Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Tunisie : Toute la vérité sur le nombre des « martyrs » et les vrais responsables


10 Avril 2013

Avant d’ouvrir le dossier explosif des prisonniers politiques, cas par cas, Tunisie-Secret se penche d’abord sur le dossier pas moins explosif des victimes des émeutes de décembre 2010-janvier 2011. Quel est leur nombre ? Qui sont-ils ? Dans quelles conditions ont-ils été tués ? Qui les a tués ? Y a t-il eu ordre de tirer sur les manifestants ? Deux ans après la crise sanglante qui a radicalement changé la Tunisie, l'opinion publique nationale et internationale doit se poser ces questions, au risque d'ébranler certains dogmes pseudo-révolutionnaires. Retour sur des faits qui ont plongé la paisible Tunisie dans le sang des innocents, dans la confusion et dans l'anarchie, et qui a mis son destin dans les mains des islamistes "modérés".


Tunisie : Toute la vérité sur le nombre des « martyrs » et les vrais responsables
En février 2011, un rapport de l’ONU estimait le nombre des victimes à 300 morts et à 2800 blessés. Les réseaux sociaux, manipulés par des officines étrangères et par Al-Jazeera, intoxiqués aussi par la propagande islamiste et gauchiste, estimaient le nombre des « martyrs » à 5000 ! Dans la présente mise au point, T-S ne tient compte que du rapport définitif de la Commission d’investigation sur les dépassements et les violations (CIDV), présidée par Taoufik Bouderbala, avocat et ancien président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme, rapport qui a été rendu public en avril 2012. On notera au passage ce que beaucoup de Tunisiens ignorent, à savoir que c’est Ben Ali qui a ordonné la constitution de cette Commission d’enquête dans son discours du 13 janvier 2011 !

Les conclusions du CIDV

Selon ce rapport, le bilan définitif des victimes est de 338 morts, dont 86 prisonniers de droit commun qui ont mis le feu dans leurs cellules pour s’évader, 14 membres des forces de police et 5 soldats de l’armée nationale. Nul ne s’interroge d’ailleurs sur l’identité des criminels qui ont tué ces 14 policiers et 5 militaires. Toujours est-il que le nombre exact des « martyrs » de la « révolution du jasmin » est par conséquent 233, puisque les uns (86 qui tentaient l’évasion) et les autres (19 qui faisaient leur travail et leur devoir de maintien de l’ordre) ne sont pas considérés par certains comme des « martyrs ». Toujours selon le rapport Taoufik Bouderbala, 60% des morts sont tombés dans les gouvernorats de Kasserine, Sidi Bouzid, Gafsa et Tunis. 61% ont été tués après le départ de Ben Ali le 14 janvier 2011. En revanche, 68% des blessés ont été enregistrés dans la période du 17 décembre au 14 janvier. Sur un total de 338 morts, manifestants, prisonniers de droit commun et forces de l’ordre confondus, 205 ont été tués après le 14 janvier, 28 rien que dans la journée du 14 janvier et 104 entre le 17 décembre et le 14 janvier. Objectivement parlant, c’est donc après la chute du régime qu’il y a eu le plus de morts par balles, et non pas durant les événements comme on l’avait prétendu.

A qui la responsabilité ?

Dès février 2011, une grave erreur a été commise par les différents protagonistes de ce dossier, qui sont d’ailleurs tous actuellement détenus dans la prison de Mornaguia. Cette erreur a été de s’accuser mutuellement, se renvoyant la responsabilité, chacun en espérant ainsi sauver sa tête. Il aurait préférable que chacun assume sa propre responsabilité, dans le cadre de ses fonctions régaliennes, sachant que dans un système aussi hiérarchisé, la responsabilité suprême revient au sommet de l’Etat, à savoir le président de la république. Plus grave que ces accusations mutuelles, ils ont tous plus ou moins blanchi l’armée, plus exactement le général Rachid Ammar. La raison est bien simple : ce général félon, à qui Washington avait d’ailleurs promis l’impunité en échange de sa trahison (comme d’ailleurs pour certains généraux égyptiens), est devenu après le coup d’Etat islamo-militaro-américain du 14 janvier 2011 le nouvel homme fort du régime. C’est en raison de sa puissance réelle et bien discrète que les différents responsables aujourd’hui emprisonnés ont épargné Rachid Ammar. C’est ainsi que l’ancien ministre de la Défense, Ridha Grira, a accusé Ali Seriati, que celui-ci a accusé l’ancien ministre de l’Intérieur Rafik Belhadj Kacem, qui a à son tour implicitement mis la responsabilité sur le dos de son successeur immédiat (12 janvier), Ahmed Friaa, compte tenu du fait que le nombre des victimes rien que dans les journées du 12 au 14 janvier atteignait les 43 morts. Ces accusations réciproques les enfonçaient tous et profitaient exclusivement à Rachid Ammar.
 
Le général occulté !

En tant que chef des armées, le général Rachid Ammar est pourtant tout aussi responsable que les actuels détenus qui se jettent mutuellement la responsabilité. A posteriori, il est même le plus responsable de tous. Et pour cause, dès décembre 2010, les militaires ont activement pris par à la répression des manifestants au même titre que les forces de police. C’est le rapport même de la CIDV qui l’atteste. Ce rapport désigne plus exactement quatre ministères coresponsables : l’Intérieur, la Défense, la Santé et la Communication. Comme lors des événements de janvier 1978 (près de 500 morts) et janvier 1984 (420 morts), comme aussi dans les événements sanglants de Redeyef en 2008, ça a toujours été à l’armée d’accomplir son « devoir nationale » en écrasant les insurgés. Comme par magie, ce n’était plus le cas dans l’insurrection de janvier 2011 ! De même qu’il n’était plus question d’appeler cet événement de janvier 2011 crise ou émeutes sociales mais « révolution du jasmin », il n’était plus question non plus de présenter l’armée comme une institution républicaine au service de l’Etat, dont la mission est l’intégrité territoriale du pays et sa sécurité des dangers extérieurs et intérieurs, mais comme la seule institution qui s’est rangée aux côtés du peuple et contre l’Etat. C’est-à-dire qu’elle a pris parti pour l’anarchie et contre la légalité. Ce mythe a commencé avec le mensonge du « général sauveur », lancé à partir de Bruxelles par le cyber-activiste Yassine Ayari, qui a avoué lui-même avoir menti. Ce cyber-collabo qui a vit actuellement en France après avoir contribué à la mise à feu de la Tunisie, est le fils du vrai martyr, le colonel Tahar Ayari, tombé sur le champ d’honneur en mai 2011, sous les balles des terroristes que l’éphémère ministre de l’Intérieur Farhat Rajhi venait de libérer au nom des droits de l’homme et de la « révolution du jasmin ».

Rachid Ammar n’était pas le sauveur du peuple mais son principal bourreau. Pas seulement parce que l’armée sous ses ordres –et non pas sous les ordres du civil et technocrate Ridha Grira- a participé à la répression au même titre que la police, mais parce que les fameux snipers locaux dépendaient du ministère de la Défense et non pas de l’Intérieur, ce ministère n’ayant jamais eu ce genre de tireurs d’élite en son sein, de l’aveu même de Taoufik Bouderbala, le président de la CIDV. Plus grave encore est le cas de ces mystérieux snipers étrangers qui ont été les premiers à assassiner des manifestants pour empoisonner la situation et la rendre irréversible, conformément à la vieille recette de la CIA déjà plusieurs fois testée en Amérique Latine, en Afrique et en Iran en 1953 et en 2009. Nous savons maintenant que, parmi ces fameux mercenaires agissant pour le compte de la CIA et payés par le Qatar, cinq ont été arrêtés en flagrant délit par la police nationale et libérés par Rachid Ammar tout de suite après le départ de Ben Ali. Toutes ces vérités, Taoufik Bouderbala les a avoué à demi mots mais sans les consigner dans le rapport de la CIDV, pour des raisons faciles à deviner.
                                     
Légitime défense ou préméditation ?

Comme nous l’a déclaré Ben Ali dans la seule interview qu’il a pu accorder à partir de son exil saoudien, l’ancien chef d’Etat n’a jamais donné des ordres pour tirer à balles réelles sur les manifestants. Nous ne sommes pas obligés de le croire en vertu du second alinéa de la loi No 70 de l’année 1982, en date du 6 août 1982, qui désigne le chef de l’Etat comme étant, en cas de menaces intérieurs ou extérieurs, le seul ordonnateur d’ordres aux forces de sécurités, soit par l'intermédiaire des ministres concernés soit directement aux directeurs en charge de l'ordre et de la sécurité du pays. Pas obligé de le croire, mais obligé de nous poser cette question de bon sens : à qui profitait le crime ? A un Etat fragilisé et qui cherchait une sortie de crise rapide et sans perte de vies humaines qui l’auraient d’emblée discrédité aux yeux du monde et quadruplé la colère populaire à son égard ? Ou à des officines étrangères (Etats-Unis et Qatar) ainsi qu’à leurs agents locaux, qui cherchaient le pourrissement de la crise jusqu’à son point de non retour, précisément la chute du régime et le début de ce « printemps arabe » magistralement téléguidé, qui devait dévaster la Libye, l’Egypte, le Yémen, la Syrie ?

Quoiqu’il en soit de la responsabilité personnelle de Ben Ali, il faut rappeler cette évidence que les juristes et les politologues appellent la « violence légitime », dont seul l’Etat détient légalement le monopole, que cet Etat soit démocratique ou dictatorial. Pour illustrer cette vérité, voici un exemple surprenant : la « Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales » en vigueur au sein de l’Europe. Il s’agit plus exactement  la Convention telle qu’amendée par son Protocole n° 14 (STCE n° 194) à compter de la date de son entrée en vigueur le 1er juin 2010, qui stipule dans son article 2, intitulé Droit à la vie, que :
  1. Le droit de toute personne à la vie est protégé par la loi. La mort ne peut être infligée à quiconque intentionnellement, sauf en exécution d'une sentence capitale prononcée par un tribunal au cas où le délit est puni de cette peine par la loi.
  2. La mort n'est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d'un recours à la force rendu absolument nécessaire:
    1. pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale;
    2. pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l'évasion d'une personne régulièrement détenue;
    3. pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection".
Ainsi, au sein même de l’Europe, « la mort n’est pas considérée comme » une atteinte aux droits de l’homme dans le cas où l’Etat se trouverai menacé par « une émeute ou une insurrection » ! Théoriquement, en Tunisie, ce genre d’exception légitimant l’usage de la répression mortelle, n’existe dans aucun texte juridique, depuis l’indépendance jusqu’à ce jour. Un texte semblable stipule que l’usage d’arme est interdit sauf dans le cas de légitime défense. En situation d’émeute, le même texte indique par contre que l’usage de la violence doit être graduel. Il s’agit de l’article 2 de la loi No 4, datée du 24 janvier 1969.

Ce dont Taoufik Bouderbala ne devait pas parler

Ce que le rapport de la CIDV ne révèle pas c’est que, sur les 233 morts déplorés parmi les manifestants, 21 ont été abattus les armes à la main. Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Tout le monde se tait à leur sujet, sauf récemment Chedly Sahli, ancien haut fonctionnaire à l’Intérieur, impliqué dans les mêmes affaires (la No 71191, du Tribunal militaire de Tunis et la No 95646, du Tribunal militaire du Kef )  que Ben Ali, Rafik Belhadj Kacem, Ali Seriati, Jalel Boudriga, Adel Touiri, Mohamed Lamine el-Abid, Mohamed Zitouni… Devant le juge, ce fonctionnaire surnommé la boite noire a affirmé qu’entre le 17 décembre 2010 et le 14 janvier 2011, « des terroristes armés et cagoulés se sont infiltrés en Tunisie à partir des frontières algériennes et se sont mêlés aux manifestants ». Il a ajouté que ces terroristes « ont attaqué les postes de police, ont volé des armes et ont tiré sur les manifestants créant un climat d’émeutes et de chaos ». A ses risques et périls, cet ancien haut responsable sécuritaire a clairement laissé entendre que ces terroristes appartenaient à la mouvance islamiste.

Il apparait aussi que sur les 212 des « martyrs » restants, 73 ont été identifiés comme appartenant aux cellules dormantes de l’islamisme nahdaoui, qui ont été libéré par Ben Ali entre 2004 et 2009, ou autorisé de rentrer au pays à la même époque. Sans slogans religieux et sans barbe, ils s’étaient mélangés aux manifestants pacifiques pour les inciter à la violence, au pillage et à la destruction des biens publics et privé. Il apparait enfin que sur les 139 « martyrs » qui restent, plusieurs sont des criminels de droit commun qui ont réussi à s’échapper de leurs prisons avec la complicité de l’armée, comme le prouvent plusieurs documents, y compris des vidéos filmées par des amateurs ou des télévisions européennes. Près d’une centaine de jeunes ont par conséquent payé de leur vie le prix de la Dignité et de la liberté. Eux seuls méritent d’être appelés martyrs.
 
Nos conclusions

A la lumière de cette enquête ou rétrospective, il apparait clairement que la « Justice transitionnelle », qui maintient d’ailleurs arbitrairement et injustement Sami Fehri en prison et qui pourchasse aujourd’hui Burhan Bseiss, alors que les vrais criminels sont en liberté et que certains occupent même des postes stratégiques au sein du gouvernement ou de la présidence, que cette « Justice transitionnelle » n’est que de la poudre aux yeux, tout au plus une justice des vainqueurs contre les vaincus. C’est la justice des traîtres et des mercenaires à la solde de l’Amérique et du Qatar, contre des ministres et de hauts cadres de l’Etat qui n’ont fait qu’accomplir leur devoir patriotique, dans une situation de confusion totale dont les Tunisiens commencent à peine à comprendre les tenants et aboutissants.
Cette mise au point était nécessaire avant de traiter cas par cas les dossiers des premiers prisonniers politiques de la république islamiste, instaurée par le Qatar et l'Arabie Saoudite, avec la bénédiction des Etats-Unis d'Amérique.Tunisie-Secret.com

Karim Zmerli         

 
 


           


1.Posté par kimdee le 11/04/2013 19:59
Le traîté de Lisbonne autorise la peine de mort:
http://www.mecanopolis.org/?p=9437

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter