pen, qui condamne cet état voyou et criminel ? Personne!

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter