Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Quand un peuple se laisse réduire à l’incapacité de se remettre debout par ses propres moyens…


3 Mai 2013

Tunisie : Asma Souissi a bien voulu nous adresser cet article qui pose des questions graves et décisives. Questions auxquelles la nouvelle classe politique n'a pas l'audace de répondre, préférant s'enfoncer dans les méandres de l'Assemblée constituante et dans les combinaisons politiciennes par opportunisme et par obsession du pouvoir.


Quand un peuple se laisse réduire à l’incapacité de se remettre debout par ses propres moyens…
L’internationale du crime est un tout indissociable. Il constitue la chaîne de valeur la plus large et la mieux organisée à travers le monde. L’objectif ultime étant de mettre la main sur les richesses de pays maintenus avec habilité dans le sous développement humain de telle sorte à faire de la culture de l’esclavagisme une composante de la conscience collective, ôtant à la société ses mécanismes de défense naturelles. Dirigées depuis leurs indépendances par des gouvernants conditionnés à n’être que mercenaires au service des barons de l’internationale du crime, la rupture entre gouvernées et gouvernants s’avère faille structurelle dont les pays sous développés peinent à se défaire. N’ayant rien épargné, la confiscation des droits des peuples de ces pays va jusqu’à l’appropriation de leur droits à la révolte, au point que les révoltes sont improvisées de l’extérieur en complicité avec la nouvelle génération de mercenaires amenée à créer le cahot, non pas pour remplacer le système mafieux préexistant mais pour le renforcer via de nouvelles coalitions entre bandes mafieuses, dont les activités diverses sont à ce point savamment agencées, que les peuples basculent dans une culture d’esclavagisme et une économie sous terraine de crime, gagne pain au grand jour de populations entières, mais destructrices d’un autre côté de sociétés, tant au nord qu’au sud. Du trafic d’armes à la traite des êtres humains, de la vente de drogue à la prostitution, tous les moyens sont bons.

Quoi que les méthodes ne soient pas nouvelles, ce qui se passe actuellement dans les pays arabo musulman est la version inédite des pratiques de l’internationale du crime. Avec la montée en puissance de l’extrémisme religieux, puisant toute sa légitimité dans la référence au divin, qui s’avère outil par excellence de domination des esprits et des âmes, la région est proie, à une infinité de perversion contraires à toute morale, qu’elle soit religieuse ou autre, au point que les codes sociétaux sont totalement bouleversés. L’humain est dépouillé de ce qu’il a de plus sacré, son honneur, sa dignité et son droit à la vie. Travestie sous la bonne cause, le crime assassine, pousse les jeunes filles à la prostitution, et dépouille les sociétés du sens de l’honneur, et par voie de conséquence de toute souveraineté. Ce qui se passe actuellement en Syrie en est illustration grandeur nature, mais, il convient de lire la situation de ce pays dans une dynamique régionale accélérée et dopée par des moyens outre atlantiques, avec pour finalité ultime de banaliser l’effet domino, de telle sorte à frapper même au cœur des pays se considérant prémunis contre le mal. Constitués en réseau sans frontières, les soldats de l’internationale du crime, sont prêts à se déplacer dans le temps et dans l’espace avec une facilité telle, qu’ils peuvent frapper aujourd’hui  en Libye pour une cause, et le lendemain au Mali, pour une cause contraire, sans même s’en rendre compte, tant l’habilité de formatage des cerveaux a réussi à dépouiller les pions de tout ce qui caractérise l’humain, pour en faire l’automate, disposé à s’exécuter au gré du maître, jusqu’à ce que se dernier se décide à l’exécuter, quand il s’avère encombrant, où quand il devient outil, justifiant un durcissement de la législation internationale de lutte contre le terrorisme, laquelle n’est autre que le moyen de dépouiller les pays de leur souveraineté. Tel fut le cas au lendemain du 11 septembre. Pris dans le piège de la manipulation médiatique, peuple du nord, comme peuples du sud, se laissent emporter par l’intoxication des esprits, au point que ces derniers s’avèrent dans l’impossibilité de décrypter l’analogie de ce qui s’est passé il y a deux décennies en Afghanistan, et ce qui se passe aujourd’hui dans les pays arabes.
 
Ce que les populations du monde doivent aujourd’hui comprendre c’est la complicité des services de renseignement et de sécurité à l’échelle planétaire, dans ce méga crime contre l’humanité. Si ce n’est par la facilitation du trafic des moyens logistiques (armes) et des produits du crime(drogue), c’est en usant des jihadistes dans toutes les sales besognes de déstabilisation, pour préparer le terrain propice aux pilleurs des richesses de dépouiller les pays de leurs richesses naturelles et de maltraiter l’environnement, réduisant les pays cibles en poudrière humaine et écologique. La métamorphose connue par la Tunisie en l’espace de deux ans en est l’illustration grandeur nature. Est-il possible que les armes récemment découvertes et qui sont aussi impressionnants en volume qu’en puissances, puissent être semées du nord au sud du pays, sans complicité des services de sécurité ? Est-il possible que les stupéfiants se soient à ce point banalisés, que les écoliers en consomment sans modération ? Est-il possible que les terroristes sèment la terreur alors que les services de l’ordre sont appelés à ne pas les neutraliser ? Est-il possible que de jeunes filles puissent traverser à quatorze ans les frontières seules sans se faire interpeller, quand la respectable femme d’affaire est harcelée dans l’avion, en se faisant interroger par la police des mœurs si elle avait l’accord de son époux pour voyager ? Cette état de faits n’est guère de bonne augure pour le voisin qui semble de plus en plus sur la ligne de mire de l’internationale du crime, alors qu’il s’est longtemps cru immunisé de par son expérience passée. L’Algérie subit aujourd’hui de plein fouet la mise en exécution du plan qui lui est destinée. Bien que les symptômes du mal ne se soient pas encore fait trop visibles, les signes annonciateurs attestent de la détermination des criminels à ne laisser guère d‘échappatoire aux Algériens (1).
 
Au-delà de l’attentat sur le site gazier, les médias nous rapportent jour après jours des faits attestant que la mise en œuvre du plan suit son chemin de bonhomme. Tantôt c’est la saisie de grandes quantités de matériel électronique hautement sophistiqué dans un aéroport, à d’autres moments c’est l’interpellation d’un agent du Mossad femme, déguisée en intégriste avec nikab. La découverte d’une formation en Tunisie d’activistes destinés à déstabiliser l’Algérie est un autre indice et non des moindres. En effet, il n’est pas seulement le signe que l’internationale du crime s’est bien installée dans la région, mais ceci révèle surtout que le quartier général du crime a choisi d’élire domicile en Tunisie, en en faisant le pourvoyeur de jihadistes et de femmes de joie à tout le bataillon, mais aussi terrain d’entraînement à l’exercice de toute activité, des plus soft aux plus lourdes. Après ce qui a été découvert à Mont Châmbi et tout ce qui s’en est suivi, le peuple Tunisien n’a plus de doute sur la complicité de toute la classe politique dans le crime commis contre le pays et les voisins proches et lointains. Si elle n’est directe, cette complicité est indirecte, soit par le silence soit par la persistance dans la voie des compromissions, alors que la déconfiture du pays est quasi-totale. Comment peut-il en être autrement, quand les évènements de Châmbi ont précédé à peine de quelques heures le débarquement d’un rétrograde en provenance des pays du Golf, munie d’une batterie de valises exonérées de contrôle douanier. Certains penseraient qu’il est insensé de contrôler ce généreux donateur, débarquant dans un avion privé, et s’empressant de faire acte de charité à un peuple dans l’incapacité de se remettre debout par ses propres moyens. A méditer….avant qu’il ne soit trop tard.Tunisie-Secret.com
 
Asma Souissi
 
(1) http://www.alterinfo.net/Syrie-Algerie-Guerre-imminente-rendez-vous-sur-l-agenda-du-chaos

 
 


           


1.Posté par alwaji le 11/05/2013 21:14
Tout ça, on le sait tous maintenant.
La question est: comment faire face à cette internationale du crime en tunisie armée jusqu'aux dents et dont les affiliés et complices installés au pouvoir avec une quantité d'argent illimitée fournie par le qatar. Bref un coktail explosif quand on sait de surcroit que les elections sont retardées le plus possible. Ces élections étaient prévues pour octobre 2012, retardées pour octobre 2013 puis à fin 2013. Mais tout le monde sait aujourd'hui que celles ci ne seront pas tenues avant 2014 peut être vers la fin de l'année. Entretemps et sachant que le temps joue en faveur d'ennahdha, beaucoup de jeunes désoeuvrés et de moins jeunes ont été embrigadés dans le courant salafiste dans lequel ils ont trouvé paix dans leurs âmes. Ces personnes représentent en elles mêmes un danger pour la société civile.
Le devenir de la syrie va tout conditionner. Et l'avenir de l'algerie en dépend ainsi que celui des pays voisins. L'avenir non seulement du qatar mais plus important encore, celui de ce sheikh ignare hamad thani; qui a joué sa peau contre celle de bachar assad.
Pour l'heure les évenements sont en train de tourner en faveur de bachar el assad, qui a su résister durant deux ans alors que cette guerre devait s'échever en quelques semianes voire trois mois tout au plus. C'était sous estimer une armée patriotique et fidele à son président.
et je ne donne pas cher de la peau du sheikh mentionné avant. La vengeance de son pere outre tombe va peut être avoir lieu, qui sait?

2.Posté par Béchir le 19/05/2013 09:05
Il est déjà trop tard, chacun le sait et l'a bien compris. La vigilance n’aura servi à rien. Où est la fougue des tunisiens du 14 janvier, ceux qui ont délivré la Tunisie du joug oppressant du clan Ben Ali.? Plus rien ne reste, plus rien n’existe, les espoirs de toute une nation se sont évaporés comme le parfum du jasmin révolutionnaire. Personne ne savait encore qu'il vivait là leur dernier bonheur suprême, se croyant libéré des contraintes de l'ancien régime. Même le royal fuyard parti se réfugier sans le savoir chez son oppresseur, est tombé dans le piège tendu par des puissances occultes et maléfiques. Les tunisiens ont crus vaincre le choléra pour mourir de la peste djihadiste, fléau des temps modernes.
Encore plus virulent, le sida est à nos portes. Des traitements permettant d’empêcher la prolifération du virus en bloquant une des étapes de sa prolifération, existent. Malheureusement, ces traitements ne permettent pas d’éradiquer le virus, mais de retarder l’issue fatale.

Il n’est plus question de lâcheté pour avoir laissé faire et s’installer les premiers parvenus au plus haut sommet de l’état. Ce stade est dépassé et la démocratie enterrée. Il s’agit désormais de sauver sa peau en attendant que d’autres virus encore plus combatifs prennent la place des précédents. C’est le début de l’apocalypse à l’iranaise et à la syrienne qui espérons le renaitrons un jour de leurs cendres.

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter