Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Explosif : Toute la vérité sur l’assassinat de Mohamed Brahmi et sur le terroriste Boubaker el-Hakim


27 Juillet 2013

Lotfi Ben Jeddou, le ministre de l’Intérieur, n’a pas dit toute la vérité sur les assassins de Mohamed Brahmi. Ou bien il prend les Tunisiens pour des idiots, ou bien il est idiot lui-même, ou bien encore il travaille plus pour Ennahda que pour la République. Pourquoi Mohamed Brahmi a été tué ? Pourquoi c’est seulement maintenant qu’on révèle l’identité des assassins de Chokri Belaïd ? Pourquoi n’ont-ils pas été arrêtés avant de commettre ce second crime politique ? Qui est réellement Boubaker el-Hakim et où se trouve t-il ? Depuis jeudi, beaucoup d’informations et de désinformations, des analyses logiques et des élucubrations débiles inondent les réseaux sociaux. Voici notre synthèse et nos révélations, afin que nos lecteurs puissent y voir plus clair et découvrir toute la vérité (vidéo).


Explosif : Toute la vérité sur l’assassinat de Mohamed Brahmi et sur le terroriste Boubaker el-Hakim
C’est demain samedi, 27 juin 2013, qu’auront lieu les funérailles de Mohamed Brahmi, qui a été assassiné devant chez lui, en plein jour. Il sera enterré à côté d’un autre défunt, Chokri Belaïd, qui a été abattu par le même gang islamo-terroriste. Cet élu d’une Assemblée constituante dont il aurait dû démissionner depuis longtemps, tant ses positions étaient aux antipodes de ce conglomérat d’opportunistes, est parti très jeune, en laissant la Tunisie seule devant son destin.
 
Qui était Mohamed Brahmi ?
 
Né en 1955 à Sidi Bouzid, Mohamed Brahmi était beaucoup plus un panarabe nassériste qu’un gaucho-trotskiste. Il était membre des Etudiants arabes progressistes et unionistes jusqu’en 2005, date à laquelle il a décidé de créer le Mouvement unioniste nassériste, un organe travaillant dans la clandestinité. Après la chute du régime Ben Ali, il créa le Mouvement du peuple, au nom duquel il a été élu à l’Assemblée constituante, y représentant la région de Sidi Bouzid, la ville dont les cybers-collabos et les mercenaires des Etats-Unis ont exploité la colère sociale pour déstabiliser la Tunisie. Mohamed Brahmi est un vieux militant qui a été arrêté en 1981 et en 1986, mais qui a été rapidement relâché en bénéficiant d’un non-lieu. Il appartient à une famille modeste mais digne, à l’inverse de la tribu de Mohamed Bouazizi.
 
Pourquoi a-t-il été assassiné ?
 
Il a été parmi les tous premiers élus à critiquer violemment les représentants d’Ennahda au sein de cette Assemblée intellectuellement arriérée et moralement infecte. Parmi les premiers aussi à s’en prendre aux opportunistes du CPR et d’Ettakatol, dont celui qui fait office de président de l’Assemblée constituante, l’inqualifiable Mustapha Ben Jaafar. Il a eu l’audace de dire, à la face de tous ces collègues « élus » et viscéralement accrochés à leur 4700 dinars mensuel, que les élections du 23 octobre 2011 ont été trafiqué. Mais là où Mohamed Brahmi a dépassé les lignes rouges, c’est lorsqu’il a courageusement dénoncé la mainmise du Qatar sur la Tunisie, n’hésitant pas à dénoncer les traitres d’Ennahda et du CPR. Dès lors, son nom a rejoint la liste des personnalités à abattre. Tunisie-Secret vous l'a dit depuis plus d'une année, cette liste des personnalités politiques et intellectuelles à abattre existe et c'est notamment Lotfi Zitoune et Walid Bannani qui s'en occupent. 
 
Qui l’ont tué ?
 
Les noms des terroristes qui ont assassiné Mohamed Brahmi et avant lui Chokri Belaïd ont été communiqués par le ministre de l’Intérieur lors de sa conférence de presse, tenue aujourd’hui même. Il s’agit de Boubaker el-Hakim, Lotfi Zine, Salman Marrakchi, Marwan Belhadj-Salah, Ezzeddine Abdelwali, Ali Herzi, Ahmed Rouiss, Kamel Ghadghadi et Khlifa Yahyaoui, dont le minisre de l'Intérieur n'a curieusement pas cité le nom, peut-être bien parce qu'il est en rapport avec Walid Bannani ! Par ailleurs, il se trouve que Marwan Belhadj-Salah a été bel et bien tué en Syrie, à Alep, où il a été accomplir son « devoir » de djihadiste, après avoir pris part à l’assassinat de Chokri Belaïd. Il a pu quitter la Tunisie grâce au réseau mafieux et terroriste de Saïd Ferjani et Abdelhakim Belhadj. Si ce ministre de l’Intérieur censé assurer la sécurité des Tunisiens était compétent, il aurait su que  Marwan Belhadj-Salah, plus connu sous le nom "Abou Ismail Al Farouk Attounsi" et originaire du Kram, est décédé fin juin 2013 en Syrie lors d’affrontements entre l’armée arabe syrienne et l’armée des traitres et des mercenaires islamo-atlantistes ! 
  
Pourquoi ces criminels n’ont pas été arrêtés avant ?
 
C’est la question que tout le monde se pose et à laquelle Lotfi Ben Jeddou a eu du mal à répondre. Le ministre de l’Intérieur a reconnu lui-même que ce gang était « sous la surveillance de la police depuis quelque temps », parce qu’ils sont les auteurs de l’assassinat de Chokri Belaïd ! Autrement dit, nous savions qu’ils ont commis un meurtre politique, mais nous les avons laissé en liberté…en attendant on ne sait quoi. Pourtant, depuis la mort de Chokri Belaïd le 6 février dernier, la pression nationale et internationale était très forte pour savoir qui a tué cet homme politique. Alors pourquoi un tel laxisme et mutisme ? Tunisie-Secret vous donne la réponse : parce que ce groupe de terroristes devait encore servir à quelques opérations noires et parce que leur arrestation risquait de dévoiler les noms des commanditaires, tous en connexion directe ou indirecte avec Ennahda, c'est-à-dire avec Walid Bannani et Lotfi Zitoune. Plus grave encore –et c’est là notre révélation- sur les neuf terroristes cités par le ministre de l’Intérieur, trois ont bénéficié de la grâce présidentielle. A savoir : Lotfi Zine, Ali Herzi et Ahmed Rouiss. Cette révélation est parfaitement vérifiable au registre des amnistiés tenu par le ministère de la Justice.
 
A qui profitait l’Omerta ?
 
Tenir secret les noms des assassins de Chokri Belaïd arrangeait donc tout le monde : Rached Ghannouchi, celui qui avait déclaré que les « salafistes violents lui rappellent sa jeunesse », Moncef Marzouki qui, depuis que les islamistes l’ont installé à la présidence, a libéré 17000 criminels, les 8000 restants ayant été amnistiés avant le 23 octobre 2011, et enfin le ministre de l’Intérieur lui-même, qui se la joue républicain alors qu’il est aux ordres d’Ennahda. Ce trio mafieux a décidé de sacrifier le gang en question parce que la pression de l’opinion publique et de la classe politique est devenue insupportable et dangereuse compte tenu des événements en Egypte. Il fallait bien faire une petite concession pour éviter le pire. Cette concession devait être faite le 25 juillet, non sans avoir pris les précautions d’alerter ce groupe terroriste pour qu’il disparaisse dans la nature et pour certains, à l’extérieur de la Tunisie. C’est le cas du chef de gang, Boubaker el-Hakim, qui, dans l'assassinat de Chokri Belaïd et non pas celui de Mohamed Brahmi, n'a pas agi seul mais sur instruction de Walid Bannani et Lotfi Zitoune, et sous la direction de Tarek Maaroufi, dont les relations avec Abdelhakim Belhaj sont très anciennes et très solides.
 
Déjà en 2005, Libération retraçait le parcours terroriste de Boubaker el-Hakim

C’est un extrait de l’article de Patricia Tourancheau, titré « Destination fatale » et publié dans Libération le 22 février 2005 :
Le 11 juin 2004, la Direction de la surveillance du territoire (DST) retrouve la trace des frères El-Hakim... en Irak par un SMS adressé à un activiste de la mosquée Iqra de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) : «Le groupe est bien arrivé. Je vous contacterai si j'ai besoin d'aide.» Depuis la reprise de l'Intifada dans les territoires palestiniens, les policiers avaient noté une radicalisation des esprits dans le XIXe arrondissement de Paris et quand l'intervention militaire américaine en Irak rallie, le 29 mars 2003, 100 000 manifestants à Paris, les Renseignements généraux repèrent «un groupe de jeunes du XIXe très engagés et virulents…
Ils remarquent particulièrement les frères El-Hakim en djellaba et keffieh, sans savoir que l'aîné Boubakeur étudie dans un institut islamique en Syrie et que le cadet Redouane va lui emboîter le pas. Puis, ils les perdent de vue. Le SMS leur apporte la preuve que des jihadistes français se trouvent en Irak. Bientôt, la DST apprend que Redouane el-Hakim, 19 ans, a été tué le 17 juillet 2004 lors de combats à Fallouja, bombardé par les Américains. A la même époque, son frère Boubakeur, 23 ans, se fait attraper à la frontière syro-irakienne, sans passeport.
Dans une petite cité tranquille du bassin de la Villette, leur sœur aînée Khadija entrouvre sa porte, rajuste son foulard et, debout dans l'encoignure, déverse sa colère contre les médias, la DST, les autorités françaises. Elle s'emporte contre les versions officielles : «Redouane n'est pas parti en Irak, mais en Turquie au printemps 2004 pour acheter des vêtements.»… C'est dans ce coin du XIXe que la mère, les trois fils et deux filles El-Hakim sont arrivés en 1998 «tous habillés à l'européenne». Après la faillite de son échoppe de restauration rapide à Saint-Denis, Redouane plus versé dans la boxe que dans les affaires, a vendu des vêtements sur les marchés avec son frère aîné. De Boubakeur en détention en Syrie depuis huit mois, Khadija dit que c'est «parce qu'il avait perdu ses papiers». Leur mère, partie à Damas débloquer la situation, a retrouvé son passeport avec son visa, les a apportés à l'ambassade de France qui «ne fait rien pour récupérer mon frère», s'insurge Khadija…
Quand la guerre éclate en Irak en mars 2003, «le Croissant rouge (organisation humanitaire, ndlr) à Damas explique aux étudiants que les Irakiens ont besoin d'aide : plusieurs jeunes dont Boubakeur y sont allés pour porter secours, pas pour combattre», raconte-t-elle. Au Grand Hôtel de Bagdad, les passeports de ces petits soldats de «l'humanitaire» auraient été «réquisitionnés». Et Boubakeur interpellé une première fois sans papiers à la frontière sur le chemin de Damas, a été renvoyé en France. Après ce retour forcé à Paris, il se marie, travaille sur les marchés «pour payer son billet d'avion 600 euros et ses études qu'il a laissées en suspens à Damas car la bourse ne suffit pas». Boubakeur el-Hakim repart au printemps 2004, avant l'accouchement de sa femme qui doit le rejoindre. Il est intercepté en partance pour la nouvelle terre de jihad. Toujours plantée sur le pas de sa porte, Khadija jure le contraire, avec aplomb : «Ce n'est pas pour le jihad que mes deux frères sont allés là-bas.» Quand on évoque l'intégrisme ou le salafisme, elle tranche : «ça n'existe pas. Il y a une religion, l'islam et un livre, le Coran, c'est tout.»

Boubaker el-Hakim n’est pas mort et il se trouve quelque part en Libye
 
Né à Paris le 1er août 1983, de parents tunisiens, Boubaker el-Hakim est un terroriste notoire dont l’ancien régime de Ben Ali avait demandé l’extradition par le biais d’Interpol (6 mai 2001). Les services tunisiens l’ont repéré par rapport à son gourou, un certain Farid Benyettou, chef du « groupe des Buttes-Chaumont » et membre d’Ennahda. Il a été mis  en examen et écroué à Paris en janvier 2005, parce qu’il était considéré par les enquêteurs comme le chef spirituel et recruteur du groupe de jeune parisiens qui cherchaient à rejoindre le djihad en Irak. Le 4 juin 2005, Boubaker el-Hakim - dont le frère Radwan, 19 ans, a été tué en juillet 2004 en Irak -, a été mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" par le juge de la section anti-terroriste du Parquet de Paris, Jean-François Ricard. Il a ensuite été placé sous mandat de dépôt par un juge des libertés et de la détention (JLD), conformément aux réquisitions du parquet. C'est grâce au gouvernement syrien que ce terroriste a été livré à la France en 2005, lorsque ce pays combattait le terrorisme islamiste! En 2008, il a été condamné à 8 ans de prison ferme. Il n’en a fait que quatre, puisqu’il a été relâché en décembre 2012. Comme d'autres pays européens, la France voulait se débarasser de sa racaille islamo-terroriste. C'est le cas de la Belgique avec Tarek Maaroufi et Walid Bannani. Deux semaines après la libération de Boubaker el-Hakim, il est rentré en Tunisie ! Moins de deux mois après son retour, il a participé à l’assassinat de Chokri Belaïd, le 6 février 2013 ! Depuis cette date, on a entendu maintes fois le ministre de l'Intérieur ou d'autres proches du gouvernement dire que la révélation des identités des tueurs est imminente. Moncef Marzouki lui-même l'a dit. Cette comédie dure depuis six mois. Sous la pression des événements en Egypte, les imposteurs au pouvoir ont décidé depuis deux semaines de rendre public la liste des terroristes. Le domicile de Boubaker el-Hakim (celui de sa tante en réalité, situé à la cité Al-Ghazala) a même été mis sous surveillance depuis dix jours. C'est cette "provocation" qui a déterminé Boubaker el-Hakim de tuer une seconde fois. Le 25 juillet, Lotfi Ben Jeddou devait, enfin, rendre public les noms des terroristes. Avec son complice Lotfi Zine, Boubaker el-Hakim a choisi le même jour pour se venger de ses ex-protecteurs et les mettre dans l'embarras, en assassinant Mohamed Brahmi. En fin de journée (25 juillet), un témoins oculaire à Tataouine a vu Boubaker el-Hakim, Lotfi Zine et une troisième personne au bord d'un véhicule Nissan tout terrain. D’après nos informations, ils se trouvent actuellement en Libye, avec l'organisation libyenne d'Al-Qaïda que dirige Abdelhakim Belhadj. 
 
L’implication d’Imed Daïmi, secrétaire général de ce qui reste du CPR
 
Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Imed Daïmi est, comme les 95% qui constituent le CPR, un islamiste recyclé dans la vitrine droit-de-l’hommiste d’Ennahda, à savoir le parti de Moncef Marzouki. Ce visage « innocent » cache un dangereux fédérateur d’activistes qui rallient le grand banditisme au militantisme islamo-cépériste. «  C'est vous qui avez donné 1.800.000 dinars à la sécurité parallèle et à des associations louches et terroristes », lui avait lancé, sur les ondes de Shems FM, le redoutable Lazhar Akremi, avocat, ex-secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur chargé de la Réforme des services de sécurité, et actuel porte-parole de Nida Tounes. Lazhar Akrémi avait raison et savait de quoi il parlait. Imed Daïmi est l’un des mercenaires du Qatar, principal soutien des Frères musulmans et robinet financier du djihadisme teroriste, y compris celui d’Al-Qaïda. Le 2 juillet dernier, Imed Daïmi s'est envolé à Doha en compagnie de Rached Ghannouchi. Comme l’a écrit Business News, « Le CPR n'a publié aucune information sur l'objet de cette mission bien spéciale et sur ses résultats. Les lecteurs imaginent bien ce que M. Daïmi est allé chercher chez les Al-Thani ». Mais comme ne le sait pas encore notre confrère, Imed Daïmi est ami sur facebook avec Ahmed Rouissi et Lotfi Zine, les deux terroristes impliqués dans l’assassinat de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, et dont les noms figurent sur la listes des amnistiés par Moncef Marzouki  !!!  
 
Karim Zmerli


Lire aussi :

Les Frères musulmans Tunisiens se préparent à la guerre civile

 Les Frères musulmans Tunisiens se préparent à la guerre civile   - 19/07/2013

La dernière cache d’armes découverte aujourd’hui à côté de Tunis à fini par convaincre les plus optimistes que les terroristes d’Ennahda se préparent à la bataille décisive. Depuis que les Anglo-américains ont imposé son retour triomphal en 2011,...Lire la suite

 
 


           


1.Posté par Ali le 27/07/2013 03:08
Bravo et mille Bravo pour cet excellent article , Yatik Essaha . Continue .

Je vous ai dit dès le début que l'ex-interné de l’hôpital Saint-Anne moncef marzougui ( alias moncef habla ) est un épicier des droits humains placé à Carthage avec son pseudo-parti CPR 5 appendicite d'ennahdha ) dans une mission bien spéciale de concrétiser le projet des frères musulmans tunisiens .
J'ai dis dès le départ que cet ex-interné de Saint-Anne est très dangereux , que les invitations à Carthage des LPR et des salafistes n'étaient pas anodines . Que les amnisties accordées n'étaient pas anodines , parmi les premiers amnistiés figuraient le frère de bhiri , Joe bhiri un pédophile , il a libéré toute la racaille le salaud . Il a mis le très dangereux islamiste daimi exprès . Il faut écrire un article bien détaillé sur ce plouc affamé et complexé marzougui qui se venge maintenant au pouvoir en mettant la main dans la main avec rached khriji .

2.Posté par Ali le 27/07/2013 05:06
Rached khriji insulte notre Grande Armée Tunisienne

https://www.facebook.com/photo.php?v=1404546813092471&set=vb.240218602722784&type=3&theater

Ecoutez aussi ses moutons de panurge qui répètent bêtement ce qu'il dit , ça s'appelle asm3 w atta3a chez les frères musulmans .

3.Posté par Sémir le 27/07/2013 08:06
Est-ce que ce Boubaker El Hakim parle bien arabe ??

En effet, nous savons tous qu'en général, les franco-tunisien ne parlebt pas très bien l'arabe et sont ainsi facilement reconnaissables...

Je dis cela car plusieurs témoignages d'habitants du quartier, où habitait le martyr Mohamed Brahmi, ont affirmé avoir vu 2 personnes en mobylette ou scooter faire des rondes de reconnaissance et répondant en arabe dialectal tunisien qu'ils "surveillaient le quartier contre des cambriolages".

Ainsi, s'il s'agit de cet infâme Boubaker, on aurait remarqué éventuellement son accent mais bon..

4.Posté par kimdee le 27/07/2013 09:58
Hors sujet:
Ce que beaucoup ne savent pas c'est que Abdelhakim Belhadj était sur la flotille ship to gaza en 2010 dans le israélo-turquo complot de liquidation de 9 frères musulmans (turques, si je me rappelle bien) qui étaient à bord et qui s'étaient tournés contre les plans sionistes en cours sous Erdogan.

Erdogan a joué après ca le jeu du scandale juste pour mettre de la poudre aux yeux des crédules et redorer son blason. Derrière la fassade tout était clair entre Israel et la Turquie.

Abdelhakim Belhadj un des plus grands criminels venu de Guantanamo et travaillant pour les Américains.

5.Posté par Raouf le 27/07/2013 13:20
On peut aussi faire le mort...ca peut être pratique ...on peut aussi avoir des témoins qui nous ont vu en libye...malheureusement c'est une thèse comme tant d'autres...qui croire ? Sincèrement je ne veux pas douter de la version officiel jusqu'à preuve...preuve...et preuves du contraire je trouve que ce genre d'articles n'a de but que de semer la zizanie...ceci dit peut-être qu'il y'a une part de vérité la dedans...

6.Posté par David Jiro Daoud le 27/07/2013 13:52
Les personnes qui se permette d’ôter la vie "lâchement" selon leur propre jugement, devrait s'attendre a se qu'il leur arrive la même chose. Et c'est ce qui devrait être! Il y'a ceux qui veulent sauver leur pays,et ceux qui le détruise sans en connaitre son histoire.

7.Posté par Souad Turki le 27/07/2013 13:54
Et derrière tous ces mafieux le chef du gang Ghannouchi

8.Posté par fethia le 27/07/2013 14:42
Donnez ;svp; les preuves sur le rapport de deimi avec rouissi et zine sur facebook car il y a tellement d informations et on ne sait plus le vrai du faux.

9.Posté par Standing ovation le 27/07/2013 17:01
Une analyse qui me laisse sur ma faim tant ses secrets s'averent etre des secrets de polichinelle savamment concoctes de facebook.. Zuckerberg a encore de beaux jours devant lui

10.Posté par sofiane le 27/07/2013 18:59
en tant que citoyen tunisien,je remercierais jamais assez la Syrie pour sa résistance et son courage à tenir tête à cette coalition(états-unis,occident,pays du golf,turquie)tous anciens colonialistes,grâce à la Syrie nous comprenons mieux les enjeux qui se déroule en Tunisie!!la mort d'un nouveau patriote est le fruit de cette'esclavage des dirigeants(ganouchi et marzouqui),ils sont terrifié et on peur que la société tunisienne découvre leur manigance,plus de 12 000 jeunes filles et garçons se trouvent actuellement en Syrie,des rapports montrent qu'un quart d'entre eux sont mort!!quand leur parent demanderont des comptes!!!Ganouchi et Marzouqui devront être jugé pour avoir vendu nos enfants au quatar!!!voila une des raisons qui poussent ces deux corbeaux à obéir au mossad et à la CIA,car ils pensent qu'en tuant des patriotes,ils obtiendront une guerre civil!!

11.Posté par Ali le 28/07/2013 00:28
J'accuse Abou Yadh et Abdelhakim Belhadj


L'implication directe d'Ansar chariaa ( que j'ai accusé jeudi 25 juste après le crime ) et du terroriste libyen Abdelahkim Belhadj sont claires et nettes :
Ansar charia et leur patron abou mihadh à leur tête sont en lien très étroit avec le terroriste libyen abdelahkim belhadj financé par le qatar et qui s'occupe du ravitaillement dans les pays du Maghreb des djihadistes en partance pour la syrie . Son second est très présent à Tunis plus précisément au Lac .
Et c'est pas parce que c'est un libyen qu'on doit les épargner et les laisser détruire notre pays . Il veut la destruction de l'Etat Tunisien pour qu'on devienne le prolongement de la jungle libyenne ( anéantissement total de l'Etat ) afin qu'il accomplisse son projet islamo-terroriste dans le Maghreb et d'y règner en maître . Ce Aboubaker Hakim , une racaille du 19 ème et son gang terroriste ne sont que'une infime partie de cette nébuleuse terroriste dont l'homme fort est le libyen Belhadj , le chef des salafistes djihadistes libyens très lié à AQMI .

C'est la vérité que par peur , beaucoup pour ne pas dire tous ne veulent pas dire ou par ignorance politique et stratégique ne comprennent pas .

12.Posté par kimdee le 28/07/2013 00:55
@sofiane
quand on considère sérieusement les tireurs de ficelles étrangers alors quelle solution serait la meilleure d'après vous:
attendre les élections - qui serait probablement faussées - pour donner un coup de pieds aux traîtres
ou manifester pacifiquement ou faire une grève générale jusqu'à ce que ce gouvernement tombe?

13.Posté par Ali le 28/07/2013 01:58
@ Tunisie-secrets : Extrême urgence

Le salaud Qardaoui vient d'appeler au djihad en Egypte :

http://adenalghad.net/news/59371/#.UfRdr402Ypg

14.Posté par Observateur en Tunisie le 28/07/2013 07:19
C'est une excellente enquête, et elle doit impérativement être diffusée à tous azimuts dans les réseaux sociaux!

De ma part, je crois important de souligner que l'assassin-terroriste Boubaker engagé sous responsabilité Ennahdha (et justement avec l'omerta CPRiste) a été faussement qualifié de "salafiste" par le Ministère de l'Intérieur, alors qu'il est un vulgaire assassin sur fond de psychopathie djihadiste. Il y a donc 2 raisons pour désinformer:

1.dépister l'opinion publique sur les vrais responsabilités et mandataires.

2.sacrifier à la colère du peuple les salafistes tunisiens, devenus des alliés gênants pour Ennahdha
(surtout sous pression des USA, qui proposent ce programme d'élimination politique, vu la position des salafistes en Egypte, adversaires des Frères musulmans et donc du cabinet Obama qu soutient sans pudeur ces derniers! ). Preuve secondaire : essayez d'entrer dans le site du journal égyptien Ahram.org.eg , et vous le trouverez inaccessible depuis la Tunisie. Censuré ! (et surtout cet article: • "Les salafistes, nouveaux représentants de l'islam politique "; Ahram-Hebdo (http://hebdo.ahram.org.eg/NewsContent/0/10/NewsContent/983/10/124/3221/Les-salafistes,-nouveaux-représentants-de-lislam-p.aspx)

Responsabilités: bien-sûr des faucons d'Ennahdha cités (ou plutôt les chacals de Rached Ghannouchi associés dans la même meute), mais avant tout

---> de Rached Ghannouchi, qui courtise les terroristes depuis des dizaines d'années et sait comment manipuler les psychopathes et les immigrés déstabilisés de la banlieue et comment les enrôler dans des organisations de djihad. C'est sa spécialisation depuis son séjour à Londres.

En tout cas les recruteurs de l'assassins ont bénéficié de l'expérience et des indications du cheikh-moukhabarat Ghannouchi, surtout pour les cibles des meurtres. (Notez que Rached Kheridji alias Ghannouchi était enrôlé espion au service des Anglais depuis l'obtention de son "passeport diplomatique" au Soudan en 1990-91, voir l'information d'une revue d'intelligence américaine ici: http://numidia-liberum.blogspot.com/2013/04/terrorisme-islamiste-les-jihadistes-de.html ).

Le brave et courageux Brahmi, un ancien nassériste, qui quitte l'ANC pour rejoindre le mouvement TAMARROD après avoir dénoncé le Qatar, cela a rendu triple la haine du tyran d'Ennahdha, qui ne pouvait pas rater l'occasion de demander le "service" de ses agents du crime spécialisé...

15.Posté par marekchi le 28/07/2013 11:23
Oeil pour oeil et dent pour dent. qu'attendez vous pour supprimer ghannouchi

16.Posté par sofiane le 29/07/2013 20:12
kimdee
la solution est plus proche que tu ne le crois!!!elle se trouve être au pays du CHAM,géographiquement cela se trouve être en Syrie!!!en délivrant la Syrie du mal takfiste,Bashard al assad délivre en réalité tout le peuple arabe ,car tout ces morts durant ces 24 mois sont le résultat de cette idéologie mise en place par les frères (franc-maçon)musulman!!et le peuple n'est plus naïf et attend une aide substantiel et comment cette aide risque d'arriver?par la délivrance de la dernière grande ville syrienne "ALEP" entre les mains de ces voyous aux ordres de l'occident vieillissant et malade!!cela aura un retentissement tel et son impact touchera toute nos sociétés!!!le général SISSI en Egypte l'a bien compris!!!Enadha et ses compères ,en tuant nos patriotes ne font qu'accéléré le processus en notre faveur!!le général SISSI a décidé de se rendre en Iran le 4 aout pour marque sa présence !!le nouveau président iranien mr ROUHANI soutient le général SISSI,il rencontrera aussi le président Russe Vladimir Poutin,cela s'appel: montrer à l'occident qu'ils n'ont plus la main mise sur l'Egypte,malgré ces meurtres de policiers,militaires et fonctionnaire de l'état,le général Sissi a décidé de sortir son pays des griffes de cette occident!!!
kimdee,à mes yeux Ganouchi et Marzouqui appartienne aux poubelle de l'histoire,ils ont 2 choix, soit se rendre à l'évidence et sortir notre pays de cette coalition abjecte ou continuer leur fuite en avant jusqu'à leur disparition total!!!

17.Posté par kimdee le 03/08/2013 10:13
@Sofiane !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Le général sisi se rendra en Iran le 4 Aôut dîtes-vous, c'est demain!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Est-ce-que ca a avoir avec la fermeture des ambassades américaines dans tous les pays arabo-musulmans annocée par Washington???? (pour cause de menace recues que j'interprète personnellement plutôt comme une action menée par les US eux-mêmes, sûrement false flag, qui pourrait avoir comme conséquences des attaques sur les ambassades)???
Veulent-se débarrasser de lui tout en parlant récemment officiellement que (John Kerry) que la mise de côté de Morsi était bien car respect du peuple blablabla? Pour avoir un alibi après??????????

Si ce serait le cas eh bien ils déclancherait peut-être en même temps une guerre en Iran
et ils se débarasseraient de El-Sisi.

Ce qui me fait peur c'est qu'Israel ne va pas lâcher car ils veulent AUSSI la ruine des pays occidentaux - voir aussi Imran Hussein et:

http://www.tunisie-secret.com/Bientot-une-guerre-en-Tunisie-pour-la-bataille-decisive-en-Algerie_a241.html

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter