Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Mustapha Abdeljalil s’est réfugié en Tunisie, à ses risques et périls !


9 Janvier 2013

Abdeljalil a rencontré Marzouki et, de façon secrète, Rached Ghannouchi, les suppliant de lui accorder le refuge en Tunisie, où une partie de sa famille se trouve déjà. Marzouki y serait favorable mais pas Ghannouchi, qui n’agit qu’en étroite concertation avec son ami Abdelhakim Belhaj, l’ancien bras droit de Ben Laden, le soldat de BHL, l’actuel homme fort de la Libye et le principal mercenaire du Qatar en Syrie. A moins de payer une rançon pour alimenter encore les caisses d’Ennahda !


Mustapha Abdeljalil s’est réfugié en Tunisie, à ses risques et périls !
Premier à avoir trahi la Libye, Mustapha Abdeljalil, ancien président du Conseil National de Transition (CNT), s’est rendu la semaine dernière en Tunisie où il espère s’installer définitivement, se sentant menacé dans son pays. Il a pu quitter la Libye alors qu’il était frappé d’une mesure d’interdiction de voyager, a priori en raison de l’affaire Abdelfattah Younès, le général félon qui aurait été assassiné par les terroristes d’Abdelhakim Belhaj, sous les ordres du Qatar, et qui, selon nos informations, a été liquidé par des éléments kaddafistes . A priori, car le tribunal militaire de Benghazi l’avait accusé, le 13 décembre dernier « d’abus de pouvoir et de tentative d’émiettement de l’unité nationale » et que dans le cadre de cette affaire, il devait comparaître devant ce tribunal militaire le 20 février prochain ! Des traitres et des pantins des Etats-Unis, du Qatar, d’Israël, de la Turquie et de la France, qui parlent d’unité nationale !!! En réalité, ce procès contre Mustapha Abdeljalil s’inscrit dans la guerre que se livrent les différents protagonistes de la tragédie libyenne, chacun agissant soit sous la houlette des Frères musulmans, soit celle des wahhabites, soit encore celle d’Al-Qaïda.
    
Selon l’AFP, sur la base d’une source du tribunal militaire libyen qui a requit l’anonymat, Mustapha Abdeljelil est arrivé à Tunis à l’invitation de Moncef Marzouki. Ce n’est pas tout à fait exact puisque, selon nos informations, c’est à l’aéroport de Tripoli et devant la police, que Mustapha Abdeljalil a évoqué une invitation officielle du président provisoire tunisien, ce que la présidence tunisienne a confirmé à la police des frontières libyennes. Abdeljalil a persuadé Marzouki qu’il voulait s’enquérir de l’état de santé de sa fille qui serait hospitalisée dans une clinique en Turquie, que par conséquent, il ne fait que transiter par Tunis avant de se rendre à Ankara. L’information (AFP) suivant laquelle une source du tribunal militaire libyen a déclaré que Mustapha Abdeljalil a pris une autorisation du tribunal pour se rendre en Turquie (et non pas en Tunisie) est également fausse. Une information du même tribunal militaire, par la voix de l’un de ses membres, Majdi al-Baraassi, l’a d’ailleurs infirmé en déclarant que « l’ex-chef du CNT a été laissé en liberté sous caution, mais une interdiction de voyager a été émise à son encontre jusqu’à sa comparution comme accusé devant le tribunal militaire de Benghazi, le 20 février prochain ».

C’est donc de façon illégale que l’ancien chef des sicaires libyens a pu quitter Tripoli pour Tunis. La raison du départ précipité d’Abdeljalil Mustapha est la crainte de se faire liquider physiquement comme beaucoup d’autres, notamment Jomaa al-Jazwi, qui a été assassiné en juin dernier, ou de subir une lourde peine d’emprisonnement pour son implication dans l’assassinat du général Abdelfattah Younès, dont il avait lui-même annoncé la mort le 29 juillet 2011 et dont le corps a été criblé de balles et brûlé. L’ex-chef du CNT a paniqué après son interrogatoire devant le tribunal militaire d’Al-Marj, à une centaine de Km de Benghazi, mardi 1er janvier 2013. Son complice dans l’invasion de la Libye, Mahmoud Jibril, principal pion du Qatar, est d’ailleurs lui aussi convoqué devant ce tribunal militaire.

Selon nos informations, Mustapha Abdeljalil n’a toujours pas quitté la Tunisie pour la Turquie. Le fait de loger dans une villa à Gammarth et non pas dans un hôtel, indique qu’il compte y résider définitivement. Après le retournement de situation en Syrie, Ankara aurait fait savoir à Abdeljalil Mustapha qu’il était indésirable en Turquie. Non guère que la Turquie a l’intention de se dégager du bourbier syrien après l’accélération de l’éradication des terroristes et des mercenaires étrangers qui y mènent la guerre, mais pour s’y empêtrer davantage ! Le principal chef de ces terroristes et mercenaires du Qatar et d’Arabie Saoudite est en effet Abdelhakim Belhaj, l’ancien bras droit de Ben Laden, qui est entrée en « libérateur » de Tripoli, la main dans la main avec l’autre guide spirituel de la « révolution libyenne », Bernard Henri-Lévy ! L’invasion de la Libye accomplie, Abdelhakim Belhaj avait reçu à l’époque des instructions pour s’installer aux frontières syro-turques avec un millier d’islamo-terroristes dont 600 libyens (voir les articles du The Daily Telegraph de novembre 2011).
  
Après un court passage à Tunis, le mois dernier, pour de soi-disant soins médicaux, Abdelhakim Belhaj est tout de suite retourné en Turquie pour persuader ses terroristes libyens, tunisiens, égyptiens, tchétchènes, anglais, français et australiens, tous de confession islamique et d’idéologie islamiste, de retourner sur le front syrien. Des informations de la presse écrite américaine, notamment le New York Times, indiquent que plusieurs bataillons de « l’armée libre syrienne » battent en retraite et se replient sur leurs bases arrières turque et jordanienne. Beaucoup d’entre eux essayent de regagner leurs pays d’origine, où ils vont pouvoir mener à bien leur mission djihadiste au nom d’Allah, de l’islamisation de l’univers…et du magnifique « printemps arabe » ! Quant à Mustapha Abdeljalil, il devrait se trouver un autre pays d’exil. Rached Ghannouchi pourrait tout à fait le livrer à ses amis libyens, contre argent, à l’instar de Baghdadi Mahmoudi, qui agonise en ce moment dans les geôles libyennes.
www.tunisie-secret.com
  
Karim Zmerli                 

 
 


           


1.Posté par Moktar le 11/01/2013 11:47
la tunisie est devenue terre d'asile pour tous les traitres à leurs nations,terre d'exil des fous de dieu ,des fous tout court .j'ai honte d'être tunisien,j'ai honte du gouvernement transitoire qui a pris racine ,
la mort est préférable à cette descente aux enfers .

2.Posté par nazou le 13/01/2013 01:03
ma culture et ma religion ,m'interdise de souhaiter la mort de quelqu,un.
Mais LA mon dieu pardonner moi,je souhaite vraiment, que cette homme creve et qu il creve a petit feu.
Cette raclure avait tellement peur de kadhafi ,qu'il n avait pas hesite' a demande' l'intervention de l'otan ,contre son propre peuple ,qui lui n'avait rien demande'.
En fait non ,il vaut mieux qu'il vive ,et qu il vive le reste de sa miserable vie avec le desohonneur la honte et la peur.

3.Posté par Sofiane le 30/01/2013 02:40
Nous les maghrébins, de rudes épreuves nous attendent. Ce qui se passe en Tunisie, en Libye et en Algérie m'interesse beaucoup en tant qu'Algérien. La déstabilisation complète de l'Afrique du Nord est dans les plans des pays occidentaux et les sionistes et sa mise en oeuvre est confiée au Qatar et à l'Arabie Saoudite qui mettent en avant l'islam. Pour nos frère Tunisiens, votre révolution était spontanée et il me semble qu'il faut s'armer de beaucoup de courage et patience et surtout de vigilence pour la mener à bien notamment, en cette période cruciale "transitoire" comme je souhaite un retour rapide à la stabilité à mes frères libyens. Je crains vraiment pour l'Algérie. Simple Avis

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must



Suivre TunisieSecret sur Facebook. Cliquez sur le bouton 'j'aime'

Powered By | TunisieSecret Via TunisieSecret



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube



Infos


Galerie
Mondher Zenaidi Moncef Marzouki
Nabil Karoui Slim Riahi
ISIE Hammami et  Caïd Essebsi
Abou Iyadh et mokhtar ben mokhtar : Tunisie : Ansar al-Charia projette une vague d’attentats en octobre
Amina Sboui
François Hollande et Mohamed Ayachi Ajroudi à l'Elysée le 02 septembre 2014.

Inscription à la newsletter