Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Exclusif: D'Irak, Boubaker Al-Hakim reconnait l'assassinat de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi (vidéo)


18 Décembre 2014

C'est une vidéo exclusive de Tunisie-Secret qui a révélé dès 2013 et plusieurs fois réitéré depuis que Boubaker Al-Hakim est l’assassin de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi. Maintenant qu’il est à l’abri en Irak, ce psychopathe vient de le revendiquer dans un message vidéo. TS a aussi révélé le 7 décembre dernier qu’Abou Iyadh et Boubaker Al-Hakim s’apprêtaient à déserter la Libye pour l’Irak, en bateau et via la Crète.


A gauche, le compagnon d'Abou Iyadh qui se fait appeler Abou-Moussaâb. A droite, le visage de Boubaker al-Hakim enfin dévoilé.
A gauche, le compagnon d'Abou Iyadh qui se fait appeler Abou-Moussaâb. A droite, le visage de Boubaker al-Hakim enfin dévoilé.
Comme nous l’avons indiqué dans notre article du 7 décembre dernier, « Abou Iyadh s’apprête à fuir la Libye pour l’Irak », en précisant que cette désertion se fera par bateau et via la Crète où un jet privé qatari les attend et que Seifallah Ben Hassine est accompagné de son fidèle chien Boubaker Al-Hakim ainsi que de quatre autres terroristes, les anciens membres d’Al-Qaïda puis d’Ansar al-charia sont désormais en Irak, au service de Daesh et de leur calife autoproclamé, Abou-Bakr al-Baghdadi.

Décryptage du message vidéo

Quatre terroristes tunisiens apparaissent dans cette vidéo postée hier, 16 décembre 2014 et supprimée cinq heures après (TS a pu la sauvegarder sur son propre serveur). Seifallah Ben Hassine, alias Abou Iyadh, n’apparait pas parce qu’il veut garder le mystère sur le pays où il se trouve et qu’il n’aimerait pas que ses fidèles le considèrent comme un déserteur. Il laisse croire qu’il se trouve toujours sur le front tuniso-libyen alors qu’il est depuis une semaine en Irak.

Sur les quatre terroristes, nous avons pu identifier deux : Boubaker al-Hakim, l’assassin de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, et celui qui se fait appeler « Abou-Moussaâb » et dont nous avons retrouvé la photo en compagnie d’Abou Iyadh à  l’époque où l’activisme de ses dangereux terroristes était toléré par la police tunisienne et soutenu par la troïka au nom des "acquis de la révolution", de la démocratie et de la liberté d'expression !
 
Le contenu et le ton de leurs discours hystériques indiquent clairement qu’ils sont aux abois et que, traqués par les forces loyalistes du général Hafter, discrètement soutenues par des forces spéciales algériennes et françaises, ils ont été obligés de quitter la Libye (Derna) pour l’Irak où ils seront plus en sécurité, ce pays étant devenu ce que l'Afghanistan fut il y a quelques années.

Boubaker al-Hakim, un franco-tunisien ancien d’Al-Qaïda, déclare sa flamme pour le calife autoproclamé de Daesh, Abou-Bakr al-Baghdadi, et il invite ses « frères » tunisiens à prêter allégeance à son nouveau maître. Il suit en cela l’exemple de Seifallah Ben Hassine, dont l’organisation terroriste Ansar al-charia s’est déjà mise au service de Daesh après avoir auparavant prêtée allégeance à Al-Qaida.  

Résumé et transcription du message vidéo

Le premier à prendre la parole, barbu et trapu, est le psychopathe Boubaker al-Hakim, qui se fait appeler « Abou-Moukaatel ». Ce chien fidèle de Seifallah Ben Hassine annonce d’emblée que son message s’adresse aux « Tawaghit » de Tunisie, un mot que Moncef Marzouki a employé à l’égard de Béji Caïd Essebsi et qui signifie à la fois « tyran » et « apostat » dans la terminologie salafiste-terroriste. « Je m’adresse à eux pour leur dire que oui, c’est nous qui avons effectivement tué Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi ; et avec l’aide de Dieu, nous reviendrons pour hisser l’étendard d’Allah Akbar et Mohamed est son prophète », a-t-il aboyé.

Le second psychopathe à intervenir se fait appeler « Abou-Moussaâb », que nous avons identifié par le visage puisque nous avons retrouvé sa photo avec Abou Iyadh (voir ci-dessous) à l’époque où la troïka et la police tunisienne fermaient les yeux sur l’activisme de ses dangereux terroristes. Abou-Mousaâb s’adresse aux Tunisiens pour les appeler à ne pas participer aux élections et à s’engager plutôt dans le djihad. «Qu’attendez-vous pour prendre les armes et combattre les ennemis de la religion » a-t-il lancé. Il a ajouté que « La charia gouverne déjà l’Irak et la Syrie et elle gouvernera bientôt la Tunisie ».

Le troisième psychopathe à s’adresser aux Tunisiens se fait appeler « Abou Mohamed al-Tounsi ». TS n'a pour le moment pas réussi à l’identifier. Il cite plusieurs sources nauséabondes, notamment Ibn Taymiyya, pour interpeller les Tunisiens, « Pourquoi ne vous réveillez-vous pas ? Des femmes se sont engagées dans le djihad alors que vous restez inerte… L’Etat islamique s’étend sur la Libye et l’Algérie, et vous le verrez en Tunisie…Je le jure sur Allah que nous allons revenir avec les explosifs et les kalachnikovs pour vous détruire, trancher vos gorges et boire de votre sang… »

C’est à Boubaker Al-Hakim de reprendre la parole pour jurer que « Nous affronterons les Tunisiens connus pour leur lâcheté…Nous appelons nos frères à prendre les armes et à s’engager dans le djihad en rejoignant les combattants à Chaambi, avec lesquels j’ai vécu. J’appelle mes frères en Tunisie en général et dans les montagnes en particulier pour qu’ils suivent l’exemple de leurs frères en Libye, en Algérie, en Arabie Saoudite, au Yémen, au Sinaï, qui ont tous prêté allégeance à l’émir des croyants. J’espère de mes frères Tunisiens qu’ils ne seront pas les derniers à prêter allégeance à l’Etat islamique (Daesh). Je les appelle à suivre l’exemple de mes frères Kamel Ghadghadhi, Lotfi Zine, Touhami, Adel Saïdi. Je les appelle pour qu’ils fassent renaître la Sunna (tradition) de l’assassinat. Oui, c’est nous qui avons assassiné Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi et inchallah nous reviendrons pour assassiner beaucoup d’entre vous. Je le jure que vous ne vivrez jamais en paix tant que la Tunisie ne sera pas gouvernée par l’islam. Cheikh Abou-Bakr al-Baghdadi, qu’Allah le préserve, et cheikh Abou-Mohamed Adnani (porte-parole de Daesh), ont récemment évoqué la Tunisie. Sachez donc que l’Etat islamique va arriver en Tunisie inchallah et nous détruirons cet étendard que les descendants de Charles de Gaulle et de Napoléon ont levé pour lui substituer celui d’Allah Akbar et Mohamed est son prophète ».

Qui est Boubaker al-Hakim ?

L’assassin de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi a une longue carrière de terroriste derrière lui. Français de parents tunisiens, il a vécu toute son enfance dans le XIXe arrondissement de Paris. En compagnie de son jeune frère, il a fait le djihad en Irak et il a été arrêté et condamné en France en 2005. Il y avait déjà contre lui un mandat d’amené émis par la police de Ben Ali via Interpol.  

Né à Paris le 1er août 1983, de parents tunisiens, Boubaker al-Hakim est un terroriste notoire dont le gouvernement tunisien avait demandé l’extradition par le biais d’Interpol (6 mai 2001). Les services tunisiens l’ont repéré par rapport à son gourou, un certain Farid Benyettou, chef du « groupe des Buttes-Chaumont » et membre d’Ennahda. Il a été mis  en examen et écroué à Paris en janvier 2005, parce qu’il était considéré par les enquêteurs comme le chef spirituel et recruteur du groupe de jeune parisiens qui cherchaient à rejoindre le djihad en Irak. Le 4 juin 2005, Boubaker al-Hakim - dont le frère Radwan, 19 ans, a été tué en juillet 2004 en Irak -, a été mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" par le juge de la section anti-terroriste du Parquet de Paris, Jean-François Ricard. Il a ensuite été placé sous mandat de dépôt par un juge des libertés et de la détention (JLD), conformément aux réquisitions du parquet. C'est grâce au gouvernement syrien que ce terroriste a été livré à la France en 2005, lorsque ce pays combattait le terrorisme islamiste! En 2008, il a été condamné à 8 ans de prison ferme. Il n’en a fait que quatre, puisqu’il a été relâché en décembre 2012.

La France voulait se débarrasser de sa racaille islamiste

Comme d'autres pays européens, la France a profité de la « révolution du jasmin » pour se débarrasser de sa racaille islamo-terroriste. C'est aussi le cas de la Belgique avec Tarek Maaroufi, qui purgeait une peine de dix ans, par pour avoir participé à l’assassinat du Commandant Massoud mais pour avoir fomenté un attentat contre le marché de Noël à Strasbourg,  et de Walid Bannani. Deux semaines après la libération de Boubaker al-Hakim, ce dernier est rentré en Tunisie et a été accueilli en héro ! Moins de deux mois après son retour, il a préparé et exécuté l’assassinat de Chokri Belaïd, le 6 février 2013 ! Depuis cette date, on a entendu maintes fois le ministre de l'Intérieur ou d'autres proches du gouvernement dire que la révélation des identités des tueurs est imminente. Le mercenaire No 1 du Qatar Moncef Marzouki lui-même l'a dit. Cette comédie a duré six mois avant que l'opinion publique découvre les noms des terroristes mais jamais celui du ou des commanditaires !

Sous la pression des événements en Egypte, les imposteurs au pouvoir ont décidé en juillet 2013 de rendre publique la liste des terroristes. Le domicile de Boubaker al-Hakim situé à la cité Al-Ghazala (celui de sa tante en réalité) a même été mis sous surveillance. C'est cette "provocation" qui a déterminé Boubaker al-Hakim à tuer une seconde fois. Le 25 juillet, Lotfi Ben Jeddou devait, enfin, rendre publique les noms des terroristes. Avec ses complices Kamel Gadhgadhi et Lotfi Zine, Boubaker al-Hakim a choisi le même jour (25 juillet 2013) pour se venger de ses ex-protecteurs au sein de l’Intérieur et de les mettre dans l'embarras, en assassinant Mohamed Brahmi. En fin de journée, un témoin oculaire à Tataouine a vu Boubaker al-Hakim, Lotfi Zine et une troisième personne à bord d'un véhicule Nissan tout terrain qui les a pris en Libye, où ils ont rejoint Seifallah Ben Hassine, alias Abou Iyadh, et la branche libyenne d'Al-Qaïda que dirige Abdelhakim Belhadj. Craignant de se faire tuer, ces rats qui appellent au martyr ont déserté la semaine dernière la Libye pour se réfugier en Irak.
  
Ce que Libération disait de Boubaker al-Hakim

C’est un extrait de l’article de Patricia Tourancheau, titré « Destination fatale » et publié dans Libération le 22 février 2005 :
« Le 11 juin 2004, la Direction de la surveillance du territoire (DST) retrouve la trace des frères El-Hakim... en Irak par un SMS adressé à un activiste de la mosquée Iqra de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) : «Le groupe est bien arrivé. Je vous contacterai si j'ai besoin d'aide.» Depuis la reprise de l'Intifada dans les territoires palestiniens, les policiers avaient noté une radicalisation des esprits dans le XIXe arrondissement de Paris et quand l'intervention militaire américaine en Irak rallie, le 29 mars 2003, 100 000 manifestants à Paris, les Renseignements généraux repèrent «un groupe de jeunes du XIXe très engagés et virulents… "
 
« Ils remarquent particulièrement les frères El-Hakim en djellaba et keffieh, sans savoir que l'aîné Boubakeur étudie dans un institut islamique en Syrie et que le cadet Redouane va lui emboîter le pas. Puis, ils les perdent de vue. Le SMS leur apporte la preuve que des jihadistes français se trouvent en Irak. Bientôt, la DST apprend que Redouane el-Hakim, 19 ans, a été tué le 17 juillet 2004 lors de combats à Fallouja, bombardé par les Américains. A la même époque, son frère Boubakeur, 23 ans, se fait attraper à la frontière syro-irakienne, sans passeport. » 

« Dans une petite cité tranquille du bassin de la Villette, leur sœur aînée Khadija entrouvre sa porte, rajuste son foulard et, debout dans l'encoignure, déverse sa colère contre les médias, la DST, les autorités françaises. Elle s'emporte contre les versions officielles : «Redouane n'est pas parti en Irak, mais en Turquie au printemps 2004 pour acheter des vêtements.»… C'est dans ce coin du XIXe que la mère, les trois fils et deux filles El-Hakim sont arrivés en 1998 «tous habillés à l'européenne». Après la faillite de son échoppe de restauration rapide à Saint-Denis, Redouane plus versé dans la boxe que dans les affaires, a vendu des vêtements sur les marchés avec son frère aîné. De Boubakeur en détention en Syrie depuis huit mois, Khadija dit que c'est «parce qu'il avait perdu ses papiers». Leur mère, partie à Damas débloquer la situation, a retrouvé son passeport avec son visa, les a apportés à l'ambassade de France qui «ne fait rien pour récupérer mon frère», s'insurge Khadija… »

« Quand la guerre éclate en Irak en mars 2003, «le Croissant rouge (organisation humanitaire, ndlr) à Damas explique aux étudiants que les Irakiens ont besoin d'aide : plusieurs jeunes dont Boubakeur y sont allés pour porter secours, pas pour combattre», raconte-t-elle. Au Grand Hôtel de Bagdad, les passeports de ces petits soldats de «l'humanitaire» auraient été «réquisitionnés». Et Boubakeur interpellé une première fois sans papiers à la frontière sur le chemin de Damas, a été renvoyé en France. Après ce retour forcé à Paris, il se marie, travaille sur les marchés «pour payer son billet d'avion 600 euros et ses études qu'il a laissées en suspens à Damas car la bourse ne suffit pas». Boubakeur el-Hakim repart au printemps 2004, avant l'accouchement de sa femme qui doit le rejoindre. Il est intercepté en partance pour la nouvelle terre de jihad. Toujours plantée sur le pas de sa porte, Khadija jure le contraire, avec aplomb : «Ce n'est pas pour le jihad que mes deux frères sont allés là-bas.» Quand on évoque l'intégrisme ou le salafisme, elle tranche : «ça n'existe pas. Il y a une religion, l'islam et un livre, le Coran, c'est tout.»

Des têtes d’Ennahdha et de l'Intérieur devraient tomber

On rappellera d'abord que Kamel Gadhgadhi, que Boubaker al-Hakim cite comme un exemple à suivre, a égorgé de ses propres mains (selon les aveux de Mohamed Habib Amri) le lieutenant Nizar Mkachar, lors de la tuerie de djebel Chaâmbi où huit autres soldats ont été lâchement exécutés. Originaire du gouvernorat de Jendouba, né en 1979, Kamel Gadghadhi a été abattu le 4 février 2014 à Raoued, avec six autres terroristes. Plusieurs intégristes ont assisté à son enterrement à Jendouba, en honorant sa mémoire de "martyr", sans être inquiétés par les services de renseignement et encore moins par la police !  

Parce que Seifallah Ben Hassine, alias Abou Iyadh a bénéficié du laxisme et même de la protection de certains Nahdaoui pour quitter en toute impunité la Tunisie vers la Libye, la troïka et plus particulièrement sa composante islamiste va devoir rendre des comptes. Des traîtres au sein du ministère de l’Intérieur, également.   
  
La famille de Mohamed Brahmi assassiné le 25 juillet 2013 vient d’ailleurs aujourd’hui même de porter plainte contre 9 personnes. Il s’agit d’Ali Laârayedh, qui faisait office de chef du gouvernement au moment des faits, de Wahid Toujani, directeur général de la Sûreté, de Lotfi Ben Jeddou, ministre de l’Intérieur, de Mehrez Zouari, directeur des service spéciaux, de Mustapha Ben Amor, directeur de la Sûreté publique, d’Adel Arfaoui, directeur central du Terrorisme, de Mohamed Lajmi, directeur du district de l’Ariana , et d’Abdel Karim Laâbidi, commissaire de l’Aéroport de Tunis à l'époque des faits.

Un document des services de sécurité algérienne indique que plusieurs cadres du ministère de l’Intérieur sont d’une façon ou d’une autre impliqués dans l’assassinat de Mohamed Brahmi et Chokri Belaïd. La plainte de la famille de Mohamed Brahmi se fonde donc sur l’information selon laquelle les autorités tunisiennes ont été mises au courant de la projection de l’assassinat.

Nebil Ben Yahmed 

Abou-Moussaâb avec Abou Iyadh


 

A lire aussi :
 
Explosif : Toute la vérité sur l’assassinat de Mohamed Brahmi et sur le terroriste Boubaker el-Hakim

Explosif : Toute la vérité sur l’assassinat de Mohamed Brahmi et sur le terroriste Boubaker el-Hakim - 27/07/2013

Lotfi Ben Jeddou, le ministre de l’Intérieur, n’a pas dit toute la vérité sur les assassins de Mohamed Brahmi. Ou bien il prend les Tunisiens pour des idiots, ou bien il est idiot lui-même, ou bien encore il travaille plus pour Ennahda que pour la...Lire ka suite


 
Exclusif : Boubaker Al-Hakim par l’image et par la voix (vidéo)

Exclusif : Boubaker Al-Hakim par l’image et par la voix (vidéo) - 26/07/2013

L’assassin de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi a une longue carrière de terroriste derrière lui. Français de parents tunisiens, il a vécu toute son enfance dans le XIXe arrondissement parisien. En compagnie de son jeune frère, il a fait le djihad...Lire la suite


           


1.Posté par Wissem le 19/12/2014 04:58
Elhassilou, excellent discours si Nebil Ben Yahmed et TS.
Ca reflete un terrorisme aussi bien dangereux que celui de ces Daeshistes.

Je vais essayer votre Professionalisme en attendant voir apparaitre ce commentaire.

2.Posté par lotfi le 19/12/2014 08:19
Un seul mot. Il faut les attraper vifs ou morts et les massacrer jusqu'au dernier. C'est des démons et il n y a aucune discussion avec ceux là. Ce ne sont pas les ennemis de l'humanité seulement, ce sont les ennemis du bien, de la bonté, de toutes les religions, des ennemis de DIEU. Tous les moyens doivent être mis en place pour cela, absolument tous les moyens et surtout il faudrait punir les responsables, quels quils soient même khriji s'il le faut.

3.Posté par Hannibal GENSERIC le 19/12/2014 11:37
On appelle cela une opération sous faux drapeau. La déclaration de ce terroriste n'engage que ceux qui y croient. Les vrais coupables sont les commanditaires : Ennahdha et Marzouki. L'organisateur est Abdelkrim Lâabidi: planificateur des assassinats nahdhaouis de Belaïd et de Brahmi.

Abdelkrim LAABIDA, qui était le chef du groupe de sécurité des avions de l’aéroport de Tunis Carthage, peut être considéré comme l’élément le plus dangereux de la Police Parallèle d’Ennahdha. En effet, on retrouve son nom dans la plupart des affaires de terrorisme et d’assassinat en Tunisie durant ces trois dernières années. La protection que lui garantissaient
aussi bien Marzouki qu'Ennahdha, ainsi que la main mise de celle-ci sur l’appareil judiciaire tunisien lui ont permis d’échapper, jusqu’à maintenant, à la justice.

http://numidia-liberum.blogspot.com/2014/12/abdelkrim-laabidi-planificateur-des.html

4.Posté par sofiane le 19/12/2014 19:40
voyez vous ces mercenaire soutenu,financer et téléguidé par la CIA sont tellement sur d'eux!!bien entendu dans le cadre de la destruction de la nation Tunisienne,ils seront récompensé comme il se doit??l'ambassade des états unis à Tunis leur offre protection,soutient et surveillance!!peut être à l'heure ou je vous parle ils doivent certainement prendre un bon café accompagné d'une bonne chicha au palais de Carthage avec ses amis.l'ambassade américaine sur Tunis est le plus grand centre névralgique des complots et attentats en Tunisie!!ils n'hésiteront pas un seul instant sur les moyens dont il dispose afin de garantir la voie royal pour Marzouqui!!nous pouvons toujours accuser les sous traitants tel que le Quatar et ces frères du golf?qui en réalité ne sont que des vassaux!!ltant que nous dirigeront pas notre colère contre l'ambassade américaine afin de les mettre en garde!!alors le cycle infernal continuera de plus belle??

ps:avant la révolution de 1979 en Iran,chaque jours avaient ses lots de victimes,par des complots,coup fourré, attentats ect...!!jusqu'au jours ou ils ont décidé d'expulsé l'ambassade américaine de Téhéran!!par magie,plus aucun attentat,,en quelques jours tout les mercenaires ont fui le pays!!et l'ordre et la sécurité sont revenu par miracle???alors 2 choix se présentent à nous,soit croire aux comptes des milles et une nuits avec comme intitulé "l'islamisme"ou voir la réalité en face et agir en tant que patriote!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

5.Posté par kimdee le 20/12/2014 16:46
@sofiane
vous avez 1000 fois raison mais en fin de chaîne vous trouverez Israel! le projet du Nouveau Moyen Orient passe par la destruction des pays arabos-musulmans, à la fin les pays du Golfe seront eux aussi confrontés à une "réstructuration" pour laisser Jérusalem émerger dans la région comme vainqueur culturel, économique, religieux, militaire, à tous les niveaux.
le plan des sioniste est en train de se réaliser et je ne vois pas comment nous pourrons, en tant que petit pays, sans armée forte, contrer ces plans.
il n'y a que la Russie et l'Algérie qui pourrait nous aider...
mais comme vous le dites: l'"ambassade" américaine doit quitter le territoire tunisien!
quelle perte que Gaddafi ne soit plus!
et l'on sait pourquoi!

6.Posté par kimdee le 20/12/2014 17:01
@sofiane
un journaliste allemand, jürgen todenhöfer (journaliste critique et qui remet en doute la propagande des médias de masses), vient de retourner de l'État Islamique (l'article ne mentionne pas quelles villes. Irak et/ou Syrie).
il en revient avec les nouvelles que les plans des djihadistes du DAECH suivent le projet de tuer 500 millions d'êtres humains, ceux qui ne sont ni chrétiens ni juifs ni musulmans mais aussi les musulmans occidentaux car ils sont pro-démocratie.
évidemment parmi les 500 millions il y aura des tunisiens qui à leurs yeux n'ont pas le droit de vivre...
500 millions!
c'est le projet d'élimination des musulmans par la CIA au service d'Israel. et ces fous (El Baghdadi est, à ce qu'i paraît un juif de père et de mère - de nom Simon Elliot).
comment, comment, comment des tunisiens arrivent-ils à jeter leurs âmes dans la poubelle et travailler pour un projet pareil?

7.Posté par Léon le 20/12/2014 22:51
Logique: Autant je pouvais avoir des doutes sur l'assassinat de Belaïd, connu pour ses attaques contre Ennahdha, autant je n'ai aucun doute (à la manière de Sherlock Holmes) du fait que l'assassinat de Brahmi n'est pas le fait des islamistes. Un inconnu au bataillon doublé d'un homme ayant effectué le pèlerinage à la Mecque un certain nombre de fois. IMPOSSIBLE! Mais les tunisiens (cons et manipulables) ont un haricot en guise de cerveau.
D'ailleurs le meurtre de Brahmi (fortement lié à celui de Belaïd) m'assure que ni Brahmi, ni Belaïd n'ont été tués par des islamistes. Alors que s'est-il passé? Deux hypothèses complètement opposées peuvent se confronter:
- La première, celle du fait s'un service secret étranger qui trouve qu'ils en savaient trop.
- La seconde, celles des services secrets tunisiens (du temps de la Tunisie indépendante) et qui ont agi sans ordre de quiconque, s'étant assurés que ces derniers ont vendu le pays.
Si j'opte pour cette seconde hypothèse (peut-être à tort) et qui risque de tuer un mythe de deux héros (que Dieu me le pardonne si ce n'est pas le cas), c'est à cause de l'article d'un militaire (KR) écrit dans votre valeureux journal et qui s'adressait au Général Sériati en Octobre 2013.
http://www.tunisie-secret.com/Mon-general-dites-nous-toute-la-verite-sinon-fermez-votre-gueule_a642.html
Il s'agit de l'avant dernier chapitre, et je vous invite à le lire ainsi que mon intervention.
C'est ce KR qui m'a mis la puce à l'oreille. Je ne veux salir la mémoire de personne, d'autant plus qu'il s'agit de deux personnes qui attirent la sympathie plutôt que le mépris.
Mais cette révolution a prouvé que le pays pullule de traîtres et que pour nettoyer tout çà il faudra un miracle.
Dieu fasse que les quelques patriotes (dont votre serviteur) prennent un jour le dessus. La démocratie ne peut exister dans un pays télécommandé depuis l'étranger. C'est une illusion de démocratie.
VIVE LA TUNISIE.
VIVE BEN ALI.
Léon.
VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

8.Posté par Johor le 21/12/2014 05:51
Ces trois crevures j'espère que leurs gros bides de sales porcs se verront exploser par un mortier irakien ou syrien, et que leurs tripes puantes serviront de repas aux mouches. Trois salopards qui se prennent pour des stars, avec leurs gueules de gros babouins. Habillés comme des sorciers en plein sabbat, et agitant leurs doigts bien gras, et éructant leurs paroles comme un sanglier aux abois. Ces faces d'animaux représentent bien l'usine à déchets made in Tunisia, et made in France. Ces pourritures encore couvertes par l'équipe qatarie et britannique au pouvoir au Bled, connaît un curieux assentiment européen par un laisser faire et laisser aller évident. Qu'ils aillent tous pourrir au soleil eux et leurs semblables; le monde civilisé et surtout l'Islam n'a pas besoin de ces charognes vivantes.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter