Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Pourquoi Ennahdha ne veut plus de Yassine Brahim au gouvernement ?


13 Août 2016

C’est décidé, Yassine Brahim ne fera pas partie du gouvernement Youssef Chahed, à moins qu’il commette l’irréparable en accordant in extremis l’agrément de l’Etat pour le projet islamo-mafieux « Tunisia Economic City ». Depuis qu’il a appris la nouvelle de son non maintien au sein du gouvernement, cet opportuniste fait tout pour séduire Rached Ghannouchi, ou plutôt se faire pardonner, quitte à valider un projet ruineux pour la Tunisie et dangereux pour sa sécurité.


Pourquoi Ennahdha ne veut plus de Yassine Brahim au gouvernement ?
Comme je l’écrivais dans mon article du 26 octobre 2014 (voir lien ci-dessous),  Yassine Brahim, « A l'instar de Mehdi Houas, Elyès Jouini, Sami Zaoui, Walid Kalboussi et bien d’autres franco-tunisiens sortis de la secte de l’ATUGE, tous proches de Marouane Mabrouk via Hakim Karoui » est l’une des révélations de la « révolution » dite du jasmin. Ancien ingénieur informaticien à la banque française « Société Générale », il s’est mis à son propre compte avant de se replier sur la Tunisie que la conspiration de janvier 2011 avait exposée à tous les opportunistes, affairistes et autres mercenaires.

C’est Ennahdha qui a fait de Yassine Brahim le ministre du Transport et de l’Equipement (janvier 2011), ensuite ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale (février 2015), et c’est la même Ennahdha qui a décidé de le dégommer du futur gouvernement que Youssef Chahed n’a pas fini de constituer. Rancunier, le parrain de l’islamisme mafieux, Rached Ghannouchi, lui reproche d’avoir traîné les pieds dans la validation de Tunisia Economic City, le « Méga Projet », selon certains médias locaux, et qui était en réalité une Méga Arnaque financière, juridique et immobilière, outre le danger sécuritaire que ce projet recèlait et dont nul n’a osé parler !

Les raisons de l’avortement du projet Sama Dubaï

L’histoire a commencé avec l’affaire Sama-Dubaï, un vrai méga projet tuniso-émirati qui aurait métamorphosé la capitale tunisienne et engendré des milliers d’emplois directs et indirects, mais qui avorté à cause de la « révolution » dite du jasmin en janvier 2011. Nouveaux maîtres du pays, les Frères musulmans d’Ennahdha et leurs nombreux alliés de l’ancien régime avaient tout tenté pour relancer ce projet, mais en vain : les partenaires émiratis ne pouvaient plus investir dans un pays instable et désormais soumis aux islamistes d’Ennahdha, au chantage des syndicalistes-affairistes de l’UGTT et au capitalisme véreux des patrons de l’UTICA.

Dès 2011, le pouvoir « révolutionnaire » des réactionnaires Béji Caïd Essebsi et Foued Mebazaa a usé de tous les moyens pour convaincre les partenaires émiratis, des concessions alléchantes au chantage à la confiscation de cet immense terrain acquis par les investisseurs du groupe Sama-Dubaï. Toutes les négociations et tractations secrètes ont échoué, les émiratis ayant été  contrariés et révulsés par les appétits boulimiques des Slaheddine Caïd Essebsi (agissant pour son frère et premier ministre BCE), Slaheddine Ferchiou (agissant pour le président Foued Mebazaa), Saïd Ferjani (agissant pour son chef Rached Ghannouchi), Slim Riahi, Wided Bouchamaoui, les frères Mzabi, Kamel Eltaïef…(agissant pour leurs propres comptes). Un panier à crabes qui voulait tirer le maximum de profit financier d’un projet estimé à plusieurs milliards de dollars.

Du mégaprojet Sama Dubaï à la méga-arnaque Tunisia Economic City.

Le gouvernement de Béji Caïd Essebsi éclipsé, celui de Ghannouchi-Marzouki-Ben Jafaar repris le dossier en main, avec d’autres prédateurs aussi boulimiques que les premiers. Un certain Riadh Toukabri, homme de paille de Rached Ghannouchi vivant en Arabie Saoudite, va piloter l’affaire en essayant, avec l’aval de Hamadi Jebali, alias Hamma McCain, d’annuler le contrat entre les investisseurs émiratis et l’Etat tunisien sous la présidence de Ben Ali.

Ce hold up a échoué grâce à l’obstination patriotique d’un haut cadre du ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale, Madame Mongia Khemiri, par ailleurs ex-directrice de la FIPA ( Agence de Promotion de l'Investissement Extérieur) à l’époque glorieuse de Nouri Jouini. Avec son équipe tout aussi compétente et patriotique, elle avait alors mis en garde les mafieux au pouvoir que ce coup de force pourrait coûter très cher à la Tunisie, les investisseurs émiratis risquant de porter l’affaire devant les tribunaux internationaux. C’est ainsi que l’affaire Sama-Dubaï a été abandonnée et que les Frères musulmans locaux sont passés à leur plan B : le dossier Tunisia Economic City.

Même s’il a été conçu dès 2012, ce projet bidon avec d’hypothétiques investisseurs émiratis, a été officiellement annoncé le 9 septembre 2014, à Tunis. Selon nos confrères de Kapitalis ( 2 juin 2015 ), sont coût global avoisinait les 50 milliards de dollars et aux dire de ses promoteurs fictifs, il devait générer 250 000 emplois ! Comme l’avait écrit Farouk Ben Ammar dans Al-Huffington-Post Maghreb-Tunisie, du 29 avril 2016, « deux ans plus tard, on remet au goût du jour un projet suspendu. Un projet que l'on croyait bel et bien enterré et que certains s'entêtent à ressusciter », alors que « son financement était impossible ».

Comment le complot islamo-mafieux a-t-il échoué ?

Lieu d’implantation du « mégaprojet », Enfidha, pour s’étendre jusqu’à la région de Hergla, soit des milliers d’hectares. Deux fidèles agents d’Ennahdha devaient concrétiser le projet Tunisia Economic City : Slim Ben Hamidane, alors ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, chargé de vendre à Riadh Toukabri et au dinar symbolique les milliers d’hectares entre Enfidha et Hergla, et Riadh Bettaïeb, alors ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale, missionné pour valider le projet avec Riadh Toukabri, assisté par Moncef Bousannouga (expert-comptable) et Zaanouni (avocat).
     
Toujours selon Kapitalis, « Il s’agit d’une cité économique, touristique, sociale et culturelle de dimension internationale. Le projet vise à créer progressivement une «cité intelligente» qui s’érigera comme un portail économique et touristique au sud de la Méditerranée et comme un point de jonction entre l’est et l’ouest et le sud et le nord ».

Le trio mafieux Toukabri-Bousannouga-Zaanouni avait assuré à l’époque disposer de 250 millions de dollars à verser à la Banque Centrale à titre d’avance sur projet. Sous la pression de son ministre Yassine Brahim dont l’intérêt n’était pas que politique, Mongia Khemiri devait signer la convention juridique qui engagerait le gouvernement tunisien auprès du trio mafieux, mais une fois de plus, celle-ci a exigé des preuves et des garanties financières des supposés promoteurs. De 2012 à 2015, outre le fait que Riadh Toukabri n’avait pas même constitué de société, pas un dollars n’a été versé à la Banque Centrale !  
 
Avec son équipe compétente et solidaire, Mongia Khemiri ne s’est pas contentée d’arguments juridiques et administratifs pour résister aux pressions de Yassine Brahim et empêcher cette escroquerie en bande organisée. Avisée par des patriotes tunisiens, eux-mêmes alertés par les Renseignements militaires algériens, elle a demandé l’expertise et l’avis de deux ministères, celui de l’Intérieur et celui de la Défense.

C’est que la méga-arnaque présentait aussi un danger sécuritaire réel sur la Tunisie, les dizaines de Km en zone côtière entre Enfidha et Hergla étant juste en face des côtes libyennes et plus exactement de Syrte, là où les mercenaires de Daech ont édifié leur émirat. Toute cette zone côtière située à 100 Km de Tunis et à 200 Km de Chaambi, devait être clôturée et passer sous le contrôle du supposé « promoteur » Riadh Toukabri, l’homme de paille de Rached Ghannouchi. Zone désormais privée, aucun policier ni militaire n’aurait eu droit d’y accéder ! Selon un haut responsable des Renseignements algériens joint par TS, les islamistes tunisiens, en accord avec les autorités turques et qataries, avaient l’intention, dès 2012, de créer une base logistique à l’Internationale terroriste qui était en action en Libye dès 2011.

L’ambition ministérielle de Yassine Brahim pourrait coûter très cher à la Tunisie

Pour accélérer le projet Tunisia Economic City, Yassine Brahim a dû procéder à la réorganisation totale de l’organigramme de son ministère en vue de passer outre les conditions juridiques et financières de Mongia Khemiri, désormais mise à l’écart, de même que l'ensemble de son équipe dont certains ont été marginalisé et d'autres mutés. Yassine Ayari a ainsi crée le poste de président de la Commission des Investissements, qui siégeait à l’origine au sein du Premier-ministère, en le confiant à un certain Khélil Labidi. Pourquoi lui précisément ? Pour obtenir la souplesse et les largesses d’Asma Shiri, conseillère du gouvernement pour les questions juridiques et législatives, et épouse de Khélil Labidi !

Ignorant que le gouvernement Habib Essid allait sauter, Yassine Brahim a manqué de temps pour concrétiser sa manœuvre et satisfaire ainsi les désirs mafieux de Rached Ghannouchi. Depuis qu’il a appris qu’Ennahdha mettrait son veto pour sa reconduction à la tête du ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale, il a accéléré toutes les démarches et procédures pour valider le « mega projet » Tunisia Economic City », condition sine qua non pour conserver son poste stratégique et juteux à la tête de ce ministère.

Dans le cas où Yassine Brahim serait membre du gouvernement Youssef Chahed, sachez qu’il a lui-même validé et paraphé le « méga projet » en question. S’il n’est pas maintenu à son poste, sachez qu’il a quand même fini par signer ! Le chef de la confrérie des Frères musulmans locaux étant un homme rancunier et un fourbe qui ne tient jamais ses promesses !!!

Nebil Ben Yahmed
                 
Notre article du 26 octobre 2014 :
http://www.tunisie-secret.com/Yassine-Brahim-le-pion-du-Qatar-dont-Ennahdha-veut-faire-son-Premier-ministre_a1127.html


           

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter