Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Tunisie : les rats de Carthage quittent le navire


8 Décembre 2013

Aziz Krichen cherche à prendre la place d’Adel Fekih à l’ambassade de Tunisie en France. Khaled Ben Mbarek est déjà ambassadeur en Allemagne. Un certain Mohamed Hnid ne désespère pas d’occuper le poste à l’unesco, sans se douter que Moncef Marzouki le réserve pour lui-même au cas où ça tournerai mal à Tunis ! Une atmosphère à l’image d’un pays en pleine décomposition, en attendant l’achèvement total de la Tunisie !


Tunisie : les rats de Carthage quittent le navire
A en croire le très sérieux Maghreb Confidentiel (No 1089), qui cite des sources diplomatiques tunisiennes, « L’ambiance est plus morose que jamais au palais de Carthage. L’éventuel sacrifice de Moncef Marzouki sur l’autel d’un accord entre Ennahda et Nidaa Tounes pousse certains des plus proches conseillers du président à chercher un point de chute. Selon des sources diplomatiques tunisiennes, le premier conseiller du locataire du palais de Carthage, Aziz Krichen, se verrait ainsi bien parachuté à l’ambassade de Tunisie à Paris. L’actuel titulaire, Adel Fekih, n’est pourtant en poste que depuis juin 2012. Et il est protégé du président de l’Assemblée nationale constituante (ANC), Mustapha Ben Jaafar. Mais c’est bien la présidence qui a le final cut sur les nominations diplomatiques. Plutôt malheureux à Carthage, Aziz Krichen avait déjà rué dans les brancards au mois de juillet, en tirant à boulets rouges sur la troïka au pouvoir, dont le parti présidentiel CPR est pourtant membre… ».

Notre confrère du Maghreb Confidentiel oublie un détail, qui explique la morosité chez ces conseillers sans compétence et sans personnalité : la façon dont les traite leur patron. De sources internes au palais nous affirment que Moncef Marzouki communique avec ses conseillers par injures, humiliations et même crachat. Le plus habitué à cet exercice est semble t-il Imed Daïmi, et un autre inconnu du bataillon, un certain Wissem Tlili, qui serait chargé de la culture. Cet ancien cyber-collabos qui dirigeait le blog « Boudourou », doit sa nomination à Imed Daïmi.

Aziz Krichen ne se dégage pas du lot, ou plutôt de ce nid à crabes. D’où son souhait ardent de quitter au plus vite le palais de Carthage. Il fait tout pour obtenir le premier poste diplomatique à Paris, ce qui serait pour lui une consécration inespérée. De travailleur social au sein de l’association ACLE, dans le quartier des Cévennes (Montpellier) à l’ambassade de Tunisie à Paris, que de chemin parcouru ! Dès janvier 2011, ce naturalisé français qui vient de l’extrême-gauche tunisienne, s’est inventé un CV politique d’opposant et d’exilé, alors qu’il avait volontairement quitté la Tunisie en 1996, après avoir mis ses « hautes compétences » au service de Ben Ali, comme l’ensemble de la gauche tunisienne. De 1996 à janvier 2011, Aziz Krichen n’a jamais signé la moindre pétition contre les atteintes aux droits de l’homme, écrit le moindre article contre le régime, prononcé la moindre phrase contre Ben Ali.

Revenons au Maghreb Confidentiel No 1089, du 5 décembre 2013, qui titrait « Le sauve-qui-peut des conseillers de Carthage ». Selon cette publication toujours bien informée, « Aziz Krichen n’est pas le seul à rêver d’un recasage au pied de la Tour Eiffel. Conseiller en communication de Moncef Marzouki depuis à peine plus d’un mois, Mohamed Hnid espère pour sa part atterir à l’ambassade de Tunisie auprès de l’Unesco. La directrice générale Irina Bokova a été approchée mi-novembre. Mohamed Hnid bénéficie du soutien d’Imed Daïmi, secrétaire général du CPR, qui est à l’origine de sa nomination à la présidence. De son côté, le conseiller aux affaires juridiques Ahmed Ouerfelli, nommé lors de l’éphémère présidence de Foued Mebazza début 2011, mais adopté par Marzouki, aurait lui aussi manifesté son intention de prendre du champ. Sans qu’on sache, pour l’instant, où cet ex-magistrat pourrait atterrir. Malgré la déprime, le staff présidentiel reste offensif, comme en témoigne la mise en ligne du livre noir des journalistes accusés d’avoir frayé avec l’Agence tunisienne de communication extérieure sous l’ère Ben Ali. Rédigé à la hâte en puisant dans des archives présidentielles, l’ouvrage devrait permettre à Carthage de reprendre la main, tout en rappelant le passé d’opposant de Marzouki. Mais pratiquement toute la classe politique l’a condamné, y compris les derniers soutiens de Moncef Marzouki, comme le ministre de la Justice Samir Dilou ».
     
L’affaire du Livre noir a fini par discréditer totalement le Tartour national et par disqualifier le ramassis d’incompétents qui lui servent de conseillers dans un palais qui n’a de présidentiel que le souvenir. Aziz Krichen, qui vient de déclarer que la publication du Livre noir est une « grosse maladresse politique », cherche à se démarquer de ses collègues conseillers, alors qu’il est tout aussi impliqué qu’eux.

Il est vrai que cette idée lumineuse, c’est Moncef Marzouki lui-même qui l’a eu. Dans cette entreprise politicienne, il a été vivement encouragé par le débile mental Abderraouf Ayadi et le super corrompu Mohamed Abbou. Les deux personnes qui ont été chargé de rédiger cette « œuvre » sont le Frère musulman Imed Daïmi et l’ex-sympathisant du RCD Adnène Mansar. Tarek Kahlaoui, alias Tahar Lassoued, le larbin de Sakhr el-Matéri, n’y serait pour rien. Mais Aziz Krichen, l’éminence grisâtre de Marzouki, n’était pas contre, à l’inverse de ce qu’il avance aujourd’hui, pour se démarquer d'une équipe au sein de laquelle il ne s'est jamais bien senti....par mépris de classe ! TunisieSecret

Karim Zmerli        

 
 


           


1.Posté par Bergamote Sicile le 08/12/2013 03:14
Quelle bande de salopards hypocrites incultes charognards voraces .........!!! Ils finiront bon gré malgré par rendre des comptes ces ministres et secrétaires d'état fictifs !!!!!!! 

2.Posté par Habib Ajroud le 08/12/2013 11:24
Les excès de langage et les amalgames faciles ne sont pas seulement source d'erreur, ils sont un obstacle majeur responsable de l'échec du dialogue national. Tout le monde y tombe avec un manque de discernement déconcertant. Comment justifiez-vous l'emploi d'un terme comme "rats" pour parler de politique, c'est une confusion inadmissible entre le registre de l'invective et celui de l'analyse politique. En outre, commence pouvez-vous mettre dans le même sac un vieux militant honorable et somme toute intelligent tel que Aziz Krichen, et Imed Daimi, ou Adnan Masser, personnes sans histoire politique et assez peu connues par les militants historique?

3.Posté par Amir Ben Abdallah le 08/12/2013 14:17
c'est des rats et moins que des rats toute cette bande d'opportunistes et de traitres à la nation. le Krichen se la joue intellos au dessus de la melée mais il est aussi minable que le Daïmi, le Mançar ou le Kahlaoui. Il veut devenir Ambassadeur ce travailleur social. ah c'est pas mal de finir ses jours avec Evelyne dans une luxueuse résidence à Paris. La gauche caviard.

4.Posté par jihen lazzem le 08/12/2013 16:57
un mélange de vérités et de spéculations plutot malveillantes comme par exemple dire que krichen a rendu service a ben ali comme l extrême gauche de son espèce Oui, krihen a eu un parcours typique, marxiste léniniste intransigeant dans les années 60, il a opéré plusieurs révisions sans pour autant aller rendre des services a Ben ali..Son retour a Tunis puis son nouveau départ en 96 était justement du a son incapacité de se réinsérer socialement et professionnellement Il avait obtenu a son premier retour en Tunisie début des années 80 l autorisation d une revue économique qu il a essaye sans succès a mettre en route en 15 ans, cela qui la pousse a repartir l accuser de collaboration avec ben ali ? C est un peu trop ose, il aurait pu offir ses services mais il ne l a pas fait..Son entrée a Carthage sur sa propre demande a Marzougui revient peut etre a 2 objectifs, retrouver un tant sot peu la stabilité, et jouer su la personnalité de Marzouui dans sa dimension progressiste pour enfin aire quelque chose d utile, et marzougui a joue avec lui # a malin,malin et demi#, d ou cette facon de se détacher de sa fonction officielle et ne pas cacher es divergences avec les autres pensionnaires du palais< Il ne démissionne pas et marzougui ne le chasse pas, voila le mystère !!

5.Posté par fadhlaoui le 08/12/2013 17:55
Vive notre président Docteur Moncef Marzougui, le peuple est avec vous monsieur le président. Que les rescapés de ben Ali continuent d'aboyer.

6.Posté par Hassine le 08/12/2013 19:20
Vous auriez tellement gagné en efficacité en évitant l invective, l insulte et le registre oral voire familier alors que vous prétendez faire de l analyse politique.

7.Posté par lotfi le 09/12/2013 07:46
@habib ajroud. C'est le style de tunisie secret, qu'on apprécie d'ailleurs beaucoup et au fond ils ne disent que la vérité et mettent à nu ces pseudo politiciens en ne mâchant pas leurs mots. A la guerre comme à la guerre et à la vie à la mort pour sauver notre pays. Il faut être trés naif pour croire qu'avec ce ramassis d'ordures incompétents du CPR et d'ennahdha et à leur tête le plus grand traitre de la nation, le tartour national, on arrivera à une solution au travers de ce dialogue national.

8.Posté par Mouna le 11/12/2013 19:13
Je pense que l'éthique du métier de journaliste interdit tout de même de citer des termes indécents comme "Tartour", tout comme elle interdit de faire passer intégralement un jugement personnel. Merci de respecter cette éthique Monsieur Le journaliste.

9.Posté par khenissi Mohamed le 09/01/2014 22:32
C'est faux, tendancieux et indécent d'affirmer que l'ensemble de la gauche avait mis ses compétences au service de Ben Ali !

10.Posté par salma le 25/07/2014 16:33
Nous voulons tous le départ de adel fkih et pas seulement krichen. Franchement, ce n'est pas sérieux, le beau-fils de refet dali, ambassadeur???? vouvs vous foutez de qui, c'est bon le peuple a compris. refet dali est parti en fuite en france depuis l'époque de bourguiba avec mohamed mzali et étaient condamnés à des peines de prison. Ils ont envoyé ce clown appelé fkih pour prendre le pouvoir à leur place c'est tout. ils ne lâcheront jamais. O, voit bien que ben jafar est juste un pantin, ils ont peut être payé ben jaafar pour avoir le poste...?

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter