Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Des clones de cyber-collabos tunisiens pour déstabiliser l’Algérie


15 Mars 2013

La Tunisie exporte ses terroristes en Syrie et ses cyber-collabos en Algérie. C’est ce que révèle Luc Michel dans l’article ci-dessous et qui a été publié le 13 mars dernier dans cameroonvoice.com, sous le titre de « Vers un nouveau coup de force occidental en Algérie ? ». L’implication de Ghannouchi et Marzouki dans l’exportation du « djihad » en Syrie n’est plus un secret pour personne. Ce qui est moins connu en revanche, c’est que la Tunisie est devenue la capitale des cyber-collabos qui, selon un agenda américain, œuvrent à la destruction des derniers Etats arabes jaloux de leur indépendance. Depuis plus d’une année, plusieurs jeunes activistes tunisiens, qui ont été formé et formaté pour détruire leur propre pays, ainsi que la Libye, l’Egypte et la Syrie, ont compris qu’ils ont été victimes d’un lavage de cerveau et de manipulation. Ils se sont retirés et ne collaborent plus avec ceux qui les ont piégés. D’autres, une minorité connue de tous, s’obstinent dans la trahison et le mercenariat. La déchéance de la Tunisie, les milliers de morts en Libye et en Syrie ne leur a pas suffit. Ils continuent leur basse besogne en se mobilisant contre l’Algérie. Leur dénonciation est un devoir national car il ne s’agit plus de jeunes inconsciemment instrumentalisés, mais de traitres et de criminels vendus aux grandes puissances. D’où l’intérêt de diffuser cet article de Luc Michel, qui retrace l’origine du cyber-collaborationnisme en citant les pseudos ONG américaines, notamment Freedom House et OTPOR, chargées de recruter et de former les jeunes candidats à la « révolution 2.0 ». Notons que Samir Dilou, dans un communiqué du 13 février dernier, a démenti l’information selon laquelle Freedom House a formé 200 activistes algériens, ainsi d’ailleurs que l’ouverture d’un bureau de Freedom House à Tunis. C’est évidemment un mensonge car, c’est David Kramer, président de cette pseudo ONG, qui avait annoncé en novembre 2012, lors de sa visite en Tunisie, l’ouverture imminente de leur bureau à Tunis. Samir Dilou a raison de mentir : il est lui-même membre de la Freedom House.


Des clones de cyber-collabos tunisiens pour déstabiliser l’Algérie
En Algérie, les réseaux de déstabilisation sont en place depuis la fin 2010. Ils se sont déjà fait la main en Janvier puis en août-septembre 2011. La crise libyenne, l’assaut contre la Syrie et les opérations de l’OTAN au Sahel ont simplement reporté leur opération en vue d’un coup d’état pro-occidental. 

OPTOR/Canvas, encore et toujours…

Ces réseaux de déstabilisation, il ne faut pas les confondre avec les réseaux djihadistes chargés, eux, ensuite, de transformer l’insurrection en guerre civile. Derrière ces réseaux, on retrouve les activistes arabes formés à Belgrade et aux USA par le réseau OTPOR et CANVAS (1) son école de subversion, financés par la CIA. OTPOR, directement financé et soutenu par la CIA et les réseaux SOROS, est directement derrière le déclenchement des soi-disant “révolutions arabes”, par le biais de coups d’Etat rampants qui sont la marque des mercenaires des USA et de l’OTAN. Il s’agit purement et simplement comme nous n’avons cessé de le dire dès le premier jour de coups d’Etat, soigneusement orchestrés et préparés par les services spéciaux de l’OTAN. Avec l’aide des mercenaires de l’Occident, les professionnels de la déstabilisation made in NATO, « OTPOR et cie » ...

Srdja Popovic (photo ci-contre), qui dirige maintenant le Center for Applied Nonviolent Action and Strategies, basé à Belgrade (Serbie), ou CANVAS, le confirmait en mars 2011 dans une interview avec l’Associated Press. Les vétérans du mouvement OTPOR – les tombeurs de Milosevic à Belgrade en octobre 2000 - ont continué à créer une organisation qui forme en Serbie et aux USA des mercenaires pro-occidentaux spécialisés dans l’art de la subversion, sous prétexte de « révolution pacifique » (sic). Ils ont formé l’un des groupes principaux de jeunes au centre de la révolution en Egypte, et précisent avoir « influencé la rébellion libyenne ». « Il est probable que certains groupes de jeunesse libyens ont eu l’idée sur la façon de renverser le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi des militants égyptiens que nous avons formés », a déclaré l’ancien chef d’Otpor Popovic. OTPOR a aussi organisé des groupes en Tunisie, au Yemen, à Bahrein,k au Maroc. Et en Algérie (2). Nous avons longuement analysé les deux coups de forces occidentaux en Algérie tentés en janvier et septembre 2011. Nous renvoyons le lecteur intéressé à ces analyses (3)

Vers un nouvel assaut contre l’Algérie : « des bloggeurs entrainés par la CIA en Tunisie »

Revoilà, semble-t-il, ces mercenaires de l’agitation politique qui s’intéressent à nouveau à l’Algérie. Leader du Parti des travailleurs algérien (gauche laïque), Louisa Hanoune a révélé lors d’un rassemblement populaire ce Dimanche à Annaba, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, « qu’une société américaine privée recrute plus de 200 jeunes algériens résidant en Tunisie pour les utiliser dans le prochain épisode du printemps arabe prévu bientôt en Algérie ». Le nombre de blogueurs algériens impliqués dans ce programme est de 200, travaillant à « déterminer les restrictions sur les libertés en Algérie et à définir les besoins sociaux de la population ». Certains ont pour mission de « documenter les événements de la décennie noire en Algérie et les abus de pouvoir pendant les années 90 ». 
Elle a ensuite «  confirmé la présence d'autres organisations non-gouvernementale appartenant au service de renseignements américains qui œuvrent pour la déstabilisation de l'Algérie, profitant des conditions socio-économiques difficiles des régions du sud de l'Algérie où l’on assiste à l’effervescence de slogans étranges appelant à la sécession du sud de l'Algérie ». 

Selon le quotidien algérien Al-Fajr, « il semble que le Mouvement de la Renaissance (Ennahda) travaille en coordination avec la société américaine Freedom House pour recruter 200 jeunes blogueurs algériens et les faire activer sur des sites de réseaux sociaux ou organiser des forums dénonçant une soi-disant crise en Algérie voire un rétrécissement des libertés dans le pays ». Le tout encadré dans un programme baptisé « nouvelle génération de militants pour la démocratie en Algérie ». 

Scénario de type Libye en Algérie

Un programme qui vise à déstabiliser l’Algérie, supervisé dans les coulisses par le ministre tunisien des droits de l'homme et cadre au Mouvement de la Renaissance, Samir Dilou. Car le cheval de Troie pro-occidental est déjà en place au sein même du régime, qui s’est ouvert à des formations islamiques dites « modérées ». 
Un scénario qui rappelle la Libye de Kadhafi où l’aile libérale pro-occidentale, apparue au grand jour en 2003, a déstabilisé la Jamahiriya et préparé le coup d’Etat du CNT. Ces libéraux, là aussi allié à des islamistes comme Mustapha Abdeljalil, ayant pris la tête du CNT (4).

La Libye aussi, depuis 2003, avait une aile libérale, opposée à celle des socialistes patriotes. Celle rassemblée derrière Seïf Al Islam, qui a amené libéraux et islamistes (comme le président du pseudo CNT Abdel Jalil) au pouvoir. Il faut lire les pages révélatrices de Bernard-Henry Levy sur Seïf dans son dernier livre d’auto-propagande personnelle « La guerre sans l’aimer », où il pose la question qui choque : « comment celui qui était des nôtres (l’expression est de lui) a-t-il pu rejoindre son père ? »...

Le régime libyen a été déstabilisé et attaqué de l’intérieur, dès 2003. Avant que les bombes, les armées et les mercenaires de l’OTAN et des USA ne viennent finir le travail. J’ai vécu de l’intérieur cette prise de la Libye, aux côtés de nos camarades socialistes du MCR. Nous avons vu comment les illusions de Tripoli sur la coexistence pacifique et l’économie globalisée, mais aussi sur le dialogue avec les « islamistes modérés », ont permis aux libéraux libyens de se constituer en Cheval de Troie et de préparer l’assaut extérieur. Tous ces libéraux, à l’exception du fils de Kadhafi qui a choisi la fidélité à son père et à sa patrie, se sont retrouvés dans la junte de Benghazi, puis aujourd’hui dans les institutions fantoches de la Libye recolonisée.

Encore et toujours les frères musulmans

Le quotidien Al-Fajr dévoile « la tenue d’une session de formation à la désobéissance civile, parrainée par le Mouvement de la Renaissance (Ennahda), en collaboration avec Freedom House». Or, la branche de cette organisation en Algérie est dirigée par Abdul Razzaq , le vice-président du Mouvement de la société pour la paix, un mouvement qui est la représentation algérienne des Frères musulmans. 

Washington n’a bien entendu jamais renoncé à imposer son soi-disant « printemps arabe » en Algérie. Et comme partout ailleurs, le fer de lance de sa politique impérialiste ce sont ses vieux protégés – depuis 1947 ...avant les « Frères » étaient aidés par les Nazis du IIIe Reich – les Frères Musulmans ! Nous avons aussi longuement analysé le rôle des islamistes algériens, salafistes et Frères musulmans, dans l’assaut contre l’Algérie organisé par les USA et l’OTAN. Nous renvoyons le lecteur à ces analyses (5)

L’utilisation du sécessionnisme Kabyle pour déstabiliser l’Algérie

Pour un scénario de type libyen, il faut aussi un « Benghazi algérien ». C’est précisément le rôle assigné à la réactivation du sécessionnisme kabyle, sujet tabou en Algérie, où l’on préfère parler des « problèmes du Sud ». La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune (photo ci-contre) met aussi « en garde contre un éventuel soulèvement au sud algérien si les autorités officielles n’agissent pas aussitôt que possible pour contenir la situation et satisfaire les revendications des jeunes de cette région ». Intervenant toujours lors du meeting populaire tenu à Annaba, la secrétaire-générale du PT « a révélé l’existence de certains rapports émanant d’organisations occidentales, qui traitent des questions liées au respect des droits de l’homme, évoquant la faible croissance enregistrée dans la région de la Kabylie et au sud du pays, en s’étonnant du fait qu’il y ait un véritable lien avec les velléités séparatistes de Ferhat M’henni ». 

Echorouk online écrit que Louisa Hanoune a également laissé entendre que « des ONG relevant des services secrets américains visent à déstabiliser le pays, profitant des situations difficiles qu’ont connues les régions du Sud du pays, dont des voix s’élevaient récemment pour la séparation du Sud du reste du pays. Bien qu’elle ait salué la position héroïque et l’esprit de nationalisme constatés chez la population du sud qui s’attache fortement à l’intégrité territoriale du pays, elle révèle, en revanche, d’importantes anomalies qu’il faut colmater tout en appelant à résoudre les problèmes sociaux de la population du Sud ».

Elle a conclu, fort justement, sur « le danger qui guette le pays, si Bouteflika ne tranche pas en urgence ces questions en vue d’éviter au pays les affres de la guerre au Mali et une éventuelle intervention étrangère dans le pays que préparent certains États et organisations ». 

2013 sera vraiment l’année de tous les dangers pour Alger. Une Algérie bien isolée avec des gouvernements islamistes en Tunisie, Libye et Egypte, avec l’ennemi traditionnel marocain où les islamistes sont aussi aux affaires, avec enfin un Sahel où NATO et AFRICOM sont maintenant très présents grâce à l’intervention au Mali.Tunisie-secret.com

Luc Michel
Pour les notes complémentaires, consulter l’article d’origine : cameroonvoice.com  

 
 


           


1.Posté par nazou le 16/03/2013 00:38
Oui ,prevenir aussi les algeriens,sur d'eventuels assassinat,d'innocents que les cybercons,attribueront a la police ou a l'armee'.
Prevenir aussi la population algerienne,de la complicite',de certain collabos ,infiltre's, dans la police et l'armee'.
Prevenir les algeriens,sur les fausses rumeurs,via les reseaux sociaux et internet .
Prevenir les algeriens,que les cybercollabos,tunisiens vous en veulent,parceque vous n'etes pas encore tomber.et qu'ils vont mettre le paquet .
Je le dit ,d'autant plus que je suis tunisienne,mais que cette racaille, LA , je la renie.

2.Posté par klila le 16/03/2013 21:29
qui sème le vent récolte la tempête.
un jour ça leurs explosera sur leurs gueules

3.Posté par Sami le 17/03/2013 13:37
En fait, le hasard des rencontres a fait que j'ai pu démasqué un des "correspondant de la freedom house en Tunisie" (selon ses propres paroles). Ce dénommé Fethi X, contrairement à ce que dit l'article, est conscient de travailler pour les USA mais croit encore sincèrement que c'est pour le bien de la Tunisie. J'ai pu analyser son profil psychologique en détail : la FreedomHouse embrigade en fait des jeunes faciles à manipuler et leur gonfle l'ego en les convainquant qu'ils sont les sauveurs du pays. Comme il s'agit généralement de personnes en quête de reconnaissance (comme beaucoup de jeunes), ils tombent dans le piège et ne peuvent plus faire marche arrière car ce serait tomber dans une atroce dépression suite au constat qu'ils passent du statut confortable de héros national à celui de traite débile qui s'est fait manipuler.
La situation est donc pire à dénouer que si ces cybercollabo étaient juste des mercenaires attirés par l'argent. Les USA travaillent très en amont pour manipuler les jeunes : cela commence dès le plus jeune âge avec les séries et films Disney où ceux qui défendent la démocratie sont des héros. Ensuite, tous les faiseurs d'opinions vont dans le sens du lavage de cerveau.
J'ai vite compris avec ce correspondant local de la Freedom House qu'aucune discussion ne saurait lui faire prendre conscience de ce qu'il fait. Ils en ont fait des fanatiques de la démocratie/droit de l'homme/liberté d'expression comme d'autres le sont de la charia ! Seule la force pourra dorénavant arrêter ces gens...

4.Posté par MAGNOLIA le 15/07/2013 12:14
COOPERONS POUR DETRUIRE CES CHAROGNARDS !!!
VIVE L'ALGERIE !!!...

5.Posté par hakim le 10/08/2013 08:13
pour moi le vrai danger pour l'algerie vient en premier de ses rang, quand des ministres, et autres nabab du régime detournent des milliards soit par pots de vin, soit par détournement pur et simple, soit par des prets non remboursés, ou autres malversations sans qu'il soient traduit en justice, alors qu'un simple lambda paye pour des choses insignifiantes , la il y a danger, ça donne un sentiment de frustration, d’injustice, de hogra, et ça démobilise les citoyens sur les questions de leur pays, au lieu de la souder autour de ses institutions, On sait que la révolution algérienne celle de 1954 est portée uniquement par le peuple, tous les heros de cette guerre sont issus du peuple pas de la bourgeoisie, donc attention il y a danger dans toutes ces magouilles, détournement non sanctionnés, Ce n'est pas aux fils des ministres ou autres nabab du régime qui d'ailleurs sont sous des cieux plus cléments qui vont sauvés l’Algérie en cas de danger,

6.Posté par hameto le 09/04/2014 15:07
je suis algerien et je remerci tout les tunisiens qui nous soutiennent en ces moments ! je peux vous garantir qu'il ya de plus en plus d'algerien qui se rende compte de ce qui se tramme chez nous et a l'etranger ! Qu'Allah nous vienne en aide nous et tous les musulmans dans le monde.

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter