Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Mezri Haddad : La Tunisie a perdu sa souveraineté et la guerre civile la guette


6 Décembre 2012

La guerre civile, Mezri Haddad l’avait pronostiquée dans son livre et dans ses premières déclarations tout de suite après la chute du régime, comme il avait annoncé le triomphe des islamistes. Tunisie Secret a été le premier journal à prendre en considération ses analyses et à prendre au sérieux ses mises en garde. Raison de plus pour revenir l’interviewer. Aujourd’hui, la première partie.


Mezri Haddad : La Tunisie a perdu sa souveraineté et la guerre civile la guette
C’est chez lui que Mezri Haddad, penseur politique tunisien et ancien ambassadeur de la Tunisie à l’UNESCO, nous a reçus. Notre entrevue a duré quatre heures, entrecoupées par trois coups de téléphone. Deux de Tunis et un troisième de Damas.  
L’ayant déjà rencontré il y près d’une année, son visage est éprouvé par deux années d’exil volontaire, de méditation et de tristesse de voir la Tunisie s’enfoncer jour après jour. Mais l’homme impressionne par son courage, par la clarté de ses analyses et par son charisme.
Il n’a rien perdu de sa verve et de sa détermination de continuer son combat pour la démocratie et contre l’obscurantisme, pour l’indépendance absolue de la Tunisie et contre sa mise sous tutelle. Nous l’avons évidemment interrogé sur les derniers événements à Siliana, sur la crise politique actuelle, sur sa vision de l’avenir, sur son bilan de l’ancien régime, sur ce qu’il pense de Ben Ali, sur sa rencontre tendue avec l’ambassadeur américain David Killion, le 15 janvier 2011, sur l’échange qu’il a eu à l’Elysée avec Henri Guaino, le 2 février 2011.
Les nouvelles révélations de Mezri Haddad sont explosives, notamment au sujet de l’offre juteuse que lui a proposée le Qatar via l’un de ses agents tunisiens, sur le messager que lui a envoyé Rached Ghannouchi avant son retour triomphal et sur l’obstacle que constituait Ben Ali à l’invasion de la Libye, un plan préparé par l’Elysée dès octobre 2010. Plus qu’une interview, un document historique pour comprendre ce qui nous arrive…et, surtout ce qui nous attend ! Aujourd’hui, la première partie de cette longue interview.    

Tunisie-Secret - On ne vous a pas entendu réagir par rapport aux événements de Siliana, pas même sur votre page facebook.

Mezri Haddad - Réagir pour dire quoi ? Que les gens de Siliana font honneur au peuple tunisien ; réagir pour attiser les haines et appeler à une seconde intifada ; réagir pour dire qu’autrefois, on regardait à la télévision ce genre de scènes se dérouler à Jérusalem ou à Gaza ; réagir pour dire que les islamistes sont des fascistes et qu’il faut les « digager  », pour emprunter ce concept clé à la nouvelle science politique tunisienne …? Dire tout cela et après ? Comme la souffrance, la compassion est un sentiment intérieur, je ne vois pas l’utilité de l’exprimer publiquement. Et puis, la réalité tunisienne est bien plus grave et tragique que ce cri de colère légitime des habitants de Siliana, que les forces de l’ordre ont réprimé avec des armes généreusement offertes par nos libérateurs et tuteurs, les Qataris.

T.S – Que voulez-vous dire par là ?

M.H- Je veux dire que lorsqu’on sème la haine, le mensonge et les fausses promesses, on récolte l’anarchie, la violence et la contre-violence, un cycle qui va durer quelques années. Depuis janvier 2011, les Tunisiens vivent dans le mensonge et l’illusion. On a fait croire au peuple qu’il a réalisé une « révolution » qui n’a pas son équivalent dans l’histoire de l’humanité. On l’a persuadé que, depuis 1956, l’Etat lui a infligé la spoliation, l’injustice et la pauvreté. Que grâce à cette « révolution du jasmin », les Tunisiens vont passer de l’obscurité aux lumières, de l’enfer au paradis, que la croissance va se multiplier par quatre, que les investisseurs étrangers vont affluer, que le pauvre va devenir riche, que le chômeur va obtenir un travail, que le locataire va devenir propriétaire, que l’ouvrier va devenir patron, que le célibataire va fonder une famille, puisque c’est l’ancien régime qui l’a empêché de se marier…Les islamistes ne sont pas les seuls responsables. Tout le monde a contribué à cette imposture qui a mis la Tunisie plus bas que terre, qui a appauvri les Tunisiens, qui leur a fait perdre leur souveraineté et qui va bientôt les plonger dans la guerre civile.

T.S- Qui tout le monde ?

M.H- D’abord le premier comme le second gouvernement, ensuite l’opposition, les syndicalistes, l’élite intellectuelle, les médias, les artistes, les humoristes... Comme en 1978 et en 1984, les Tunisiens qui se sont socialement soulevés en janvier 2011 réclamaient la dignité par le droit au travail. Revendication noble et parfaitement légitime. Qu’est-ce qu’on leur a offert en échange ? Une mascarade électorale, une démocratie de pacotille, une assemblée constituante qui a passé son temps à braire l’hymne nationale en trahissant la Nation, un gouvernement usurpateur, incompétent et par-dessus tout soumit aux Etats-Unis et vendu au Qatar. Pour employer un jargon marxiste, les Tunisiens –les pauvres et les déshérités qui se sont soulevés contre le pouvoir central et non pas ceux qui ont manifesté à Tunis le 13 et le 14 janvier- réclamaient des droits objectifs (sociaux et économiques). La « révolution du jasmin » leur a offert des droits subjectifs (politiques), des droits bourgeois comme disait si bien Marx. La Tunisie était un arbre dont les racines étaient profondes et le tronc absolument sain. Plutôt que de couper les quelques branches pourries, on l’a totalement déraciné.

T.S- Si tel est le cas, tout est donc perdu ?

M.H- Non, mais dans tous les cas de figures, la Tunisie ne ressemblera plus jamais à ce qu’elle fut ces cinquante dernières années : la douceur de vivre, la paix civile, la mobilité sociale par le mérite et la volonté de réussir, la frugalité, la solidarité, l’amour de la Patrie…  Il y a trois choses qui ont été cassé et qui seront très difficile à reconstruire : la sociabilité, la noblesse de la politique et le prestige de l’Etat. Trois biens très précieux à la constitution desquels Bourguiba avait consacré toute son existence et sans lesquels la vie en société est impossible. Avec ou sans les islamistes au pouvoir, ça va être très difficile de gouverner le peuple, encore moins de résoudre des problèmes sociaux et économiques (chômage, licenciement, pauvreté) auxquels même les Etats les pus riches n’ont pu trouver des solutions. La situation est donc inextricable.    

T.S- Qu’aurait-il fallu éviter pour ne pas tomber dans la crise actuelle ?

M.H- Il aurait fallu d’abord dire la vérité aux Tunisiens sur les événements de janvier 2011. A savoir que des Etats étrangers sont intervenus dans une convulsion sociale, comme il y en a eu au Portugal, en Grèce, en Espagne et même aux Etats-Unis, qui ont d’ailleurs les mêmes causes sociales et économiques qu’en Tunisie, pour la transformer en pseudo-révolution politique. Il aurait fallu par la suite s’abstenir d’accabler les morts -les leaders de l’indépendance et les fondateurs de l’Etat avec à leur tête Bourguiba- et de culpabiliser les vivants, tous les serviteurs de l’Etat qui, par leur compétence et leur dévouement, ont hissé la Tunisie en tête des pays africains et arabes avec si peu de moyens financiers et de ressources naturelles. Il aurait fallu établir une véritable réconciliation nationale et remettre l’ensemble des Tunisiens au travail. Il aurait fallu veiller à la souveraineté absolue du pays en repoussant toute ingérence étrangère et en interdisant à certaines ONG de s’installer en Tunisie pour apprendre à un peuple qui a plus de 5000 ans d’Histoire comment vivre en société et comment s’organiser. Il aurait fallu s’attaquer immédiatement aux causes objectives de cette convulsion sociale, c’est-à-dire le chômage des jeunes et notamment des diplômés, créer les conditions politiques et sociales nécessaires pour, non seulement rassurer les entreprises étrangères déjà présentes en Tunisie et qui sont parties depuis, mais attirer davantage d’investisseurs pour absorber nos jeunes chômeurs. Il aurait fallu exiger des hommes d’affaire et des grosses fortunes du pays qui ont bien profité des largesses de l’ancien régime, exiger d’eux d’investir la moitié de leur patrimoine financier dans la création d’emplois, plutôt que de financer tel ou tel parti politique. Qu’ont-ils fait à la place de toutes ces mesures d’urgence ? Ils ont légalisé plus de 120 partis politiques dont chacun, si insignifiant soit-il, a touché 70 000 dinars pour participer à la mascarade électorale du 23 octobre 2011. Ils ont crée plusieurs instances pseudo-révolutionnaires, dont l’ISIE qui a engloutie 160 millions d’euros. Ils ont consacré 750 milliard à l’indemnisation de 20000 soi-disant ex-prisonniers politiques, alors qu’au paroxysme de la répression (1991-1994), leur nombre n’a jamais dépassé les 5000 selon les calculs même d’Amnesty International. Ils ont augmenté le salaire des 217 nouveaux « représentants du peuple » dont certains sont payés en devises. Ils ont fixé un salaire de 30000 dinars à un président pour son rôle figuratif. Ils ont constitué un gouvernement pléthorique de 85 ministres et secrétaires d’Etat, sans compter les 60 autres personnes d’Ennahda, du CPR et d’Ettakatol, qui bénéficient du titre et des avantages de ministre ou de secrétaires d’Etat sans fonction visible au sein du gouvernement. Avec ces milliards partis dans les poches de cette « élite » révolutionnaire, on aurait pu créer 120000 emplois pour secourir les désespérés de Siliana et d’autres régions de l’intérieur.

T.S- Mais, avec Kasbah1 et Kasbah2, la Constituante était bien une revendication populaire, une étape importante pour passer de la dictature à la démocratie !

M.H- Le peuple au nom duquel tout le monde parle, y compris des ONG occidentales qui se trompent d’époque et qui se croient chez les pygmées, n’a rien demandé. La Constituante était une revendication d’un ramassis de populistes et d’idiots utiles qui n’ont rien compris au marxisme, ni au capitalisme bourgeois, ni même à l’histoire des révolutions. La Tunisie n’avait pas besoin d’une nouvelle constitution. Celle de 1959, produit du géni politique et patriotique tunisien, expurgée de quelques scories, aurait très largement suffit à la transition démocratique. Mais il fallait perpétuer le mythe de la révolution, singer les Etats généraux de juin 1789 et jouer aux Mirabeau et Sieyès. Ce n’est pas en réunissant à l’Assemblée nationale les concierges, les chauffeurs de taxi et les plombiers de Paris que De Gaulle a donné à la France, en juillet 1958, la Constitution qui est encore en vigueur aujourd’hui. Il en a confié la rédaction au meilleur constitutionaliste du pays, Michel Debré, ensuite il l‘a soumise à referendum afin que le peuple l’approuve ou la rejette. C’est ainsi que procèdent les nations civilisées et les guides éclairés en temps de crise, ce qui était le cas de la France en 1958. Pour sortir la Tunisie de sa crise, il aurait suffit d’inscrire la Déclaration universelle des droits de l’homme en préambule de notre constitution de 1959, d’organiser dans les six mois des élections législatives et d’élire au suffrage universel direct un président de la République. La légitimité de cette assemblée constituante s’est d’ailleurs achevée le 23 octobre dernier sans qu’aucun de ses membres n’ait eu la dignité ou le courage de déposer son mandat. C’est très difficile de renoncer à un salaire si confortable et aux avantages de la fonction. Et pendant ce temps, les Tunisiens ne savent toujours pas à quoi va ressembler la constitution qui va transformer la Tunisie en cité idéale de Farabi.

T.S- La constitution de 1959 était taillée pour une dictature et imposée par un seul homme !

M.H- C’est absolument faux. C’est dans son application qu’elle à viré, non guère à la dictature comme vous dites mais à une forme de despotisme éclairé qui se justifiait à l’époque. Bourguiba incarnait l’esprit d’un peuple et c’est par despotisme qu’il a sorti la Tunisie de la Jahiliyya à la civilisation. La constitution de 1959 était l’expression de la volonté générale dans le sens rousseauiste du terme et a été démocratiquement approuvée par une élite cultivée, moderniste et patriotique, qui n’a rien à voir avec les barbus et les femmes voilées, incultes et malfamés qui se disent aujourd’hui représentants du peuple. Par son civisme, par son raffinement et par son ouverture d’esprit, le peuple tunisien ne peut en aucune façon être représenté par ces gueux, à l’exception d’une trentaine d’élus qui ressemblent encore intellectuellement et physiquement aux Tunisiens.

T.S- Vous avez dit tout à l’heure que les Tunisiens ont perdu leur souveraineté et qu’ils sont au bord de la guerre civile. Vous n’exagérez pas un peu. Ne s’agit-il pas plutôt d’une situation normale après une révolution ?

M.H- Oui, c’est ce que disent les opportunistes qui ont empoché la République, et les quelques Tunisiens qui, par naïveté, par ignorance ou par fierté déplacé pensent encore avoir réalisé une révolution copernicienne. Ou bien ils sont inconscients des périls qui menacent la Tunisie, ou bien ils n’ont pas une goutte de patriotisme dans les veines. Non, il ne s’agit pas d’une situation normale après une révolution, mais d’une situation anomique après une supercherie révolutionnaire. La révolution est un conte de fée pour adolescents. Quant à la perte de souveraineté, il s’agit d’une réalité affligeante qu’on ne peut plus cacher aux Tunisiens et dont beaucoup d’ailleurs s’en foutent. Lorsque le cheikh bédouin de Qatraël déclare publiquement que « Moncef Marzouki ne prend aucune décision sans mon autorisation », comment vous appelez cela ? Lorsque Rached Ghannouchi déclare que le Qatar est notre associé dans la révolution (charikouna fil-thawra), comment appelez-vous cela ? Lorsque Rafik Bouchlakha, citoyen britannique et ancien cadre d’Al-Jazeera dirige la diplomatie tunisienne, comment appelez-vous cela ? Lorsque les meilleurs entreprises tunisiennes, y compris dans les secteurs les plus stratégiques sont bradées à Qatraël, comment appelez-vous cela ? Lorsque la classe politique tunisienne, la gouvernante comme l’opposante est à quatre pattes devant l’ambassadeur des Etats-Unis, comment appelez-vous cela ? En 1985, à la suite du bombardement de Hammam-Chatt par l’aviation israélienne, Bourguiba a humilié l’ambassadeur des Etats-Unis et a donné une leçon magistrale à l’envoyé spécial de Ronald Reagan. En 23 ans de pouvoir, Ben Ali a reçu l’ambassadeur américain quatre fois et les initiés savent sur quel ton il a répondu à Condoleezza Rice en septembre 2008. C’est ainsi que réagissaient ceux que la propagande islamiste taxait de « suppôt de l’Occident » (Bourguiba) et « d’agent du Mossad » (Ben Ali). Les suppôts de Qatraël et les agents du Mossad ne sont pas ceux qui ont pris en main le destin de la Tunisie depuis 1956, mais ceux que la diplomatie secrète étasunienne et l’argent sale de Qatraël ont porté au pouvoir depuis le 23 octobre 2011.

T.S- Pour le Qatar, l’opinion publique tunisienne sait maintenant quel rôle cet émirat a joué. Mais pour les Etats-Unis d’Amérique, on ne voit toujours pas dans quel intérêt les Américains auraient-ils joué un rôle dans la chute du régime et favorisé les islamistes.

M.H- Posez la question aux latino-américains et aux ex-soviétiques et ils vous diront comment les Américains peuvent détruire un régime. Posez la question aux africains et ils vous diront comment la France, la Belgique ou la Grande Bretagne peuvent provoquer une révolution « spontanée » pour des raisons de droits de l’homme. Ce serait très long de vous raconter l’histoire des relations entre les services américains et la canaille islamiste. Je me contente seulement de vous dire que le 8 novembre 1987, les Américains avaient déjà l’intention de substituer à la république bourguibienne un régime islamiste avec comme figurine présidentielle Ahmed Mestiri. Ben Ali a fait capoter ce coup d’Etat grâce à Craxi et à Chedly Benjedid, mais les Américains n’ont reconnu sa légitimité qu’à la seule condition de partager avec les islamistes le pouvoir, ce qu’il avait timidement commencé à faire entre 1987 et 1990. C’est l’impatience et l’insolence d’un Rached Ghannouchi galvanisé par le soutien américain, la crise algérienne et le bras de fer entre le FLN et le FIS qui ont changé la donne en Tunisie. Avec l’appui implicite de la France, Ben Ali en avait profité pour se débarrasser de ces islamistes d’autant plus résolus à prendre part au pouvoir qu’ils se disaient les véritables tombeurs de Bourguiba. 1991, c’est le début de la guerre civile en Algérie et c’est aussi l’invasion du Koweït par l’Irak, que Ben Ali a été l’un des rares chefs d’Etat à approuver ! Cette position avait troublé le jeune opposant et exilé politique que j’étais à l’époque. Pour la simple raison que j’étais avec l’Irak et contre ces monarchies du Golfe que j’ai toujours exécré. Reste l’intérêt américain à miser sur les islamistes. Je pense d’abord qu’il émane de leur myopie stratégique et de leur parfaite ignorance des idéologies islamistes. La servilité des dirigeants islamistes les rassurent autant que les exaspèrent l’obstination des nationalistes ou des panarabes (Nasser, Saddam et aujourd’hui Bachar al-Assaad). Les Américains ne résonnent pas par pays mais par bloc monolithique. Le livre de Samuel Huntington, « Le choc des civilisations », bible des stratèges américains, qui divise le monde en bloc chrétien, bloc confucéen, bloc bouddhiste, bloc slavo-orthodoxe et bloc islamique, en est la parfaite illustration. Je rappelle au passage qu’Huntington a mis en garde de l’axe islamo-confucéen (sino-islamic connection), qu’il faudrait empêcher à tout prix. Le « printemps arabe » répond exactement à cet impératif géopolitique. Le Grand-Moyen Orient est le nouveau bloc qui doit maintenir l’omnipuissance américaine dans le monde, face au « péril » chinois et à la concurrence russe, indienne et brésilienne. Ajouter à cela la guerre économique et le monopole des ressources énergétiques, et vous aurez une batterie d’arguments justifiant la destruction des régimes arabes postindépendances au profit de régimes islamo-impérialistes. Observez ce qui se passe en Syrie et vous comprendrez que ce régime doit sauter pour envahir l’Iran et prendre le contrôle de son pétrole, exactement comme la Tunisie est tombée pour que les mêmes puissances fassent main basse sur le pétrole, le gaz et l’eau libyens. Comme je l’avais écrit dès février 2011, la logique américaine est d’un pragmatisme redoutable : « A nous le pétrole, à vous la charia. Chacun sa religion » ! Ainsi résonnent les stratèges américains.           

T.S- Mais il n’y a pas de pétrole en Tunisie ?

M.H- Sans doute, mais il y avait une population socialement et psychologiquement prédisposée à se soulever. Il y avait les réseaux dormants d’Ennahda et une multitude d’agents locaux des services américains. Comme je viens de vous le dire, la Tunisie n’était pas la cible ultime mais le maillon faible, la clé du trésor libyen, l’inauguration du « printemps arabe », c’est-à-dire du Grand-Moyen Orient tel qu’il a été envisagé par les néoconservateurs et dont l’application a commencé en Irak en 2003, avec près d’un million de morts et une partition de l’Irak irréversible.

T.S- Dans cette déstabilisation de la Tunisie, les réseaux sociaux et ce que vous avez appelé les cyber-collabos semblent avoir joué un rôle très important.

M.H- Epargnez-moi cette question. J’en ai déjà parlé dans mon livre et je ne tiens plus à y revenir. Ces jeunes sont eux-mêmes des victimes. Ils ont été instrumentalisés dans un dessein qui les dépassait de très loin et que même les plus hautes instances de l’Etat n’ont pas vu venir. Produits de leur génération, ils aspiraient à la liberté et à la démocratie. Ils ne pouvaient pas deviner que les Américains et leurs serviles serviteurs Qataris avaient un autre plan pour la Tunisie et pour l’ensemble du monde arabe. Maintenant, ils le savent.
        
Propos recueillis par Karim Zmerli, Lilia Ben Rejeb et F.B
Dimanche 9 
décembre, la seconde partie de cette interview titrée « Les premiers morts ont été abattus par des mercenaires venus d’Europe de l’Est. Ben Ali n’y était pour rien ». 
http://www.tunisie-secret.com

Lire Aussi : 
Mezri Haddad : Ben Ali n’est pas exilé politique en terre sainte, mais otage des Américains en Arabie Saoudite

 


 
 


           


1.Posté par Samia B. le 06/12/2012 10:30
Excellent article, tout a été dit, merci et encore !

2.Posté par HAMADI le 08/12/2012 12:38
il ne represente que lui,en clair cela signifie RIEN

3.Posté par Néjib le 08/12/2012 13:04
En résumé, M.Haddad regrette le règne de Ben Ali, déforme certaines réalités et se présente comme l'homme qui a tout prévu. Et après? Nous n'apprenons rien de nouveau et nous n'avançons pas d'un iota.

4.Posté par Rachid Merdassi le 09/12/2012 11:09
Ce temoignage de Mezri Haddad prendrait encore plus de sens si on pouvait savoir l'historique des liaisons dangereuses entreprises par les islamistes et surtout leur chef avec les services secrets britanniques et americains durant leurs 20 ans de pseudo exil londonien.Quel role a ete devolu aux islamistes tunisiens dans l'execution de la strategie de remodelage de grand moyen orient ,esquissee par les neo-conservateurs judeo-chretiens avec pour objectif la securite d'israel,base avancee de l'imperialisme anglo-saxon et la mainmise pour 100ans sur le petrole et richesse des arabes.Paul Wolwofitz n'a-t-il pas n'a t'il pas promis a Golda Meir il y a plus de 30ans que cette strategie commencerait par l'Irak,considere comme le danger le plus imminent pour israel?

5.Posté par Mhamed M le 11/12/2012 07:42
Monsieur Haddad , je vous félicite pour cet exposé , certes très négatif et sapprochant de la realite mais revêtu d'un brin de conspiration de déjà vu.
Je suis d'accord avec vous sur les faits ainsi que certains arguments mais faire de simple constats post révolution ne serait ce pas chose facile , car un constat soutenue par des théories est bien la , mais je pense pour ma part que la Tunisie et tout autre pays en situation similaire ont besoin de Solutions , solutions et encore de solutions .
Je vous prie donc de nous éclairer par des propositions nécessaires et suffisantes pour le futur de notre pays la Tunisie qui contibueraient à résoudre du moins en partie la situation dans laquelles se trouve notre cher pays.
Ce que je demande Mr c'est du concret réel sur terrain et que pour cela nous n'ayons pas à acheter votre livre pour deviner une solution.
Au jour d'aujourd'hui notre chère patrie à besoin de tous ses hommes y compris vous pour se sortir de sa situation inextricable. Et si les américains ou autres sont de si bon conspirateurs et que ça leur réussi eh bien imitons les et faisons mieux qu'eux. Mais trouvons des solutions au lieu de nous morfondre sur notre sort , car les remords ne nous permettent pas d'avancer.
Dans l'attente donc de propositions concrètes tache pas si aisee je vous remercie .

6.Posté par Aly le 05/08/2013 02:54
Tous mes respects à mon compatriote Dr Mezri Haddad qui dit la VÉRITÉ rien que la VÉRITÉ et qui se distingue par sa répulsion du populisme et de flatter l’ego du peuple .

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter